Etats Unis (80) Aéronavale (7)

Les avions embarqués de l’aéronavale américaine (3) : avion-torpilleurs

Avant-propos

Inventée dans la seconde moitié du 19ème siècle, la torpille automobile est d’abord employée à bord du torpilleur, un petit navire rapide et véloce qui bouscula le combat en mer à défaut de totalement le bouleverser.

Quand l’avion apparaît, les marines ont l’idée d’utiliser l’avion pour emporter ce projectile. Le problème c’est que cette arme est aussi puissante que fragile.

Lors des opérations du second conflit mondial, on ne compte plus le nombre de torpilles rendues inopérantes car larguées de trop haut à une vitesse trop élevée.

En dépit de ces inconvénients, l’avion-torpilleur est indispensable pour toute marine digne de ce nom surtout celles disposant de porte-avions. Mieux même, il est considéré comme la pointe de diamant, les chasseurs et les bombardiers en piqué devant préparer le terrain pour que le torpedo bomber ne porte le coup de grace.

Les américains suivant l’exemple des britanniques s’intéressent à l’utilisation de la torpille aéroportée mais après la première guerre mondiale.

Douglas DT 3.jpg

Douglas DT

L’US Navy lance un appel à candidature le 1er avril 1921 (contrat n°53305) auquel répond le Douglas DT qui effectue son premier vol en novembre 1921 et produit en pas moins de six versions qu’il s’agisse du DT-1 (trois exemplaires de pré-série) du DT-2 (64 biplaces produits) et si la version DT-3 n’est pas produite, le DT-4 est construit à quatre exemplaires en convertissant des DT-2 au bombardement tandis que le DT-6 (la désignation DT-5 concerne deux DT-4 remotorisé) est un DT-2 remotorisé.

Cet appareil utilisable en version terrestre et à flotteurs qui fût exporté en Norvège et au Pérou fût utilisé par l’US Navy jusqu’en 1929 avant d’être remplacé par le Martin T2M, un appareil triplace utilisable également pour la reconnaissance et comme son prédécesseur peut être utilisé en version terrestre ou à flotteurs. Un total de 83 appareils sont livrés (Curtiss livre six SC-1 «terrestres» et deux SC-2 à flotteurs tandis que Martin livre 35 appareils en version terrestre et 40 en version hydravion).

Martin T3M 10.jpg

Martin T3M

Cet appareil comme son prédécesseur ne connait qu’une brève carrière et fût remplacé par un appareil amélioré, le Martin T3M produit à 125 exemplaires (25 T3M-1 et 100 T3M-2) en service de 1926 à 1932 notamment sur les deux premiers porte-avions américains, le Lexington et le Saratoga.

Martin T4M 6

Martin T4M

A une époque où les avions sont périmés dès leur mise en service, le successeur du T3M baptisé T4M et toujours produit par la Glenn Martin Aircraft Corporation effectua son premier vol en avril 1927 et était pour aller au plus simple une variante à moteur radial du T3M. 155 exemplaires furent produits qui servirent jusqu’en 1938 moins en raison des qualités de l’appareil que du retard de son successeur, le Douglas Devastator.

Douglas TBD Devastator 5.jpg

Douglas Devastator lançant une torpille Mk13

Cet appareil est le principal avion-torpilleur en service en septembre 1939. Rapidement déclassé, il est totalement remplacé par le Grumman Avenger au milieu des années quarante.

Grumman Avenger USN 13

Grumman Avenger

Ce sera le dernier vrai avion-torpilleur en service dans l’US Navy, les autres appareils développés au début du conflit ne débouchant pas sur une production de masse, l’aéronavale américaine préféra désormais développer des avions d’assaut polyvalents.

Douglas Devastator

Douglas TBD Devastator 6.jpg

La fragilité de la torpille fit que très longtemps le biplan régna en maître dans le domaine de l’avion-torpilleur. Sa vitesse plus faible et surtout sa capacité à filer à basse altitude et à basse vitesse le rendait précieux pour le lancement d’une arme aussi fragile que la torpille aéroportée.

Le temps cependant jouait contre-eux, les chasseurs étaient passés aux monoplans et ne cessaient de gagner en vitesse et en puissance de feux.

De plus la configuration biplan provoquait des turbulences aérodynamiques qui empêchait le biplan d’être aussi rapide que le monoplan, la guerre d’Espagne ayant montré qu’un biplan maniable ne valait pas un monoplan rapide et puissant.

En 1934, l’US Navy lança un nouvel appel d’offres pour un avion-torpilleur destiné à remplacer le Martin T-4M. La firme Douglas proposa un avion-torpilleur monoplan à ailes basses et moteur radial, un triplace baptisé XTBD-1 et bientôt connu comme le TBD-1 Devastator.

Le prototype effectue son premier vol le 15 avril 1935. Produit à seulement 130 exemplaires, il est mis en service le 3 août 1937. Il va équiper les squadrons de torpillage (VT) embarqués sur le Lexington, le Saratoga, le Ranger, le Yorktown, l’Enterprise, le Wasp et le Hornet.

Rapidement dépassé, il est retiré du service en 1945 bien que son remplacement par le Grumman TBF Avenger eut commencé dès 1942.

Les appareils les moins usés ont été utilisé brièvement pour des missions de servitude, le dernier vol d’un Devastator ayant eu lieu le 14 juin 1947. cinq appareils ont été préservés jusqu’à nos jours mais aucun en état de vol, beaucoup ayant servit de cibles de tir ou sacrifiés pour entrainer les pompiers sur les feux d’avions.

Caractéristiques Techniques du Douglas TBD-1 Devastator

Type : avion-torpilleur triplace monoplan embarqué

Masse : à vide 2540kg en charge 4213kg maximale au décollage 4624kg

Dimensions : longueur 10.67m envergure 15.24m hauteur 4.60m

Motorisation : un moteur radial Pratt & Whitney R-1830-64 Twin Wasp de 900ch chacun

Performances : vitesse maximale 331 km/h à 2400m vitesse de croisière 206 km/h distance franchissable 700km (avec une torpille Mk13) 1152km avec 454kg de bombes Plafond opérationnel 5945m

Armement : une mitrailleuse de 7.7 ou de 12.7mm à l’avant, une puis deux mitrailleuses de 7.7mm à l’arrière une torpille Mk 13 ou une bombe de 454kg ou deux de 227kg ou douze de 45kg.

Grumman TBF Avenger

Grumman Avenger.jpg

«Jouer avec deux coups d’avance» tel aurait pu être le titre d’un roman se passant dans le bureau d’études d’un manufacturier aéronautique à la fin des années trente tant l’aéronautique évoluait vite, l’avion entrait en service en étant dépassé ou sur le point de l’être.

Vous ne serez donc pas étonnés chers lecteurs que dès le mois de décembre 1939 l’US Navy lance un appel d’offre pour un nouvel avion-torpilleur pour remplacer le Devastator pourtant en service depuis seulement vingt-neuf mois.

Le nouvel appareil devait être triplace (pilote observateur et mitrailleur), une vitesse maximale de 480 km/h; une charge militaire composée d’une torpille de 900kg ou trois bombes de 225kg dans une soute interne, un blindage, des réservoirs auto-obturants et une tourelle dorsale commandée électriquement.

Deux constructeurs répondirent à l’appel d’offre. Grumman proposa le XTBF-1 et Vought associé avec Sikorsky proposa le XTBU-1. Le contrat du futur Avenger fût signé le 8 avril 1940 tandis que celui de son concurrent était signé le 23 avril 1940. Si l’Avenger fût produit en masse, le Vought-Sikorsky XTBU-1 fût produit à 180 exemplaires par Consolidated.

Le premier des deux Grumman G-40/XTBF-1 effectua son premier vol le 7 août 1941. Ce premier vol faillit tourner au désastre tant le prototype était dangereusement sous-motorisé. Le lendemain, l’appareil allégé décolla à nouveau mais avec toujours les même résultats.

Des modifications furent réalisées mais avant de savoir si elles étaient réellement efficaces, le prototype fût détruit dans un accident le 28 novembre 1941, un incendie dans la soute à bombe, obligea les deux pilotes d’essais de Grumman à sauter en parachute, l’appareil allant s’écraser dans un bois à proximité de Bethpage.

Le deuxième prototype effectua son premier vol le 15 décembre 1941 et une semaine plus tard, son concurrent le XTBU-1 effectua son premier vol. Ce dernier était plus performant que le XTBF-1 mais il fût jugé trop gros pour de petits porte-avions et la marine américaine privilégia le Grumman XTBF-1, le futur Avenger.

Huit appareils de pré-série baptisés YTBF-1 sont commandés en janvier 1942, livrés entre mars et mai 1942 et engagés dans une intense campagne d’essais jusqu’en septembre 1942 quand une commande de 500 Grumman TBF-1 Avenger, le premier appareil de série effectuant son premier vol le 8 décembre 1942.

La première unité opérationnelle sur le nouvel avion fût le VT-6, le squadron de torpillage du USS Enterprise qui fût considéré comme paré au combat (Full Operationnal Capability) en septembre 1943. Tous les squadrons de torpillage sont équipés de ce nouvel appareil en septembre 1945.

Une nouvelle commande est passée en mai 1944 pour 350 Grumman TBF-2, une version améliorée tirant les leçons de l’utilisation du TBF-1. Elle est honorée en septembre 1945.

Après ces deux commandes, l’US Navy s’interroge sur la nécessité ou non de commander de nouveaux Avenger dans une version baptisée TBF-3. En effet, elle dispose de 850 Avenger plus 180 Consolidated TBY Sea Wolf.

Une commande de 250 TBF-3 est finalement passée en juin 1946, commande honotée entre juillet 1946 et septembre 1947.

L’appareil est également mis en œuvre par l’aviation des Marines en l’occurence quatre squadrons en septembre 1948.

Quand la seconde guerre mondiale éclate en septembre 1948, l’US Navy dispose de 1100 Grumman TBF Avenger en version torpillage. Les premières opérations menées en Norvège et au Danemark montre que la menace sous-marine ne peut être sous-estimée. Des TBF-1, 2 et 3 sont modifiés pour servir d’avions anti-sous-marins mais cette solution n’est qu’un pis-aller, une version spécialement dédiée est nécessaire.

Alors qu’une version ASM du Skyraider était en cours de production, l’US Navy passe commande en janvier 1949 de 450 Grumman TBF-4 en version Hunter (TBF-4S) et en version Killer (TBF-4W), appareils livrés entre mars 1949 et février 1951, portant le total des Avenger alors produits à 1550.

Ces derniers appareils sont parfois embarqués sur les Essex et les United States mais le plus souvent opèrent depuis les porte-avions légers de classe Independence qui effectuent principalement deux missions : l’appui-feu lors des opérations amphibies et la chasse aux sous-marins japonais et allemands.

En raison de la surcharge des usines Grumman, une partie des Avenger furent produits par General Motors. Les appareils produits ne sont plus désignés TBF mais TBM.

Une dernière commande de 400 TBM-4 est passée à General Motors en mars 1952, les appareils étant livrés entre mai 1952 et septembre 1953.

Ces appareils ne sont pas construits en version torpilleur mais en version spécialisées comme la guerre électronique (TBM-4Q), l’attaque de nuit (TBM-4N), la servitude (TBM-4U), le transport (TBM-4R), la reconnaissance photo (TBM-4P), la surveillance nocturne par projecteur (TBM-4L), l’engagement en milieux froids (TBM-4J) et la surveillance du lancement de missiles (TBM-4M).

Outre les 1550 Avenger fabriqués par l’US Navy, un petit nombre à été produit pour la marine canadienne (96 exemplaires) et l’armée de l’air néo-zélandaise (132 exemplaires) soit un total de 1778 Avenger produits.

Après guerre, les versions plus anciennes de l’Avenger sont peu à peu retirés des unités de première ligne au profit d’unités de réserve ou de pays étrangers (Japon,Pays-Bas,Brésil,Uruguay), les derniers Avenger de base quittant le service actif en 1957, ne laissant que les versions spécialisées qui cohabitent avec celles des Skyraider jusqu’en 1962 quand les derniers Avenger quittent le service actif. Dans les unités de réserve, l’Avenger est utilisé jusqu’en 1966.

La fin de la carrière militaire des Avenger n’entraine pas la fin de leur carrière, de nombreux appareils étant réutilisés après guerre (1955) ou après la fin de leur carrière militaire comme bombardier d’eau ou avion d’épandage agricole.

Grumman TBF Avenger 2.jpg

Caractéristiques Techniques du Grumman Avenger (TBM-3)

Type : Bombardier-torpilleur triplace monoplan monomoteur embarqué

Masse : à vide 4783kg à pleine charge : 8115kg (TBM-1 respectivement 4790 et 7450kg)

Dimensions : longueur 12.48m envergure : 16.51m hauteur : 4.70m

Motorisation : un moteur radial Wright R-2600-20 de 1900ch (le TBM-1 avait un Wright R-2600-8 de 1700ch) entrainant une hélice tripale Hamilton (qui remplaça également la Curtiss Electric du TBM/TBF-1)

Performances : vitesse maximale 444 km/h (435 km/h pour le TBM-1 distance franchissable : 1610km (1800km pour le TBM-1) Autonomie opérationnelle : 6h40 plafond opérationnel : 9170m.

Armement : interne : une mitrailleuse de 7.62mm Browning M1919 dans le nez (uniquement sur les premiers modèles avec 300 cartouches); deux mitrailleuses de 12.7mm Browning M2 dans les ailes avec 600 cartouches; une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2 en tourelle dorsale à commande électrique avec 400 cartouches et une mitrailleuse de 7.62mm Browning M1919 avec 500 cartouches en position ventrale arrière.

Externe/en soute : une torpille Mark 13/2de 550mm pesant 908kg ou deux bombes de 454kg ou une bombe de 726kg ou 4 bombes de 227kg ou 12 bombes de 45 ou 48kg. Un réservoir de carburant ou un émetteur fumigène peut également être utilisé. Plus tard dans la guerre, les Avenger reçurent des roquettes de 89mm (3.5 inch) à raison de 4 sous chaque aile, des roquettes de 127mm et la torpille ASM à autoguidage acoustique Mk24 Fido.

Consolidated TBY Seawolf

Consolidated TBY Sea Wolf 3.jpg

En décembre 1939, l’US Navy lança un appel d’offres pour remplacer le Douglas Devastator mis en service depuis août 1937.

Le nouvel appareil devait être triplace (pilote observateur et mitrailleur), une vitesse maximale de 480 km/h; une charge militaire composée d’une torpille de 900kg ou trois bombes de 225kg dans une soute interne, un blindage, des réservoirs auto-obturants et une tourelle dorsale commandée électriquement.

Deux constructeurs répondirent à l’appel d’offre. Grumman proposa le XTBF-1 et Vought associé avec Sikorsky proposa le XTBU-1. Le contrat du futur Avenger fût signé le 8 avril 1940 tandis que celui de son concurrent était signé le 23 avril 1940. Si l’Avenger fût produit en masse, le Vought-Sikorsky XTBU-1 fût produit à seulement 180 exemplaires par Consolidated.

Le Vought-Sikorsky XTBU-1 effectue son premier vol le 22 décembre 1941. Ses performances sont remarquables mais il est jugé trop gros pour opérer depuis les petits porte-avions.

Vought étant fort occupé par la construction des F4U Corsair, la production en série est menée par la firme Consolidated entre juin 1943 et décembre 1944, les 180 appareils étant utilisés pour des expérimentations, l’entrainement des pilotes et des navigateurs.

Durant le conflit, des SeaWolf seront engagés en petit nombre au combat. Il quitte le service actif en septembre 1955 et ne passe pas par les unités de réserve.

Caractéristiques Technique du Consolidated TBY SeaWolf

Type : bombardier-torpilleur triplace monomoteur monoplan embarqué

Masse : à vide 5142kg maximale au décollage 8386kg

Dimensions : longueur 11.95m envergure 17.35m hauteur 4.72m

Motorisation : un moteur radial Pratt & Whitney R-2800-6 Double Wasp de 2000ch

Performances : vitesse maximale 492 km/h distance franchissable 2414km plafond opérationnel 8290m

Armement : une mitrailleuse de 12.7mm Browning M-2 dans le nez, deux mitrailleuses de 12.7mm dans les ailes, une mitrailleuse identique dans une tourelle dorsale et une mitrailleuse de 7.62mm en poste ventral. Une charge militaire de plus de 910kg composée de bombes, de torpilles, de roquettes……

Les prototypes n’ayant pas aboutit à une production en série

Le Grumman Avenger fût le dernier torpedo bomber conçu comme tel. Après avoir hésité, l’US Navy préféra produire un modèle unique d’avion d’assaut, un avion capable à la fois de mener des missions de bombardement en piqué et de torpillage.

Cette hésitation produisit un certain nombre de prototypes d’avions-torpilleurs qui ne dépassèrent pas le stade du prototype voir de l’appareil de pré-série.

Curtiss BT2C 2

-Le Curtiss XBTC est un avion-torpilleur monomoteur monoplan expérimental développé au début des années quarante et opposé au Skyraider, au Mauler ainsi qu’au Kaiser-Fleetwings XBTK-1. Deux appareils furent produits, un avec une aile conventionnel et un second avec une aile en W.

Les appareils livrés à la marine américaine en février 1947 connaissent un sort tragique puisqu’ils s’écrasent respectivement en septembre 1947 et mars 1948. Un projet de version terrestre pour l’USAAF ne dépassa pas le stade de la planche à dessin.

Caractéristiques Techniques du Curtiss XBTC

Type : avion-torpilleur monomoteur monoplace embarqué

Masse : à vide 6083kg maximale 9825kg

Dimensions : longueur 11.89m envergure 15.24m hauteur 3.54m

Motorisation : un moteur radial Pratt & Whitney R-4360-8A Wasp Major de 3000ch entrainant une hélice à six pales de 4.32m de diamètre

Performances : vitesse maximale 602 km/h à 4900m vitesse de croisière 303 km/h distance franchissable 2953km à 303 km/h plafond opérationnel 7986m

Armement : quatre canons de 20mm, une torpille ou 910kg de bombes

 

Douglas BTD Destroyer 3.jpg

-Le Douglas BTD Destroyer est issu d’une demande de l’US Navy pour un nouveau bombardier-torpilleur pour remplacer essentiellement les Dauntless et Helldiver.

Cet appareil désigné initiallement XSB2D-1 effectue son premier vol le 8 avril 1943 révéla d’excellentes performances mais en dépit de la production de trente appareils, l’appareil ne sera jamais en service, l’US Navy préférant désormais des avions d’attaque monoplace. Les appareils ont été feraillés dans les années soixante.

Douglas TB2D Skypirate 5.jpg

-Le Douglas XTB-2D Skypirate qui effectue son premier vol le 13 mars 1946 n’à été produit qu’à deux exemplaires car trop gros pour les Essex.

La mise au point des United States aurait pu le sauver mais entre-temps, l’US Navy à préféré le projet du Skyraider à place de cet appareil initialement appelé Devastator II et conçu pour remplacer le premier Devastator.

Caractéristiques Techniques du Douglas XTB-2D

Type : bombardier-torpilleur monoplace monomoteur triplace

Masse : à vide 8348kg en charge 12948kg maximale au décollage 15767kg

Dimensions : longueur 14.02m envergure 21.34m hauteur 6.88m

Motorisation : un moteur radial Pratt & Whitney R-4360-8 Wasp Major de 3000ch

Performances : vitesse maximale 546 km/h vitesse de croisière 270 km/h distance franchissable 2013km plafond opérationnel 7450m

Armement : quatre mitrailleuses de 12.7mm Browning M-2 dans les ailes, deux mitrailleuses identiques dans la tourelle dorsale et une arme du même type dans une baie ventrale. 3810 kg de charge militaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s