Etats Unis (100) OdB et Programme de guerre (10)

Porte-avions classe Independence

Avec l’entrée en guerre active des Etats-Unis, les besoins en porte-avions se démultiplient en dehors des missions de combat. Il faut assurer la protection des convois, le transport d’avions, la formation de jeunes pilotes……. .

Pour cela il serait fort inutile de mobiliser un Essex. Aussi la marine américaine va commander de nouveaux Independence, des porte-avions jugés consommables à la différence des porte-avions d’escadre.

Douze navires supplémentaires sont commandés dans le cadre du programme de guerre (avril 1950), des navires immatriculés CV-51 à 62. A ces douze navires supplémentaires s’ajoutent vingt-quatre porte-avions, douze commandés en septembre 1950 (CV-63 à 74) et douze autres en juin 1951 (CV-75 à 86).

Ces navires sont tous construits par Kaiser à Vancouver sur une immense cale pouvant accueillir douze coques simultanément. Tous sont achevés avant la fin du conflit ce qui constitue une véritable prouesse même à l’échelle de l’industrie américaine.

Au total sur les quarante-huit Independence, seize vont être déployés dans l’Atlantique et en Méditerranée (quatre commandés avant mars 1950 et douze du programme de guerre), les trente-deux autres étant engagés dans le Pacifique.

Sur ces trente-deux porte-avions, quatre disposeront durant la guerre de groupes aériens armés par l’USMC.

Leur évolution va être très limitée par leur incapacité à mettre en œuvre des avions à réaction à l’époque tout aussi lourds que patauds. Voilà pourquoi la majorité des Indepedence est mise en réserve quelques années après la fin de la guerre.

Quelques Independence connaissent une longue carrière sous la forme de porte-hélicoptères (mais aucun des Independence du programme de guerre) ou sous pavillon étranger (Italie, Turquie, Argentine, Brésil, Chili et Perou _Santiago et Rio disposant déjà d’un Independence financés par leurs soins_) mais la majorité sont retirés du service dès 1956/57. Sous cocon, ils vont attendre leur vente à la démolition, aucun n’étant préservé comme musée.

Les douze Independence commandés en avril 1950 dans le cadre du programme de guerre sont baptisés USS Suwannee (CV-51) Chenango (CV-52) Santee (CV-53) Charger (CV-54) Chatham (CV-55) Baffins (CV-56) Carnegie (CV-57) Cordova (CV-58) Delgada (CV-59) Edisto (CV-60) Estero (CV-61) et Kerweenaw (CV-62).

Ils sont mis sur cale en juin (CV-51, CV-52,CV-53,CV-54) et en juillet 1950 (CV-55 à CV-67) lancés entre 10 avril et le 5 mai 1951. Armés à flot dans le chantier constructeur, les porte-avions sont mis en service entre septembre et novembre 1951.

Les Suwannee Santee Chatham Carnegie Delgada et Estero sont mis en service en septembre 1951, les Chenango Charger et Baffins sont mis en service en octobre 1951, les Cordova Edisto et Kerweenaw sont mis en service en novembre 1951.

Quatre d’entre-eux sont envoyés dans l’Atlantique pour traquer les sous-marins allemands, couvrir les convois et appuyer les raids amphibies notamment au Danemark et en Norvège. Il s’agit en l’occurence des Suwannee Charger Estero et Kerweenaw.

Trois d’entre-eux survivent au conflit, sont désarmés à la fin du conflit respectivement en juin 1956 (Suwannee), en mars 1957 (Charger) et en septembre 1958 (Kerweenaw), ce dernier ayant été utilisé comme porte-avions école depuis Pensacola. L’Estero lui à été torpillé par un sous-marin allemand le 14 mai 1952 dans l’Atlantique.

Les huit autres de cette première commande sont utilisés dans le Pacifique en l’occurence les Chenango Santee Chatham Baffins Carnegie Cordova Delgada et Edisto.

Les Chenango et Chatham sont utilisés en Californie comme porte-avions école pour former les nombreux pilotes, navigants et rampants nécessaires pour armer les porte-avions neufs mais également pour remplacer le personnel tué, fait prisonnier ou rendu invalide par les combats.

A noter qu’entre deux tours de combat, les pilotes servaient d’instructeurs pour transmettre aux novices leur expérience du combat.

Les Santee Baffins Carnegie Cordova Delgada et Edisto sont utilisés dans le Pacifique pour du transport d’avions vers des bases terrestres, le recomplement des groupes aériens, la couverture des groupes de soutien et des groupes amphibies mais également de véritables missions de combat comme la chasse de nuit, l’appui-feu et la couverture des têtes de pont lors de nombreux raids et opérations amphibies.

Ces six porte-avions survivent au conflit même si certains sont sérieusement endommagés comme l’Edisto au large des Philippines en mars 1953 ou le Santee au large de Formose en avril 1954.

Les Chenango et Chatham restent en service comme porte-avions école jusqu’en septembre 1960 quand ils sont mis en réserve à Suisun Bay (Californie). Après l’échec de projets de transfert à l’Inde et à la Nouvelle-Zélande, les deux porte-avions sont vendus à la démolition en 1964 et 1965.

Le Santee est désarmé le 17 juin 1956 et vendu à la démolition en septembre, les Baffins et Carnegie sont désarmés le 17 septembre 1956 puis coulé comme cibles en 1960, le Cordova désarmé le 7 février 1955 n’est vendu à la démolition qu’en octobre 1965 après dix ans sous cocon.

Les Delgada et Edisto sont désarmés en octobre 1955 puis vendus à la démolition en 1957 et démantelés.

Douze nouveaux porte-avions de classe Independence sont commandés en septembre 1950 aux chantiers navals Kaiser. Immatriculés CV-63 à 74, ils sont baptisés USS Liscombe Bay (CV-63) Guadalcanal (CV-64) Nehenta Bay (CV-65) Manilla Bay (CV-66) Mission Bay (CV-67) Natoma Bay (CV-68) White Plains (CV-69) Kalinin Bay (CV-70) Kasaan Bay (CV-71) Fanshaw Bay (CV-72) Kitkun Bay (CV-73) et Gambier Bay (CV-74).

Le 4 mai 1952, le Prince Williams est coulé dans l’Atlantique par un sous-marin allemand et pour lui rendre hommage, le CV-74 est rebaptisé.

Ces douze porte-avions sont mis sur cale entre juin et septembre 1951 après le lancement de la première série de douze Independence. Ils sont lancés entre février et mai 1952 et mis en service en août (Liscombe Bay Nehenta Bay Manilla Bay Natoma Bay), en septembre (Guadalcanal Mission Bay White Plains Kasaan Bay) et en octobre 1952 (Kalinin Bay Fanshaw Bay Kitkun Bay Prince William).

Sur ces douze porte-avions, seulement deux passent dans l’Atlantique, le Prince William et le Liscombe Bay, les dix autres ralliant le Pacifique, participant aux mêmes missions que leurs sister-ship qu’elles soient de soutien ou de combat.

Si dans l’Atlantique, les deux porte-avions ressortent intacts des opérations, ce n’est pas le cas dans le Pacifique où deux porte-avions légers sont coulés, le Nehenta Bay par des croiseurs japonais aux Philippines en avril 1953 et le Kasaan Bay frappé par deux kamikazes au large d’Okinawa en mai 1954.

Les dix survivants sont désarmés dans l’immédiat après guerre, le Guadalcanal en novembre 1954, le Manilla Bay en janvier 1955, les Mission Bay et Natoma Bay en mars 1955, le White Plains en mai 1955, le Kalinin Bay en septembre 1955, les Fanshaw Bay et Kitkun Bay en janvier 1956.

Trois de ces neufs navires sont transférés à des marines étrangères, le Liscombe Bay à la marine italienne en septembre 1957. Rebaptisé Italia, il est utilisé de mars 1965 à mai 1980, remplacé par le Giuseppe Garibaldi, un porte-avions conventionnel conçu en coopération avec l’Espagne, ce porte-avions étant toujours en service en 2017 même si il approche de la fin de carrière. L’Italia rendu à la marine américaine est démantelé à La Spezia.

Le Natoma Bay est transféré à la marine turque en mars 1961. Devenu le Iskenderun, le porte-avions léger est utilisé pour la lutte anti-sous-marine en Méditerranée et en mer Noire (après levée des restrictions de la convention de Montreux de 1936) puis à partir de 1985 comme porte-hélicoptères. Il est désarmé en mai 1990 après un incendie de chaudière sans être remplacé même si la marine turque à un projet de LHD.

Le dernier de cette série à être transférée est le Kitkun Bay qui devient le Callao lors de son transfert à la marine péruvienne en septembre 1961. Hélas, la mise en œuvre d’un porte-avions par la Armada Peruvianna sera éphémère puisqu’il est désarmé en 1972 après avoir été davantage utilisé comme transport et porte-hélicoptères que comme porte-avions. Rendu aux Etats-Unis, il est vendu à la démolition et démantelé.

Les porte-avions de cette série restants sont tous démolis à la fin des années soixante ou au tout début des années soixante-dix.

Enfin douze Independence sont commandés en juin 1951, des porte-avions immatriculés CV-75 à CV-86 et baptisés USS Hoggatt Bay (CV-75) Kadashan Bay (CV-76) Marcus Island (CV-77) Savo Island (CV-78) Ommaney Bay (CV-79) Petrof Bay (CV-80) Rudyerd Bay (CV-81) Saginaw Bay (CV-82) Sargent Bay (CV-83) Shamrock Bay (CV-84) Shiplay Bay (CV-85) et Cape Esperance (CV-86).

Ces porte-avions sont mis sur cale entre juin et septembre 1952, lancés entre avril et août 1953 et commissioned entre novembre 1953 et février 1954.

Comme pour la série précedente, deux vont rallier l’Atlantique et le front européen en l’occurence le Petrof Bay (CV-80) et le Shamrock Bay (CV-84), ces deux porte-avions participant à des actions contre l’Italie puis contre l’Allemagne notamment les suites de l’opération Borealis exécutée à partir du 5 octobre 1953. Ils sont désarmés respectivement en mars et en septembre 1955.

Ils sont remis en service en septembre 1960 pour servir de transport d’avions en direction du Vietnam, transportant des avions destinés aussi bien à la France qu’au Vietnam. Alors reclassés AKV-80 et 84, ces navires sont remis en réserve en janvier 1965. Leur réactivation est étudiée pour la deuxième guerre du Vietnam mais au final n’est pas réalisée. Ils sont démolis en 1972.

Les dix autres sont donc envoyés dans le Pacifique pour des missions de combat et des missions de soutien. Deux sont détruits durant le conflit, le Hoggart Bay torpillé par un sous-marin japonais au large de Manille le 8 décembre 1953 et le Kadashan Bay victime d’un incendie accidentel à Pearl Harbor le 17 février 1954. Remorqué après la fin du conflit vers les Etats-Unis pour être démoli, il coule en route.

Les huit survivants du Pacifique sont désarmés entre janvier 1955 et septembre 1956. Rassemblés à Suisun Bay, ils sont amarrés bord à bord ce qui représente vue du ciel une photo impressionante.

Trois d’entre-eux sont transférés à des marines étrangères, le Marcus Island à l’Argentine en septembre 1965 pour compléter le porte-avions de type Colossus acquis en Grande-Bretagne.

Il est rebaptisé Veinticinco de Mayo et remplace définitivement l’Independencia en 1972. Son retrait du service en octobre 1985 marque la fin du porte-avions dans la marine argentine, Buenos Aires n’ayant pas les moyens de s’équiper d’un porte-avions moderne.

Le Brésil reçoit en octobre 1959 le Ommaney Bay pour compléter le porte-avions acquis avant avril 1950 et baptisé Minas Gerais.

Rebaptisé Sao Paulo, ce porte-avions léger est utilisé avec son sister-ship jusqu’en juin 1980 quand il devient le seul porte-avions de la marine auverde qui le remplace en septembre 1995 par un porte-aéronefs de type CVS construit en Espagne avec des crédits américains. Baptisé Minas Gerais, ce porte-aéronefs est toujours en service et signe des temps, armé par un groupe aérien brésilo-argentin.

Enfin le Chili reçoit en septembre 1960 le Cape Esperance pour compléter le Valparaiso acquis en même temps que le Brésil. Rebaptisé Santiago, ce deuxième porte-avions permet au Chili de dévelloper son aéronavale et remplace le cuirassé Almirante Lattore.

Resté seul après le désarmement du Valparaiso en septembre 1979, le Santiago est désarmé en octobre 1985 et non remplacé même si la marine chilienne songe à s’équiper d’un LHD pouvant devenir porte-aéronefs avec un tremplin.

Les Independence non transférés ont été démolis au cours des années soixante-dix.

Caracteristiques Techniques des porte-avions légers de classe Independence

Déplacement : standard 14500 tonnes pleine charge 17500 tonnes

Dimensions : longueur 215.25m largeur (flottaison) 24.50m tirant d’eau (en charge) 7.15m

Propulsion : turbines à engrenages General Electric alimentées par quatre chaudières Westinghouse dévellopant une puissance totale de 45000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 25 noeuds distance franchissable 12000 miles nautiques à 14 noeuds

Armement : 48 canons de 40mm Bofors en vingt-quatre affûts doubles

Installations aéronautiques et Groupe aérien : Une catapulte à l’avant Deux ascenseurs axiaux Hangar de 135.63×15.84×5.33m Dix brins d’arrêt.

Le groupe aérien se compose de trente-deux appareils généralement seize chasseurs (Hellcat, Bearcat ou Corsair), huit bombardiers en piqué Curtiss Helldiver et huit Grumman Avenger.

Equipage : 42 officiers et 777 officiers mariniers et quartiers maitres et matelots pour la conduite du navire et environ 200 hommes pour le groupe aérien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s