Etats Unis (84) USMC (1)

UNITED STATES MARINES CORPS (USMC)

Seal_of_the_United_States_Marine_Corps.svg.png

Les nuques de cuir

Surnommés les Leathernecks (cou de cuir), les Marines ont acquis depuis le second conflit mondial une aura mythique de combattants d’élite, toujours sur la brèche, une dimension soigneusement entretenue par de nombreux films à gloire du United States Marines Corps sans compter les films où le héros est issu du Corps des Marines des Etats-Unis.

Créé dès 1775 avec deux bataillons levés pour servir à bord de la Continental Navy, participant à la traversée de la rivière Delaware sous les ordres du Général Washington, les marines traversent une période d’incertitude de 1783 à 1798 avant que le corps soit définitivement pérénnisé le 11 juillet 1798.

Ils participent à tous les conflits dans lesquels sont engagés les américains au cours du 19ème siècle et durant le premier conflit mondial, pas moins de 309000 marines sont engagés, les leathernecks s’illustant notamment dans le Bois de Belleau.

Représentant en moyenne 20% des effectifs de l’US Navy, l’USMC dévellope le concept de la guerre amphibie dans les années vingt à une époque où ce type d’opérations est jugé comme impossible ou très difficile à réaliser.

En décembre 1936, l’USMC aligne 18000 hommes, les deux principales unités étant deux brigades, la 1st Marines Brigade et 2nd Marines Brigade.

En septembre 1939, les deux brigades sont toujours en place auxquelles il faut ajouter des unités chargées de la sécurité des bases navales, des ambassades et des consultats des Etats-Unis dans le domaine. Depuis mai 1912, les Marines disposent de leur propre aviation, des chasseurs et des bombardiers pour soutenir les marines à terre.

Au printemps 1941, les deux brigades sont transformées en divisions, chaque division disposant de trois régiments d’infanterie à trois bataillons, un régiment d’artillerie, un régiment du génie et un régiment de pionniers. Un projet de troisième division n’aboutit pas avant le début du second conflit mondial.

Chance Vought F4U-1 Corsair 68

L’aviation des Marines dispose en septembre 1948 de deux escadres (Marines Air Wing) regroupant 32 squadrons et 640 appareils, seize étant équipés de F4U Corsair (320 appareils), quatre équipés de Douglas Dauntless (80 appareils), quatre équipés de Grumman Avenger (80 appareils) et huit équipés de North American PBJ (160 appareils). On trouve également hors rang deux squadrons de transport équipés de C-47 et de C-54 (ou plutôt R4D et R5D, les Marines partageant les désignations de l’US Navy).

Quand la guerre éclate en Europe en septembre 1948, les marines obtiennent l’activation d’une troisième division de Marines suivit d’une quatrième créée peu avant l’attaque japonaise et n’existant donc que sur le papier à l’été 1950. Deux autres divisions seront créées durant le conflit.

Quand à l’aviation, de nouveaux squadrons sont créés, des unités de chasse équipées de Chance-Vought F4U Corsair, de Grumman F7F-4 Tigercat (les livraisons commencent à l’automne 1948), de bombardiers médians North American PBJ.

Une histoire du Corps des Marines des Etats-Unis

Bien que l’USMC ait été créé officiellement le 11 juillet 1798, l’existence des marines remonte à 1775 quand deux bataillons sont levés à Tru Tavern près de Philadelphie (10 novembre 1775) pour servir dans la Continental Navy dans deux missions principales : l’abordage des navires ennemis et la protection des officiers face à des équipages pas toujours malléables.

Ces bataillons réalisent un raid amphibie aux Bahamas en mars 1775 puis participe à la traversée de la rivière Delaware dans la nuit du 25 au 26 décembre, permettant la victoire de Trenton contre les mercenaires hessois.

L’indépendance acquise, le Corps des Marines traverse une période incertaine pendant près de quinze ans jusqu’à ce qu’un acte du Congrès ne le pérénnise définitivement (11 juillet 1798).

Durant tout le 19ème siècle, les Marines vont servir comme artilleurs sur les navires de guerre de l’US Navy (sur les cuirassés de l’US Navy par tradition, une ou plusieurs tourelles étaient servies par des marines) et pour former des compagnies de débarquement pour des opérations extérieurs en Méditerranée pour lutter contre la piraterie, aux Falklands, à Sumatra et dans les Caraïbes.

Les Leathernecks participent bien évidement à la guerre de 1812 contre la Grande-Bretagne, participant notamment à la prise de la Nouvelle-Orléans. La paix signée à Gand le 24 décembre 1814 marque un quasi-retour au statu quo ante.

Après avoir participe aux guerres indiennes, les Marines sont engagés dans la guerre mexicano-américaine de 1845 à 1848 avant la terrible et fratricide guerre de Sécession(1861-1865) où 148 marines sont tués.

Après de nombreuses interventions pour appliquer la doctrine Monroe (1823), les Marines s’illustrent lors de la guerre de 1898 contre l’Espagne, 17000 marines débarquant à Cuba qui devient indépendant mais qui rapidement est réduit à un statut de protectorat.

En 1900, des Marines font partie de l’expédition de secours destinée à libérer les légations occidentales assiégées pendant cinquante-cinq jours par les Boxer, un mouvement contre l’ouverture à l’étranger et manipulé par la dynastie Qing.

La première guerre mondiale voit naturellement l’engagement des Marines. Deux régiments débarquent en 1917, formant une 4ème brigade de Marines de 9444 hommes qui se «fait les dents» dans un secteur calme près de Verdun. Elle intégre la 2ème division d’infanterie US et va participer à l’attaque de «l’offensive des 100 jours» qui vont précipter la défaite de l’Allemagne.

En septembre 1918, une 5ème brigade de Marines est formée mais le général Pershing, commandant de l’American Expeditionnary Force (AEF) s’oppose à la constitution d’une division autonome de marines, la nouvelle brigade assurant la garde des approvisionements à Brest. A noter qu’un projet de débarquement d’une division de Marines en Adriatique à été envisagé.

Sur les 30000 marines engagés en France, 2247 ont été tués et 8894 blessés, héritant du surnom de «Chien de l’enfer» par des allemands qui ont pu vérifier la combativité des Leathernecks notamment lors de la bataille du bois de Belleau.

Comme les autres puissances occidentales, les Etats-Unis participent au soutien des Armées Blanches dans la guerre civile russe, des soldats et des Marines étant présents en Mandchourie et dans la région de Vladivostok de juin 1918 à janvier 1920, d’autres soldats américains étant présents à Arkhangelsk de septembre 1918 à juin 1919, 5000 hommes tentant de soutenir la rébellion aristocratique contre le nouveau régime issu de la Révolution d’Octobre avec le succès que l’on sait puisque Lénine et ses séides finissent par triompher en juin 1923.

Comme dans tous les pays, le retour de la paix entraine une réduction des budgets et donc des moyens. L’existence même du corps est menacé et n’est sauvé que par sa spécialisation dans les opérations amphibies, le débarquement sur une côté défendue, une opération jugée impossible après l’échec des Dardanelles alors que l’échec est plus lié à une exécution défectueuse qu’à une exécution impossible.

Néanmoins entre 1929 et 1933, les effectifs baissent de 24.4% et doivent être encore réduits à 13600 hommes mais une habile campagne médiatique permet de maintenir des effectifs un peu supérieur à 15000 hommes.

L’Advanced Base Force jusque là destinée à la protection des bases est réorganisée pour mener des débarquements offensifs. Le succès des expérimentations de débarquement amphibie permet la création de la Fleet Marine Force qui s’installe à Quantico en Virginie et à San Diego en Californie.

En 1934, la Fleet Marine Force dispose de deux régiments (en réalité deux bataillons totalisant 3186 hommes) qui deviennent donc des brigades en 1936. En décembre 1936, l’USMC aligne 18000 hommes, les deux principales unités étant deux brigades, la 1st Marines Brigade et 2nd Marines Brigade.

En septembre 1939, les deux brigades sont toujours en place auxquelles il faut ajouter des unités chargées de la sécurité des bases navales, des ambassades et des consultats des Etats-Unis dans le domaine. Depuis mai 1912, les Marines disposent de leur propre aviation, des chasseurs et des bombardiers pour soutenir les marines à terre.

Au printemps 1941, les deux brigades sont transformées en divisions, chaque division disposant de trois régiments d’infanterie à trois bataillons, un régiment d’artillerie, un régiment du génie et un régiment de pionniers. Un projet de troisième division n’aboutit pas avant le début du second conflit mondial.

L’aviation des Marines aligne avant le second conflit mondial, 11000 hommes, deux groupes et dix squadrons équipés de chasseur-bombardiers Chance-Vought F4U Corsair pour six d’entre-eux et de bombardiers médians North American PBJ, plus connus sous le nom de B-25 Mitchell pour quatre d’entre-eux.

Quand la guerre éclate en Europe en septembre 1948, les marines obtiennent l’activation d’une troisième division de Marines suivit d’une quatrième créée peu avant l’attaque japonaise et n’existant donc que sur le papier à l’été 1950. Deux autres divisions seront créées durant le conflit.

Quand à l’aviation, de nouveaux squadrons sont créés, des unités de chasse équipées de Chance-Vought F4U Corsair, de Grumman F7F-4 Tigercat (les livraisons commencent à l’automne 1948), de bombardiers médians North American PBJ. L’aviation des Marines s’est enrichie de squadron de transports équipés de C-47/R-4D et de C-54/R-5D.

Durant le second conflit mondial, l’USMC engage ses six divisions dans le Pacifique pour de nombreuses opérations amphibies, subissant des pertes sensibles. Son aviation opère depuis les bases terrestres mais également depuis les porte-avions de l’US Navy.

Durant la guerre après un échec précédent, les Marines mettent sur pied une Marines Airborne Brigade qui effectue des sauts tactiques notamment en Chine et à Formose mais aussi aux Philippines. Une deuxième brigade est mise sur pied en janvier 1954 mais dissoute en juin 1955, ne laissant qu’une brigade opérationnelle.

M-4A1 Sherman 3

Douze bataillons indépendants de chars équipés de M4 Sherman sont mis sur pied entre 1948 et 1952 et engagés dans le Pacifique. Six bataillons sont conservés après guerre mais il n’en reste plus que quatre dès 1970 avec naturellement des chars plus modernes.

La guerre terminée, les 5ème et 6ème division sont dissoutes, réduisant le corps à quatre divisions d’infanterie. Celles-ci sont réorganisées entre 1961 et 1965, regroupant trois brigades interarmes destinées à opérer comme de véritables forces expéditionnaires.

En 1967, une cinquième division est recréée comme force de réserve qui est activée en 1970 pour la deuxième guerre du Vietnam, une sixième division étant recréée en 1972. Le conflit terminé, la 5ème division de Marines retourne dans la réserve et la 6ème division est dissoute en 1978.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s