Etats Unis (63) navires légers (2)

Dragueurs de mines

Avant-propos

A l’origine, mines et torpilles partagent une origine commune avant de bifurquer, la torpille devenant automobile après avoir été porté sur une hampe qui rendait la mission périlleuse. La mine resta elle inchangée tel un monstre préhistorique parvenu jusqu’à notre époque.

Je simplifie et j’exagère car la mine marine à évolué, la mine à contact, la plus tristement célèbre par sa forme de hérisson étant rapidement accompagné par des mines magnétiques, des mines acoustiques, des mines à pression, des mines télécommandées et à la fin de la guerre des mines associant plusieurs modes de déclenchement pour s’adapter aux dragueurs de mines.

Tels le boulet et la cuirasse, la mine et le dragueur de mines évoluèrent, l’évolution de l’un suivant l’évolution de l’autre.

A la fin du premier conflit mondial, l’US Navy avait lancé un projet pharaonique : un barrage de mines entre la Norvège et les îles britanniques pour empêcher les sous-marins allemands de passer en Atlantique en contournant les îles britanniques alors que le détroit du pas de Calais était déjà verrouillé par des patrouilleurs, des avions et des hydravions, des champs de mines.

Ce barrage fût incomplètement mis en place, l’armistice stoppant les opérations de mouillage avec “seulement” 70000 mines mises en places sur les 100000 commandées.

Les mines étant toujours présentes en septembre 1939, l’US Navy dispose toujours de minesweeper (dragueur de mines).

Dans le domaine des dragueurs, l’US Navy vit sur les survivants du premier conflit mondial. En septembre 1939, les seuls dragueurs de mines en service sont les quarante-neuf exemplaires de la classe Lapwing mis en service en 1918/1919.

Avec la mise en service des Auk plus modernes, les Lawping quittent peu à peu le service actif mais dix navires sont encore en service comme dragueurs en septembre 1948, les autres étant transformés en navires auxiliaires mais seule une partie est encore en service en septembre 1948 et a fortiori en mars 1950.

Après plus de vingt ans sans construction de navires antimines, l’US Navy met en service en 1940 les deux dragueurs de mines de classe Raven, de véritables démonstrateurs de technologie comme on dirait maintenant car la production n’est pas poursuivie.

Les Auk vont former la principale classe de dragueurs de mines océaniques (MSO Minesweeping Oceanic) avec pas moins de quarante-huit exemplaires en service en septembre 1948, les premiers ayant été commissioned cinq ans plus tôt.

Seize navires supplémentaires sont commandés en septembre 1948 mais toujours en construction quand le Japon attaque en mars 1950, cette attaque entrainant la commande de trente-deux navires supplémentaires, portant la classe à quatre-vingt seize navires.

Pour compléter ses grands dragueurs de mines, l’US Navy passe commande de dragueurs de mines côtiers (Minesweeping Coastal MSC), la classe Admirable dont les seize premiers exemplaires sont commandés en septembre 1943 et mis en service à partir de 1945. Ils sont suivis de seize autres exemplaires mis en service en 1947. Seize exemplaires supplémentaires sont commandés en avril 1950.

Quand éclate le second conflit mondial en Europe en septembre 1948, l’US Navy dispose de seize dragueurs de mines classe Lawping, deux dragueurs de mines classe Raven, quarante-huit dragueurs de mines océaniques classe Auk et trente-deux dragueurs de mines côtiers classe Admirable soit un total de quatre-vingt dix-huit navires.

Dragueurs de mines classe Lawping

USS Lapwing (AM-1).jpg

USS Lapwing (AM-1)

A l’origine cinquante-trois dragueurs de mines de classe Lawping sont envisagés mais “seulement” quarante-neuf sont mis en service en 1918/19. Ce sont des navires de 853 tonnes propulsés par des machines verticales à triple expansion.

Ils sont tous en service en septembre 1939 mais durant la Pax Armada, ils vont être transformés pour trente-neuf ans d’entre-eux comme on l’à vu en auxiliaires. Dix seulement sont encore des dragueurs de mines.

_Les quarante-neuf navires de la classe Lapwing sont les USS Lapwing (AM-1) Owl (AM-2) Robin (AM-3) Swallow (AM-4) Tanager (AM-5) Cardinal (AM-6) Oriole (AM-7) Curlew (AM-8) Finch (AM-9) Heron (AM-10) Turkey (AM-13)Woodcock (AM-14) Quail (AM-15) Partridge (AM-16) Eider (AM-17) Thrush (AM-18) Avocet (AM-19) Bobolink (AM-20) Lark (AM-21) Widgeon (AM-22) Teal (AM-23) Brant (AM-24) Kingfisher (AM-25) Rail (AM-26) Pelican (AM-27) Falcon (AM-28) Osprey (AM-29) Seagull (AM-30) Tern (AM-31) Flamingo (AM-32) Penguin (AM-33) Swan (AM-34) Whippoorwill (AM-35) Bittern (AM-36) Sanderling (AM-37) Auk (AM-38) Chewink (AM-39) Cormorant (AM-40), Gannet (AM-41) Grebe (AM-34) Mallard (AM-44) Ortolan (AM-45) Peacock (AM-46) Pigeon (AM-47) Redwing (AM-48) Sandpiper (AM-51) Vireo (AM-52) Warbler (AM-53) et Willet (AM-54).

USS Teal (AVP-5).jpg

USS Teal (AVP-5)

-Sont reclassés et modifiés en ravitailleurs d’hydravions (AVP), les Lapwing (AVP-1) Heron (AVP-2) Thrush (AVP-3) Avocet (AVP-4) Teal (AVP-5) Pelican (AVP-6) Swan (AVP-7) Gannet (AVP-8) et Sandpiper (AVP-9) soit neuf navires.

USS Whippoorwill (AT-O--169).jpg

Le USS Whippoorwill (AT-69)

-Sont reclassés et modifiés en remorqueurs, les Bobolink (AT-131) Brant (AT-132) Cormorant (AT-133)Grebe (AT-134) Kingfisher (AT-135) Oriole (AT-136) Owl (AT-137) Partridge (AT-138) Rail (AT-139) Robin (AT-140) Seagull (AT-141) Tern (AT-142) Turkey (AT-143) Vireo (AT-144) Woodcock (AT-145) Lark (AT-168) Whippoorwill (AT-169) soit dix-sept navires.

-Sont transformés en navire de secours aux sous-marins (Rescue & Salvage Vessel ARS) les Flamingo (ARS-1) Crusader (ARS-2) (ex-Osprey AM-29) Discoverer (ARS-3) (ex-Auk AM-38) Redwing (ARS-4) Warbler (ARS-11) et Willet (ARS-12) soit six navires.

-Sont transformés en Submarine Rescue Vessel (ASR), les Widgeon (ASR-1) Falcon (ASR-2) Chewink (ASR-3) Mallard (ASR-4) Ortolan (ASR-5) Pigeon (ASR-6) (rebaptisé Bird) soit six navires.

-Est transformés en auxiliaire de rade, le USS Eider qui cède sa marque de coque AM-17 pour YNG-20.

-Dix Lapwing sont donc conservés comme dragueurs de mines, opérant dans l’Atlantique en compagnie des deux Raven. Après avoir opéré au large de la côte est dans les Caraïbes, ils vont être engagés en mer du Nord, quatre étant perdus par des mines qu’ils cherchaient à neutraliser (Swallow Cardinal), par des vedettes lance-torpilles (Finch) et par une batterie côtière (Peacock), les autres navires sont désarmés en novembre 1954 et rapidement démolis.

Caractéristiques Techniques

Déplacement 853 tonnes

Dimensions longueur 57.25m largeur 10.80m tirant d’eau 4.6m

Propulsion : machines verticales à triple expansion

Vitesse maximale 14 noeuds

Armement : deux canons de 76mm, armement renforcé avec six canons de 20mm Oerlikon et quatre mitrailleuses de 7.7mm

Equipage : 75 officiers et marins

Dragueurs de mines classe Raven

USS Raven (AM-55).jpg

Ces deux dragueurs de mines sont construits à la fin des années trente après presque vingt ans sans construction par l’US Navy de Minesweeper.

Ce modèle ayant été produit à seulement deux exemplaires, on peut se demander si il ne s’agissait pas d’un échec ou simplement de la construction de ce qu’on appelle un démonstrateur technologique destiné à faire le point sur les techniques disponibles et préparer le renouvellement de la flotte de guerre des mines.

Le USS Raven (AM-55) est mis en service le 11 novembre 1940 alors que son sister-ship le USS Osprey (AM-56) est mis en service le 16 décembre 1940.

Déployés dans l’Atlantique, ces deux dragueurs de mines opèrent avec les dix Lapwing pour protéger les accès aux ports de la côte est contre un éventuel minage allemand.

Engagés ensuite en mer du Nord au sein de la Home Fleet, ces deux navires vont notamment assurer la protection de Scapa Flow avec huit dragueurs de mines de la marine polonaise libre.

Si le Raven survit au conflit, est désarmé en juin 1955 et démoli dix ans plus tard, le Osprey est coulé au large de Bergen en octobre 1953 lors de l’opération Borealis, les canons de 150mm assurant la défense du port ayant raison du dragueur de mines.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 810 tons pleine charge 1040 tons

Dimensions : longueur 67.21m largeur 9.80m tirant d’eau 2.84m

Propulsion : nc

Vitesse maximale 18 nœuds

Armement : 2 canons de 76mm pour l’Osprey, un canon de 76mm et un canon de 40mm pour le Raven. Ultérieurement l’armement à été homogénéisé avec un canon de 76mm, huit canons de 20mm Oerlikon et six mitrailleuses de 7.7mm

Equipage : 105 officiers et marins

Dragueurs de mines classe Auk
Avant-propos

Après les deux Raven, l’US Navy poursuivit le renouvellement de sa flotte de dragueurs de mines en construisant des dragueurs de mines océaniques (Minesweeper Oceanic MSO) et des dragueurs de mines côtiers (Minesweeper Coastal MSC).

Si la seconde catégorie est représentée par la classe Admirable, la première catégorie est représentée par la classe Auk.

Quarante-huit navires sont en service en septembre 1948, les premiers ayant été commandés en janvier 1943 après plusieurs mois d’hésitation entre une reprise des Raven ou un nouveau modèle semblable à nos aviso-dragueurs avant qu’au final, les américains choisissent un compromis, les Auk étant issus des Raven sans être totalement identiques.

Seize navires supplémentaires sont commandés en septembre 1948 mais toujours en construction quand le Japon attaque en mars 1950, cette attaque entrainant la commande de trente-deux navires supplémentaires, portant la classe à quatre-vingt seize navires.

NdA Dans cette partie, je ne vais parler que des quarante-huit Auk en service en septembre 1948, les quarante-huit navires commandés en septembre 1948 et mars 1950 seront étudiés dans la partie programme de guerre.

Carrière opérationnelle

Les quarante-huit dragueurs de mines de classe Auk sont stationnés quasi-exclusivement dans le Pacifique. Sur les six flottilles de huit dragueurs, cinq sont stationnées dans le Pacifique (deux à San Diego, deux à Pearl Harbor, un à Cavite) et une seule dans l’Atlantique, opérant depuis Norfolk.

Les premiers dragueurs de mines de classe Hauk sont mis en service dès septembre 1945 avec douze navires mis en service durant le dernier trimestre de 1945. Douze autres navires sont mis en service en 1946, douze sont mis en service en 1947 et enfin douze en 1948.

-Sont mis en service en 1945 les USS Auk (AM-57) Ardent (AM-58) Broadbill (AM-59) Champion (AM-60) Chickadee (AM-61) Chief (AM-62) Competent (AM-63) Defense (AM-64) Devastator (AM-65) Dextrous (AM-66) Gladiator (AM-67) et Heed (AM-68).

Les huit premiers sont envoyés à San Diego pour former la 1st Minesweeping Flottilla alors que les quatre autres permettent l’activation de la 3rd Minesweeping Flottilla stationnée à Pearl Harbor.

-En 1946, douze nouveaux navires sont mis en service, les USS Herald (AM-69) Impeccable (AM-70) Minivet (AM-71) Motive (AM-72) Murrelet (AM-73) Nuthatch (AM-74) Oracle (AM-75) Peregrine (AM-76) Pheasant (AM-77) Pigeon(AM-78) Pilot (AM-79) et Pioneer (AM-80).

Les quatre premiers de cette série (AM-69 à AM-72) complètent la 3rd Minesweeping Flottilla alors que les huit derniers (AM-73 à AM-80) forment la 5th Minesweeping Flottilla stationnée à Cavite au sein de l’Asiatic Fleet.

-En 1947, douze autres Auk sont mis en service (AM-81 à 92), les USS Pochard (AM-81) Portent (AM-82) Prevail (AM-83) Ptarmigan (AM-84) Pursuit (AM-85) Quail (AM-86) Redstart (AM-87) Requisite (AM-88) Revenge (AM-89) Roselle (AM-90) Ruddy (AM-91) et Sage (AM-92).

Les huit premiers forment la 7th Minesweeping Flottilla stationnée à San Diego alors que les quatre derniers permettent l’activation de la 9th Minesweeping Flottilla stationnée à Pearl Harbor.

-Enfin en 1948 les douze derniers Auk sont mis en service, les USS Scoter (AM-93) USS Seer (AM-94) USS Sentinel (AM-95) Sheldrake (AM-96) Shoveler (AM-97) Skill (AM-98) Skylark (AM-99) Spear (AM-100) Speed (AM-101) Sprig (AM-102) Staff (AM-103) et Starling (AM-104).

-Les quatre premiers complètent la 9th Minesweeping Flottilla stationnée à Pearl Harbor alors que les huit derniers forment la 2nd Minesweeping Flottilla stationnée à Norfolk.

-Sur les quarante-huit Auk mis en service avant septembre 1948, douze sont coulés (Auk Champion Chickadee Herald Nuthatch Pioneer Roselle Requisite Pochard Scoter Skylark Starling), vingt-quatre sont transférés à des marines étrangères (Grèce, Philippines Corée Turquie Mexique et Chine à raison de quatre navires chacun) et douze navires (Skill Spear Speed Sprig Seer Sentinel Sheldrake Staff Sage Portent Ardent Heed) restent en service dans l’US Navy jusqu’au début des années soixante-dix, étant alors démolis ou coulés comme cibles.

Vingt-quatre sont donc transférés à des marines étrangères, quatre à la Turquie (Pilot Prevail Ptarmigan Pursuit) qu’elle va utiliser jusqu’au milieu des années soixante-dix, quatre à la Corée (Oracle Peregrine Pheasant Pigeon) utilisés jusqu’au milieu des années quatre-vingt, quatre au Mexique (Devastator Dextrous Gladiator Impeccable) utilisés jusqu’en 1991 quand l’Impeccable est désarmé après un incendie.

Quatre à la Grèce (Chief Broadbill Competent Defense) que la marine grecque va utiliser jusqu’au début des années soixante-dix, les quatre dragueurs de mines utilisés par la Chine nationaliste (Quail Redstart Revenge Rudy) l’étant jusqu’au début des années quatre-vingt dix alors que sur les quatre Auk transférés aux Philippines (Minivet Motive Murrelet Shoveler), un est encore en service (Minivet) mais sa disponibilité est sujette à caution

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 890 tons pleine charge 1100 tons

Dimensions : longueur 67.41m largeur 9.75m tirant d’eau 3.33m

Motorisation : diesel-électrique dévellopant 3500ch

Vitesse maximale : 18 nœuds (9-12 nœuds en croisière)

Armement : un canon de 76mm, deux canons de 40mm Bofors et huit canons de 20mm, deux grenadeurs

Equipage : 100 officiers et marins

Dragueurs de mines de classe Admirable

USS Admirable (AM-136)

USS Cruise (AM-136)

Avant-Propos

Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, la mine marine est une arme au rapport coût/efficacité imbattable, un engin rudimentaire d’un coût réduit pouvait couler un navire aussi onéreux qu’un cuirassé, les anglais étaient bien placé pour le savoir, eux qui avaient perdu l’Audacious au début du premier conflit mondial alors que ce cuirassé était flambant neuf mis en service en août 1913 et coulé le 27 octobre 1914.

Aussi il était hors de question pour une marine digne de ce nom de négliger les dragueurs de mines pour protéger ses ports, son littoral ou accompagner sa flotte.

Si cette dernière mission est l’apanage quasi-exclusif des Auk, il y à également besoin de dragueurs de mines plus petits capables d’opérer à proximité des côtes pour protéger les accès des ports et des bases navales.

Cela va être le rôle des dragueurs de mines côtiers (Minesweeper Coastal MSC) de classe Admirable. Seize exemplaires sont commandés en septembre 1943 et mis en service à partir de 1945, ces navires étant suivis de seize autres mis en service à partir de 1947, seize navires étant commandés en mars 1950 dans le cadre des gigantesques commandes du programme de guerre.

Outre leur mission de dragage, les Admirable étaient armés pour servir de patrouilleurs et d’escorteurs de convois.

Cette répartition théorique sera rapidement battue en brèche, MSO et MSC opérant indifféremment en haute-mer ou à proximité des côtes.

Théoriquement, l’après guerre aurait du voir la fusion des deux catégories mais cette dichotomie plus théorique que réelle va se poursuivre jusqu’à l’apparition du minehunter, du chasseur de mines qui allait remplacer peu à peu les dragueurs de mines mais ceci est une histoire qui sort du cadre de notre étude.

Carrière opérationnelle

-Les seize premiers Admirable sont mis en service à partir de juin 1945, formant deux flottilles déployées dans le Pacifique, la 11th Minesweeping Flottilla stationnée à Cavite (Phillipines) et la 13th Minesweeper Flottilla stationnée à Pearl Harbor.

-Les navires en question sont les USS Admirable (AMC-1 puis AM-105) Adopt (AMC-2 puis AM-106) Advocate (AMC-3 puis AM-107) Agent (AMC-4 puis AM-108) Alarm (AMC-5 puis AM-109) Alcheny (AMC-6 puis AM-110) Apex (AMC-7 puis AM-111) Arcade (AMC-8 puis AM-112) Arch (AMC-9 puis AM-113) Armada (AMC-10 puis AM-114) Aspire (AMC-11 puis AM-115) Assail (AMC-12 puis AM-116) Astute (AMC-13 puis AM-117) Augury (AMC-14 puis AM-118) Barrier (AMC-15 puis AM-119) et Bombard (AMC-16 puis AM-120).

-Les seize autres navires mis en service en 1947 forment également deux flottilles, la 4th Minesweeping Flottilla stationnée à Mayport (Floride) pour des missions de dragage et d’escorte ainsi que la 15th Minesweeping Flottilla stationnée à Midway.

-Les seize navires en questions sont les USS Bona (AMC-17 puis AM-121) Buoyant (AMC-18 puis AM-122) Candid (AMC-19 puis AM-123) Capable (AMC-20 puis AM-124) Captivate (AMC-21 puis AM-125) Caravan (AMC-22 puis AM-126) Caution (AMC-23 puis AM-127) Change (AMC-24 puis AM-128) Clamour (AMC-25 puis AM-129) Climax (AMC-26 puis AM-130) Compei (AMC-27 puis AM-131) Concise (AMC-28 puis AM-132) Control (AMC-29 puis AM-133) Counsel (AMC-30 puis AM-134) Crag (AMC-31 puis AM-135) et Cruise (AMC-32 puis AM-136)

En septembre 1948, les trente-deux Admirable immatriculés initialement AMC-1 à 32 sont reclassés AM reprenant les chiffres qui suivent les quarante-huit premiers Auk, les Admirable deviennent donc les AM-105 à AM-136.

Durant le conflit, sur ces trente-deux exemplaires, douze navires seront coulés ou si gravement endommagés qu’ils ne seront pas réparés. Ce sont les Admirable Agent Assail Augury Barrier Buoyant Captivate Caravan Caution Concise Counsel et Cruise.

Sur les vingt navires survivants, seulement huit sont conservés par l’US Navy jusqu’en 1965 avant d’être désarmés, conservés sous cocon et démolis au début des années quatre-vingt (Adopt Advocate Candid Capable Change Clamour Xompei Crag), les douze autres étant transférés à des marines étrangères (Alarm Alcheny Arcade Arch au Brésil, Apex et Armada au Chili, Aspire et Astute à Cuba, Bombard Bona à la Corée, Climax Control aux Philippines), servant souvent de longues années, l’ex-Control étant le dernier à avoir été désarmé en 2001 après une carrière de cinquante-quatre ans !
Caractéristiques Techniques

Déplacement 625 tons

Dimensions : longueur 56.24m largeur 10m tirant d’eau 3m

Propulsion : nc

Vitesse maximale : 15 nœuds

Armement : un canon de 76mm, quatre canons de 40mm, six canons de 20mm, un lance-roquettes ASM, quatre projecteurs et deux grenadeurs, deux paravanes de dragage

Equipage : 104 officiers et marins

Vedettes lance-torpilles

Avant-propos

Tout le monde connait la légende du berger David qui tua avec sa fronde et d’une pierre le géant Goliath. Cette métaphore du faible et du fort avait bien du mal à s’appliquer à la guerre navale où à de rares exceptions près le plus fort, le plus rapide, le mieux armé l’emportait toujours.

L’apparition de la torpille automobile inventée par un officier austro-hongrois Giovanni Lupis et perfectionnée par un anglais Robert Whitehead permis à cette métaphore de s’appliquer à la guerre en milieu maritime puisque désormais un navire armé d’une de ces armes pouvait envoyer par le fond le plus puissant cuirassé.

Cela bien sur c’est dans la théorie. Seuls les théoriciens les plus jusqu’au-boutistes de la Jeune Ecole comme le journaliste Gabriel Charmes pouvaient sérieusement imaginer que de petits torpilleurs, les trop fameux “numérotés” pouvaient semer la panique contre une flotte au large des côtes américaines.

L’apparition du Torpedo Boat entraina en conséquence l’arrivée d’un prédateur le Torpedo Boat Destroyer plus connu sous le nom de destroyer, ce navire faisant école dans la majorité des marines, devenant au passage un Zerstörer, un contre-torpilleur ou un cacciotorpidiniere.

Le torpilleur comme le destroyer étaient à l’origine de petits navires, d’environ 200 tonnes avec deux tubes lance-torpilles et une artillerie composée de pièces légères, la France utilisa un canon de 65mm et plusieurs canons de 47mm.

Comme souvent dans le domaine militaire, les torpilleurs prirent peu à peu du poids, quittant le domaine des navires légers pour celui des navires hauturiers. Dès la fin du premier conflit mondial, on trouvait des destroyers dépassant 1000 tonnes.

Le petit navire armé de torpilles n’était cependant pas à ranger au rayon des souvenirs. Il allait renaître sous la forme de vedettes lance-torpilles, de petits navires ultra-rapides propulsés par des moteurs diesels adaptés avec un armement composé généralement de deux tubes lance-torpilles et d’une artillerie légère pour attaquer des navires désarmés ou ses congénères.

La première apparition des vedettes lance-torpilles dans l’US Navy remonte à 1916 quand une entreprise du Michigan proposa de construire des vedettes lance-torpilles filant à 55 miles par heure au prix de 20000 $ l’unité, des navires disposant d’un tube lance-torpilles et de deux mitrailleuses mais cette proposition n’eut pas de suite.

Il faudra attendre ensuite 1922 pour que l’US Navy prenne l’initiative d’essais en achetant deux Coastal Motor Boats à la Grande Bretagne. Des navires plus gros furent testés dans les années trente mais là encore cela ne déboucha pas sur une commande ferme de vedettes lance-torpilles.

Le 11 juillet 1938, l’US Navy invita les constructeurs de vedettes lance-torpilles à proposer leurs modèles de vedettes lance-torpilles. Des contrats sont signés le 8 juin 1939 avec Fogal Boat Yard Inc (futur Miami Shipbuilding Co) et Fisher Boat Works de Détroit.

D’autres contrats sont signés avec Higgins Industries et le Philadelphia Navy Yard pour deux navires chacun mais les prototypes testés (PT-1 à PT-8) ne satisfirent pas l’US Navy.

Alors que cette première compétition était en cours, Henry R. Stuphen de l’Electric Launch Company (Elco) accompagné de trois ingénieurs visitèrent la British Power Boat Company en février 1939 et achèvent une vedette devenue la PT-9 qui déboucha sur la commande de onze vedettes.

Une nouvelle compétition eu lieu en 1940 aboutissant au choix d’un modèle proposé par Higgins Industries contre un modèle proposé par Elco, une évolution des onze vedettes issues de la PT-9 (PT-10 à PT-20) qui étaient utilisées pour l’entrainement.

Soixante-quatre vedettes lance-torpilles sont en service en septembre 1948 réparties en huit flottilles de huit vedettes.

Carrière opérationnelle

PT Boat 33.jpg

Quand la guerre éclate en Europe en septembre 1948, les soixante-quatre PT (PT-21 à PT-84) sont déployées dans le Pacifique avec une à Midway, une à Wake, une à Guam, trois à Hawaï et deux à Cavite aux Philippines.

-La 1st PT Boat Flottilla stationnée à Midway dispose des PT-21, 23,25,27,29,31,33 et 35. Elles assurent la défense de l’atoll contre un possible débarquement japonais en liaison avec les batteries côtières.

-La 2nd PT Boat Flottilla stationnée à Wake dispose des PT-22,PT-24,PT-26,PT-28,PT-30,PT-32,PT-34 et PT-36

-La 3rd PT Boat Flottilla stationnée à Guam dispose des PT-38, PT-40,PT-42,PT-44,PT-46,PT-48,PT-50 et PT-52.

-La 4th PT Boat Flottilla stationnée à Hawaï dispose des PT-37,PT-39,PT-41,PT-43,PT-45,PT-47,PT-49 et PT-51

-La 5th PT Boat Flottilla stationnée à Hawaï dispose des PT-54, PT-56,PT-58,PT-60,PT-62,PT-64,PT-66 et PT-68

-La 6th PT Boat Flottilla stationnée à Hawaï dispose des PT-53,PT-55,PT-57,PT-59,PT-61,PT-63,PT-65 et PT-67

-La 7th PT Boat Flottilla stationnée à Cavite dispose des ,PT-70,PT-72,PT-74,PT-76,PT-78,PT-80, PT-82 et PT-84.

-La 8th PT Boat Flottilla stationnée à Cavite dispose des PT-69, PT-71,PT-73,PT-75,PT-77,PT-79,PT-81 et PT-83.

Dès le début de la guerre dans le Pacifique, quatre-vingt-seize vedettes lance-torpilles sont commandées (PT-85 à PT-180) suivies de 128 nouveaux exemplaires en septembre 1950 pour pouvoir opérer dans les Salomons et dans d’autres milieux archipélagiques (PT-181 à PT-308) et de 128 exemplaires (PT-309 à PT-436) en mars 1952 portant le total des vedettes lance-torpilles commandées à 416 exemplaires.

Ces vedettes produites répondent à plusieurs modèles (Higgins, Elco…..) et vont être adaptées à différentes missions comme la Grande-Bretagne et la France, certains PT Boat devenant des navires d’appui de feu pour soutenir les Raiders et autres unités commandos américaines.

Durant le conflit, les pertes sont lourdes puisque pas moins de 99 navires coulés sur les 416 produits, ces vedettes opèrant dans le Pacifique mais également en Méditerranée (une flottille) et en Norvège pour sécuriser les différentes têtes de ponts capturées dans le cadre de l’opération Borealis.

Après guerre, sur les 317 vedettes survivantes, 125 sont détruites car trop usées pour être maintenues en service, 64 sont maintenues en service à Okinawa (deux flottilles), au Japon (deux flottilles), Corée (une flottille) et trois dans les Caraïbes.

Le reliquat soit 128 navires est soit mis en réserve (64) ou transférées à des marines étrangères souvent pour des taches paramilitaires (Chine, Phillipines, Corée, Portugal, Danemark et Norvège).

Caractéristiques Techniques

Déplacement : 35 tonnes

Longueur : 23.77m

Motorisation : trois moteurs diesels Packard 3A-2500 V-12 de 1200ch chacun dévellopant trois hélices

Vitesse maximale : 35 noeuds

Armement : un canon de 40mm Bofors, deux canons de 20mm Oerlikon, quatre mitrailleuses de 7.7mm et quatre torpilles de 533mm sur berceau.

Equipage : 17 hommes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s