Etats Unis (98) OdB et Programme de Guerre (8)

Porte-avions

Avant-propos

Les Etats-Unis comme le Japon ont très vite compris l’intérêt du porte-avions pour la future guerre dans le Pacifique. L’éclairage, l’attaque de la ligne ennemie, l’achèvement des unités endommagées, la couverture aérienne, rien ne pouvait se faire sans la présence de porte-avions dans cette étendue d’eau gigantesque.

Il faut cependant se garder de tout anachronisme. Aucun amiral américain ou japonais ne voit le porte-avions comme un vecteur central. Tout juste lui attribue-t-on une place importante mais derrière le cuirassé qui reste considéré comme le roi des mers.

Le conflit se chargera de montrer que le cuirassé si il est toujours utile va être inévitablement déclassé par le porte-avions. Outre son coût important, on atteint des limites en terme de masse, de vitesse et d’armement et si un cuirassé peut en théorie détruire toute cible en surface, il est très vulnérable au sous-marin, à l’avion et je ne parle même pas des nouvelles armes atomiques.

USS Lexington 1929

En septembre 1939, les Etats-Unis disposent de six porte-avions en service plus un septième en construction. Cette flotte est hétérogène avec des croiseurs de bataille transformés (Lexington Saratoga), de petites unités considérées comme peu réussies (Ranger Wasp) et des porte-avions moyens bien conçus pour l’époque (Yorktown Enterprise en attendant le Hornet).

USS Enterprise (CV-6)

USS Enterprise (CV-6)

Neuf ans plus tard quand la mer du Nord s’embrasse, l’US Navy dispose de quinze porte-avions avec trois Yorktown et douze Essex. Ces quinze unités montrent des performances semblables ce qui facilite la maintenance, le ravitaillement et l’entraînement.

USS Essex Hampton Roads 01021943

USS Essex (CV-9)

En mars 1946, les américains découvrent la volonté japonaise de construire douze Unryu en plus de quatre Taiho. Ils ripostent en commandant deux porte-avions lourds type United States et six porte-avions de classe Essex, les deux premiers étant immatriculés CV-21 et CV-22 et les six suivants CV-23 à CV-28.

Aucun de ces navires n’est en service en septembre 1948 mais certains sont proches d’être mis en service quand le Japon attaque. Cela porte le nombre de porte-avions à vingt-trois porte-avions.

Le USS Boxer (CV-23) est mis en service le 14 avril 1950, le USS Belleau Woods (CV-24) est mis en service le 8 juin 1950, le USS Crown Point (CV-25) l’est le 1er juillet 1950, le USS Tripoli (CV-26) est commissioned le 4 décembre 1950, le USS Antietam (CV-27) le 12 décembre 1950 et enfin le USS Valley Forge (CV-28) le 14 janvier 1952.

Suite à l’utilisation des porte-avions économiques de type Colossus par la France, la Grande-Bretagne, l’Argentine et les Pays-Bas (en attendant le Canada et l’Australie), l’US Navy s’intéresse à ce concept pour décharger les porte-avions d’escadre (Yorktown, Essex et United States) de taches secondaires comme la formation des jeunes pilotes et le transport d’avions.

Ces porte-avions légers doivent également pouvoir couvrir des groupes de croiseurs et de destroyers mais également assurer l’appui-feu des troupes au sol. Sans que cela soit dits, ils sont considérés comme consommables.

HMS Colossus (R-15)

Les Colossus ont inspiré les Independence

Six puis douze porte-avions de type Independence sont commandés en janvier 1949. Le Chili et le Brésil passent commande d’un navire chacun, leur contrat prévoyant un rachat par les Etats-Unis en cas de conflit mais l’US Navy pour des raisons politiques se gardera bien de le faire.

Suite au raid japonais sur Pearl Harbor le 21 mars 1950, un programme de guerre est voté et les porte-avions ne sont pas oubliés. Mieux mêmes, ils prennent la première place puisqu’aucun nouveau cuirassé n’est commandé, l’US Navy estimant suffisant les deux Iowa modifiés en construction depuis un an.

Quatre porte-avions lourds de classe United States sont commandés portant cette classe à six unités mais également six Essex supplémentaires, des porte-avions immatriculés CV-41 à 44 pour les United States, CV-45 à 50 pour les Essex. Douze autres Independence sont également commandés, des navires immatriculés CV-51 à CV-62.

Comme souvent dans ces conditions la machine s’emballe avec notamment la commande ultérieure de vingt-quatre nouveaux Independence immatriculés CV-63 à CV-86.

Porte-avions classe United States

Les deux premiers porte-avions de type United States sont mis en service quelques semaines après l’attaque japonaise, le United States étant commissioned le 14 avril 1950, son sister-ship Constellation le suivant deux mois et demi plus tard le 1er juillet 1950.

Le programme de guerre finance la construction de quatre unités identiques même si au cours de la construction, des modifications liées au retour d’expérience des deux premiers porte-avions lourds seront menées.

Ces porte-avions sont initialement baptisés Lexington (CV-41) Saratoga (CV-42) Langley (CV-43) et Franklin D. Roosevelt (CV-44). Leur construction est attribuée aux chantiers navals de Newport News pour le CV-41 et le CV-43, au Brooklyn Navy Yard pour le CV-42 et au Philadelphia Navy Yard pour le CV-44.

La construction de ces quatre porte-avions est classé comme prioritaire, le haut commandement américain craignant que les Taiho _d’une taille inférieure mais aussi bien protégés_ ne soit disponible avant.

rys-midway
-Le USS Lexington (CV-41) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding & Drydock Company sis à Newport News (Virginie) le 17 août 1950 lancé le 8 novembre 1951 et commissioned le 12 décembre 1952 au Norfolk Navy Yard.

Le porte-avions effectue sa mise en condition opérationnelle dans les Caraïbes du 15 au 31 décembre 1952 avant de passer une semaine au Charleston Navy Yard pour des travaux complémentaires.

Il quitte la Caroline du Sud le 13 janvier 1953, fait escale à Rio de Janeiro du 18 au 21, à Buenos Aires du 24 au 27 janvier, franchit le détroit de Magellan le 4 février, relachant à Valparaiso du 8 au 11 février, dans la zone du canal de Panama du 16 au 19 février avant de rallier San Diego le 26 février 1953.

Il ne s’attarde pas en Californie, ralliant Pearl Harbor dès le 7 mars, effectue quelques exercices complémentaires du 9 au 16 mars avant de rallier les Philippines pour participer à la deuxième campagne du même nom, assurant aussi bien des frappes d’interdiction navale contre la marine japonaise que l’appui-feu des troupes au sol.

Sortant indemne de cette campagne, le Lexington est engagé dans l’opération Detachment contre Iwo Jima puis dans l’opération Iceberg, la conquête d’Okinawa. Il termine le conflit en assurant des raids contre les cibles littorales japonaises, attaquant bases, ports, usines en préparation du futur débarquement amphibie, débarquement qui n’aura jamais lieu à cause du largage de deux bombes atomiques.

Il reste au large du Japon jusqu’au 17 janvier 1955 quand il rallie Bremerton pour subir un grand carénage au Puget Sound Navy Yard du 30 janvier au 7 juin 1955. A nouveau opérationnel le 1er juillet, il reçoit l’ordre de rallier Norfolk, son nouveau port d’attache.

Il fait escale à San Diego, dans la zone du canal de Panama, à Valparaiso, Buenos Aires, Rio de Janeiro, Miami avant d’arriver à Norfolk le 8 août 1955.

Depuis son port virginien, le troisième porte-avions de classe United States va opérer dans l’Atlantique, dans les Caraïbes, en mer du Nord et en Méditerranée, étant détaché en Méditerranée au sein de la 6ème flotte.

Il effectue trois déploiements dans la Mare Nostrum du 15 mai au 21 octobre 1957, du 6 mai au 20 octobre 1958 et enfin du 15 avril au 12 septembre 1959.

A son retour de Méditerranée, le porte-avions est désarmé le 30 septembre 1959 en vue de subir une refonte identique à celle que venait de subir le United States. Il est immobilisé au Norfolk Navy Yard du 15 octobre 1959 au 21 décembre 1961. Il effectue ses essais du 22 au 27 décembre puis sa remise en condition du 30 décembre 1961 au 17 janvier 1962.

Remis en service officiellement le 25 janvier 1962, il reste déployé dans l’Atlantique au sein de la 2ème flotte. Il effectue à nouveau des déploiements en Méditerranée, le premier du 3 décembre 1967 au 10 mai 1968 et le second du 21 novembre 1968 au 14 juin 1969.

Après un grand carénage au Norfolk Navy Yard du 30 juin au 17 novembre 1969, le porte-avions retourne en Méditerranée du 11 décembre 1969 au 7 mai 1970 et du 15 décembre 1970 au 14 juin 1971.

Après un petit carénage du 25 juin au 2 août 1971, le porte-avions effectue sa remise en condition avant de mettre cap sur le Vietnam, arrivant à Subic aux Philippines après six semaines de mer le 17 septembre 1971. Son premier déploiement à lieu d’octobre 1971 à mai 1972 suivit d’un second de février à octobre 73. Il rallie ensuite la côte est le 13 novembre 1973.

Après un petit carénage du 30 novembre 1973 au 12 avril 1974, le porte-avions effectue essais et remise en condition avant de reprendre sa routine des déploiements en Méditerranée. Il est en Méditerranée du 13 août 1974 au 2 mai 1975, du 11 octobre 1975 au 21 avril 1976 et du 4 novembre 1976 au 5 mai 1977.

Rentré à Norfolk le 15 mai 1977, le porte-avions est désarmé le 4 juin 1977. Rayé du Naval Vessel Register le 2 septembre 1977, il est vendu à la démolition et démantelé à Kearny. Son nom va être repris par un porte-avions nucléaire, le CVN-100, le cinquième de classe Nimitz mis en service en 1987.

USS Franklin D. Roosevelt configuration originelle.jpg

-Le USS Saratoga (CV-42) est mis sur cale au Brooklyn Navy Yard sis dans le quartier éponyme de New York le 8 octobre 1950 lancé le 12 janvier 1952 et commissioned le 14 mars 1953.

Il effectue sa mise en condition opérationnelle du 21 mars au 7 avril dans les Caraïbes, rallie Charleston pour huit jours de travaux du 8 au 16 avril. Les soutes pleines, son groupe aérien embarqué, le quatrième porte-avions de classe United States appareille pour le Pacifique via le détroit de Magellan.

Il fait escale à Rio de Janeiro, à Buenos Aires, franchit le détroit de Magellan, relache à Valparaiso, dans la zone du canal de Panama avant de rallier San Diego le 1er juin 1953.

Il se ravitaille et embarque du matériel avant d’appareil le 5 juin 1953 direction Pearl Harbor où il arrive le 13. Il effectue un entrainement complémentaires dans les eaux hawaïennes pendant quinze jours.

Il connait son baptême du feu à la mi-juillet dans le cadre de la deuxième campagne des Philippines commencée en mars qui s’achève seulement en février 1954 même si depuis deux mois les combats avait grandement baissé en intensité.

Il est ensuite engagé dans l’opération Boxer, la conquête de Formose et la reconquête de la Chine utile, la côte orientale, offensive menée à la fois par l’armée chinoise et combinée avec des débarquements américains sur les côtes. Le porte-avions lourd assure couverture aérienne, appui-feu, frappes d’interdiction et surveillance des derniers navires de la marine japonaise.

Le porte-avions lourd termine la guerre dès le mois de juin. Endommagé par un kamikaze au large du Japon, il rallie le Puget Sound Navy Yard pour remise en état doublé d’un grand carénage prévu à l’origine pour octobre. Arrivé à Bremerton le 17 juin, il est immobilisé pour réparations, remise en état et remise en condition du 25 juin au 7 décembre 1954.

Il rallie alors l’Asie pour assurer une présence américaine alternativement au large du Japon, de la Corée, de la Chine et de Formose. Il reste déployé dans la région jusqu’au 14 juin 1955 quand il rallie son nouveau port d’attache à savoir San Diego.

Rattaché à la 1ère flotte, il mène des exercices avec les marines nord et sud-américaines, montre le pavillon en Asie au cours de déploiements durant lesquels il dépend de la 7ème flotte.

Le 18 mars 1959, le Saratoga est désarmé et confié aux bons soins du Puget Sound Navy Yard pour une refonte qui va l’immobiliser du 30 mars 1959 au 12 octobre 1960. Les travaux menés sont similaires à ceux menés sur ses sister-ships.

Après des essais menés du 15 au 20 octobre, le porte-avions effectue sa remise en condition opérationnelle du 22 octobre au 15 novembre 1960. Il est officiellement remis en service le 21 novembre 1960 avec toujours San Diego comme port d’attache.

Il reprend le cours habituel de sa carrière post-second conflit mondial, des exercices, des démonstrations de force et des déploiements au sein de la 7ème flotte voir au sein de la 5ème flotte créée en 1970 et chargée de couvrir l’Océan Indien et le Moyen-Orient.

Il participe naturellement à la guerre du Vietnam, la seconde du nom, effectuant quatre déploiements, le premier de septembre 1969 à juin 1970, le second de janvier à septembre 1971, le troisième de septembre 1972 à mai 1973 et enfin le quatrième de janvier à septembre 1974.

Il subit un grand carénage d’octobre 1974 à juin 1975 avant de reprendre le cours de ses missions même si le déploiement prévu au Vietnam de septembre 1975 à juin 1976 est finalement annulé, l’évolution du conflit permettant un allégement du dispositif naval américain.

Usé par trente ans de carrière, le USS Saratoga (CVA-42) est désarmé le 14 mars 1982 à San Diego avant d’être rayé du Naval Vessel Register le 8 juin suivant. Il passe dix ans à Suisun Bay sous cocon avant d’être sauvé d’une inévitable démolition par une fondation qui le remorque à Los Angeles pour le préserver comme musée à flot. Ouvert au public le 12 mars 1994, c’est le pendant du Constellation conservé lui à San Diego.

uss Coral Sea 3.jpg

-Le USS Yorktown (CVA-43) est mis sur cale le 12 juillet 1950 sous le nom de Langley aux chantiers navals de Newport News. Il est rebaptisé Yorktown le 7 septembre pour célébrer la mémoire du CV-5 coulé au large des Philippines par l’aviation japonaise.

La construction est d’abord lente _la priorité est donnée au Lexington_ puis s’accélère pour aboutir au lancement par vingt-trois de construction soit le 13 juin 1952. Il est mis en service le 8 septembre 1953, effectuant sa mise en condition opérationnelle du 11 septembre au 3 octobre 1953.

Un temps sa participation à l’opération Borealis est envisagée mais finalement le porte-avions est engagé dans le Pacifique. Il quitte Mayport le 15 octobre 1953, fait escale à Rio de Janeiro du 21 au 23, à Buenos Aires du 26 au 29 octobre, franchit le détroit de Magellan du 4 au 6 octobre avant de relacher à Valparaiso du 9 au 12 octobre.

Après une escale au Panama du 18 au 22 octobre, le porte-avions arrive à San Diego le 30 octobre 1953. Il embarque du matériel et du personnel puis reprend la mer le 3 novembre direction Pearl Harbor. Après un entrainement complémentaire du 13 au 18 novembre, le porte-avions rallie Iwo Jima pour des raids de diversion pour détourner vers cet archipel des forces qui pourraient être engagées aux Philippines.

Il participe ensuite aux opérations Detachment et Iceberg, les opérations contre Iwo Jima et Okinawa soit en assurant l’appui direct aux opérations ou en assurant des raids de diversion contre le Japon.

Le conflit terminé, le porte-avions reste déployé en Asie du Sud-Est et du Nord-Est. Il rentre à San Diego le 12 septembre 1955 pour subir un petit carénage du 15 septembre au 7 décembre 1955 au Mare Island Navy Yard.

De nouveau opérationnel le 5 janvier 1956, il rallie son nouveau port d’attache en l’occurence Mayport en Floride. Il opère dans les Caraïbes, dans l’Atlantique et en Méditerranée, effectuant trois déploiements au sein de la 6ème flotte.

Il est déployé dans la Mare Nostrum du 22 octobre 1957 au 5 mai 1958, du 21 octobre 1958 au 14 avril 1959 et enfin du 16 juin au 30 décembre 1962.

Le 25 janvier 1962, le porte-avions est désarmé en vue d’être refondu au Norfolk Navy Yard, les travaux l’y immobilisant du 5 février 1962 au 17 septembre 1963. Les essais ont lieu du 20 au 23 septembre avant sa remise en condition du 25 septembre au 12 octobre 1963, le porte-avions étant officiellement remis en service trois jours plus tard.

Il retourne en Méditerranée du 11 mai au 20 novembre 1968, du 15 juin au 10 décembre 1969, du 8 juillet au 15 décembre 1970 et du 15 juin au 20 décembre 1971.

A son retour de Méditerranée, il rallie directement Norfolk pour subir une refonte de dix-huit mois, étant immobilisé au Norfolk Navy Yard du 15 janvier 1971 au 22 juillet 1972. Ses essais ont lieu du 24 au 30 juillet et sa remise en condition du 1er au 21 août 1972.

Il retourne en Méditerranée pour trois nouveaux déploiements, le premier du 3 novembre 1972 au 14 juin 1973, le second du 8 janvier au 12 août 1974 et le troisième du 3 mai au 10 octobre 1975.

Après un petit carénage du 15 octobre 1975 au 25 janvier 1976, le porte-avions est à nouveau déployé en Méditerranée, du 22 avril a 3 novembre 1976 et du 6 mai au 5 novembre 1977.

Ce sera son dernier déploiement en Méditerranée, le porte-avions se concentrant désormais sur l’Atlantique Nord et la Mer du Nord pour faire face à une activité toujours plus importante de la marine soviétique de surface. Un détachement permanent à Scapa Flow est envisagé mais abandonné pour des raisons de coût.

Le USS Yorktown (CV-43) est désarmé le 17 octobre 1984 après trente et un an de carrière. Rayé du Naval Vessel Register le 8 février 1985, il est vendu à la démolition mais le chantier déconstructeur ayant fait faillite, l’US Navy le récupère et le mouille dans l’estuaire de la rivière James jusqu’en 1995 puis à Newport (Rhode Island) jusqu’en 1997 quand il est vendu à la démolition et démantelé.

-Le USS Enterprise (CV-44) est mis sur cale au Philadelphia Navy Yard le 17 mars 1952 sous le nom de Franklin D. Roosevelt.

Le choix de ce nom fait polémique mais cette polémique est éteinte dès le 1er mai quand décision est prise de le rebaptiser Enterprise pour rendre hommage au CV-6 coulé le 4 mars 1952 lors de la bataille de la mer de Corail.

Le sixième et dernier porte-avions de classe United States est lancé le 21 septembre 1953 et commissioned le 14 juin 1954. Il quitte Philadelphie le 5 juillet, fait escale à Rio de Janeiro, à Buenos Aires, à Valparaiso, arrivant à San Diego le 1er juillet. Il reprend la mer le 3 direction le Japon où il arrive après plusieurs ravitaillement à la mer le 17, opérant du 18 juillet au 24 août dans des raids contre l’industrie et les bases militaires nippones.

Le conflit terminé, il assure le soutien aérien aux opérations d’occupation du Japon mais également le rapatriement des démobilisés (opération Magic Carpet). Il assure également des transports d’avions et de matériel, laissant son groupe aérien à terre au Japon.

Le 17 juin 1957, l’Enterprise rallie son nouveau port d’attache de Pearl Harbor d’où il va opérer jusqu’en novembre 1960 quand il rallie le Puget Sound Navy Yard pour être modifié en porte-avions d’attaque avec piste oblique, catapultes à vapeur, nouveaux brins d’arrêts, bref des travaux identiques à ses sister-ship.

Désarmé le 25 novembre 1960, il est immobilisé pour refonte du 1er décembre 1960 au 17 juin 1962. Ses essais ont lieu du 19 au 23 juin avant sa remise en condition du 25 juin au 15 juillet 1962. Il est officiellement remis en service le 21.

Il retourne à Pearl Harbor d’où il rayonne jusqu’en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Asie du Sud-Est et en Asie du Nord-Est. Il assure à plusieurs reprises un soutien officieux à la France qui mène une guerre terrible contre la guerilla communiste au Vietnam.

Officiellement, il s’agit d’exercices franco-américano-vietnamien mais en réalité les avions embarqués sur le CV-44 bombardent de véritables cibles, soulageant les unités aériennes françaises fortement solicitées. Cet engagement officieux va perdurer jusqu’à la fin du conflit en juin 1967.

Le USS Enterprise (CV-44) va participer pleinement à la deuxième guerre du Vietnam, effectuant pas moins de six déploiements, le premier de décembre 1969 à mai 1970, le second de novembre 1970 à mars 1971, le troisième de septembre 1971 à avril 1972, le quatrième de septembre 1973 à mai 1974, le cinquième de septembre 1974 à juin 1975 et le sixième de janvier à septembre 1977.

Après une refonte d’octobre 1977 à mars 1979, le porte-avions est redéployé à Bremerton pour couvrir le Pacifique Nord-Est et faire à l’augmentation de l’activité de la flotte du Pacifique soviétique.

Après trente et un ans de carrière, le USS Enterprise (CV-44) est désarmé le 18 novembre 1985 à San Diego. Rayé du Naval Vessel Register le 8 mars 1986, il reste mouillé à Suisun Bay en attendant que l’on décide de son sort.

Des projets de préservation sont étudiés, d’autres utilisation plus étonnantes sont suggérées à l’US Navy qu’il s’agisse d’en faire un bâtiment d’accueil de réfugiés, une plate-forme pénitentiaire ou un bâtiment d’intervention pour les gardes-côtes.

Aucun de ces projets ne voit le jour et le 17 septembre 1995, le porte-avions est remorqué au large de la Californie et coulé comme cible, rejoignant Neptune après avoir encaissé bombes, missiles, obus et torpilles.

Caractéristiques Techniques des porte-avions classe United States

Déplacement : (à la mise en service) 45000 tons (40823 tonnes métriques) standard 59000 tons (53234 tonnes métriques) à pleine charge (Après refonte) 54000 tons (49823 tonnes métriques) pleine charge 60500 tons (56323 tonnes)

Dimensions : longueur hors tout 298m largeur à la flottaison : 37m tirant d’eau 11m

Propulsion : quatre groupes de turbines à engrenages Westinghouse alimentées en vapeur par douze chaudières Bacock & Wilcox dévellopant 212000ch entrainant quatre hélices
Performances : vitesse maximale 33 nœuds (31.5 après refonte) distance franchissable 8000 miles nautiques à 15 noeuds

Electronique : deux radars de veille aérienne, un radar de navigation, un radar de veille surface, deux radars de conduite de tir pour les canons de 127mm, deux radars de conduite de tir pour l’artillerie légère.

Armement (A l’origine) 18 canons de 127mm (5 inch) Mark 16 en dix-huit tourelles simples Mark 41 (trois à babord avant, trois à tribord avant, six à babord arrière et six à tribord arrière), soixante-quatre canons de 40mm en seize affûts quadruples et trente-six canons de 20mm Oerlikon en affûts simples.

(Après refonte) 12 canons de 127mm (trois à tribord avant, trois à tribord arrière, trois à babord avant, trois à tribord arrière) et 8 canons de 76mm en quatre affûts doubles.

A la fin de leur carrière, les United States ne possédaient plus de canons de 127mm, embarquant deux affûts doubles de 76mm, des systèmes de défense rapprochée Phalanx et des missiles surface-air Sea Sparrow issu du missile air-air du même nom.

Installations aéronautiques

-Pont d’envol de 292.85 x41.45m de large. Après refonte, si la longueur ne change pas, la largeur avec la piste oblique est portée à 72.50m

-Trois ascenseurs (deux axiaux et un latéral à babord) devenus ensuite latéraux lors de la refonte installant la piste oblique

-Trois catapultes à vapeur (deux axiales et une sur la piste oblique)

-Nombre inconnu de brins d’arrêts

-1210 tonnes de logistique aéronautiques et 4.49 millions de litres de carburant

Grumman F7F Tigercat 6

Le puissant et élégant Grumman F7F Tigercat 

Groupe Aérien : A leur mise en service, les United States possédaient 110 appareils, huit Grumman Tigercat, seize Grumman Bearcat, trente-six chasseurs-bombardiers Chance-Vought F4U Corsair, trente-deux bombardiers en piqué Curtiss Helldiver et dix-huit avions-torpilleurs Grumman Avenger, une répartition qui pouvait varier en fonction des missions notamment avec l’évolution du conflit.

Le nombre d’appareils à été réduit à 75 après refonte et à la fin de la carrière, les groupes aériens des United States dépassaient rarement soixante appareils.

Equipage : 2615 officiers, quartiers maitres et matelots plus un groupe aérien de 1800 hommes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s