Etats-Unis (21) Porte-avions (2)

Porte-avions lourds classe Lexington

USS Lexington 1929

Avant-propos

La guerre russo-japonaise en 1904-05 consacre la domination japonaise sur le nord du Pacifique, domination renforcée par l’alliance passée en 1902 avec la Grande-Bretagne. Tokyo va entrer en concurrence avec les Etats-Unis pour le contrôle de cet immense océan découvert par Magellan qui l’appela ainsi en raison de son calme apparent comparé aux eaux furieuses du détroit qui porte son nom.

Cette rivalité devait forcément déboucher à terme sur une guerre. Cette guerre imposait des forces navales importantes et puissantes.

Une course aux armements est lancée en 1916/1917 entre le Japon et les Etats-Unis, cette course aux armements américano-nippone succédant à celle ayant opposé Londres et Berlin avant le premier conflit mondial.

Cette course aux armements choque dans l’immédiat premier conflit mondial en raison des horreurs de la «Der des ders» mais surtout fait souffrir les économies en cours de reconversion.

La conférence qui s’ouvre à Washington en novembre 1921 aboutit à la signature du traité du même nom le 6 février 1922 qui limite drastiquement les flottes des principales puissances mondiales (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Japon,France,Italie) en terme notamment de cuirassés.

L’US Navy doit désarmer des cuirassés, abandonner l’achèvement du Washington (quatrième Colorado) et stopper la construction de six cuirassés de classe South Dakota et de six croiseurs de bataille de classe Lexington, tous ces navires étant encore sur cale.

Les termes du traité de Washington limite à 27000 tonnes le tonnage d’un porte-avions mais un amendement autorise chaque pays à convertir des cuirassés en porte-avions même en dépassant le tonnage de 27000 tonnes.

Les britanniques transforment les Courageous et Glorious, la France transforme le Béarn un cuirassé de classe Normandie inachevé le sauvant de la démolition, le Japon les Akagi et Kaga et les américains sélectionnent deux croiseurs de bataille de classe Lexington, le Lexington et le Saratoga.

Classe Lexington

Représentation d’artiste d’un croiseur de bataille de classe Lexington

Historique

USS Lexington 1935

Le USS Lexington (CV-2) en 1935

-Le USS Lexington (ex-CC-1 CV-2) est mis sur cale aux Fore River Shipyard de Quincy (Massachussets) le 8 février 1921. Sa construction est suspendue le 8 février 1922 deux jours après la signature du traité de Washington.

Choisit pour être transformé en porte-avions, sa construction reprend le 1er juillet 1922. Son lancement à lieu le 1er juillet 1925 et il est commissioné (commissioned) le 14 décembre 1927, les premières opérations aériennes ayant lieu en janvier 1928.

Si les technologies de l’appontage et du décollage sont largement défrichées par le Langley, il reste à mettre au point la tactique d’emploi des porte-avions.

C’est le rôle des deux porte-avions géants qui vont rester les plus grands jusqu’à la mise en service des United States.

Rapidement les américains comprennent que pour qu’il soit efficace, le porte-avions doit mettre en œuvre le plus d’avions possibles. Il doit être grand et rapide pour faciliter les opérations aériennes.

Seulement quelques années après leur mise en service, «Lady Lex» et «Sister Sara» vont être capable de mettre œuvre quatre-vingt appareils notamment dans le cadre des manœuvres annuelles «Fleet Problem» qui tantôt envoit les porte-avions attaquer et défendre les écluses du canal de Panama ou attaquer Pearl Harbor selon un scénario rappelant ce funeste 21 mars 1950.

C’est également dans le cadre de ces manœuvres qu’on envisage le concept de Task Force, ces groupes occasionnels centrés sur un porte-avions mais de là à imaginer que le «pont plat» soit le centre de la stratégie navale américaine, il y à un pas qui n’est pas encore franchit.

Après dix-huit ans de carrière, le Lexington est désarmé le 18 septembre 1945. A San Diego, il est confié aux bons soins de la Pacific Reserve Fleet San Diego Group sous la statut in commission in reserve.

En juin 1948, il passe de in commission in reserve à out of commission in reserve ce qui correspond en France au passage de réserve spéciale A à réserve spéciale B.

Quand le second conflit mondial éclate dans le Pacifique le 21 mars 1950, une inspection montre un mauvais état matériel et un temps de réarmement important (supérieur à six mois). De plus l’arrivée de nouveaux porte-avions rend peu utile le réarmement de vieux navires.

Rayé du Naval Vessel Register le 4 juillet 1950, le USS Lexington ne sera démoli qu’après la guerre, voyant un nouveau porte-avions Lexington fendre les flots, le CVB-3 devenu peu après sa mise en service le CV-41 suite à une unification des désignations, les CVB-1 et CVB-2 devenant respectivement CV-21 et CV-22.

USS Saratoga (CV-3) 070228

Le USS Saratoga (CV-3) dans le canal de Panama en 1928

-Le USS Saratoga (ex-CC-3 CV-3) est mis sur cale aux chantiers navals de la New York Shipbuilding Corporation sis à Camden (New-Jersey) le 25 septembre 1920. La construction du troisième croiseur de bataille de classe Lexington est suspendue le 8 février 1922 alors que le navire est achevé à 35.4%.

La construction reprend pour en faire un porte-avions le 1er juillet 1922. Il est lancé le 7 avril 1925 et commissioned le 16 novembre 1927, les premières opérations aériennes étant conduites par un capitaine de frégate appelé à faire parler de lui, le CF Mitscher en janvier 1928.

Comme son sister-ship Lexington, le Saratoga participe aux nombreux Fleet Problem dans le Pacifique et dans les Caraïbes, permettant de montrer la vulnérabilité des écluses du canal de Panama ou de Pearl Harbor.

Le Saratoga est désarmé le 17 mai 1946 à San Diego. Comme son sister-ship Lexington, il est maintenu en réserve mais jugé en trop mauvais état pour être réarmé et participer au second conflit mondial.

Rayé du Naval Vessel Register le 1er octobre 1950, son nom est donné au quatrième porte-avions de classe United States, le CV-42 (ex-CVB-4). Quand à l’ex-CV-3, il est démoli en 1955 après l’échec d’un projet de conservation.

Classe Lexington

Caracteristiques Techniques

Déplacement : standard 36000 tonnes pleine charge 50000 tonnes

Dimensions : longueur 271m largeur 32m tirant d’eau : 7.4m

Propulsion : 4 groupes de turbines à engrenages alimentées par 16 chaudières, la transmission aux 4 hélices se faisant par une transmission turbo-électrique : les turbines produisent du courant qui alimente des moteurs électriques entrainant les arbres d’hélice. La puissance dévellopée est de 1800000ch

Performances : vitesse maximale 33.25 noeuds distance franchissable : 10000 miles nautiques à 10 noeuds

Protection : ceinture blindée de 127 à 178mm troisième pont blindé à 51mm pont blindé de 76 à 114mm au dessus des soutes à munitions et du système propulsif.

Armement : 8 canons de 203mm Mark 9 en 4 tourelles doubles installés devant et derrière l’îlot, 12 canons de 127mm de 25 calibres Mark 11 en 12 affûts simples remplacés par 16 canons de 127mm de 38 calibres Mark 12 qui eux pouvaient tirer contre avions. En 1941, les Lexington reçoivent seize canons de 28mm en quatre affûts quadruples.

Installations aéronautiques : Hangar de 137.10m de long desservit par deux ascenseurs axiaux. Une catapulte de 47.2m

Groupe aérien : Les Lexington peuvent embarquer 83 appareils répartis avant guerre entre deux escadrilles de chasse (36 appareils) deux escadrilles de torpilleurs-bombardiers (32 appareils) une escadrille d’observation (douze appareils) et une section de servitude de 3 appareils.

Quand ils sont désarmés, les Lexington embarquent des F4F Wildcat pour la chasse, des Douglas Dauntless de bombardement en piqué, des Grumman Avenger de torpillage.

Equipage : 2122 hommes

Porte-avions USS Ranger (CV-4)

USS Ranger (CV-4) 180842

USS Ranger (CV-4), une demi-réussite

Après la conversion des Lexington, les américains ne disposaient plus que de 69000 tonnes sur leur contingent accordé au traité de Washington (135000 tonnes).

Manquant de recul, ils hésitent entre quelques gros et beaucoup de petits (même si tout est relatif).

Pour résumer et aller vite, les américains hésitent entre beaucoup de petits porte-avions et quelques gros. Les études se succèdent entre septembre 1922 et juin 1923 avec des bâtiments de 11500 à 27000 tonnes puis en 1926 et 1927 avec des bâtiments de 10 à 23000 tonnes.

Finalement quatre variantes d’un porte-avions de 13800 tonnes sont étudiées. Le General Board réclame le 1er novembre 1927 la mise sur cale d’un porte-avions de ce tonnage chaque année de 1929 à 1933 soit cinq unités mais ce plan est rejeté par le congrès.

Une loi du 13 février 1929 autorise la construction de quinze croiseurs de 10000 tonnes et d’un porte-avions entre 1929 et 1931. Les négociations du traité de Londres arrête un temps les projets mais le porte-avions baptisé Ranger est financé par l’année fiscale (Fiscal Year) 1930 (1er juillet 1929-30 juin 1930).

-Le USS Ranger (CV-4) est mis sur cale aux Newport News Shipbuilding and Drydock Co de Newport News en Virginie le 26 septembre 1931. Il est lancé le 25 février 1933 ayant pour marraine Lou Henry Hoover, la femme du président des Etats-Unis et admis au service actif le 4 juin 1934 au Norfolk Navy Yard.

Il va être déployé dans le Pacifique jusqu’en 1939, participant à plusieurs «Fleet Problem». Au printemps alors que la guerre menace en Europe, il effectue une série de manœuvres en mer des Caraïbes puis participe à des patrouilles de neutralité dans l’Atlantique durant la guerre de Pologne.

La mise en service de nouveaux porte-avions plus performants entraine un déclassement du Ranger qui après une courte incursion dans le Pacifique entre septembre 1940 et juin 1941 bascule définitivement dans l’Atlantique avec Norfolk pour port d’attache.

En septembre 1945, il devient porte-avions école rejoint dans ce rôle ingrat mais vital par le Wasp en juin 1946, les deux porte-avions dépendant de l’Aviation Squadron (Atlantic).

Quand le second conflit mondial éclate en Europe en septembre 1948, le Ranger redevient porte-avions opérationnel, couvrant les cinq cuirassés déployés dans l’Atlantique (les deux Pennsylvania et les trois New Mexico) contre un éventuel raid de cuirassés allemands contre le commerce et les convois. Il embarque ainsi le CVG-4, un groupe aérien de réserve activé pour l’occasion avec des chasseurs F6F Hellcat et des Grumman Avenger de torpillage et de lutte anti-sous-marine.

En mars 1950, le Pacifique s’embrase à son tour mais le Ranger et le Wasp restent dans l’Atlantique, assurant durant le conflit en compagnie d’Independence la couverture des convois amenant matériel, véhicules et hommes en France et en Grande-Bretagne.

Usé par une action intense et par les éléments, en surplus par rapport aux porte-avions modernes, le Ranger est désarmé dès le 17 octobre 1954.

Rayé du Naval Vessel Register le même jour, il est vendu à la démolition à Sun Shipbuilding and Drydock Company de Chester (Pennsylvanie) le 28 janvier 1955 et démantelé.

USS Ranger (CV-4) lancement

25 février 1933 : lancement du Ranger

Caracteristiques Techniques

Déplacement : standard 13800 tonnes pleine charge 16800 tonnes

Dimensions : longueur hors tout : 234.4m largeur hors tout 33.4m tirant d’eau 6.8m
Propulsion : turbines vapeur à engrenages alimentées par 6 chaudières, le tout développant 53500ch et actionnant deux hélices. Les cheminées sont escamotables pour ne pas gêner les opérations aériennes.

Performances : vitesse maximale 29.3 noeuds distance franchissable : 10000 miles nautiques à 15 noeuds

Protection : quasi inexistante puisque le seul blindage est une ceinture de 2 pouces (50mm) et pont du hangar blindé à 25mm

Electronique : radar de veille combinée CXAM-1 directeur de tir contre avions Mk33
Armement : 8 canons de 127mm de 25 calibres en affûts simples et 40 mitrailleuses de 12.7mm Browning M2 remplacés en 1945 par huit canons de 127mm Mark 12 en affûts simples Mark 21 et douze canons de 28mm en affûts quadruples

Installations aéronautiques :

-Le Ranger est à l’origine conçu sans îlot jugé trop dangereux pour les opérations de vol (turbulences notamment) mais les britanniques montrent que l’îlot peut être utilisé comme repère pour l’appontage.

-2 ascenseurs

-Pas de catapulte

-Le groupe aérien se compose de 76 à 86 appareils. En ajoutant les appareils accrochés au plafond on peut monter à 108

En septembre 1948 le groupe aérien du Ranger se compose de seize Grumman F4F3 Wildcat, de douze Douglas Dauntless et de huit Grumman Avenger. Durant le conflit, les Wildcat sont remplacés par des Hellcat mais les autres appareils restent en service jusqu’à son désarmement.

Equipage : 1788 hommes à la construction et 2148 hommes en 1941.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s