Etats-Unis (26) Porte-avions (7)

Porte-avions lourds classe United States

rys-midway

Le USS Lexington (CV-41)

Avant-propos

L’apparition du porte-avions ne changea pas immédiatement la stratégie navale, les surfaciers dominaient les hautes sphères des différentes marines, caste pour qui le porte-avions était un auxiliaire destiné à soutenir le roi des mers à savoir le cuirassé.

Les servitudes des opérations de vol obligeait les porte-avions à s’éloigner de la flotte, le laissant à la merci d’un cuirassé ou d’un croiseur en maraude comme le montrera la destruction du cuirassé Lorraine qui se sacrifia pour couvrir la retraite du Painlevé attaqué par le cuirassé Hidenburg et le croiseur lourd Tegetthoff.

Les premiers porte-avions furent équipés d’un armement antisurface puissant négligeant la défense contre-avions, les Lexington, le Kaga et l’Akagi possédant des canons de 8 pouces tandis que toutes les marines envisageaient des cuirassés porte-avions.

Cet armement puissant atteignit ses limites et rapidement les porte-avions de seconde génération abandonnaient l’armement antisurface puissant pour un armement polyvalent à vocation antiaérienne comme antisurface, les porte-avions américains choisissant le canon de 127mm, les britanniques le canon de 114mm, les français le canon de 130mm.

Au delà de l’armement, il fallait penser protection. Contrairement aux américains qui choisirent une architecture ouverte, les britanniques faute de moyens et dans un contexte d’utilisation différent choisirent de surprotéger leurs porte-avions au détriment du groupe aérien.

Paradoxalement au moment où les britanniques abandonnent la surprotection pour une protection plus légère, les américains songent à des porte-avions plus lourds et mieux protégés avec notamment un pont blindé. C’est l’acte de naissance des porte-avions lourds de classe United States.

Le BuShips propose la construction de deux porte-avions de 45000 tonnes à pont blindé mais le président Linbergh peu convaincu repousse l’idée au printemps 1945.

La révélation en mars 1946 par les services de renseignement américains de l’existence d’un plan japonais qui prévoit la construction de douze porte-avions type Unryu en plus des quatre porte-avions blindés de type Taiho débloque la situation.

Deux porte-avions lourds sont commandés, porte-avions baptisés United States (CV-21) et Constellation (CV-22), commande effective en juin 1946. Ces navires ne sont pas en service en septembre 1948 mais dix-huit mois plus tard seront sur le point d’être commissioned.

En avril 1950, le programme de guerre ajoute quatre navires baptisés Lexington (CV-41) Saratoga (CV-42), Langley (CV-43) et Franklin D. Roosevelt (CV-44), ces derniers étant rebaptisés avant leur mise en service Yorktown et Enterprise.

Durant le conflit, les porte-avions sont reclassés CV pour les porte-avions d’escadre, CVB pour les porte-avions lourds et CVL pour les porte-avions légers, les United States devenant respectivement CVB-21, CVB-22, CVB-41,CVB-42,CVB-43 et CVB-44.

NdA seuls les deux premiers United States seront abordés ici, les quatre autres du programme de guerre seront étudiés dans la partie idoine.

Carrière opérationnelle

USS United States (CV-21)

-Le USS United States (CV-21) est mis sur cale aux chantiers navals de la New York Shipbuilding Corporation de Camden le 24 juin 1947 lancé le 8 février 1949 et commissionné le 14 avril 1950 au Brooklyn Navy Yard.

Le nouveau fleuron de la flotte des porte-avions américains effectue sa mise en condition opérationnelle dans les Caraïbes, s’appuyant Guantanamo mais également Fort de France.

Après des travaux complémentaires à Norfolk, il quitte la côte est le 4 juillet 1950 pour un long détour par le détroit de Magellan, faisant escale à Miami, à Rio de Janeiro, à Buenos Aires, à Valparaiso, à Balboa avant d’arriver à San Diego après deux mois de mer, arrivant le 25 septembre 1950.

Il arrive trop tard pour sauver les Phillipines mais peut lancer des raids de représailles contre la flotte japonaise mouillée en baie de Cavite, endommageant sérieusement plusieurs navires.

Voulant éviter la perte de leur superporte-avions, les américains répugnent à l’exposer dans la campagne des Salomons, laissant les Essex prendre les coups. En alerte à Nouméa, il participe cependant à la défense du caillou contre la dernière offensive stratégique de l’empire du Japon.

Le USS United States (CV-21) participe pleinement à la contre-attaque américaine, étant engagée dans la campagne de Nouvelle-Guinée puis dans la deuxième campagne des Phillipines, étant endommagé le 4 juin 1953 par un kamikaze qui l’éloigne du front jusqu’en septembre quand il peut à nouveau lancer ses avions contre les cibles japonaises de l’archipel.

Il termine la guerre en participant à l’opération Boxer contre la Chine continentale et Formose, la capitulation japonaise le trouvant au large de la péninsule coréenne.

Rentrant à Norfolk le 4 mars 1955, le porte-avions lourd effectue deux déploiements au sein de la 6ème flotte en Méditerranée, le premier du 13 septembre 1955 au 7 mars 1956 et le second du 11 août 1956 au 11 mai 1957, relevant et étant relevé à chaque fois par le Bunker Hill.

Il est transformé en porte-avions d’attaque au Norfolk Navy Yard du 24 juin 1957 au 30 septembre 1959 avec une piste oblique, des catapultes à vapeur en remplacement des catapultes hydrauliques, de nouveaux brins d’arrêts, de nouveaux radars.

Le poids supplémentaire impose le débarquement de canons de 127mm et le démontage de la ceinture blindée remplacée par des bulges ce qui permet en passant d’augmenter la capacité en carburant aviation, bien utile avec l’aviation à réaction bien plus gourmande en carburant.

Remis officiellement en service le 4 octobre 1959, le porte-avions va passer les vingt années suivantes à des opérations en Méditerranée et en Europe.

Il est ainsi déployé en Méditerranée du 13 septembre 1959 au 15 juin 1960 puis du 31 décembre 1960 au 11 septembre 1961. Il y retourne du 3 juin 1965 au 3 mai 1966 puis du 8 octobre 1966 au 14 mai 1967. Il est modernisé au Norfolk Navy Yard du 30 juin 1967 au 4 septembre 1969 avant d’être remis en service le 15 octobre 1969.

Il participe à la deuxième guerre du Vietnam, effectuant deux déploiements, le premier de mars à octobre 1971 et le second de novembre 1973 à juin 1974. Il passe les dernières années de sa vie dans l’Atlantique Nord sans déploiements importants en Méditerranée.

Le USS United States (CVA-21) est désarmé le 12 mai 1977, remplacé au sein de l’Atlantic Fleet par un porte-avions à propulsion nucléaire, le deuxième de l’histoire de la marine américaine après le USS Forrestal (CVN-93), un porte-avions baptisé USS Nimitz (CVN-96) du nom de l’amiral qui prend la tête de la flotte du Pacifique en avril 1950.

Il aurait du être préservé à San Diego mais suite à un échec dans la recolte de fonds, l’ex-CVA-21 est vendu à la démolition et démantelé à Kearny dans le New-Jersey.

USS Constellation (CV-22)

-Le USS Constellation est mis sur cale au Philadelphia Navy Yard le 4 septembre 1947 lancé le 17 mai 1949 et mis service le 1er juillet 1950.

Après sa croisière de mise en condition opérationnelle réalisée dans les Caraibes jusqu’au 12 août 1950, le porte-avions rallie son chantier constructeur pour régler des problèmes anormaux de vibration, problèmes réglés après deux semaines au bassin.

Ce n’est que le 2 septembre 1950 que le porte-avions peut appareiller direction le Pacifique, faisant escale à Miami du 7 au 11 septembre, à Trinidad du 16 au 20 septembre, à Rio de Janeiro du 21 au 24 septembre, à Buenos Aires du 27 au 30 septembre, Valparaiso du 5 au 7 octobre, à Callao (Perou) du 12 au 17 octobre, à Panama du 22 au 24 octobre avant d’arriver à San Diego le 1er novembre 1950.

Son interminable voyage se termine par son arrivée à Pearl Harbor le 10 novembre 1950 après deux mois de mer, les United States étant trop larges pour les écluses du canal de Panama.

Le Constellation réalise son baptême du feu début 1951 non pas dans les Salomons mais en Insulinde, le Constellation étant chargé d’attirer vers la Malaisie des forces japonaises engagées dans les Salomons mais les résultats furent mitigés.

Ce n’est qu’à l’été 1951 que le porte-avions lourd est engagé dans les Salomons mais à distance de Guadalcanal, l’US Navy ne tenant pas à perdre son porte-avions lourd. Il est néanmoins endommagé par une bombe le 14 septembre 1951 dans les ultimes combats de cette terrifiante campagne.

Réparé le porte-avions lourd reprend le combat en mars 1952, participant aux combats en mer de Corail au cours de laquelle il est endommagé par une torpille, l’obligeant à revenir à Nouméa pour deux mois de réparations jusqu’en juillet 1952.

Il est ensuite engagé dans des raids contre les Phillipines pour détourner des forces japonaises de la Nouvelle-Guinée où les américains ont prit pied à l’été 1952. Ces raids l’occupent jusqu’en octobre 1952 quand il rallie Pearl Harbor pour un carénage qui l’éloigne des opérations jusqu’en février 1953.

Il est de retour à temps pour les opérations de libération des Phillipines, une série d’opérations qui s’achèvent en février 1954, le CV-22 étant endommagé par un avion japonais qui s’écrase sur le pont d’envol, l’obligeant à des réparations à Pearl Harbor de février à juin 1954.

Chance Vought F4U-1 Corsair 68

Le Corsair et le Tigercat étaient les principaux chasseurs embarqués sur les United States

Grumman F7F Tigercat 6

De retour aux opérations en juillet, il participe à des raids sur le Japon, lançant ses chasseurs-bombardiers Chance-Vought Corsair et Grumman Tigercat, couvrant cuirassés et croiseurs pilonnant un Japon privé d’une flotte digne de ce nom.

Après avoir participé à la cérémonie de capitulation du Japon le 4 septembre 1954, le porte-avions est déployé dans le nord du Japon pour éviter un débarquement soviétique dans l’archipel.

Il rallie Bremerton le 14 février 1956 pour subir une refonte destiné à l’adapter à l’utilisation d’avions à réaction. Si il possédait d’origine une proue fermée, le Constellation et ses cinq sister-ships vont recevoir une piste oblique orientée à 8°, des catapultes à vapeur (deux axiales et une sur la piste oblique), de nouveaux brins d’arrêts. La ceinture blindée est démontée et le nombre de canons de 127mm est réduit de 18 à 12, les canons de 20 et de 40mm étant débarqués et remplacés par huit canons de 76mm en quatre affûts doubles.

Les travaux s’achèvent le 14 septembre 1957, le porte-avions effectue sa remise en condition jusqu’à la fin de l’année, étant officiellement remis en service le 4 janvier 1958.

Il quitte l’Etat de Washington pour la Californie et San Diego, arrivant à destination le 13 janvier 1958, affecté à la 1ère flotte ou Flotte du Pacifique.

Il est régulièrement déployé en Asie du Sud-Est et en Asie du Nord-Est, participant à la deuxième guerre du Vietnam de 1970 à 1977. Stationné à San Diego jusqu’en 1974, il est alors redéployé à Yokohama au Japon en relève du Valley Forge, un porte-avions de classe Essex qui venait d’être désarmé.

Alors que ses sister-ship sont peu à peu désarmés (United States en 1977, Lexington en 1980, Saratoga en 1982 _préservé à Los Angeles_, Yorktown en 1984 et Enterprise en 1985), le Constellation va jouer les prolongations jusqu’au 4 mai 1992 soit plus de quarante années de carrière !

Relevé par un porte-avions nucléaire, le USS Theodore Roosevelt (CVN-97), le Constellation rallie San Diego où il va être transformé en musée, le pendant californien de l’Intrepid. Le musée ouvre officiellement le 14 mars 1994 et en 2017 constitue une attraction de choix dans cette ville fortement marquée par la marine de guerre.

Caractéristiques Techniques des porte-avions classe United States

Déplacement : (à la mise en service) 45000 tons (40823 tonnes métriques) standard 59000 tons (53234 tonnes métriques) à pleine charge

(Après refonte) 54000 tons (49823 tonnes métriques) pleine charge 60500 tons (56323 tonnes)

Dimensions : longueur hors tout 298m largeur à la flottaison : 37m tirant d’eau 11m

Propulsion : quatre groupes de turbines à engrenages Westinghouse alimentées en vapeur par douze chaudières Bacock & Wilcox dévellopant 212000ch entrainant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 33 nœuds (31.5 après refonte) distance franchissable 8000 miles nautiques à 15 noeuds

Electronique : deux radars de veille aérienne, un radar de navigation, un radar de veille surface, deux radars de conduite de tir pour les canons de 127mm, deux radars de conduite de tir pour l’artillerie légère.

Armement (A l’origine) 18 canons de 127mm (5 inch) Mark 16 en dix-huit tourelles simples Mark 41 (trois à babord avant, trois à tribord avant, six à babord arrière et six à tribord arrière), soixante-quatre canons de 40mm en seize affûts quadruples et trente-six canons de 20mm Oerlikon en affûts simples.

(Après refonte) 12 canons de 127mm (trois à tribord avant, trois à tribord arrière, trois à babord avant, trois à tribord arrière) et 8 canons de 76mm en quatre affûts doubles.

A la fin de leur carrière, les United States ne possédaient plus de canons de 127mm, embarquant deux affûts doubles de 76mm, des systèmes de défense rapprochée Phalanx et des missiles surface-air Sea Sparrow issu du missile air-air du même nom.

Installations aéronautiques

-Pont d’envol de 292.85 x41.45m de large. Après refonte, si la longueur ne change pas, la largeur avec la piste oblique est portée à 72.50m

-Trois ascenseurs (deux axiaux et un latéral à babord) devenus ensuite latéraux lors de la refonte installant la piste oblique

-Trois catapultes à vapeur (deux axiales et une sur la piste oblique)

-Nombre inconnu de brins d’arrêts

-1210 tonnes de logistique aéronautiques et 4.49 millions de litres de carburant

Groupe Aérien : A leur mise en service, les United States possédaient 110 appareils, huit Grumman Tigercat, seize Grumman Bearcat, trente-six chasseurs-bombardiers Chance-Vought F4U Corsair, trente-deux bombardiers en piqué Curtiss Helldiver et dix-huit avions-torpilleurs Grumman Avenger, une répartition qui pouvait varier en fonction des missions notamment avec l’évolution du conflit.

Le nombre d’appareils à été réduit à 75 après refonte et à la fin de la carrière, les groupes aériens des United States dépassaient rarement soixante appareils.

Equipage : 2615 officiers, quartiers maitres et matelots plus un groupe aérien de 1800 hommes

Publicités

Une réflexion sur “Etats-Unis (26) Porte-avions (7)

  1. Je signale un mot oublié sur le chapitre USS United States (CV-21):

    Le nouveau fleuron de la flotte des porte-avions américains effectue sa mise en condition opérationnelle dans les Caraïbes, s’appuyant … Guantanamo mais également Fort de France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s