Etats-Unis (24) Porte-Avions (5)

USS Kearsarge (CV-12)

USS Hornet (CV-12) 191243 2

-Le USS Kearsarge (CV-12) est mis sur cale aux Newport News Shipbuilding & Drydocking Company le 3 août 1942 lancé le 14 janvier 1944 et commissionné le 5 septembre 1945 au Norfolk Navy Yard.

Il passe la fin de l’année à se mettre en condition opérationnelle en baie de Chesapeake et au large de la Floride pour profiter de meilleures conditions météos pour entrainer son groupe aérien.

Après avoir passé un mois au bassin pour des travaux complémentaires, le Kearsarge quitte la Virginie le 14 janvier 1946, fait escale à Jacksonville Floride du 18 au 20 janvier, se ravitaille à Guantanamo le 22 janvier avant de rallier Colon (Panama) le 25 janvier 1946.

Il franchit le canal de Panama les 26 et 27 janvier, se ravitaille à Balboa (Panama) le 28 janvier puis met cap sur San Diego où il arrive le 9 février 1946.

Le 21 mars 1950 quand les japonais attaquent Pearl Harbor, le porte-avions était en escale à Valparaiso (Chili) après un exercice avec la marine chilienne et notamment son navire-amiral, le cuirassé Almirante Lattore.

A l’annonce du raid japonais, le porte-avions et ses escorteurs quittent le Chili, se ravitaillent au Pérou puis à Panama avant de rallier San Diego le 2 avril 1950. Il se ravitaille à nouveau, complète ses effectifs puis met cap en direction des Phillipines pour participer aux opérations en cours mais il arrive seulement le 12 avril après le quasi-anéantissement de l’Asiatic Fleet. Il est endommagé le 14 avril par une torpille aéroportée ce qui l’oblige à passer six semaines à Pearl Harbor.

Il participe ensuite à la campagne des Salomons (mars-septembre 1951) puis assure la défense de la Nouvelle-Calédonie en octobre avant de subir six semaines d’entretien à Nouméa.

Suite à un accord interallié, le Kearsarge va participer à l’opération Gymnastic, la reconquête de la Birmanie. L’offensive lancée mi-avril 1952 aboutit à la libération du pays à la fin du mois de juin, le Kearsarge ayant assuré le soutien aérien de l’opération en liaison avec le porte-avions léger français Henriette de France et les porte-avions lourds britanniques Malta et Implacable.

Après un carénage en Australie, le CV-12 reprend ses opérations sous commandement américain, participant à partir de mars 1953 à la libération des Phillipines, étant endommagé le 27 mars par un avion japonais qui s’écrase volontairement sur son pont d’envol. Il doit retourner en réparations en Californie et ce n’est que début 1954 que le porte-avions est de nouveau opérationnel, participant aux opérations à Formose et en Chine continentale (opération Boxer).

En carénage le 4 septembre 1954, il ne peut participer aux premières opérations de l’occupation du Japon. Il est déployé au pays du Soleil Levant de décembre 1955 à mai 1956 puis de décembre 1956 à mai 1957 date de son retour à San Diego et de sa mise en réserve effective le 1er juin 1957.

USS Hornet (CVS-12) 1962-64

Le USS Kearsarge (CVS-12)

Un temps menacé de démolition, le USS Kearsarge (CV-12) est finalement choisit pour être transformé en porte-avions anti-sous-marin. Il est remis en service le 8 octobre 1961 et rallie par ses propres moyens le Brooklyn Navy Yard où doit avoir lieu la transformation.

Il arrive sur place le 21 novembre 1961, les travaux l’immobilisant du 4 décembre 1961 au 14 juin 1963 date officielle de sa remise en service comme CVS-12.

Sa mise en condition opérationnelle achevée, il quitte New York le 4 octobre 1963, ralliant San Diego via Jacksonville, Guantanamo et le canal de Panama le 27 octobre 1963.

Il devient le navire-amiral du Carrier Submarine Groupe One (CSG-1), un groupe de combat composé du porte-avions, de six destroyers, de six destroyers d’escorte, de deux sous-marins diesels et d’avions de patrouille maritime.

Le Kearsarge et son groupe de combat vont opérer dans tout le Pacifique, effectuant des déploiements réguliers en Asie du Nord-Est, mais également à Okinawa, aux Phillipines et au Vietnam, la base de Cam-Ranh devenant une escale famillière aux navires américains cohabitant avec les derniers navires français de la FNEO.

Il participe ainsi aux deux guerres du Vietnam. Rentré à San Diego le 14 mai 1975, il y est désarmé le lendemain et rayé du Naval Vessel Register le 8 juin suivant.

Vendu à la démolition, le CVS-12 est remorqué jusqu’à Brownsville (Texas) où Esco Marine procède à son démantèlement entre juin et septembre 1976.

USS Franklin (CV-13)

USS Franklin (CV-13) 210244.jpg

-Le USS Franklin (CV-13) est mis sur cale au Brooklyn Navy Yard le 8 octobre 1942 lancé le 14 avril 1944 et mis en service (commissioned) le 8 novembre 1945.

Il passe les trois mois suivants dans les Caraïbes pour effectuer la mise en condition de son groupe aérien. Il est de retour dans son chantier constructeur le 12 février 1946 pour des travaux complémentaires.

Il quitte New York le 4 mars 1946, fait escale à Miami du 9 au 11 mars, se ravitaille le 14 mars à Guantanamo pour rallier Colon trois jours plus tard le 17 mars 1946.

Il franchit le canal interocéanique de Panama les 18 et 19 mars, se ravitaille à Balboa le 20 mars puis met cap sur San Diego où il arrive le 28 mars 1946.

Après un exercice avec des navires stationnés à San Diego, le Franklin quitte la Californie le 2 mai 1946, ralliant Pearl Harbor le 10 mai 1946.

Le 21 mars 1950, le Franklin livrait des avions de l’USAAF et de l’USMC à Wake, embarquant un groupe aérien réduit de douze Grumman F6F Hellcat et de quatre Douglas SBD Dauntless de reconnaissance.

Après avoir débarqué vingt-quatre F4U Corsair assemblés (USMC), seize autres en caisse ainsi que vingt-quatre Curtiss P-40F eux aussi en caisse, le porte-avions reçoit l’ordre de rester à proximité de Wake et de lancer des opérations de reconnaissance pour tenter de retrouver la flotte japonaise.

Les recherches étant infructueuses, le porte-avions reçoit l’ordre de rentrer à Hawaï pour retrouver la majorité de la flotte américaine. Le lendemain Wake est attaquée par le porte-avions Akagi, deux croiseurs légers, quatre destroyers et deux transports.

L’attaque japonaise est repoussée par une puissance aérienne qui surprend les japonais qui ne prendront Wake qu’à la fin de l’été à une époque où les américains ne savaient plus ou donner de la tête.

Il participe successivement à la campagne des Salomons (mars-septembre 1951) puis enchaine par la bataille de la mer de Corail (mars 1952) et la campagne de Nouvelle-Guinée (juillet 1952-janvier 1953).

Après un petit carénage à Nouméa, le porte-avions participe à la campagne Carolines-Mariannes (mars-septembre 1953) avant d’être engagé dans des raids contre Formose.

Le 4 février 1954, il est gravement endommagé au large de Formose par une bombe de 250kg qui défonce le pont d’envol en bois, perce le pont blindé avant d’exploser. Les dégâts importants sont aggravés par l’aération qui diffuse les fumées toxiques dans tout le navire provoquant la mort de 545 officiers, marins et aviateurs.

USS Franklin (CV-13)

Des incendies importants ravagent le navire et sont péniblement éteints par les navires d’escorte qui doivent repousser trois attaques aériennes japonaises qui cherchaient à achever le porte-avions. Un avion abattu s’écrase à l’avant du porte-avions.

La situation est telle qu’on envisage d’abandonner le navire et de l’achever. Finalement une pluie providentielle parvient à éteindre les derniers incendies. Une remorque est passée par le croiseur lourd USS Missoula (CA-74) et le porte-avions éclopé est remorqué jusqu’à Leyte arrivant le 15 février 1954 pour des réparations d’urgence avant de rallier le Mare Island Navy Yard deux mois plus tard.

Les réparations étaient toujours en cours en septembre 1954 quand les japonais capitulent. Les dégâts sont importants, la structure affaiblie. Décision est prise de le désarmer et de le mettre en réserve. C’est chose faite le 15 décembre 1954.

Reclassé AVT-1 (transport d’aviation) le 18 mars 1960, il est rayé du Naval Vessel Register le 23 septembre 1960 et utilisé comme cible de tir au large de San Diego, encaissant torpilles, bombes et roquettes, le coup de grâce venant d’un sous-marin canadien qui participait à l’exercice. L’épave repose à 2000m de profondeur à 150 miles nautiques de la grande ville du sud de la Californie.

USS Hancock (CV-14)

USS Ticonderoga (CV-14) 300544

-Le USS Hancock (CV-14) est mis sur cale au Brooklyn Navy Yard le 14 mai 1943 lancé le 20 septembre 1944 et mis en service le 8 juin 1946.

Il passe trois mois à entrainer son groupe aérien en baie de Chesapeake, passant ensuite un mois au bassin au Brooklyn Navy Yard du 15 septembre au 20 octobre 1946 pour des travaux complémentaires notamment de peinture.

Il quitte New York le 5 novembre 1946, fait escale à Pensacola du 12 au 14 novembre, se ravitaille à Guantanamo le 16 puis rallie Panama le 18 novembre.

Il franchit le canal interocéanique de Panama les 19 et 20 novembre, se ravitaille à Balboa le 21 novembre, ralliant San Diego son port d’attache le 30 novembre 1946.
Quand le Japon attaque Pearl Harbor, le Hancock était immobilisé depuis six semaines pour un grand carénage.

Les travaux sont accélérés mais le porte-avions n’est opérationnel que le 14 août 1950, son groupe aérien subissant un entrainement accéléré durant son transit jusqu’aux Phillipines où il opère jusqu’à la fin de l’année, tentant de s’opposer à la puissance japonaise.

Il est endommagé par une bombe le 2 octobre 1950 puis par une torpille le 14 novembre obligeant le porte-avions à rentrer à Pearl Harbor pour des réparations qui vont l’immobiliser jusqu’au début du mois de février.

Il participe ensuite à la campagne des Salomons puis joue un rôle décisif dans l’échec du débarquement japonais en Nouvelle-Calédonie, ses avions détruisant le porte-avions Junyo et le porte-avions Zuikaku en coopération avec d’autres porte-avions.

Après les Phillipines et les Salomons, le porte-avions participe à la bataille de la mer de Corail puis à sa conséquence, la campagne de Nouvelle-Guinée. De retour aux Phillipines, il enchaine par les opérations contre Iwo Jima et Okinawa.

Endommagé au large d’Okinawa le 8 avril 1954 par un kamikaze, il est en réparations jusqu’au 12 août 1954 quand il rallie la flotte américaine au large du Japon pour les opérations d’attaque puis d’appui à la mise à terre des troupes d’occupation.

Il reste déployé au large du Japon jusqu’en mai 1955 quand il rallie la Californie avec des vétérans démobilisés. Arrivé à Long Beach le 7 juin 1955, il est désarmé le lendemain et confiés aux bons soins de la Pacific Reserve Fleet San Francisco Group.

Réarmé le 14 mai 1959, il rallie le Brooklyn Navy Yard six semaines plus tard pour être transformé en porte-avions d’attaque (CVA). Les travaux l’immobilise du 4 juillet 1959 au 18 juin 1961, le navire recevant une proue fermée (hurricane bow), une piste oblique à 8°, de nouveaux brins d’arrêt, des catapultes à vapeur, un ilot reconstruit, de nouveaux ascenseurs et une DCA composée de seize canons automatiques de 76mm en affûts doubles.

Remis en service le 4 juillet 1961, il reste déployé dans l’Atlantique avec Norfolk comme port d’attache.

Dépendant de la 2ème flotte, il effectue des déploiements réguliers en Méditerranée au sein de la 6ème flotte. Le premier déploiement à lieu du 12 septembre 1961 au 4 avril 1962 suivit d’un second du 2 octobre 1962 au 12 avril 1963, d’un troisième du 4 octobre 1963 au 2 mai 1964 et d’un quatrième du 14 octobre 1964 au 2 juin 1965.

Reclassé CVS-14 le 5 juin 1965, il subit des travaux de transformation, recevant un sonar d’étrave et un CIC (Center of Information & Command) spécialisé pour les opérations ASM.

Remis en service le 14 octobre 1965, il va opérer régulièrement en Méditerranée, effectuant un déploiement du 14 mars au 1er octobre 1966 suivit d’un second du 5 avril au 12 septembre 1967.

Victime d’une avarie mécanique importante le 14 février 1968, le porte-avions est désarmé le 8 mai 1968, rayé du Naval Vessel Register le même jour. Vendu à la démolition, il est démantelé à Kearny (New-Jersey) entre septembre et décembre 1968.

USS Randolph (CV-15)

USS Randolph (CV-15) juin 1945

-Le USS Randolph (CV-15) est mis sur cale au Brooklyn Navy Yard sis à New-York le 1er septembre 1943 lancé le 15 mars 1945 et mis en service le 8 septembre 1947 dans son chantier constructeur.

Sa mise en condition à lieu dans les Caraïbes pour profiter de conditions météos plus favorables à la mise en œuvre de l’aviation.

Après un passage par le Brooklyn Navy Yard du 4 janvier au 2 février 1948 pour des travaux complémentaires, le porte-avions met cap à l’ouest direction son port d’attache de Pearl Harbor.

Il fait escale à Miami du 10 au 12 février, franchit le canal de Panama les 18 et 19 février, à San Diego les 26 et 27 février avant d’arriver à Pearl Harbor le 7 mars 1948.

Le 21 mars 1950, le porte-avions était à la mer, assurant le rôle de porte-avions «hostile». A l’annonce des bombardements japonais, le Randolph est chargé de coordonner la protection de l’escadre, lançant tous ses chasseurs disponibles en l’occurence des F8F Bearcat et des F4U Corsair.

Restant à la mer après un ravitaillement, il assure ensuite la couverture d’un ultime convoi de renforts à destination des Phillipines. Choix judicieux car le convoi sera attaqué par l’aviation et les sous-marins du Japon perdant trois cargos et deux pétroliers sur un total de vingt-quatre navires, une perte sensible mais fort heureusement les transports amenant une division de l’US Army furent épargnés.

Les chasseurs du CV-15 vont abattre quatre avions-torpilleurs japonais et trois bombardiers en piqué au prix de quatre Bearcat et deux Corsair.

Endommagé le 4 janvier 1951 au large des Phillipines (une torpille et une bombe), le porte-avions rallie Pearl Harbor pour des réparations provisoires afin de traverser sans problème l’immense océan Pacifique.

Arrivé au Long Beach Navy Yard le 4 mai 1951, le porte-avions est immobilisé pour réparations jusqu’en novembre 1951.

Il est de retour à Pearl Harbor le 17 décembre 1951 avec un groupe aérien renouvelé, les Dauntless remplacés par des Helldiver, les Grumman Avenger étant toujours en place. Des essais avec des F7 Tigercat ont confirmé que les Essex était trop petit pour le dernier matou de Bethpage.

Il est engagé dans la bataille de la mer de Corail (4-5 février 1952), recevant une bombe qui bloque en position haute l’ascenseur avant, ses avions participant à la destruction de plusieurs navires japonais. Son groupe aérien revendique la destruction de 48 aéronefs ennemis (32 accordés).

Réparé à Nouméa, il est de retour au combat en juin 1952, participant à la campagne de Nouvelle Guinée jusqu’en janvier 1953. Il rallie ensuite Pearl Harbor pour subir un petit carénage qui lui permet de répartir au combat au printemps, participant à la reconquête des Phillipines, couvrant les huit débarquements amphibies menés pour chasser l’occupant nippon de l’archipel.

Endommagé par un kamikaze le 17 décembre 1953, il doit regagner la côte ouest, étant immobilisé pour travaux de février à septembre 1954, ratant les dernières opérations du conflit.

Logiquement, il aurait du regagner le Pacifique mais au final, il rejoint la côte est pour rapatrier les soldats, aviateurs et marins démobilisés en Europe.

Quittant San Diego le 10 septembre, le Randolph franchit le canal de Panama les 18 et 19 septembre, fait escale à Miami le 25 et 26 septembre puis rallie le Charleston Navy Yard pour être transformé.

Son groupe aérien est laissé à terre, la taille des cuisines augmentées, le hangar transformé en dortoir pour 3000 hommes.

Il quitte la Caroline du Sud le 20 octobre, traversant l’Atlantique en seulement cinq jours, arrivant à Saint Nazaire le 26 octobre. Il embarque ses passagers puis rallie New York le 1er novembre. Il va effectuer deux nouvelles rotations, la première entre New-York et Brest (3 au 8 novembre pour le voyage aller, 12 au 17 novembre pour le voyage retour) et la seconde entre New-York et Portsmouth (voyage aller du 20 au 27 novembre, voyage retour du 30 novembre au 8 décembre 1954).

Il décommissioné le 10 décembre 1954 et confié aux bons soins de son chantier constructeur devenu le Brooklyn Naval Shipyard pour être transformé en porte-avions d’attaque. Le chantier qui s’achève le 17 mars 1956 voit le porte-avions recevoir une étrave fermée, une piste oblique, des catapultes à vapeur, de nouveaux brins d’arrêt, un ilôt remodélé, de nouveaux ascenseurs et une DCA plus moderne.

Considéré comme opérationnel le 4 juillet 1956, le Randolph est affecté à la 2ème flotte ou Flotte de l’Atlantique. Il effectue de nombreux exercices au large de la côte est quand il n’est pas déployé en Méditerranée au sein de la sixième flotte, le CVA-15, alternant dans les années soixante avec le USS Hancock (CVA-14).

Il est ainsi déployé en Méditerranée du 5 avril au 1er octobre 1962, du 13 avril au 3 octobre 1963 et du 3 mai au 13 octobre 1964 avant de subir un grand carénage du 1er novembre 1964 au 17 septembre 1965.

Il retourne en Méditerranée pour un quatrième déploiement du 4 mai au 7 octobre 1966 puis du 15 mai au 2 décembre 1967.

De retour à Norfolk, il aurait du être transformé en porte-avions anti-sous-marin mais le 15 mai 1968, un violent incendie provoque de gros dégâts matériels et la mort de seize marins. Le projet de conversion est abandonné et le porte-avions est désarmé le 8 septembre 1968. Rayé du Naval Vessel Register le 12 février 1969, le porte-avions est vendu à la démolition à un chantier britannique. Arrivé à Liverpool le 8 septembre 1969, il est démantelé entre octobre 1969 et janvier 1970.

USS Cabot (CV-16)

USS Lexington (CV-16) 200244

-Le USS Cabot (CV-16) est mis sur cale aux Fore River Shipyard sis à Quincy (Massachussetts) le 17 septembre 1943 lancé le 8 juillet 1945 et mis en service le 2 décembre 1947 au Norfolk Navy Yard.

Pleinement opérationnel en avril 1948, le Cabot rallie San Diego via Pensacola, La Nouvelle-Orléans, Veracruz et le canal de Panama arrivant en Californie le 3 mai 1948.

Le 21 mars 1950, le porte-avions assurait un transport d’avions à Midway, débarquant des Corsair de l’USMC, des P-40 de l’USAAF assemblés ainsi que des B-25 de l’USAAF en caisse également.

Ne disposant que d’une partie de son groupe aérien (quatre Douglas Dauntless et huit Grumman Hellcat), le porte-avions rallie au plus vite San Diego pour embarquer le reste du CVG-16 et rallier Pearl Harbor.

Il participe à la campagne des Phillipines (avril-octobre 1950) avant d’enchainer par la campagne des Salomons (mars-septembre 1951) puis par la mer de Corail (4-5 février 1952).

Il aurait du participer à l’opération Gymnastic en Birmanie mais suite à une avarie de machines, le porte-avions est immobilisé pour réparations jusqu’en juin 1952, enchainant par la campagne de Nouvelle-Guinée (juillet 1952-janvier 1953) puis par la campagne Carolines-Mariannes (mars-septembre 1953).

Il passe une guerre sans une égratinure jusqu’au 5 décembre 1953 quand il est touché par trois bombes alors qu’il couvrait des cuirassés et des croiseurs bombardant Iwo Jima en vue d’un futur débarquement.

Les incendies sont péniblement maitrisés, une remorque est même passé par le croiseur lourd Rochester mais finalement le porte-avions parvient à rallier seul Pearl Harbor où il arrive le 12 décembre.

Après dix jours de réparations, le porte-avions rallie non pas la côte ouest mais la côte est et le Boston Navy Yard pour une remise en état complète.

Arrivé dans le Massachussetts le 3 janvier 1954, il était toujours en travaux au moment de la capitulation japonaise.

Il est opérationnel le 17 février 1955 mais sa carrière d’après guerre se résume à un transport d’avions entre l’Europe et les Etats-Unis, le rapatriement de prisonniers allemands en Allemagne.

Désarmé le 14 juin 1955, il est placé sous cocon à Philadelphie. Jamais réarmé, il est rayé du Naval Vessel Register le 8 août 1965.

Un temps menacé de démolition, le porte-avions est finalement racheté par l’Etat du Texas et remorqué à San Jacinto où il cohabite désormais avec le cuirassé USS Texas et le croiseur lance-missiles du même nom.

USS Bunker Hill (CV-17)

USS Bunker Hill (CV-17) été 1943

-Le USS Bunker Hill (CV-17) est mis sur cale aux Fore River Shipyard sis à Quincy (Massachussetts) le 15 janvier 1944 lancé le 12 juillet 1946 et mis en service le 14 mai 1948.

A l’issue de la commissioning ceremony, le porte-avions effectue sa mise en condition opérationnelle en baie de Cheasapeake jusqu’au mois d’août 1948.

Suite au début du second conflit mondial en Europe, l’envoi du CV-17 dans le Pacifique et repoussée sine die, le dernier né des porte-avions américians se tenant prêt à toute éventualité, le gouvernement américaine annonçant dès le 6 septembre que toute violation de la Neutrality Zone par un navire armé entré sans autorisation sera repoussée y compris par la force.

Aucun belligérant n’ayant essayé de violer la zone de neutralité, l’US Navy peut faire partir le Bunker Hill dans le Pacifique.

Il appareille le 4 novembre de Boston, fait escale à San Juan (Porto Rico) du 12 au 15 novembre, franchit le canal de Panama les 21 et 22 novembre avant de rallier San Diego le 29 novembre 1948.

Après quelques exercices en compagnie de navires stationnés dans la principale base navale américaine de la côte ouest, le porte-avions reprend la mer. Quittant San Diego le 12 décembre, il rallie Pearl Harbor son port d’attache le 19 décembre 1948 à l’aube.

Le 21 mars 1950, il était à Pearl Harbor. Ancré à l’écart de l’île Ford, le Bunker Hill encaisse deux bombes, une explosant contre le pont blindé qui résiste et la seconde qui détruit une tourelle de 127mm, la tourelle II à l’avant de l’îlôt. Les réparations sont rapides et dès le 14 avril, le porte-avions peut participer aux opérations, sans sa tourelle de 127mm détruite qui sera remplacée en juin.

Il participe à la première campagne des Phillipines avant d’enchainer par celle des Salomons. Un grand carénage lui fait manquer la bataille de la mer de Corail mais pas la campagne de Nouvelle-Guinée. Il participe ensuite à la campagne des Carolines-Mariannes (mars-septembre 1953) au cours de laquelle il est légèrement endommagé.

Participant aux opérations Detachment et Iceberg (opérations contre Iwo Jima et Okinawa), le porte-avions est endommagé le 12 août 1954 lors d’une collision avec un pétrolier qui assurait son ravitaillement.

Quand le Japon capitule, le Bunker Hill était en carénage à Long Beach, la collision avec le pétrolier ayant été l’occasion d’avancer ce carénage prévu début 1955.

De nouveau opérationnel en janvier 1955, il est redéployé sur la côte est, son port d’attache étant Mayport en Floride. Depuis ce port situé à de Miami, le porte-avions va effectuer des exercices dans les Caraïbes mais également des déploiements en Méditerranée, le premier de mai à septembre 1955 et le second de mars à août 1956.

A son retour à Mayport, il débarque son groupe aérien puis rallie directement le Brooklyn Navy Yard où il arrive le 13 août. Il est désarmé le lendemain pour subir presque deux ans de travaux et devenir un porte-avions anti-sous-marin, le CV-17 cédant la place au CVS-17.

Il est officiellement remis en service le 17 juin 1958. Il reste stationné à Mayport, devenant le navire-amiral du Carrier Submarine Group Four (CSG-4), un groupe occasionnel composé du porte-avions, de six destroyers, de six destroyers d’escorte, de deux sous-marins diesels et d’un squadron de patrouille maritime équipé de Lockheed Neptune.

Il opère dans l’Atlantique et dans les Caraïbes quand bien sur il ne retourne pas en Méditerranée, notamment entre février et septembre 1960. Il participe aux secours lancés après le terrible tremblement de terre d’Agadir survenu le 29 février 1960.

Ses hélicoptères vont déposer des sécouristes, des vivres, de l’eau, évacuant sur le porte-avions des blessés. Les destroyers vont mettre à terre leurs secouristes et après accord du sultan du Maroc, des marines pour assurer le maintien de l’ordre.

Jusqu’à son désarmement survenu en juin 1968, le Bunker Hill va effectuer trois déploiements en Méditerranée, en 1962, en 1965 et en 1967.

Mis en réserve à Mayport, il est choisit pour devenir porte-avions d’entrainement. Remis en service le 14 mars 1971, il est réimmatriculé CVT-17 puis AVT-17, servant jusqu’en septembre 1991.

Désarmé officiellement le 4 septembre 1991, il est préservé des affres de la démolition en étant choisit pour devenir navire-musée à Corpus Christi (Texas) où il se trouve toujours en 2017. Il à été classé monument historique en 2003.

USS Oriskany (CV-18)

USS Wasp (CV-18) Puget Sound 090645

-Le USS Oriskany (CV-18) est mis sur cale au Brooklyn Navy Yard sis à New-York le 4 mars 1944 lancé le 14 octobre 1946 et mis en service (commissioned) le 1er juillet 1948.

Affecté à Pearl Harbor, il arrive dans son port d’attache au début du mois d’octobre, parachevant sa mise en condition opérationnelle à Hawaï.

A la mer le 21 mars 1950, il lance son groupe aérien à la recherche de la flotte japonaise mais sans succès, un chasseur Hellcat et un avion-torpilleur Avenger sont mêmes abattus par une DCA trop nerveuse, le pilote du F6F étant tué mais l’équipage du Grumman Avenger parvient à sauter en parachute et à être récupéré par un destroyer.

Le 14 octobre 1951, les japonais lancent une opération contre la Nouvelle-Calédonie. L’Oriskany assure la défense de l’archipel contre l’attaque japonais. Son groupe aérien participe à la destruction de plusieurs transports et de navires de guerre japonais ce qui en fait une cible de choix pour l’aéronavale japonaise.

Alors qu’il se prépare à lancer son quatrième raid de la journée, le CV-18 est frappé par une attaque aérienne massive, cinquante-quatre bombardiers en piqué et avions-torpilleurs attaquent le groupe de combat de l’Oriskany isolé des autres porte-avions.

Il reçoit deux torpilles et quatre bombes. Incendié, le navire est évacué seulement trente-cinq minutes après l’attaque (18.40). 245 officiers, marins et aviateurs ont été tués, 45 autres succombant des suites de leurs blessures. L’épave dérive vers le large et pour éviter qu’elle ne soit prise par les japonais, les destroyers lancent huit torpilles et tirent 54 obus de 127mm pour qu’enfin le porte-avions rejoigne Neptune.

Le nom d’Oriskany va être rapidement donné à un nouveau porte-avions de type Essex en l’occurence le CV-46. Initialement baptisé Kitty Hawk _le lieu où les frères Wright avaient décollé pour la première fois en 1903_ , le CV-46 devient donc le Oriskany (NdA son histoire dans le programme de guerre).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s