21-Armée de terre (70)

Régiments d’Artillerie Lourde à Grande Puissance (RALGP)

Comme leur nom l’indique, les RALGP regroupent les pièces les plus puissantes de l’artillerie française en dehors bien entendu de l’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée. En temps de paix, les pièces sont stockées.

Dès le déclenchement du processus de mobilisation générale, quatre régiments sont mis sur pied par deux centre mobilisateurs d’artillerie avec des pièces d’un calibre respectable : 220 et 280mm.

Le Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est organisé en  un état-major, une batterie hors rang et trois groupes de deux batteries de quatre pièces, chaque groupe disposant d’un état-major, d’une colonne de ravitaillement et donc de deux batteries de tirs.

-Le 171ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 25 de Bourges avec pour équipement, le canon de 280mm Schneider TR.

-Le 172ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 25 de Bourges avec pour équipement, le canon de 280mm Schneider TR.

-Le 173ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 15 de Nimes avec pour équipement, le canon de 220L 17 Schneider.

-Le 174ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 15 de Nimes avec pour équipement, le canon de 220L 17 Schneider.

Ces quatre régiments sont affectés à la Réserve Générale. Lors du processus de démobilisation, seul le 172ème RALGP est maintenu en ligne. Sa structure du temps de paix post-guerre de Pologne est modifiée avec quatre groupes, deux équipés de 280TR et deux équipés de 220L17.

A la mobilisation d’août/septembre 1948, le 172ème RALGP se détriple pour reformer les 171ème, 173ème et 174ème RALGP avec le même équipement qu’en 1939.

Deux autres régiments d’artillerie lourde à grande puissance sont mis sur pied en septembre 1948, le 175ème et le 176ème RALGP équipés de trois groupes à trois batteries de quatre 194GPF tractés, un véritable revenant.

Ce canon conçu comme pièce tractée et comme pièce chenilée (équipant le 184ème RALT) n’avait été mise en service que comme pièce chenilée en 1919 en raison de l’armistice. En 1944, le général Villeneuve décide de relancer sa fabrication pour pouvoir équiper deux RALGP en temps de guerre soit un total de 96 pièces produites (72 en ligne et 24 en réserve).

Régiments d’Artillerie Lourde Portée (RALP)

Dans l’artillerie française de 1939, on trouve également des Régiments d’Artillerie Lourde Portée (RALP). Ces régiments sont organisés en un état-major, une batterie hors-rang et trois groupes à trois batteries de quatre pièces.

-Le 351ème Régiment d’Artillerie Lourde Puissante est mis sur pied par le CMA 11 de Vannes avec pour équipement le canon de 105L13. Il est affecté à la réserve générale.

-Le 352ème Régiment d’Artillerie Lourde Puissante est mis sur pied en mai 1940 à partir de deux groupes (numérotés X et XI) du 143ème RALH avec pour équipement des 105 de montagne.

-Le 355ème Régiment d’Artillerie Lourde Puissante est un régiment d’active lui aussi équipé de canons de 105L13. Il est affecté à la Réserve Générale.

-Le 361ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale Portée est mis sur pied par le CMA 26 de Châlons sur Marne. Il est équipé de trois groupes de 155C17. Il est affecté comme les autres régiments à la Réserve Générale.

-Le 363ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale Portée est un régiment d’active. Il est équipé de deux groupes de 155C17. Il est affecté comme les autres régiments à la Réserve Générale.

-Le 364ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale Portée est mis sur pied par le CMA 16 de Castres. Il est équipé de trois groupes de 155C17. Il est affecté comme les autres régiments à la Réserve Générale.

A l’issue de la démobilisation, seuls les deux régiments d’active sont maintenus en ligne, le 355ème RALP de Nantes et le 363ème de Draguignan. Leur équipement évolue entre 1940 et 1948, les 105L13 du 355ème RALP sont remplacés par des 105L41 de Tarbes tandis que les 155C17 du 363ème RALP sont remplacés par des 155GPFT.

A la mobilisation d’août/septembre 1948, les 355ème et 363ème participent à la réactivation des régiments mobilisés en 1939 à l’exception du 352ème RALP qui n’est pas reconstitué dans sa base levantine.

-Le 351ème Régiment d’Artillerie Lourde Puissante est remis sur pied avec trois groupes de 105mm équipés de 105L36 Schneider.

-Le 361ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale Porté est remis sur pied avec trois groupes, deux groupes de 105 équipés de 105L41 de l’Etablissement de Tarbes et un groupe équipé de 155GPFT.

-Le 364ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale Porté est réactivé avec trois groupes de 155mm équipés de GPFT.

Courant octobre, prévoyant une guerre longue, le généralissime Villeneuve ordonne la mise sur pied de deux nouveaux RALP, le 356ème équipé de deux groupes de 105L41 et un groupe de 155 GPFT et le 357ème équipé de trois groupes de 105L41.

Publicités

4 réflexions sur “21-Armée de terre (70)

  1. Frédéric dit :

    Bonjour,

    Concernant le canon de 280 mm des RALGP, il s’agit bien du mortier de 279mm Schneider Mle 1909 dans la version  »Mortier de 280 TR sur affut chenilles Saint Chamond » présenté à la page 25 de ce dossier PDF :

    http://www.passioncompassion1418.com/Fichiers/Fiches_France.pdf
    ,

  2. Ces lourds engins sont tellement rare que je ne sait même pas s’ils ont servit en mai 40…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s