Etats Unis (121) Armée de terre (11)

M2 Medium Tank

M-2 Medium Tank.JPG
Le char moyen M2 à été produit par le Rock Island Arsenal juste avant le déclenchement de la guerre de Pologne. Cent douze exemplaires (18 M2 et 94 M2A1) sont sortis des chaines de montage.


Rapidement déclassé comme beaucoup de chars américains de l’époque, sa carrière fût brève puisqu’il est remplacé par le M3 Lee à partir du printemps 1943.

Il semble qu’une production de masse à été envisagée (1000 exemplaires) mais qu’après une visite informelle d’une délégation de tankistes britanniques et américains, le projet est tombé à l’eau sans que l’on connaisse les raisons exactes.

Utilisé pour l’instruction, les derniers M2 Medium Tank sont feraillés au cours du second conflit mondial. Une douzaine de ces véhicules ont été préservés dans des musées et des mémoriaux aux Etats-Unis et à l’étranger.

Caractéristiques Techniques du M2 Medium Tank

Type : char moyen

Poids : 18.7 tonnes

Dimensions : longueur 5.38m largeur 2.59m hauteur 2.82m

Motorisation : un moteur diesel Wright R975 EC 2 340 à 400ch

Performances : vitesse maximale 42 km/h distance franchissable 210 km

Blindage : 6.4 à 32mm (M2) 6.4 à 51mm (M2A1)

Armement : un canon de 37mm M3 avec 200 coups, sept à neuf mitrailleuses Browning M1919 avec 12250 coups

Equipage : 6 hommes (pilote, chef de bord, quatre tireurs)

M3 Lee

M-3 Lee 11.JPG

Le M2 Medium Tank se révélant dépassé par son armement et sa configuration, de nouvelles études sont lancées à l’automne 1940 pour un nouveau char moyen destiné initialement au soutien de l’infanterie. Le char devait pouvoir affronter des chars ennemis mais ce n’était visiblement pas la priorité du futur char moyen américain.

Le développement du char fût relativement rapide et le char est officiellement adapté en novembre 1941 sous le nom de M3 Medium Tank. La production commence aussitôt pour permettre d’équiper des bataillons de chars, regroupés ultérieurement dans des divisions blindées.

Ce char était d’une conception dépassée avec un armement qui n’était pas regroupé en tourelle mais séparé entre un canon de 75mm monté en sabord et un canon de 37mm en tourelle.

Si le canon de 75mm était encore efficace pour l’appui de l’infanterie, le canon de 37mm était pour ainsi dire totalement dépassé en matière antichar. De plus sa coque rivetée était vulnérable aux obus antichars.

En dépit de ces défauts, le char était encore en service en septembre 1948 même si il était peu à peu remplacé par le M4 Sherman qui intégrait le canon de 75mm en tourelle. Le char toujours présent aux Philippines quand le Japon attaque en avril 1950 et se montre à la hauteur même si quelques chars médians ne pouvaient changer grand chose.

1500 M3 ont été produits sans compter l’automoteur M7 Priest, un automoteur de 105mm qui reprenait le chassis du M3 Lee.

De nombreuses variantes ont été étudiées mais toutes ne sont pas produites. Parmi les variantes produites figure un véhicule de dépannage, un tracteur d’artillerie (utilisé pour les pièces lourdes), canon automouvant de 155mm, commandement et contrôle et déminage. La version surveillance (avec projecteur) et lance-roquettes multiple n’ont pas dépassé le stade du prototype.

Le véhicule à été exporté en petites quantités au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande où leur carrière à été très limitée.

Dans l’US Army, le M3 cesse d’être un char de première ligne début 1951 quand le M4 Sherman devient omnipotent et omniprésent.

Caractéristiques Techniques du M3 Lee

Type : char moyen

Poids : 27 tonnes

Dimensions : longueur 5.64m largeur 2.27m hauteur 2.64m

Motorisation : un moteur Wright Continental de 340 à 400ch

Performances : vitesse maximale 42 km/h distance franchissable 193 km/h

Blindage : 38-51mm

Armement : un canon de 75mm M2 ou M3 en sabord latéral avec 46 coups, un canon de 37mm M5 ou M6 en tourelle avec 178 coups Deux à Quatre mitrailleuses Browning M1919A4 avec 9200 coups

Equipage : Six hommes

M4 Sherman

M-4A1 Sherman 4.jpg

Alors que le M3 Lee était en cours de développement, les services officiels américains étudièrent son successeur tant la technologie évoluait rapidement.

De plus certains ingénieurs n’étaient pas convaincu par la configuration envisagée pour le M3 avec un canon en sabord et un autre en tourelle.

Cette configuration était pourtant présente en France et en Grande-Bretagne mais ces jours étaient comptés, le besoin d’un puissant canon antichar rendant son positionnement en caisse de plus en plus inconfortable. Il fallait le positionner en tourelle pour lui permettre d’être le plus polyvalent possible.

Le projet qui allait aboutir au Sherman est lancé au printemps 1943. N’ayant aucune urgence réelle, les ingénieurs peuvent tester de nombreuses configurations de suspension, de moteur, de blindage et d’armement.

Un premier prototype alignait une suspension à ciseau, un moteur diesel et un canon de 57mm à haute vitesse initiale.

Après des tests intensifs de janvier à mars 1944, ce prototype est abandonné au profit d’un second prototype disposant d’un moteur essence, d’un blindage plus important et d’un canon de 75mm inspiré du M3 en tourelle.

Satisfaits de ce prototype intensivement testé de septembre à décembre 1944 sur le polygone d’Aberdeen (Aberdeen Tank Ground), l’US Army adopte officiellement ce véhicule en février 1945 sous le nom de M4 Medium Tank.

La production est cependant entravée par des difficultés industrielles et de nombreuses maladies de jeunesse au point qu’en septembre 1948, le M4 est loin d’avoir entièrement remplacé le M3 Lee à l’époque totalement dépassé. Il faudra attendre l’automne 1950 pour que ce soit (enfin) le cas.

Après la production de 1050 M4A1, la production passe en janvier 1949 à la variante M4A2 qui se distingue de son aîné par un moteur plus puissant, de nouveaux équipements radios et un canon de 75mm à plus haute vitesse initiale. 3500 exemplaires sont produits jusqu’en mars 1950 quand la variante M4A3 lui succède sur les chaines de montage.

Cette variante marque une véritable rupture avec un moteur diesel, un blindage renforcé et surtout un canon de 76mm à haute vitesse initiale le rendant enfin capable d’affronter sereinement les chars allemands les plus modernes. C’est la principale variante du Sherman avec la production de 9000 exemplaires d’avril 1950 à septembre 1953 quand la version M4A4 la remplace sur les chaines de montage.

Produite à 7500 exemplaires jusqu’en septembre 1955, cette ultime variante du Sherman produite en masse ne diffère que par des détails par rapport au M4A3. exemplaires. Elle disposait d’un canon de 76mm à plus haute vitesse initiale et un moteur diesel plus puissant.

Les variantes suivantes ne furent produites qu’en petit nombre qu’il s’agisse du M4A5 (550 exemplaires), du M4A6 (250 exemplaires) ou enfin du M4A7 produit à seulement 150 exemplaires portant le total des Sherman produits aux Etats-Unis à 22000 exemplaires.

En ajoutant les chars produits sous licence au Canada (1200 exemplaires), en Australie (750 exemplaires) et en Inde (600 exemplaires) plus les variantes spécialisées on arrive à un total de 27500 Sherman produits.

Ce chiffre est loin de 75000 chars envisagés par le président Linbergh en septembre 1948 mais il faut intégrer le fait que parallèlement plusieurs modèles de chars légers et lourds ont été produits qu’il s’agisse des M3/M5 Stuart, des M22 Locust, des M24 Chaffee ou encore des chars lourds M6 et M26 Pershing.

En ce qui concerne les variantes spécialisées on trouve un véhicule d’appui rapproché équipé d’un obusier court de 105mm, dépannage, poseur de pont, lance-flammes, génie, char amphibie, tracteur d’artillerie.

La base mécanique du Sherman à servit de base au canon automoteur Sexton et au chasseur de char M-10

Sur les 22000 Sherman produits aux Etats-Unis, 18500 ont été utilisés par l’US Army, 1500 par l’USMC et 2000 cédés à des pays étrangers au titre du prêt-bail.

Outre les Etats-Unis, le M4 Sherman à donc été utilisé par le Canada, l’Australie, la Grande-Bretagne (à titre de test), la Pologne, la Tchécoslovaquie (unités en exil), la Belgique, les Pays-Bas, Argentine, Brésil, Autriche (après guerre), Chili, Cuba, Danemark, Egypte, Ethiopie, Grèce, Inde,Iran,Italie (après guerre), Japon (après guerre), Mexique, Nouvelle-Zélande, Norvège, Pakistan,Oman, Paraguay, Uruguay, Pérou, Ceylan, Vietnam, Yougoslavie, Portugal, Afrique du Sud et Turquie.

Ces pays ont utilisé soit des chars neufs ou des chars ex-américains, la réduction de la force blindée une fois le conflit terminé permettant à de nombreux pays de récupérer des chars à vil prix. Côté américain, le Sherman à été retiré du service en 1962.

Caractéristiques Techniques du M4 Medium Tank «Sherman»

Type : char moyen

Poids : 30.3 tonnes

Dimensions : longueur 5.84m largeur 2.62m hauteur 2.74m

Motorisation : un moteur Continental R975 9 cylindres 400ch à 2400 t/minute ou pour le M4A4, un Chrysler A57 multibank dévellopant 470ch à 2700 t/min

Performances : vitesse maximale 40à 48 km/h distance franchissable 193km

Blindage : 93/118mm

Armement : un canon de 75mm M3 de 40 calibres avec 90 coups ou un canon de 76mm M1 avec 55 puis 71 coups; une mitrailleuse Browning M2 de 12.7mm avec 300 coups et deux Browning M1919A4 avec 4750 coups

Equipage : 5 hommes (chef de char, tireur, chargeur, conducteur et aide-conducteur)

M6 Heavy Tank

M-6 4.jpg

Durant la période 1919-1939, les budgets réduits, le pacifisme et pour les Etats-Unis l’isolationnisme entraîna l’absence d’une recherche soutenue sur les futurs chars de combat. La guerre de Pologne et les succès du Blitzkrieg poussèrent les américains à relancer les études en matière de char de combat.

Parmi les demandes figuraient un char lourd capable de vaincre les fortifications notamment le Westwall plus connu sous le nom de ligne Siegfried. On imaginait un véritable blockhaus mobile, puissamment armé et blindé.

Cette ligne était partagée encore en Europe où le B1bis était conçu pour opérer en région fortifiée avec un canon de 75mm en caisse pour pouvoir frapper les blockhaus et le Churchill avec son obusier de 76.2mm court dans la même disposition était lui aussi conçu pour opérer contre des lignes défensives.

On étudia également un char multi-tourelles mais cette piste fût abandonnée suite à la calamiteuse prestation des chars soviétiques à multi-tourelles en Finlande lors de la guerre d’Hiver.

Un premier prototype est disponible en septembre 1940 avec un canon de 37mm en tourelle et un canon de 76.2mm en casemate, une conception identique aux chars français et britanniques cités plus haut.

Cette configuration est abandonnée sur le deuxième prototype qui installe dans une tourelle un canon de 76.2 et un canon de 37mm, une mitrailleuse de 7.62mm prenant place dans la coque.

Ce prototype est suivit d’un troisième qui marque un retour à la configuration du premier prototype et d’un quatrième qui installe un canon de 57mm en tourelle et un obusier de 76.2mm en caisse.

Visiblement, les ingénieurs américaines hésitent entre plusieurs configurations. Cette finalement la configuration testée sur le deuxième prototype qui est adoptée, le char devenant le M6 Heavy Tank.

La production est lancée en septembre 1941 mais après la sortie de seulement 120 exemplaires, la production est stoppée en juin 1942.

Les américains qui dévellopent alors le M3 Lee et le M4 Sherman s’interrogent sur l’utilité d’armer leur futur char lourd avec un canon d’un calibre voisin.

Finalement, les M6 sont considérés comme des blindés expérimentaux. Ils sont utilisés pour l’instruction, la recherche technico-tactique et la mise au point d’un nouveau char lourd.

Bien qu’isolationnistes, les américains connaissent le développement en Europe de nouveaux chars lourds qu’il s’agisse du Churchill (ou Matilda III) britannique, de l’ARL-44 français ou du Tigre allemand.

Ces deux derniers se distinguent par la puissance de leur armement à savoir un canon de 90 ou de 88mm capable de détruire tous les chars existants à longue distance. C’est le début de la longue marche vers le M26 Pershing.

Le M6 Heavy Tank n’allait donc jamais connaître le feu. Quelques exemplaires furent évalués par les britanniques et les canadiens mais cela ne déboucha sur rien de concret.

Caractéristiques Techniques du M6 Heavy Tank

Poids : 57.4 tonnes en ordre de combat

Dimensions : longueur totale 8.43m largeur 3.12m hauteur 3m

Motorisation : un moteur essence Wright G-200 dévellopant 825ch à 2300 tour/minute

Performances : vitesse maximale 35 km/h Distance franchissable 160km

Blindage : 25/83mm

Armement : un canon de 76.2mm avec 75 coups et un canon de 37mm avec 202 coups en tourelle, deux mitrailleuses de 12.7mm Browning M2HB alimentés à 6900 coups et deux mitrailleuses de 7.62mm Browning M1919A4 (une de caisse et une AA) avec 5500 coups

Equipage : 6 hommes (chef de char, tireur, conducteur, assistant-conducteur, chargeur et assistant-chargeur)

M26 Pershing

M-26 Pershing 8

Comme nous venons de le voir, le M6 Heavy Tank à été vide abandonné. Les raisons de l’abandon étaient multiples : doutes sur l’armement principal, tourelle exiguë, problèmes moteurs, infériorité manifeste vis à vis des projets étrangers….. .

En mars 1943, un nouveau projet de char lourd est lancé. Les ingénieurs partent du M6 mais reçoivent pour consigne d’être créatifs et imaginatifs (dans les limites du raisonnable cela va s’en dire).

Pas moins de six prototypes sont commandés en septembre 1943 pour tester différentes configuration de suspension, de motorisation (diesel, essence, diesel-électrique), de blindage et d’armement.

Un temps, le projet est menacé quand on envisage d’installer le canon de 90mm _calibre choisit pour le futur char lourd_ dans une tourelle sur le châssis du M6 mais le véhicule ainsi testé est lent, instable et constitue selon les testeurs un «Tracked Coffin», un cercueil à chenille.

Le projet atteint sa vitesse de croisière au printemps 1945 quand deux nouveaux prototypes sont commandés. Ils partagent le même châssis avec la même suspension mais le premier à un moteur essence alors que le second à un moteur diesel.

La tourelle du premier prototype diffère du second par la présence d’un tourelleau indépendant d’observation qui en dépit de son avantage ne sera pas conservé sur le véhicule de série.

Le véhicule est officiellement adopté en janvier 1946 sous le nom de M26 Heavy Tank même si il est rapidement plus connu sous le nom de M26 Pershing du nom du général des armées John Pershing, le commandant en chef des forces américaines en Europe durant le premier conflit mondial.

Ce char lourd était un char de 45 tonnes en ordre de combat, une suspension à barre de torsions, un moteur diesel, un blindage épais (maximum 102mm) et un armement composé d’un canon de 90mm dérivé du canon antiaérien du même calibre, d’une mitrailleuse coaxiale calibre .30, d’une mitrailleuse de coque identique, une mitrailleuse calibre .50 assurant la défense antiaérienne.

Il va équiper non pas les divisions blindées mais des bataillons de chars lourds indépendants (Independent Heavy Tank Batallion). Au nombre de huit, ces bataillons vont passer à douze en avril 1950, seize en septembre 1951, vingt-quatre en mars 1952 et enfin trente-six en septembre 1953.

Ces trente-six bataillons vont aligner 2088 M26 Pershing qui vont opérer quasi-exclusivement en Europe, le théâtre Pacifique voyant seulement huit bataillons de Pershing engagés notamment aux Philippines et en Chine même si les chars japonais n’ont jamais été à la hauteur des meilleurs chars américains.

Au total ce sont 4250 M26 Pershing qui sortent des chaines de montage jusqu’en mars 1956 quand la production cesse au profit d’un nouveau char de combat, largement inspiré du Pershing qui va être à la base des chars américains jusqu’à la fin des années soixante-dix.

Peu de variantes ont été produites mis à part une variante dépannage, une variante à blindage renforcé (parfois connu sous le nom de «Super Pershing») et une variante poseur de pont.

Le Pershing à été après guerre livré à la Belgique et aux Pays-Bas pour leur offrir un char lourd moderne en attendant le choix d’un char neuf. L’Italie reçu également quelques chars. Tous les Pershing ont quitté le service actif au milieu des années soixante à une époque où ils étaient considérés comme des chars moyens.

Caractéristiques Techniques du M26 Pershing

Type : char lourd

Poids : 41.7 tonnes 45 tonnes en ordre de combat

Dimensions : longueur totale 8.649m (tourelle tournée vers l’avant) 6.337m (tourelle tournée vers l’arrière) largeur 3.51m hauteur 2.78m

Motorisation : moteur diesel Continental dévellopant 570ch

Performances : vitesse maximale 47 km/h sur route 9.50km/h en tout-terrain distance franchissable 230km

Blindage : caisse 50 à 102mm tourelle 76mm

Armement : un canon de 90mm alimenté à soixante-dix coups, deux mitrailleuses Browning M1919A4 (une coaxiale et une de coque) avec 5000 coups, une mitrailleuse antiaérienne de 12.7mm avec 550 coups

Equipage : Cinq hommes (chef de char, tireur, chargeur, conducteur et aide-conducteur)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s