14-Navires légers (8) avisos-coloniaux classe Bougainville (7)

Le D’Iberville

L'aviso colonial D'Iberville en compagnie du torpilleur d'escadre La Trombe à Beyrouth en mai 1936

L’aviso colonial D’Iberville en compagnie du torpilleur d’escadre La Trombe à Beyrouth en mai 1936

-Le D’Iberville est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Provence de Port de Bouc le 13 juin 1932 lancé le 23 septembre 1934 et admis au service actif le 22 septembre 1935.

A sa mise en service, il est affecté à l    a Division Navale du Levant (DNL) avec Beyrouth comme port d’attache, la zone de responsabilité de l’aviso étant aussi bien le bassin oriental de la Méditerranée que la mer Rouge.

Il reste affecté au Levant jusqu’en septembre 1940 quand il est décidé de l’envoyer aux antipodes et plus précisément en Polynésie à Papeete au sein des Forces Navales Françaises du Pacifique (FNFP).

Il quitte Beyrouth le 17 septembre 1940, franchit le canal de Suez les 19 et 20 septembre, fait escale à Djibouti du 24 au 28 septembre avant de rallier Diego-Suarez le 7 octobre 1940 pour y subir un petit carénage.

Il est ainsi échoué au bassin n°2 du 8 octobre au 21 novembre 1940. Après des travaux complémentaires à flot, il sort pour essais du 1er au 3 décembre puis pour remise en condition du 5 au 15 décembre 1940.

Le D’Iberville quitte la Grande Ile le 17 décembre 1940, traverse l’Océan Indien, faisant escale successivement à Singapour du 26 au 29 décembre, à Darwin du 3 au 7 janvier 1941, à Brisbane du 10 au 12 janvier, à Nouméa du 15 au 18 janvier, à Pago-Pago (Samoa Américaines) du 23 au 25 janvier avant de rallier Papeete le 2 février 1941 après plus de six semaines de mer.

L’aviso colonial va assurer une mission de souveraineté, faisant respecter la domination française sur la Polynésie. Le 24 février 1942, le patrouilleur La Bayonnaise arrive à Papeete, relayant l’action de l’aviso en dépit d’un rayon d’action médiocre.

Du 7 janvier au 27 février 1944, le D’Iberville est échoué sur le dock flottant de Papeete, un dock flottant de 150m et de 7000 tonnes commandé aux Etats-Unis et livré à l’automne 1943.

Après des travaux complémentaires à flot, il est armé pour essais le 8 mars 1944, sortant pour essais du 9 au 11  puis pour remise en condition du 13 au 25 mars 1944, étant de nouveau pleinement disponible le 27 mars 1944.

Le 8 mai 1944, il s’échoue à l’entrée du port de Mata’Utu sur l’île de Wallis mais parvient à se dégager tout seul, les dégâts étant très limités.

Il subit un nouveau grand carénage à Papeete, étant échoué sur le dock flottant du 5 mai au 15 août 1947 pour une remise en état doublée d’une modernisation avec la suppression des installations d’hydraviation et le renforcement de la DCA (quatre canons de 37mm et six canons de 25mm en affûts doubles). Armé pour essais le 25 août, il sort pour essais du 26 au 28  puis pour remise en condition du 30 août au 12 septembre 1947.

Ses patrouilles se renforcent à partir de l’automne 1948 avec le soutien des Latécoère Laté 298 basés en Polynésie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s