Etats-Unis (16) cuirassés et croiseurs de bataille (2)

Cuirassés classe Pennsylvania

Rassurés par l’effet de souffle d’une tourelle double sur une tourelle triple, les américains passent la vitesse supérieure en équipant leurs cuirassés de quatre tourelles triples de 14 pouces soit douze canons de 356mm.

Les futurs Pennsylvania sont une évolution des Nevada, les dimensions sont plus importantes (185.4 au lieu de 177.7m), la propulsion adopte définitivement les turbines (qui ont surclassé les machines alternatives). Au niveau de la protection, un caisson sous-marin est intégré pour permettre une meilleure protection contre les torpilles.

A la différence de certaines marines qui augmentèrent le calibre de l’artillerie secondaire (par exemple la Grande-Bretagne abandonna le canon de 102mm pour celui de 152mm), l’US Navy conserva le canon de 127mm avec des canons de 127mm antisurface, des canons de 76 et de 127mm antiaériens.

A la différence des Nevada financés au budget 1911, les deux Pennsylvania sont financés dans des budgets différents, le USS Pennsylvania (BB-38) au budget 1912, son sister-ship USS Arizona (BB-39) au budget 1913.

USS Pennsylvania 12

-Le USS Pennsylvania (BB-38) est mis sur cale aux Newport News Shipbuilding & Drydock Co sis à Newport News (Virginie) le 27 octobre 1913 lancé le 16 mars 1915 et mis en service le 12 juin 1916.

Affecté à la Flotte de l’Atlantique dont il devient le navire-amiral, le nouveau cuirassé passe toute la première guerre mondiale au large de la côte est en raison de sa propulsion au mazout qui aurait rendu impossible son ravitaillement dans les îles britanniques en raison d’une importante pénurie de carburant pétrolier.

Après avoir participé à des essais aviation en 1919, le cuirassé est déployé dans le Pacifique de janvier 1921 à juin 1929 quand il rallie le Philadelphia Navy Yard pour une refonte qui va l’y immobilisé presque deux ans (juin 1929-mai 1931).

Redéployé dans le Pacifique, le cuirassé va y rester jusqu’en 1945 quand il quitte San Diego pour Norfolk, l’US Navy choisissant de redéployer ses cuirassés les plus anciens dans l’Atlantique et de concentrer les navires de ligne les plus modernes dans le Pacifique.

Suite à la réorganisation de 1946, le USS Pennsylvania devient le navire-amiral de l’Atlantic Fleet et de l’Atlantic Fleet Battle Squadron, le corps de bataille de la flotte de l’Atlantique composé des deux Pennsylvania et des trois New Mexico, cinq cuirassés qui vont patrouiller le long de la côte est lors de la période de neutralité des Etats-Unis (septembre 1948-mars 1950) avant de couvrir les convois de transport de troupes amenant en Europe les troupes américaines.

Certes l’effort majeur va être fait dans le Pacifique mais le président Linbergh peut être soucieux de faire oublier ses sympathies réelles ou supposées pour l’Allemagne décide d’envoyer plusieurs divisions de l’US Army en Europe en l’occurence six divisions en Norvège (cinq divisions d’infanterie et une division blindée) et au maximum en Europe du Nord-Ouest, quatre divisions blindées, dix divisions d’infanterie et deux divisions aéroportées soit seize GU.

A noter que sans le déclenchement du second conflit mondial en Europe en septembre 1948, le Pennsylvania aurait du être désarmé en mars 1949. Il est toujours en service à la fin de la guerre, étant désarmé le 14 novembre 1954.

Rayé du Naval Register le même jour, il est proposé à la démolition mais échoue à trouver un acquéreur.

Finalement alors que le cuirassé se languissait dans l’estuaire de la Rivière James, une souscription des habitants de la Pennsylvanie permet la création de la Philadelphia Battleship Commission qui rachète le navire pour en faire un musée, le BB-38 arrivant dans la capitale de l’état éponyme le 11 septembre 1958.

Installé dans le port de Philadelphie, il rejoint en 2000 le site désaffecté du Philadelphia Naval Shipyard où il est toujours ouvert au public, donnant un contraste saisissant avec les navires désarmés à proximité, ce déplacement s’expliquant l’agrandissement du port de commerce sur l’emprise occupée jadis par le Pennsylvania Battleship Park.

cuirassé Arizona après mars 1931
-Le USS Arizona (BB-39) est mis sur cale au Brooklyn Navy Yard sis à New-York le 16 mars 1914 lancé le 19 juin 1915 et mis en service le 17 octobre 1916.

Déployé dans l’Atlantique, il passe toute la première guerre mondiale sur la côte est pour les mêmes raisons que le Pennsylvania à savoir le manque de réserves de mazout en Grande-Bretagne.

Après avoir participé comme beaucoup de cuirassés à des essais aviation (installation de plate-formes sur les tourelles II et III), l’Arizona est envoyé dans le Pacifique, passant près de vingt-quatre, ses seules incursions sur la côte est et dans les Caraïbes étant les manœuvres annuelles ainsi qu’une refonte au Norfolk Navy Yard de mai 1929 à mars 1931.

Suite à la mise en service de cuirassés plus modernes, l’Arizona est redéployé dans l’Atlantique où il intègre l’Atlantic Fleet-Battle Squadron, l’Escadre de Bataille de la Flotte de l’Atlantique où il est toujours présent en septembre 1948.

Après de longues patrouilles incessantes, la couverture de convois et la participation aux opérations de libération de la Norvège (opération Borealis octobre 1953), l’Arizona est désarmé le 14 novembre 1954 après avoir rapatrié d’Europe des soldats, aviateurs et marins démobilisés.

Rayé du Naval Vessel Register le 4 mars 1955, il est vendu à la démolition à Esco Marine qui procède à son démantèlement à Bayonne dans le New Jersey où il avait été retiré du service. Le démantèlement est réalisé entre mai 1957 et juin 1958.

USS Pennsylvania schéma 3

Caracteristiques Techniques

Déplacement : standard 31400 tonnes pleine charge 32567 tonnes. Après la refonte de 1929, le déplacement est porté respectivement à 33348 et 35929 tonnes.

Dimensions : longueur 185.4m largeur 29.6m (32.4m après refonte) tirant d’eau 8.8m (9.2m après refonte)

Propulsion : 4 turbines à vapeur Curtis (Pennsylvania) ou Parsons (Arizona) alimentées par 12 chaudières à mazout dévellopant une puissance totale de 31500ch et actionnant 4 hélices

Vitesse maximale : 21 noeuds Distance Franchissable : 8000 miles nautiques à 12 noeuds

Protection : ceinture blindé de 203 à 343mm pont blindé 76mm barbettes 115 à 330mm tourelles 127mm à 460mm tour de commandement 102 à 406mm

Armement: douze canons de 356mm en quatre tourelles triples (deux avant deux arrière), vingt-deux canons de 127mm en affûts simples, huit canons de 127mm et quatre canons de 76mm antiaériens, ces canons ont été remplacés en 1941/42 par huit tourelles doubles de 127mm Mark 28,seize canons Bofors de 40mm en quatre affûts quadruples et vingt-quatre canons Oerlikon de 20mm en douze affûts doubles. Les deux tubes lance-torpilles de 533mm ont été débarqués lors de la refonte de la fin des années vingt.

Aviation :Deux catapultes P Mk1 à poudre installées, l’une sur la tourelle triple n°3 et la seconde à la poupe pour trois hydravions Equipage : 1385 officiers et marins

Cuirassés classe New Mexico

Les New Mexico sont une évolution des Pennsylvania mais il serait réducteur de considérer les trois cuirassés comme une simple copie du Pennsylvania et de l’Arizona. L’armement est identique (douze canons de 356mm en quatre tourelles triples) mais les canons sont d’un modèle différent permettant d’augmenter la portée.

La coque est plus élancée ce qui permet aux navires de moins mouiller à la mer ce qui augmente la stabilité et donc la précision du tir notamment en mer un peu formée.

La protection est renforcée notamment contre les torpilles, la conduite de tir est plus moderne mais une partie de l’artillerie secondaire est mal placée ce qui la rendait inutilisable en mer formée.

A l’origine il était prévu deux unités mais la vente à la Grèce des prédreadnought Mississippi et Idaho permet de financer la construction d’un troisième cuirassé baptisé Idaho (BB-42) qui rejoint le New Mexico (BB-40) et le Mississippi (BB-41).

USS New Mexico 2

-Le USS New Mexico (BB-40) est mis sur cale au Brooklyn Navy Yard de New-York le 14 octobre 1915 lancé le 13 avril 1917 et mis en service le 20 mai 1918.

Sa mise en condition terminée, le nouveau cuirassé devient le 16 juillet 1919 le navire-amiral de la nouvellement créée Pacific Fleet, le BB-40 restant dans le Pacifique jusqu’en mars 1931, les incursions dans l’Atlantique et dans les Caraïbes étant rares.

Du 5 mars 1931 au 31 août 1933, le USS New Mexico (BB-40) est immobilisé au Philadelphia Navy Yard pour une importante renfonte, le navire ralliant à nouveau le Pacifique en mai 1934 après plus de trois ans d’absence.

Suite à la mise en service de nouveaux navires plus modernes, le New Mexico est redéployé à l’automne 1946 sur la côte est avec ses deux sister-ship, les trois navires étant stationnés à Norfolk, formant avec les deux Pennsylvania l’Atlantic Fleet Battle Squadron.

Quand le conflit éclate en Europe, le New Mexico participe à des patrouilles de neutralité dans l’Atlantique, les premières patrouilles voyant l’engagement de plusieurs groupes de combat en l’occurence trois organisés autour d’un cuirassé (laissant deux cuirassés en alerte et/ou en entretien), un croiseur lourd ou léger, des destroyers, le tout couvert par l’aviation des porte-avions écoles devenus porte-avions ASM, les Ranger et Wasp.

La menace s’estompant, le dispositif est allégé au printemps 1949, les cuirassés restant en alerte à Norfolk, Boston ou Jacksonville prêts à appareiller en cas de signalement d’un raider allemand.

Une fois les Etats-Unis en guerre (mars 1950), les cuirassés vont couvrir l’envoi en Europe de convois de matériel et de troupes, les Etats-Unis bien que largement engagés dans le Pacifique n’hésitant à envoyer plusieurs divisions engagées aux côtés des britanniques et des français.

Si l’Idaho et le Mississippi sont envoyés dans le Pacifique à l’automne 1952, le New Mexico reste intégré à la Home Fleet en compagnie du Pennsylvania et de l’Arizona pour servir de navire d’appui-feu lors d’opérations amphibies comme l’opération Borealis, le débarquement en Norvège exécuté le 15 octobre 1953.

Le 18 octobre 1953 alors qu’il pilonne des positions allemandes près de Bergen, il est surpris par quatre bombardiers-torpilleurs allemands. Deux torpilles touchent le cuirassé qui sévèrement endommagé doit se replier.

Pris en remorque par le croiseur lourd USS Wichita (CA-45) le cuirassé tente de rejoindre péniblement Rosyth. Une alerte sous-marine entraine une rupture de la remorque alors que la nuit tombe.

Un U-Boot en maraude achève le cuirassé d’une torpille provoquant le naufrage d’un cuirassé qui repose à plusieurs centaines de mètres de profondeur. 245 marins ont été tués et 175 blessés, 38 décédant ultérieurement de leurs blessures.

Le USS New Mexico (BB-40) est rayé du Naval Vessel Register le 4 juin 1955.

USS Mississippi 4

-Le USS Mississippi (BB_41) est mis sur cale aux chantiers navals Newports News Shipbuilding & Drydock Company sis à Newport News le 5 avril 1915 lancé le 25 janvier 1917 et mis en service le 18 décembre 1917.

Comme tous les cuirassés modernes, il passe la fin du premier conflit mondial le long de la côte est avant de rejoindre le Pacifique dès le mois de juillet 1919.

Le 12 juin 1924 au cours d’une école à feu au large de San Pedro (Californie), une explosion dans la tourelle II (tourelle avant supérieure) provoque la mort par asphyxie de 48 marins.

En 1925, le cuirassé participe à une croisière en Australie et en Nouvelle-Zélande, montrant la capacité des américains à défendre les dominions alors que Canberra et Auckland s’interrogent sur la volonté de Londres de les défendre contre le Japon.

De mars 1931 à septembre 1933, le cuirassé est immobilisé pour refonte au Norfolk Navy Yard, retrouvant le Pacifique en octobre 1934.

Il va y resté déployé jusqu’en septembre 1946 quand avec ses sister-ship New Mexico et Idaho il retrouve l’Atlantique et plus précisément l’Atlantic Fleet Battle Squadron.

Stationné à Norfolk avec les quatre cuirassés de cette escadre, le Mississippi participe aux patrouilles de neutralité du début du conflit ainsi qu’à l’escorte de convois et ce jusqu’en septembre 1952 quand il rejoint le Pacifique en compagnie de l’Idaho, servant de monitor pour préparer les multiples débarquements amphibies nécessaires pour la destruction des forces japonaises notamment lors de l’opération Carolines-Mariannes déclenchée en avril 1953.

Endommagé à plusieurs reprises, le Mississippi survit néanmoins au conflit. Usé, le vénérable cuirassé (trente-sept ans de service) est désarmé à Pearl Harbor le 14 janvier 1955. Mis en réserve, il rejoint à la remorque le Texas et la baie de Beaumont où il est placé out of commission in reserve soit plus famillièrement sous cocon prêt à être réarmé si le besoin de se fait sentir.

Après avoir été un candidat au poste de navire-école de canonnage/navire d’essais _c’est son sister-ship Idaho moins usé qui à finalement été sélectionné_, le Mississippi est définitivement désarmé le 18 mai 1965, étant rayé du Naval Vessel Register le même jour.

Après l’échec d’une vente à la démolition puis d’un conservation comme navire musée, l’ex-cuirassé est utilisé dans l’Atlantique comme cible de tir le 14 mai 1972 lors d’un exercice américano-anglo-français.

Au large des côtes de Floride, l’ex-BB-41 qui possédait encore toutes ses tourelles est attaqué par l’aéronavale (dont celle des porte-avions USS United States HMS Glorious et du porte-avions français Clemenceau) à coup de bombes (dont certaines guidées) et de roquettes suivit de destroyers et d’escorteurs d’escadre français, anglais et américains, le coup de grâce étant donné par une torpille du sous-marin nucléaire d’attaque USS Nautilus. L’épave repose à 200 miles au NW de Jacksonville à plusieurs milliers de mètres de profondeur.

USS Idaho

-Le USS Idaho (BB-42) est mis sur cale aux chantiers navals de la New York Shipbuilding Corporation de Camden (New Jersey) le 5 avril 1915 lancé le 30 juin 1917 et mis en service le 24 mars 1919.

Affecté dès sa mise en service à la Pacific Fleet, le troisième cuirassé de classe New Mexico participe notamment à la croisière menée par les américains en direction des dominions britanniques du Pacifique à savoir l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Du 30 septembre 1931 au 9 octobre 1934, il est immobilisé au Norfolk Navy Yard pour une refonte, l’Idaho retrouvant le Pacifique en avril 1935.

En septembre 1946, il est redéployé dans l’Atlantique avec ses sister-ship. Dès le début du second conflit mondial sur le théâtre européen, il participe aux patrouilles de neutralité avant de participer à la couverture des convois amenant matériel et troupes américaines en Europe.

En septembre 1952, l’Idaho et le Mississippi rallient le Pacifique pour servir de monitor en compagnie des autres cuirassés anciens, permettant aux «jeunes» (North Carolina, South Dakota, Iowa et Montana) de se concentrer sur la destruction du corps de bataille japonais.

Il hérite du surnom de «Cripple», l’éclopé puisqu’il est endommagé à des degrés divers à 17 reprises. On pourrait pu s’attendre à un désarmement rapide le conflit terminé mais le cuirassé va jouer les prolongations, remplaçant comme navire-école/navire d’expérimentation le Wyoming.

Désarmé le 14 mai 1975 après une carrière de cinquante six ans !, le cuirassé est vendu à la démolition en janvier 1977 et démantelé par Esco Marine à Brownsville (Texas).

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 32000 tonnes pleine charge 33000 tonnes

Dimensions : longueur 190.2m largeur 29.7m tirant d’eau 9.1m

Propulsion : Les trois navires étaient propulsés par des turbines à vapeur alimentées par des chaudières à mazout (Parsons pour l’Idaho, Curtis pour le Mississippi et le New Mexico) mais le New Mexico disposait également jusqu’à sa refonte de moteurs électriques alimentés par les turbines qui à leur tour alimentaient les hélices alors que ses deux sister-ship avec des lignes d’arbre classiques pour entrainer leur 4 hélice. La puissance totale est de 32000ch (27000ch pour le New Mexico).

Performances : vitesse maximale 21 noeuds distance franchissable : 10000 miles nautiques à 10 noeuds.

Protection : ceinture 203 à 343mm pont blindé à 89mm barbettes 114mm à 330mm tourelles blindées de 127 à 460mm tour de commandement blindée de 102 à 406mm

Armement :

(Origine) 12 canons de 356mm Mark7 mod. Mark 11 (14 inch) en 4 tourelles triples (deux avant et deux arrières), 22 canons de 127mm (5inch) Mark 5 ou 6 en casemates sur le New Mexico, 4 canons de 76mm (3inch) antiaérien en affûts simples Mark 10 et deux tubes lance-torpilles.

(Après la refonte du début des années trente) 12 canons de 356mm (14 inch) en 4 tourelles triples (deux avant et deux arrières), 12 canons de 127mm en casemates et huit canons de 127mm antiaériens, tous remplacés en 1941/42 par huit tourelles doubles de 127mm, 16 canons de 40mm Bofors en quatre affûts quadruples (le nombre de pièce doubla dura le conflit) et 24 canons de 20mm Oerlikon en affûts simples.

Aviation

La refonte du début des années trente vit les New Mexico recevoir deux catapultes : une à la poupe et une autre sur la tourelle n°3 de 356mm avec 3 hydravions

Equipage: 1084 hommes en temps de paix 1443 hommes en temps de guerre.

Cuirassés classe Tennessee

Les deux cuirassés de classe Tennessee (Tennessee California) sont les derniers cuirassés américains armés de canons de 14 pouces (356mm), les Alaska étant des croiseurs de bataille et pas des cuirassés au sens strict.

Ces deux navires sont une évolution des New Mexico, leur construction tirant les leçons de la bataille du Jutland en renforçant la protection sous-marine.

014381
-Le USS Tennessee (BB-43) est mis sur cale au Brooklyn Navy Yard sis à New York le 14 mai 1917 lancé le 30 avril 1919 et mis en service le 3 juin 1920.

Affecté à la flotte du Pacifique dès sa mise en service, il participe aux différentes manœuvres, les fameux Fleet Problem qui s’achèvent au printemps 1947 avec le numéro XXVIII, l’US Navy préférant désormais miser sur des exercices locaux.

En attendant d’affronter la marine japonaise, le Tennessee participe à la croisière en Australie et en Nouvelle-Zélande en 1925.

En raison de la crise économique, la modernisation prévue est nettement moins importante que celle de ces prédecesseurs. Celle réalisée de mai 1941 à septembre 1942 est certes importante mais moins que celles menées sur d’autres cuirassés dans les années vingt et trente. Il reçoit des radars, son artillerie secondaire de 127mm devient polyvalente, sa DCA légère abandonne les mitrailleuses de 12.7mm pour des tourelles doubles de 5 pouces.

A la différence des Pennsylvania et des New Mexico, les deux Tennessee vont rester déployés dans le Pacifique. Néanmoins la mise en service de cuirassés modernes entraîne un certain déclassement.

Formant le Battle Force Pacific Squadron (North) (Escadron du Nord du Corps de Bataille du Pacifique) avec les trois Colorado, ces navires vont avoir pour mission de sécuriser le trafic commercial américain le long de la côte ouest, l’US Navy craignant que les japonais ne lancent des «croiseur-tueurs» contre un trafic commercial peu protégé.

Avec l’évolution du conflit, le Tennessee, le California, le Colorado, le West Virginia et le Maryland vont servir de navire d’appui-feu pour opérations amphibies. C’est ainsi que si le BB-43 manque les campagnes des Phillipines et des Salomons, il participe à la campagne de Nouvelle-Guinée.

Le 4 septembre 1952, il est gravement endommagé par l’aviation japonaise au large de la Nouvelle-Guinée. Ramené à Pearl Harbor, son état est tel que les américains abandonnent l’idée de le remettre en état. Désarmé officiellement le 17 mars 1953, il est vendu à la démolition en juin 1955 et démantelé.

USS California 1925 Auckland
-Le USS California (BB-44) est mis sur cale au Mare Island Navy Yard sis à San Pedro (Californie) le 25 octobre 1916 lancé le 20 novembre 1919 et mis en service le 10 août 1921.

De 1921 à 1944, le California va être le navire-amiral de la flotte du Pacifique ou de l’ensemble de la flotte américaine. C’est ce statut qui lui permet de participer aux revues présidentielles en 1927, 1930 et 1934 et c’est un plus dans sa participation à la croisière en direction de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande réalisée en 1925.

Comme le Tennessee il aurait du être profondément modernisé mais la crise économique engendrée par le krach boursier de 1929 entraîne une refonte à minima. Il faudra attendre 1944/1946 pour une modernisation importante avec notamment l’installation d’un armement secondaire polyvalent, d’une suite radar….. .

Suite à la réorganisation de la marine américaine, le California reste partie intégrante de la Pacific Fleet mais intègre à San Diego le Battle Force Pacific Squadron (North) en compagnie de son sister-ship Tennessee ainsi que des trois Colorado.

Ces cinq vénérables navires vont d’abord protéger la côte ouest contre une potentielle action japonaise puis une fois cette menace écartée vont participer moins à la destruction du corps de bataille japonais qu’à l’appui-feu lors des opérations amphibies.

Endommagé une première fois par une torpille japonaise le 14 octobre 1950 au large de Mindanao, le California retourne au combat six mois plus tard pour être endommagé par un avion japonais qui abattu s’écrase (volontairement ?) sur lui nécessitant de nouvelles réparations à Nouméa.

Il participe à la fin de la campagne de Nouvelle-Guinée entre octobre 1952 et janvier 1953, enchaine par la campagne Carolines-Mariannes (avril-septembre 1953).

Après un petit carénage d’octobre 1953 à février 1954, le California participa à l’opération Iceberg contre Okinawa entre avril et juillet 1954.

Quand s’achève le conflit en septembre 1954, le California est usé. Après avoir participé à l’opération Magic Carpet de rapatriement des troupes américaines au pays, le cuirassé est mis en réserve le 7 juillet 1955. Rayé du Naval Vessel Register le 14 mai 1964, il est vendu à la démolition et démantelé.

Caracteristiques Techniques

Déplacement : standard 32300 tonnes pleine charge 34560 tonnes

Dimensions : longueur 190.2m largeur 29.7m tirant d’eau : 9.2m

Propulsion : Propulsion turbo-électrique avec 4 groupes de turbines à engrenages alimentées par 8 chaudières dévellopant une puissance totale de 26800ch et entrainant 4 hélices

Performances : Vitesse maximale : 21 noeuds  Distance franchissable : inconnue

Protection : ceinture cuirassée de 203 à 343mm pont blindé à 89mm barbettes 115 à 330mm tourelles 127 à 460mm tour de commandement 102 à 406mm

Armement :
-12 canons de 356mm Mark7 mod. Mark 11 (14 inch) en 4 tourelles triples (deux avant et deux arrières)

– 14 canons de 127mm (5inch) Mark 5 ou 6 en casemates.

-4 canons de 76mm (3inch) antiaérien en affûts simples Mark 10 puis 8 canons de 127mm Mark 10 de 25 calibres en affûts simples.

-2 tubes lance-torpilles de 533mm sous marins. La torpille Bliss-Leavit Mark 3 pèse 680kg avec une charge militaire de 91kg. La portée maximale est de 3660m à 26 noeuds (débarqués lors de la refonte)

Lors qu’éclate le second conflit mondial, les Tennessee disposent de douze canons de 356mm en quatre tourelles triples, de seize canons de 127mm Mark 12 en huit tourelles doubles Mark 28, de 32 canons de 40mm Bofors en huit affûts quadruples et de 24 canons de 20mm Oerlikon en affûts simples (huit) et doubles (huit également).

Aviation : Une catapulte et deux hydravions embarqués au cours des années trente

Equipage : 1083 en temps de paix 2375 en temps de guerre

Cuirassés classe Colorado

La genèse des cuirassés de classe Colorado s’inscrit dans un contexte particulier, celui de la rivalité américano-japonaise pour le contrôle du Pacifique.

A l’origine de cette rivalité se trouve à la fois l’élimination de la Russie suite à la guerre russo-japonaise (1904-05) mais également le rôle des Etats-Unis dans les négociations qui ont suivit ce conflit.

Le président américain Théodore Roosevelt avait en effet été le médiateur dans les négociations et Tokyo de considérer que son action avait privé le Japon des fruits politiques d’une victoire militaire incontestable.

A l’époque pourtant un conflit militaire entre les deux pays est inenvisageable, une alliance anglo-nippone signée en 1902 laissant craindre aux amiraux américains une guerre contre la Grande-Bretagne sur la côte est pendant que 100000 japonais débarqueraient dans le Puget Sound.

Il faut attendre le déclenchement du conflit pour que la course aux armements navals éclate, le Japon bien que belligérant n’à guère à s’employer une fois la colonie allemande Tsingtao occupée et une fois l’escadre de Graf Spee éliminée aux Falklands. Quand aux Etats-Unis, ils sont encore neutres à cette époque.

Ce sont les américains qui lancent la course avec un programme dévoilé en août 1916 pour dix cuirassés et six croiseurs de bataille, programme auxquels les japonais répondent un an plus tard en juillet 1917 avec huit cuirassés et huit croiseurs de bataille.

Parmi les dix cuirassés américains figurent quatre Colorado et six South Dakota. Sur ce nombre seulement trois vont être achévés, les six South Dakota étant démantelés sur cale suite au traité de Washington de 1922 alors que le Washington à été coulé comme cible alors qu’il avait été lancé et était en phase d’armement.

Sur le plan technique, les Colorado sont des Tennessee avec un nouvel armement, exit les douze canons de 356mm en quatre tourelles triples et place à huit canons de 16 pouces (406mm) en quatre tourelles doubles.

USS Colorado New York 1934

-Le USS Colorado (BB-45) est mis sur cale aux chantiers navals de la New York Shipbuilding Corporation sis à Camden (New-York) le 29 mai 1919 lancé le 22 mars 1921 et mis en service le 23 août 1921.

Après une période de mise au point et d’entrainement jusqu’en 1924, le Colorado est déployé sur la côte ouest où il va passer l’ensemble de sa carrière. En 1925, il participe à la croisière en Australie et en Nouvelle Zélande.

Plusieurs projets de modernisation sont envisagés mais rien n’est réalisé avant le déclenchement de la guerre de Pologne. Il faudra attendre 1942 pour que le Colorado soit modernisé au Puget Sound Navy Yard à Bremerton (Etat de Washington).

Ces travaux menés du 15 mars 1942 au 28 octobre 1943 voit le cuirassé recevoir de nouvelles chaudières plus légères et plus compactes, un bulge anti-torpilles, une nouvelle conduite de tir, des radars.

Les canons de 16 pouces voient leurs tubes changés et l’artillerie secondaire devient polyvalente avec dix tourelles doubles de 127mm en remplacement des canons de 127mm en casemate, des canons de 76mm et de 127mm antiaériens.

Quand à la DCA légère, le Colorado perd ses mitrailleuses de 12.7mm au profit de canons de 20mm Oerlikon (vingt-quatre tubes en affûts simples en attendant les affûts doubles), les canons de 28mm (quatre affûts quadruples) restant en place jusqu’en septembre 1947 date de leur remplacement par des canons de 40mm Bofors plus performants.

Suite à la mise en service de cuirassés plus modernes, le Colorado et ses deux sister-ship, le Tennessee, les California, les fameux «Big Five» sont redéployés à San Diego (avec parfois un détachement à Bremerton) pour assurer la défense de la côte ouest moins contre un débarquement japonais jugé utopique que contre des raids de croiseurs lourds contre le trafic commercial.

Le conflit bien engagé, le cuirassé va couvrir des convois et assurer l’appui-feu lors des opérations amphibies rendues indispensables par le caractère insulaire et archipélagique du Pacifique.

Il participe ainsi à la campagne de Nouvelle-Guinée (juillet 1952-janvier 1953), à la deuxième campagne des Phillipines (mars 1953-février 1954) puis à l’opération Boxer contre la Chine continentale et Formose (mars-juillet 1954).

Le Colorado va d’ailleurs rentrer dans l’histoire en participant au dernier duel entre cuirassés. Dans la nuit du 11 au 12 mars 1953, cinq jours après le premier débarquement américain aux Phillipines, le BB-45 coule les croiseurs de bataille Kirishima et Haruna assistés par le North Carolina, le Massachusetts et le croiseur de bataille Alaska.

La guerre terminée, le Colorado assure le rapatriement des troupes américaines au pays. Il assure ensuite le soutien des troupes engagées dans le désarmement des troupes japonaises isolées en Asie du Nord-Est notamment la Corée avant de rentrer à Bremerton le 14 juillet 1955.

Désarmé le 4 septembre 1955, il est maintenu sous cocon prêt à être réarmé en cas de besoin mais ce besoin ne se manifesta jamais.

Après l’échec d’un projet de conservation à San Diego, l’ex-Colorado est rayé des registres le 8 octobre 1970, vendu à la démolition et démantelé à La Nouvelle Orléans.

USS Maryland cuirassé

-Le USS Maryland (BB-46) est mis sur cale aux chantiers navals de la New York Shipbuilding Corporation sis à Camden (New-Jersey) le 24 avril 1917 lancé le 20 mars 1920 et mis en service le 21 juillet 1921.

Après sa mise en condition opérationnelle et des opérations de représentation, le Maryland rallie le Pacifique en 1923, y passant la totalité de sa carrière. Il est de la fameuse croisière dans le Pacifique qui emmène la flotte américaine aux Samoa, en Australie et en Nouvelle-Zélande (8 juin au 26 septembre 1925).

Comme ses deux sister-ship, plusieurs projets de modernisation du Maryland n’aboutissent pas et il faudra attendre 1944/45 pour que des travaux importants soient menés.

Ces travaux menés du 15 avril 1944 au 2 novembre 1945 voit le cuirassé recevoir de nouvelles chaudières plus légères et plus compactes, un bulge anti-torpilles, une nouvelle conduite de tir, des radars.

Les canons de 16 pouces voient leurs tubes changés et l’artillerie secondaire devient polyvalente avec dix tourelles doubles de 127mm en remplacement des canons de 127mm en casemate, des canons de 76mm et de 127mm antiaériens.

Quand à la DCA légère, le Colorado perd ses mitrailleuses de 12.7mm au profit de canons de 20mm Oerlikon (vingt-quatre tubes en affûts simples en attendant les affûts doubles), les canons de 28mm (quatre affûts quadruples) restant en place jusqu’en septembre 1947 date de leur remplacement par des canons de 40mm Bofors plus performants.

Suite à la mise en service de cuirassés plus modernes, le Maryland et ses deux sister-ship, le Tennessee, les California, les fameux «Big Five» sont redéployés à San Diego (avec parfois un détachement à Bremerton) pour assurer la défense de la côte ouest moins contre un débarquement japonais jugé utopique que contre des raids de croiseurs lourds contre le trafic commercial.

Le conflit bien engagé, le cuirassé va couvrir des convois et assurer l’appui-feu lors des opérations amphibies rendues indispensables par le caractère insulaire et archipélagique du Pacifique.

Il participe ainsi à la campagne des Salomons de juin à septembre 1951, participe à la campagne de Nouvelle-Guinée de juillet à janvier 1953, à la campagne Carolines-Mariannes de mars à septembre 1953 avant de terminer la guerre par les opérations contre Iwo Jima et Okinawa.

La guerre terminée, le Maryland assure le rapatriement des troupes américaines au pays. Il assure ensuite le soutien des troupes engagées dans le désarmement des troupes japonaises isolées en Asie du Nord-Est avant de rentrer à Bremerton le 14 juillet 1955.

Désarmé le 14 décembre 1955, il est maintenu sous cocon prêt à être réarmé en cas de besoin mais ce besoin ne se manifesta jamais.

Rayé du Naval Vessel Register le 4 février 1971, le cuirassé est vendu à la démolition le 8 mars 1972 et démantelé à Bayonne dans le New-Jersey, rejoint quelques mois plus tard par son sister-ship West-Virginia.

USS Washington 3
-Le Washington (BB-47) est mis sur cale aux chantiers de la New York Shipbuilding Corporation de Camden dans le New Jersey le 30 juin 1919 et lancé le 1er septembre 1921. Le 6 février 1922, la signature du traité de Washington sonne le glas du gigantesque programme de construction lancé en 1916.

Pour respecter les limitations du traité, les américains doivent abandonner la construction des South Dakota, des Lexington et du Washington achevé à cette époque à 75%. Il termine sa courte comme cible de tir le 25 novembre 1924, sombrant sous les coups des premiers superdreadnought américains, les New York et Texas.

USS West Virginia cuirassé
-Le USS West Virginia (BB-48) est mis sur cale aux chantiers navals de la New York Shipbuilding Corporation le 12 avril 1920 lancé le 17 novembre 1921 et mis en service le 1er décembre 1923.

Dès son admission au service actif, le quatrième cuirassé de classe Colorado va passer la totalité de sa carrière dans le Pacifique, participant à la croisière américaine dans le Pacifique Sud.

Les projets de modernisation envisagés dans les années trente ne se concrétisent qu’au milieu des années quarante, une refonte menée au Puget Sound Navy Yard de Bremerton du 4 juin 1945 au 14 décembre 1946, des travaux semblables à ceux de ses sister-ship.

Stationné à San Diego, intégré au Battle Force Pacific Squadron (North) en compagnie de ses sister-ship ainsi que des Tennessee, il va mener des patrouilles de surveillance et de protection au large de la côte ouest, des escorte de convois et l’appui-feu lors des opérations amphibies.

Endommagé par une torpille le 14 juin 1953 au large des Mariannes puis par une bombe le 4 mars 1954 alors qu’il était engagé dans la conquête de Formose (auj. Taïwan), le West Virginia est dans un état médiocre à la fin du conflit.

Désarmé officiellement le 8 septembre 1954, il est mis en réserve à Bremerton où il va rester jusqu’en janvier 1971 date à laquelle il est rayé du Naval Vessel Register. Remorqué à Bayonne (New-Jersey), il est démantelé en compagnie du Maryland.

Classe Colorado 2
Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 29600 tonnes pleine charge

Dimensions : longueur 190.3m largeur : 29.7m tirant d’eau : 12m

Propulsion : turbines à vapeur alimentées par des chaudières produisant de la vapeur qui alimente des moteurs électriques qui eux mêmes entraînent 4 hélices

Performances : vitesse maximale : 21 noeuds distance franchissable : 8000 miles nautiques à 10 noeuds

Protection : ceinture 343mm barbettes 330mm tourelles (avant) 457mm (côtés) 229-254mm (toit) 127mm (arrière) 229mm bloc-passerelle : 292mm ponts : 89mm

Armement : 8 canons de 406mm (16 inch) Mark I (modèle 1914) en 4 tourelles doubles (deux avant et deux arrières), 12 canons de 127mm (5inch) Mark 5 ou 6 en casemates, 8 canons de 76mm (3inch) antiaérien en affûts simples Mark 10 remplacés au cours des années trente par 8 canons de 127mm Mark 10 de 25 calibres en affûts simples et 2 tubes lance-torpilles de 533mm sous marins.

Quand le second conflit mondial éclate en Europe en septembre 1948, les trois Colorado disposent de huit canons de 406mm Mark 5 ou 8 en quatre tourelles doubles, 20 canons de 127mm Mark 12 en dix tourelles doubles Mark 28, 24 canons de 40mm Bofors en six affûts quadruples et 32 canons de 20mm Oerlikon en affûts simples (douze) et doubles (douze).

Aviation : Dans les années vingt, peu après leur mise en service, les Colorado reçoivent deux catapultes : une à la poupe et une installée sur la tourelle n°3 de 406mm.

Les hydravions embarqués furent d’abord des Vought VE7 puis dès 1923, des Vought UO-1 qui n’est qu’une version améliorée du précédent. En 1928, l’UO-1 est remplacé par le O2U-1 et lui même par l’O3U à partir de 1931 et jusqu’en 1938 quand le Curtiss SOC-3 est embarqué. Le dernier hydravion embarqué par les Colorado est le Vought OS2U-1Kingfisher

Equipage : 1080 hommes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s