12-Torpilleurs légers (13)

B-Torpilleurs légers classe Le Fier (type 1010 tW)

Schéma de la classe Le Fier

Schéma de la classe Le Fier

Avant-propos

Dès les premiers essais à la mer, les limites des Melpomène ont sauté aux yeux des ingénieurs et des marins amenés à les servir mais avec de telles limites, il était difficile d’obtenir un navire à la fois rapide, endurant et bien armé.

Leurs successeurs doivent donc être plus gros pour obtenir une vitesse suffisante pour le combat et surtout disposer de la puissance offensive nécessaire.

Une série de notes publiées les 18, 27 février et 25 mai 1936 aboutit au choix d’un tonnage approchant les 1000 tonnes ce qui fait de ces nouveaux torpilleurs un type de navire intermédiaire entre les Melpomène de 610 tW et les Le Hardi de 1772tW. La mission reste la même que leurs prédécesseurs : le combat de nuit à distance rapprochée.

Les caractéristiques générales des 1010 tonnes sont adoptées dès décembre 1936 alors qu’à l’époque aucun Melpomène n’est encore en service.

Dotés d’une vitesse de 34 noeuds et d’une distance franchissable de 2500 miles à 15 noeuds, ils doivent disposer d’un armement nettement plus étoffé avec deux affûts doubles lance-torpilles de 550mm et quatre canons de 100mm groupés en deux pseudo-tourelles installées à l’arrière.

Le reste de l’armement prévu à  l’origine ne sera pas embarqué dans sa totalité. Si les quatre premiers torpilleurs sont temporairement armés de mitrailleuses de 13.2mm (huit en quatre affûts doubles), les douze autres navires seront armés de huit canons de 37mm Schneider en affûts simples puis en affûts doubles.

En ce qui concerne l’armement anti-sous-marin, ils devaient embarquer à l’origine une torpille remorquée Ginocchio, un grenadeur de sillage et deux mortiers Thornycroft mais au final, les Le Fier ne recevront que deux grenadeurs de sillage avec de nouvelles grenades légères de 130kg.

Les quatre premiers sont financés à la tranche 1937 (votée le 31 décembre 1936), trois à la tranche 1938 (votée le 31 décembre 1937), cinq à la tranche 1938bis (décret-loi du 2 mai 1938), deux à la tranche 1938ter (décret-loi du 12 avril 1939) et les deux derniers à la tranche 1941, la première du programme naval.

Si les quatre premiers porte des noms d’adjectifs martiaux (Le Fier L’Agile L’Entreprenant Le Farouche), les douze autres portent des noms d’habitants de provinces françaises (L’Alsacien Le Breton Le Corse Le Tunisien _ex-Le Flamand_ Le Normand Le Parisien Le Provençal Le Saintongeais Le Niçois Le Savoyard Le Catalan et Le Béarnais).

Ces douze navires vont ainsi être repartis en quatre divisions de quatre torpilleurs soit une puissance offensive respectable avec seize canons de 100mm et seize tubes lance-torpilles de 550mm. La 1ère DT va être basée à Toulon, la 3ème DT à Bizerte, la 5ème DT à Dunkerque et la 7ème DT en Indochine.

Le Fier

-Le Fier est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) le 17 janvier 1939 lancé le 12 mars 1940 et admis au service actif à Lorient le 27 février 1941.

Le premier torpilleur de 1010 tW forme à partir du 8 mai 1941 la 1ère DT en compagnie de son sister-ship l’Agile mis en service ce jour là, les Le Fier et L’Agile étant rejoints le 10 mai 1941 par L’Entreprenant.

En attendant la mise en service du Farouche, la 1ère DT dépend de la 3ème Escadre Légère de la Flotte de l’Atlantique même si cette affectation est très provisoire, l’affectation définitive de la 1ère Division de Torpilleurs étant la 2ème Escadre à Toulon.

La 1ère DT qui doit encore être rejoint par Le Farouche sort pour un premier entraînement de division du 21 mai au 16 juin 1941 moins une escale à Royan du 1er au 5, les trois torpilleurs ralliant Lorient le 17.

Le Fier est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 18 juin au 3 juillet, sortant pour essais du 4 au 6 juillet puis pour remise en condition du 8 au 19 juillet en compagnie du Farouche.

Il participe ensuite aux essais (21 au 23 juillet) et à la remise en condition (25 juillet au 3 août) de L’Agile, les deux torpilleurs disponibles de la 1ère DT participant ensuite aux essais (5 au 7 août) et à la remise en condition (9 au 23 août) de l’Entreprenant.

Les torpilleurs Le Fier L’Agile et L’Entreprenant sortent à nouveau pour entraînement du 2 au 28 septembre, rentrant le lendemain à Lorient.

La 1ère DT sort à nouveau pour entraînement du 6 au 13 octobre, rentrant à Lorient le lendemain et  le 15 octobre 1941, le Farouche est admis au service actif, permettant à la 1ère DT d’atteindre son format définitif.

A l’origine, la division devait rallier Toulon dans la foulée mais l’Amirauté décide finalement de faire effectuer à la division, une croisière d’entraînement aux Antilles. Le Fier et ses trois compères quittent Lorient le 22 octobre pour rallier Fort de France le 30 octobre 1941.

Après une opération de relations publiques du 31 octobre au 7 novembre (ouverture au public du 31 octobre au 3 novembre, sortie en mer pour des écoliers de la Martinique les 5 et 6 novembre), les quatre torpilleurs s’entrainent au large de la Martinique du 8 au 23 novembre.

La 1ère DT quitte Fort de France le 24 novembre, traverse l’Atlantique direction Dakar où elle arrive le 2 décembre pour une école à feux à Rufisque du 3 au 10 date à laquelle ils quittent l’AOF pour rallier Toulon, faisant escale pour se ravitailler à Casablanca le 13 décembre, les quatre torpilleurs arrivant à Toulon le 16 décembre 1941.

La 1ère DT va remplacer au sein du groupement de surveillance de la 2ème Escadre la 13ème DT composée des torpilleurs légers La Baliste La Poursuivante et La Bayonnaise.

Pour passer symboliquement le témoin, la 1ère et la 13ème DT sortent pour un exercice commun du 18 au 24 décembre, rentrant à  Toulon le lendemain.

Les torpilleurs légers Le Fier L’Agile Le Farouche et l’Entreprenant quittent Toulon pour un premier entraînement de division du 7 au 30 janvier, mouillant aux salins d’Hyères jusqu’au 9 février, rentrant à Toulon le lendemain.

Les quatre torpilleurs de la 1ère DT sortent à nouveau pour entraînement de division du 18 février au 16 mars, les quatre torpilleurs faisant escale à Tanger du 17 au 24 avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Un nouvel entrainement de division à lieu du 4 avril au 22 mai, la 1ère DT rentrant à son port d’attache le lendemain. Un entrainement de division allégé à lieu du 28 mai au 18 juin, les quatre Le Fier mouillant aux Salins du 19 au 25 avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Le Le Fier est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 27 juin au 11 juillet 1942, cette indisponibilité étant mise à profit pour moderniser la DCA, les huit mitrailleuses de 13.2mm en quatre affûts doubles sont remplacés par huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en affûts simples. Il sort ensuite pour essais (12 au 14 juillet) puis pour remise en condition(16 au 26 juillet) en compagnie du Farouche et de l’Entreprenant.

Le Le Fier sort ensuite pour les essais (28 au 30 juillet) et pour la remise en condition (1er au 10 août) de l’Agile en compagnie de l’Entreprenant, enchainant par les essais (12 au 15 août) et la remise en condition (17 au 27 août) du Farouche, toujours en compagnie de l’Agile.

Le Le Fier, l’Agile et le Farouche participent alors aux essais (28 au 30 août) et à la remise en condition (1er au 12 septembre) de l’Entreprenant, la 1ère DT mouillant aux salins d’Hyères du 13 au 18 septembre avant de rallier Toulon le lendemain.

Le 27 septembre 1942, les quatre torpilleurs légers de la 1ère DT quittent Toulon pour un entraînement de division qui occupe le torpilleur léger Le Fier et ses trois compagnons jusqu’au 1er novembre, la 1ère DT ralliant Toulon le lendemain.

La 1ère Division de Torpilleurs termine l’année 1942 par un dernier entraînement de division qui à
lieu du 12 novembre au 20 décembre, la 1ère DT rentrant à Toulon le lendemain.

Après une période d’entretien à flot (chaudières et artillerie principalement) du 1er au 10 janvier et une sortie d’essais du 11 au 13 janvier, les quatre torpilleurs légers quittent Toulon le 16 janvier 1943 pour un entraînement au Levant.

Ils arrivent à Beyrouth le 23 janvier après une escale de ravitaillement à Bizerte. Ils vont y manoeuvrer du 24 janvier au 4 mars, rentrant le lendemain à Beyrouth. La 1ère DT quitte le Levant le 8 mars, fait escale à Bizerte du 13 au 18 mars avant de rallier Toulon le 21 mars 1943.

Le torpilleur léger Le Fier participe ensuite à un nouvel entrainement de division du 1er avril au 7 mai, la division rentrant le lendemain à Toulon.

Les torpilleurs légers de la 1ère DT sortent pour entraînement du 15 au 25 mai, mouillant aux salins d’Hyères du 26 au 31 mai, rentrant en fin de journée à Toulon.

Le Le Fier et l’Entreprenant sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 1er au 16 juin, sortant pour essais du 17 au 19  et pour remise en condition du 21 juin au 1er juillet. Ils participent ensuite aux essais (3 au 5 juillet) et à la remise en condition (7 au 17 juillet) des torpilleurs Le Farouche et l’Agile, les quatre torpilleurs légers rentrant le lendemain  à Toulon.

Du 20 juillet au 13 août, la 1ère DT manoeuvre avec la 2ème DCT  et le Marceau, les huit navires faisant escale à Nice du 14 au 17 août avant de rentrer à Toulon le.

Le Le Fier et ses trois compères de division effectuent un nouvel entrainement de division du 25 août au 15 octobre, rentrant à Toulon le 16 après un mouillage aux salins d’Hyères du 8 au 15. Il est suivit par un nouvel entrainement de division du 26 octobre au 10 décembre et un mouillage aux Salins d’Hyères du 11 au 16 décembre avant de rentrer à Toulon le lendemain.

La 1ère DT va alors entrer dans un cycle de carénage privant la division d’un navire et son navire-amiral va être le premier à y passer.

Le 3 janvier 1944, le Le Fier transmet son pavillon de chef de division à l’Entreprenant avant de vidanger ses soutes et de débarquer ses munitions. Il est échoué deux jours plus tard au bassin n°3 du Missiessy pour remise en état et modernisation.

La coque est grattée, sablée et repeinte, les hélices sont remplacées, les turbines subissent une grande visite, les chaudières sont retubées, les locaux-vie et les locaux opérationnels sont remis en état…… .

Sur le plan de la modernisation, le Le Fier reçoit un Asdic et plusieurs radars en l’occurence un radar de navigation et un radar de veille combinée. Sur le plan de l’armement, les huit canons de 37mm en affûts simples sont remplacés par huit canons de 37mm en quatre affûts doubles modèle 1943.

Remis à flot le 20 février 1944, il est armé pour essais le 3 mars et sort pour ses essais post-carénage du 4 au 7  puis pour remise en condition du 9 au 23 mars à chaque fois en compagnie de l’Entreprenant et du Farouche, le Le Fier redevenant chef de division de la 1ère DT à leur retour à Toulon le 24.

Le Le Fier et l’Entreprenant sortent pour une école à feux commune du 30 mars au 6 avril avant de participer aux essais (8 au 10 avril) et à la remise en condition (12 au 26 avril) de l’Agile qui venait d’achever son premier grand carénage.

Alors que l’Entreprenant est entré en grand carénage, les torpilleurs Le Fier et l’Agile sortent pour entrainement du 3 au 10 mai puis participent aux essais (13 au 15 mai) et à la remise en condition (17 au 31 mai) du Farouche, les trois torpilleurs légers mouillant aux salins d’Hyères du 1er au 5 juin avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Les torpilleurs Le Fier l’Agile et le Farouche sortent pour entraînement du 8 au 13 juin au large de Toulon mouillant aux salins d’Hyères à partir du 14 juin 1944.

Le 18 juin, ils sont rejoints par l’Entreprenant qui venaient d’achever son grand carénage. Les quatre torpilleurs légers sortent ainsi pour les essais (19 au 21 juin) et pour la remise en condition (23 juin au 2 juillet) du dernier nommé, les quatre torpilleurs légers rentrant à Toulon le lendemain.

Du 5 au 26 juillet, les torpilleurs légers de la 1ère DT manœuvrent avec le cuirassé Clemenceau puis après une courte escale à Ajaccio, s’entrainent avec le cuirassé et les contre-torpilleurs de la 10ème DCT jusqu’au 13 août. La petite escadre fait escale à Mers-El-Kébir du 15 au 21 avant que les torpilleurs légers, le cuirassé et ses torpilleurs d’escorte ne rentrent à Toulon deux jours plus tard.

Le Fier et ses trois comparses de la 1ère DT participent à un entrainement de division du 1er au 19 septembre avant un entrainement au large de l’AOF en compagnie de la 9ème DCT. Les deux divisions arrivent à Dakar le 28 septembre après une semaine de mer et vont y manoeuvrer jusqu’au 15 novembre, quittant la capitale de l’AOF le 16 pour rentrer à Toulon le 30 novembre après avoir fait escale à Casablanca du 20 au 25.

Les torpilleurs légers Le Fier L’Agile, L’Entreprenant et Le Farouche terminent l’année par un entraînement de division au large de Toulon réalisé du 7 au 30 décembre, date du retour de la division à son port d’attache.

Du 10 janvier au 8 février, la 1ère DT effectue un entrainement commun avec les torpilleurs d’escadre Fleuret et Lansquenet enchainant par un entrainement de division du 17 février au 18 mars, mouillant aux salins d’Hyères du 19 au 26, rentrant le lendemain à Toulon.

La 1ère DT effectue un nouvel entrainement de division du 4 avril au 2 mai, rentrant le lendemain à Toulon pour quelques jours à quai puisque du 7 mai au 30 juin, le Le Fier et ses trois acolytes s’entrainent avec la 12ème DCT, soutenu par le ravitailleur rapide L’Adour.

Le torpilleur léger Le Fier est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 1er au 21 juillet 1945, sortant pour essais du 22 au 24 et pour remise en condition du 26 juillet au 9 août en compagnie du Farouche et de l’Agile.

Le Fier participe ensuite aux essais (13 au 15 août) et à la remise en condition (17 au 31 août) de l’Entreprenant en compagnie de l’Agile, les torpilleurs légers Le Fier et l’Entreprenant participant dans la foulée aux essais (4 au 6 septembre) et à la remise en condition (8 au 22 septembre) du Farouche.

Les torpilleurs légers Le Fier l’Entreprenant et Le Farouche participent ensuite aux essais (26 au 28 septembre) et à la remise en condition (30 septembre au 14 octobre) de l’Agile, les quatre torpilleurs légers ralliant Toulon le lendemain.

Les Le Fier, le Farouche, l’Entreprenant et l’Agile terminent l’année par un entrainement de division mené du 23 octobre au 3 décembre, mouillant en rade de Villefranche du 4 au 14 avant de rallier Toulon le 15 décembre 1945, restant au port jusqu’à la fin de l’année civile.

Après une sortie d’entraînement du 7 au 19 janvier, les quatre torpilleurs légers de la 1ère DT quittent Toulon le 22 janvier en compagnie du croiseur lourd Algérie et des 2ème et 9ème DCT pour un entraînement commun de six semaines du 22 janvier au 7 mars 1946, la petite escadre rentrant à Toulon dans la journée.

Le Le Fier enchaine par un entrainement de division du 15 mars au 6 mai, faisant escale avec ses trois compères du 7 au 12 mai à Alger avant de rentrer le surlendemain à Toulon.

La 1ère Division de Torpilleurs (1ère DT) quitte Toulon pour une école à feux du 17 au 21 mai puis après un ravitaillement le 22 mai 1946 effectuent un entraînement au combat antisurface du 23 mai au 3 juin date du retour de la division à Toulon pour les permissions d’été.

Le torpilleur léger Le Fier est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 4 au 25 juin, sortant pour essais du 26 au 28 juin avant remise en condition du 30 juin au 14 juillet en compagnie du Farouche et de l’Agile.

Le Le Fier participe ensuite aux essais (17 au 19 juillet) et à la remise en condition (21 juillet au 4 août) de l’Entreprenant en compagnie de l’Agile, le Le Fier et l’Entreprenant participent ensuite aux essais (8 au 10 août) et à la remise en condition (12 au 26 août) du Farouche.

Les trois torpilleurs légers disponibles de la 1ère DT participent alors aux essais (30 août au 1er septembre) et à la remise en condition (3 au 17 septembre) de l’Agile, les quatre torpilleurs mouillant aux salins d’Hyères du 18 au 25 septembre avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Victime d’une avarie mécanique, le torpilleur léger Le Fier est indisponible du 30 septembre au 10 octobre 1946, sortant pour essais les 11 et 12 octobre et pour remise en condition du 14 au 25 octobre à chaque fois en compagnie de ses compères de la 1ère DT.

Le 4 novembre 1946, le Le Fier quitte Toulon en compagnie de ses compères de la 1ère DT pour le dernier entraînement de division de l’année qui à lieu du 4 novembre au 17 décembre, mouillant aux salins d’Hyères du 18 au 23 avant de rentrer à Toulon la veille de Noël.

L’année 1947 commence comme l’année précédente s’était terminée par un entrainement de division mais à l’appareillage, l’Entreprenant est victime d’une avarie qui l’oblige à rentrer à Toulon pour réparer.

Le reste de la division exécute une école à feux du 13 au 20 janvier, faisant escale à Port La Nouvelle du 21 au 25 janvier où l’Entreprenant rejoint ses congénères une fois réparé. La division au complet sort pour entraînement du 26 janvier au 15 février, mouillant aux salins d’Hyères du 16 au 21, rentrant à Toulon le lendemain.

Les quatre torpilleurs légers sortent pour une école à feux du 26 février au 4 mars, mouillant aux salins d’Hyères du 5 au 12 mars, rentrant le lendemain 13 mars 1947.

La 1ère DT sort ensuite avec la 1ère DCT et le croiseur lourd Charlemagne du 15 mars au 10 avril avant des escales à Nice (12 au 17 avril), Bastia (18 au 24 avril), Ajaccio (25 au 30 avril) et Bonifaccio (2 au 7 mai) avant de rentrer à Toulon le 9 mai 1947 dans la matinée.

Le Le Fier transmet son pavillon de chef de division au Farouche puis débarque ses munitions et vidange ses soutes avant d’être échoué au bassin Vauban n°9 du 11 mai au 17 juin 1947 pour une remise en état complète.

Remis à flot le 17 juin, il est armé pour essais le 27, sortant pour essais du 28 au 30 juin puis pour remise en condition du 2 au 16 juillet en compagnie du Farouche et de L’Entreprenant, les trois torpilleurs mouillant aux salins d’Hyères du 17 au 24 juillet, rentrant à Toulon le lendemain.

Le Le Fier redevenu chef de division de la 1ère DT participe ensuite aux essais (5 au 7 août) et à la remise en condition (9 au 23 août) de l’Agile et ce en compagnie de l’Entreprenant, les trois torpilleurs légers faisant escale à Marseille du 24 au 29 août avant de rentrer à Toulon le lendemain 30 août 1947.

Le Fier et l’Agile sortent pour une école à feux du 2 au 8 septembre, date de leur retour à Toulon. Ils se ravitaillent rapidement avant de participer aux essais (10 au 12 septembre) et à la remise en condition (14 au 28 septembre) du Farouche, les trois torpilleurs légers rentrant à Toulon le lendemain.

Le Le Fier, l’Agile et le Farouche sortent pour entrainement du 6 au 22 octobre, rentrant le lendemain à Toulon.

Ils participent ensuite aux essais (24 au 26 octobre) et à la remise en condition (28 octobre au 10 novembre) de l’Entreprenant qui venait d’achever son grand carénage, les quatre torpilleurs légers de la 1ère DT rentrant à Toulon le lendemain.

La 1ère DT quitte Toulon pour un entraînement de division du 18 novembre au 7 décembre avant un nouvel entrainement du 13 au 22 décembre, rentrant le lendemain à Toulon.

Le torpilleur léger Le Fier commence l’année par un entraînement commun avec ses trois compères de la 1ère DT du 5 au 13 janvier, rentrant à Toulon le lendemain 14 janvier 1948. Ils reprennent la mer dès le 17 janvier pour rallier la Tunisie.

Le 19 janvier 1948, les torpilleurs légers Le Fier L’Agile L’Entreprenant et Le Farouche arrivent au large de Sfax où elle retrouve la 3ème DT  et les croiseurs légers de la 2ème DC  pour un exercice commun du 20 janvier au 15 février avant une croisière au Levant marquée par des escales à Lattaquié (18 au 21 février), à Tartous (22 au 25 février) , à Beyrouth (26 février au 2 mars), à Haïfa (4 au 7 mars) avant de rentrer à Bizerte le 11 mars 1948. La 1ère DT reprend la mer deux jours plus tard pour rentrer à Toulon le 16 mars 1948.

Les quatre torpilleurs de la 1ère DT quittent Toulon le 25 mars pour un nouvel entraînement de division réalisé du 25 mars au 18 mai, la division rentrant à Toulon le lendemain.

Le torpilleur léger Le Fier et ses compères de la 1ère DT quittent Toulon pour une école à feux du 25 mai au 2 juin puis exécutent un entraînement au combat antisurface du 4 au 14 juin, rentrant à Toulon le lendemain 15 juin 1948.

Les Le Fier et L’Agile sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 16 juin au 7 juillet 1948, sortant pour essais du 8     au 10 juillet puis pour remise en condition du 11 au 25 juillet, rentrant le lendemain 26 juillet à Toulon.

Ils participent ensuite aux essais (30 juillet au 1er août) et à la remise en condition (3 au 17 août) de leurs compères Le Farouche et L’Entreprenant, les quatre torpilleurs rentrant à Toulon le lendemain.

Le 22 août 1948, les quatre torpilleurs passent au régime de guerre. Ils sortent pour entraînement du 25 août au 2 septembre, revenant à Toulon le lendemain 3 septembre mais se préparant aussitôt à sortir en cas de menace avérée en Méditerranée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s