22-Armée de terre : armement et matériel (12)

Canon  105 L modèle 1936S

Canon de 105L modèle 1936S

Canon de 105L modèle 1936S

Ayant acquis ses lettres de noblesse durant le premier conflit mondial, l’artillerie française va vivre sur ses acquis durant toutes les années vingt. Le pacifisme ambiant, les budgets réduits ne permettent pas de renouveler les matériels du premier conflit mondial.

Au début des années trente pourtant, l’usure du matériel et sa quasi-peremption pousse l’armée française à lancer de nouveaux programmes d’artillerie.

Parmi les matériels à remplacer figure le 105L modèle 1913 comme pièce d’artillerie de corps d’armée, une pièce qui avait de beau restes mais dont la portée devenait bien insuffisante. C’est ce que constate un rapport du 5 mars 1934 qui réclame une pièce de CA d’une portée de 15 à 20km.

Le programme est officiellement lancé le 21 juin 1935 dans le cadre d’un programme d’armement plus global. Schneider propose deux matériels : un de 5 tonnes portant à 20km et un pesant 3.5 tonnes portant à 17km.

L’urgence du besoin et les qualités du matériel propose permettent l’adoption du matériel proposé par l’industriel du Creusot en l’occurence celui de 3.5 tonnes qui est l’évolution d’un matériel mis au point à l’origine pour  la Roumanie, le matériel roumain se distinguant par un bouclier et par un frein de bouche.

Adopté sous le nom de canon de 105L modèle 1936, il va donc équiper les Régiments d’Artillerie Lourde Hippomobile (RALH) et les Régiments d’Artillerie Lourde Automobile/A Tracteurs (RALA/T).

Pour ce qui est des RALH, ils reçoivent ce canon bien après la démobilisation, la priorité ayant été donné aux RALA.

-Le 11ème régiment d’artillerie lourde hippomobile colonial de Lorient dispose de deux groupes de 105L modèle 1936 et deux groupes de 155L modèle 1917.

-Le 105ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Bourges dispose de deux groupes de 105L modèle 1936 et deux groupes de 155L modèle 1917.

-Le 106ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné au Mans dispose de deux groupes de 105L modèle 1936 et deux groupes de 155L modèle 1917.

-Le 109ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Châteaudun dispose de deux groupes de 105L modèle 1936 et deux groupes de 155L modèle 1917.

-Le 112ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Limoges dispose de deux groupes de 105L modèle 1936 et deux groupes de 155L modèle 1917.

-Le 113ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Nîmes dispose de deux groupes de 105L modèle 1936 et deux groupes de 155L modèle 1917.

-Le 114ème régiment d’artillerie lourde hippomobile  pérennisé après la démobilisation dispose de deux groupes de 105L modèle 1936 et deux groupes de 155L modèle 1917.

-Le 115ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Castres dispose de deux groupes de 105L modèle 1936 et deux groupes de 155L modèle 1917.

-Le 116ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est pérennisé après la démobilisation et dispose de deux groupes de 105L modèle 1936 et deux groupes de 155L modèle 1917.
-Le 117ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Toulouse dispose de deux groupes de 105L modèle 1936 et deux groupes de 155L modèle 1917.

-Le 118ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est pérennisé après la démobilisation et dispose de deux groupes de 105L modèle 1936 et deux groupes de 155L modèle 1917.

-Le 149ème régiment d’artillerie lourde hippomobile déployé au Levant et dispose de deux groupes de 105L modèle 1936 et deux groupes de 155L modèle 1917.

Douze RALH sont donc équipés de ce canon soit vingt-quatre groupes, quatre-vingt seize batteries et 384 canons livrés entre janvier 1941 et mars 1944. A cela s’ajoute ultérieurement deux groupes destinés au 149ème RALH.

A noter que suivant une décision prise dès le 1er septembre 1948, il est prévu que les nouveaux groupes d’artillerie lourde mis sur pied après la mobilisation générale soit des groupes à tracteurs, l’objectif étant de parvenir à une motorisation complète de l’artillerie.

Pour ce qui est des Régiments d’Artillerie Lourde Automobile/Tractée, au printemps 1940, douze groupes soit 144 pièces sont en service : un groupe pour les 101ème, 102ème, 103ème, 104ème, 108ème, 123ème, 124ème et 352ème RALA et deux groupes pour le 107ème et le 120ème RALA.

Comme dans les autres domaines, la démobilisation voit le nombre de régiments se réduire même si outre des régiments d’active, des régiments de mobilisation sont maintenus en ligne. A noter que le L36 ne sera pas le seul canon de 105mm équipant les RALA, un canon concurrent produit par l’Etablissement de Tarbes étant également en service.

-Le 102ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée est maintenu après la démobilisation avec pour équipement deux groupes de 105 L36 et deux groupes de 155GPF

-Le 103ème régiment d’artillerie lourde tractée dispose pour assurer sa mission de deux groupes de 105L 36 et de deux groupes de 155GPFT.

-107ème régiment d’artillerie lourde tractée : stationné à Belfort, il appartient à la Réserve Générale et dispose de deux groupes de 105L 36 et deux groupes de 155 GPFT.

-108ème régiment d’artillerie lourde tractée : stationné à Dijon,  il appartient à la Réserve Générale et dispose de deux groupes de 105L 36 et deux groupes de 155mm équipés de Schneider L18 jusqu’en mars 1943 quand ils sont remplacés par des 155GPFT

-Le 120ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée est mis sur pied par le CMA 60 d’Epinal et pérennisé à la démobilisation. Il dispose de deux groupes équipés de 105L Schneider L36 et un groupe de 155L équipés de 155 GPF. Un deuxième groupe de 155mm est ultérieurement mis sur pied.

Les RALT au nombre de cinq disposent donc de dix groupes et trente-batteries soit 120 canons de 105L modèle 1936S.

En septembre 1947, le 119ème et le 122ème RALT sont créés pour équiper les 1er et 2ème CAC avec deux groupes de 105L.

A la mobilisation de septembre 1948, cinq RALT sont réactivés, les 101ème, 104ème, 123ème, 124ème et 180ème mais seuls les deux premiers sont équipés de 105L modèle 1936 soit quatre groupes, douze batteries et 48 canons.

Caractéristiques Techniques du canon de 105L modèle 1936S

Calibre : 105mm Longueur totale de la pièce (en batterie) 6.385m (route) 7.550m Poids total en batterie : 3540kg (route 4090kg) Poids de l’obus 15.770kg Cadence de tir : 5 coups/minute Portée maximale : 17000m Pointage en site : 0 à +43° Pointage en azimut 50° de chaque côté Equipe de pièce : six hommes

Canon de 105L modèle 41T (Etablissement de Tarbes)

Comme nous l’avons vu plus haut, quand l’armée française décida enfin d’équiper ses RAD d’un obusier court après plus de vingt-ans d’atermoiements et de blocages, Schneider proposa son excellent matériel bientôt connu sous le nom de canon de 105C (C pour Court) modèle 1934S (Schneider) et rien n’aurait pu empêcher qu’il devienne l’obusier standard de l’armée française.

Rien sauf la maxime qui veut qu’en France, il n’y ait point de salut en dehors de l’état. Hors de question pour les «colbertistes» qu’un manufacturier privé n’empiète sur leurs plate-bandes.

L’Etablissement de Bourges (ABS) fût donc chargé de développer le 105C modèle 1935B, un excellent matériel qui allait dominer de la tête et des épaules, le produit de la firme du Creusot.

Le même processus se reproduit quand il s’agit de remplacer le canon de 105L modèle 1913 comme pièce des RALA/RALH, les régiments de corps d’armée. Le remplacement s’imposait d’autant plus que la pièce de Schneider n’avait qu’une avance de 1500m sur les obusiers en cours de mise en service.

Schneider propose un canon de 3.5 tonnes portant à 17km, rapidement accepté en raison de l’urgence du besoin. Une décision heureuse car la mise au point de son concurrent «public» ne débouchera qu’au printemps 1941.

Assez semblable à son concurrent de Schneider, ce canon est légèrement plus lourd avec une portée un peu plus faible. Il est aussitôt mis en production pour remplacer le 105L modèle 1913 au sein des régiments d’artillerie lourde.

Le canon de Tarbes va ainsi équiper trois régiments d’artillerie lourde automobile (RALA), les 123ème, 124ème et 180ème RALA disposant chacun de deux groupes à trois batteries à quatre pièces soit un total de 24 pièces par régiment soit 72 canons pour les trois régiments. Un quatrième, le 125ème RALA (ou RALT) est ultérieurement équipé avec deux groupes à trois batteries.

Il va également équiper comme son homologue Schneider les RALH en l’occurence des régiments mobilisés en août 1948 à savoir les 110ème et 111ème Régiments d’Artillerie Lourde Hippomobile Coloniaux (RALHC), les 121ème, 141ème, 142ème, 143ème, 144ème, 145ème, 146ème et 147ème, tous disposant de deux groupes à trois batteries de quatre pièces soit 24 pièces par régiment un total de 240 pièces en ligne.

Le 355ème RALP (Régiment d’Artillerie Lourde Portée) dispose de trois groupes à trois batteries de quatre canons soit un total de trente-six pièces, le 361ème RALP dispose de deux groupes à trois batteries de quatre canons soit un total de vingt-quatre pièces.
Courant octobre, deux nouveaux régiments sont mis sur pied, le 356ème équipé de deux groupes de 105L41 et un groupe de 155 GPFT et le 357ème équipé de trois groupes de 105L41 soit un total pour ces deux régiments de cinq groupes à quinze batteries qui alignent un total de soixante canons.

Au final, quand éclate la seconde conflagration mondiale, on trouve 420 canons de ce modèle en service.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s