24-Armée de l’Air (8)

Curtiss H-75

Curtiss H-75

Curtiss H-75

En octobre 1934, la firme Curtiss-Wright Company lança le dévellopement d’un nouveau chasseur monoplace monomoteur monoplan destiné à remplacer le Boeing P-26 Peashooter (Sarbacanne) dans le cadre d’un concours officiellement lancé en mai 1935.

De ce concours, le Curtiss model 75B se classa deuxième derrière le Seversky SEV-1XP (futur P-35) qui lui fût préféré. En dépit de cet échec, le Curtiss model 75B fût commandé par le gouvernement américain à raison de trois prototypes en juillet 1936, prototypes baptisés XP-36 puis P-36.

Les essais furent encourageants et changeant son fusil d’épaule, le gouvernement américain décida de commander 200 exemplaires en trois versions avec 178 P-36A, un unique P-36B et 31 P-36C avec un moteur plus puissant. A noter que le dixième P-36A profondément modifié servit de prototype au futur H-81/P-40.

N’étant pas prophète en son pays, le Curtiss H-75 _désignation export du P-36_ chercha le salut à l’étranger et fût ainsi exporté en Chine, en Argentine et en Thaïlande. C’est cependant la France qui réserva l’accueil le plus chaleureux au petit chasseur de Curtiss.

C’est à la fin de 1937 que commença le processus qui allait aboutir à l’acquisition du Curtiss H-75 par l’armée de l’air. A cette époque, le Conseil supérieur de l’Air se rend compte que l’industrie française sera incapable de fournir rapidement suffisament d’avions et notamment des chasseurs modernes.

Des missions d’achat sont envoyées en URSS et aux Pays Bas mais mis à part l’acquisition de cinquante Koolhoven FK-58, ces deux missions firent choux blanc. Seuls les Etats-Unis seront capables de fournir suffisament d’avions dans un delai raisonable.

Koolhoven FK58

Koolhoven FK58

Après de longues et délicates discussions (notament sur le prix), un premier contrat fût signé en mai 1938 pour cent H-75A-1 identiques aux P-36A de l’USAF avec certains équipements français et un armement composé de quatre mitrailleuses Browning de 7.5mm (sous licence FN) avec deux dans les ailes et deux dans le capot.

Cent nouveaux appareils baptisés H-75A-2 sont commandés en 1939 suivis de nouveaux contrats régulièrement signés qui portèrent le nombre d’appareils commandés à 730 appareils, tous livrés au printemps 1942.

En Métropole, quatre groupes de chasse sont équipés en l’occurence le Groupe de Chasse n°1 de la 4ème Escadre de Chasse, le Groupe de Chasse n°2 de la 4ème Escadre de Chasse, le Groupe de Chasse n°1 de la 5ème Escadre de la Chasse et le Groupe de Chasse n°2 de la 5ème Escadre de Chasse soit un total de 108 chasseurs en service.

Dans l’Empire, on trouve deux groupes de chasse déployés au Levant, les Groupe de Chasse n°1 (ex GC I/7 auparavant équipé de MS-406) et n°2 de la 11ème Escadre de Chasse soit 72 chasseurs répartis dans chaque groupe en quatre escadrilles de neuf appareils.

Le Curtiss H-75 équipe également un Groupe de Chasse Colonial, le GCC Indochine connu officiellement sous le nom de GC I/12.

A son apogée, le Curtiss H-75 était en service au sein de l’Armée de l’Air à raison de 216 appareils laissant pas moins de 514 appareils en réserve moins les 48 cédés à l’aéronavale soit au final un stock de 466 appareils.

Durant sa relative courte carrière (inhérente à tous les appareils de l’époque, l’aviation évoluant encore très vite), 64 appareils furent perdus par accident avec fort heureusement peu de pertes humaines réduisant donc la flotte globale à 608 appareils.

Les quatre Groupes de Chasse déployés en métropole furent transformés sur Curtiss H-81 entre juin 1942 et septembre 1943. Deux autres groupes sont créés au sein de ces escadre pour porter le nombre de GC équipés de «Warhawk» à six en métropole (plus deux au Levant)

Les deux GCC déployés au Levant troquèrent leurs H-75 contre des H-81 entre octobre 1943 et septembre 1944, les Curtiss H-75 étant revendus à la Turquie.

Quand au GCC déployé en Indochine et équipé cet appareil, il fût transformé sur Dewoitine D-520 au printemps 1944.

Sur les 608 appareils restant, on doit retrancher les 72 appareils déployés au Levant et revendus à la Turquie (qui n’en mis en ligne que 48, les autres étant conservés comme réserve de pièces de rechange) faisant retomber le stock à 536 et sur ces 536 appareils, seulement 342 furent conservés stockés, les autres étant revendus à des pays déjà équipés de Curtiss H-75 en l’occurence la Chine et l’Argentine qui reçurent respectivement 120 et 74 appareils pour moderniser leur force de chasse.

Sur les 324 appareils stockés, seulement 150 furent ressortis des stocks en septembre 1948 pour permettre l’entrainement accéléré de jeunes pilotes, les autres restèrent stockés sans prendre ou reprendre les airs avant de finir misérablement sous les bombes allemandes ou les ferailleurs la guerre terminée à moins qu’une âme charitable ne la rachète pour agrémenter la collection d’un musée.

Caractéristiques Techniques du Curtiss H-75

Type : chasseur monomoteur monoplace

Poids : à vide 2138kg pleine charge 2680kg (2716 pour la version A-2)

Dimensions : envergure 11.36m hauteur 2.70m longueur 8.79m

Motorisation : Un moteur Pratt & Whitney 14 cylindres en étoile de 1050ch (1200 pour la version A-3 et A-4) au décollage entrainant une hélice Curtiss-Electric tripale de 3.04m de diamètre

Performances : vitesse maximale 487 km/h (500 pour la version A-2) Autonomie maximale 1470km plafond pratique : 10000m

Armement : deux mitrailleuses de 7.5mm Browning-FN dans le capot moteur; deux (A-1) ou quatre (A-2 et A-3) mitrailleuses identiques dans les ailes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s