21-Armée de terre (7)

Les Divisions Légères d’Infanterie (D.L.I)

En septembre 1939, il n’existe pas de Divisions Légères d’Infanterie (D.L.I), celles-ci vont être mises sur pied en musclant des unités existantes dans l’Empire, généralement des brigades promues au rang de division avec des bataillons devenant régiments même si les effectifs ne suivraient pas forcement avant la mobilisation.

Le 1er juin 1948, le général Villeneuve ordonne la mise sur pied de deux Divisions Légères d’Infanterie, les 1ère et 11ème DLI. Ces deux divisions doivent servir d’unités expéditionnaires en cas d’intervention en Scandinavie, dans les Balkans et en Europe Centrale.

Voilà pourquoi la 1ère DLI est stationnée près de Rennes et la 11ème DLI près de Carpentras, à proximité de deux ports d’embarquement : Brest pour la 1ère DLI et Toulon pour la 11ème.

Naturellement quand la guerre éclate en septembre 1948, elles sont loin d’être opérationnelles.

La 11ème DLI qui regroupe les 14ème et 15ème régiments de zouaves va être immédiatement  envoyée par train en direction de Brest pour former une Division Légère de Marche en compagnie d’élements du 16ème régiment de zouaves, l’un des deux régiments de la 1ère DLI (l’autre devant être le 7ème REI mais ce dernier n’avait pas encore été officiellement activé à cette époque)
La 1ère Division Légère d’Infanterie dispose du 8ème régiment d’artillerie légère alors que la 11ème Division Légère d’Infanterie dispose du 9ème régiment d’artillerie coloniale.

Pour ce qui est des autres unités de ce type, en septembre 1948, le panorama est le suivant :

-La 2ème DLI est la numérotation de la Division Légère d’Infanterie du Levant (DLIL)

-3ème Division Légère d’Infanterie : basée en Algérie, c’est l’ancienne 1ère Demi-Brigade d’Infanterie Légère d’Afrique (1ère DBILA). Transformée en division en septembre 1943, ses quatre bataillons sont amalgamés pour former deux régiments.

En l’occurence, les 15ème et 19ème Bataillons d’Infanterie Légère d’Afrique deviennent le 1er régiment d’infanterie légère d’Afrique alors que les 16 et 18ème Bataillons d’Infanterie Légère d’Afrique forment le 2ème RILA.

Elle reçoit également un régiment d’artillerie, le 1er régiment léger d’artillerie d’Afrique (RLAA) à trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm modèle 1897 remorqués par tracteurs légers.

-Au Maroc, nous trouvons la 4ème Division Légère d’Infanterie qui est le regroupement du 3ème RILA (ex-21ème BILA), du 1er et du 6ème régiments étrangers d’infanterie + le 2ème régiment léger d’artillerie d’Afrique (RLAA)  à trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm modèle 1897 remorqués par tracteurs légers.

-En Tunisie, on trouve la 5ème Division Légère d’Infanterie. Il s’agit de l’ancienne 1ère demi-brigade d’infanterie légère qui disposait de trois bataillons, les 11ème 12ème et 25ème BILA.

Lors de sa transformation en DLI, le 25ème BILA à été dissous, les 11ème et 12ème BILA devenant les 4ème et 5ème RILA avec l’apport des effectifs du 25ème BILA. Cette division reçoit également un régiment d’artillerie, le 3ème régiment léger d’artillerie d’Afrique (RLAA)  à trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm modèle 1897 remorqués par tracteurs légers.

-En Indochine, on trouve pas moins de six divisions légères d’infanterie, les 6ème, 7ème et 8ème  DLI toutes issues de la Division du Tonkin, les trois DLI étant respectivement issues de la 1ère, de la 2ème et de la 3ème brigade. Ces divisions étant formés de Régiments d’Infanterie Légère ou R.I.L, les régiments de tirailleurs, de l’infanterie coloniale ainsi que le 5ème REI restant autonomes.

La 9ème D.L.I est issue de la Division Cochinchine-Cambodge est chargée de la défense du Cambodge, la 10ème DLI est issue de la même division mais est déployée en Cochinchine avec pour mission principale la défense de Saïgon.

La brigade d’Annam-Laos donne naissance aux 12ème et 13ème DLI chargées respectivement de la défense de l’Annam et du Laos.
Les D.L.I quelque soit leur localisation sont organisées de la façon suivante :

-Éléments de QG

-Deux régiments d’infanterie à trois bataillons (deux bataillons en Indochine, le troisième étant activé à la mobilisation)

-Un Régiment d’Artillerie Légère à trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm.
-Une compagnie antichar tractée

-Une compagnie antiaérienne

-Une compagnie de pionniers

-Une Compagnie de sapeurs mineurs

-Une compagnie mixte de transmissions

Ces trois dernières compagnies forment en 1947 un bataillon du génie comme dans toutes les DI.

-Un Groupe d’exploitation divisionnaire (intendance)

-Un Groupe sanitaire divisionnaire

-Une Compagnie automobile de transport

-Une compagnie automobile de quartier général

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s