11-Torpilleurs d’escadre (49)

L’Arquebuse

Une Arquebuse

Une Arquebuse

-L’Arquebuse est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Provence (ACP) sis à Port de Bouc le 15 septembre 1942 et lancé le 8 mars 1944 pour une période d’achèvement à flot en compagnie de son sister-ship Cimeterre avec lequel il va protéger le porte-avions Painlevé.

L’Arquebuse accompagné par le Cimeterre quittent leur chantier constructeur le 4 septembre 1944, ralliant Toulon le lendemain 5 septembre pour charger du carburant et embarquer du matériel (qui sera mis en place à Lorient) avant d’appareiller le 6 septembre pour le Morbihan, faisant escale à Casablanca du 9 au 12 septembre.

Ils rallient Lorient le 15 septembre 1944 pour achever leur mise au point et réaliser les essais et leur mise en condition opérationnelle.

Le torpilleur d’escadre Arquebuse est officiellement admis au service actif le 16 mars 1945 en même temps que le Cimeterre

La première sortie du Cimeterre à lieu du 23 au 30 mars 1945 en compagnie du Painlevé et du Cimeterre dans le cadre d’une opération de relations publiques avec à bord du porte-avions, une délégation de la ville de Bourg en Bresse, ville-marraine du navire (Paul Painlevé avait été député de l’Ain de 1928 à 1932). Le porte-avions et les torpilleurs rentrant à Brest le 4 avril après une escale à Quiberon du 31 mars au 3 avril 1945.

L’Arquebuse et le Cimeterre sortent en compagnie du Painlevé pour «Entente Cordiale 1945» du 5 au 15 mai, quittant Brest le 16 avril et y revenant le 27 mai. Ils l’accompagnent également dans un cycle intensif d’entrainement du 20 juin au 27 septembre 1945 dont le point d’orgue est un entrainement commun avec le porte-avions HMS Illustrious du 14 au 17 septembre.

Les deux torpilleurs d’escadre sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 2′ décembre 1945 au 14 janvier 1946, sortant pour essais du 15 au 18 janvier puis pour remise en condition du 20 janvier au 3 février, à chaque fois en compagnie de leur protégé.

L’Arquebuse et le Cimeterre assurent également l’escorte du porte-avions Painlevé durant l’édition 1946 de l’exercice «Entente Cordiale» au large de Brest du 10 au 15 avril puis au large de Dakar du 23 avril au 31 mai, les navires français et anglais appareillant de Dakar le 2 juin, les navires français dont le porte-avions et ses torpilleurs d’escadre rentrant à Brest le 7 juin 1946.

Le Painlevé subissant son premier grand carénage du 22 juillet 1946 au 14 mars 1947, les torpilleurs Cimeterre et Arquebuse vont se retrouver à sortir seuls pour entrainement.

L’Arquebuse sort pour une école  feux du 25 juillet au 2 août, faisant escale à Saint-Malo du 3 au 7 août avant de rallier Brest le 8 août 1945.

Il est indisponible du 14 août au 4 septembre, sortant pour essais du 5 au 8 septembre puis pour remise en condition du 10 au 25 septembre, à chaque fois en compagnie de son compère Cimeterre, les deux navires rentrant à Brest le lendemain.

Le Cimeterre et l’Arquebuse sont à nouveau à la mer pour entrainement du 5 octobre au 24 novembre puis du 1er au 20 décembre, rentrant à Brest le lendemain et restant à quai jusqu’à la fin de l’année civile.

L’Arquebuse et le Cimeterre sortent à nouveau pour entrainement du 5 janvier au 23 février, les deux torpilleurs d’escadre faisant escale à Saint-Malo du 24 février au 2 mars, rentrant à Brest le lendemain.

Ils participent ensuite aux essais du Painlevé du 15 au 22 mars puis à sa remise en condition du 28 mars au 28 mai 1947 au large de Dakar, le porte-avions, le cuirassé Lorraine et les quatre torpilleurs d’escadre rentrant à Brest le 9 juin 1947.

Le Cimeterre et l’Arquebuse sont comme le porte-avions indisponibles du 10 juin au 2 juillet, sortant pour essais en compagnie du porte-avions et du cuirassé Lorraine du 7 au 10 juillet puis pour remise en condition du 13 au 20 juillet et du 25 juillet au 2 août 1947.

L’Arquebuse sort seul pour entrainement du 7 au 17 février pour une école à feux puis du 19 au 26 février pour un entrainement à la défense aérienne à la mer et enfin du 28 février au 4 mars pour un entrainement au combat antisurface.

L’Arquebuse subit ensuite son premier grand carénage, étant échoué au bassin Tourville du 6 mars au 15 avril 1948. Il sort pour essais en compagnie du Cimeterre du 20 au 23 avril, l’Arquebuse réalisant sa remise en condition au cours de l’exercice franco-britannique du 5 au 10 mai, les navires français rentrant à Brest le 16 mai 1948 sauf le croiseur léger Waldeck-Rousseau qui s’arrête à Dunkerque son port d’attache le 14 mai.

L’Arquebuse et le Cimeterre sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 17 mai au 2 juin en compagnie du Painlevé, les deux torpilleurs d’escadre et leur protégé sortant pour essais du 3 au 7 juin avant une série de sorties d’entrainement du 10 au 17 juin, du 20 au 27 juin, du 1er au 8 juillet et du 15 au 27 juillet 1948. Ils rentrent à Brest le 28 juillet 1948.

Ils accompagnent ensuite le Painlevé, le Lorraine et le PRE La Seine à Rufisque du 9 au 23 août 1948, quittant Brest le 3 août et rentrant en Bretagne le 30 août, se préparant aussitôt pour des opérations de guerre avec notamment une sortie d’entrainement du 1er au 5 septembre 1948.

L’Arquebuse

-L’Arquebuse est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Provence (ACP) sis à Port de Bouc le 15 septembre 1942 et lancé le 8 mars 1944 pour une période d’achèvement à flot en compagnie de son sister-ship Cimeterre avec lequel il va protéger le porte-avions Painlevé.

L’Arquebuse accompagné par le Cimeterre quittent leur chantier constructeur le 4 septembre 1944, ralliant Toulon le lendemain 5 septembre pour charger du carburant et embarquer du matériel (qui sera mis en place à Lorient) avant d’appareiller le 6 septembre pour le Morbihan, faisant escale à Casablanca du 9 au 12 septembre.

Ils rallient Lorient le 15 septembre 1944 pour achever leur mise au point et réaliser les essais et leur mise en condition opérationnelle.

Le torpilleur d’escadre Arquebuse est officiellement admis au service actif le 16 mars 1945 en même temps que le Cimeterre

La première sortie du Cimeterre à lieu du 23 au 30 mars 1945 en compagnie du Painlevé et du Cimeterre dans le cadre d’une opération de relations publiques avec à bord du porte-avions, une délégation de la ville de Bourg en Bresse, ville-marraine du navire (Paul Painlevé avait été député de l’Ain de 1928 à 1932). Le porte-avions et les torpilleurs rentrant à Brest le 4 avril après une escale à Quiberon du 31 mars au 3 avril 1945.

L’Arquebuse et le Cimeterre sortent en compagnie du Painlevé pour «Entente Cordiale 1945» du 5 au 15 mai, quittant Brest le 16 avril et y revenant le 27 mai. Ils l’accompagnent également dans un cycle intensif d’entrainement du 20 juin au 27 septembre 1945 dont le point d’orgue est un entrainement commun avec le porte-avions HMS Illustrious du 14 au 17 septembre.

Les deux torpilleurs d’escadre sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 2′ décembre 1945 au 14 janvier 1946, sortant pour essais du 15 au 18 janvier puis pour remise en condition du 20 janvier au 3 février, à chaque fois en compagnie de leur protégé.

L’Arquebuse et le Cimeterre assurent également l’escorte du porte-avions Painlevé durant l’édition 1946 de l’exercice «Entente Cordiale» au large de Brest du 10 au 15 avril puis au large de Dakar du 23 avril au 31 mai, les navires français et anglais appareillant de Dakar le 2 juin, les navires français dont le porte-avions et ses torpilleurs d’escadre rentrant à Brest le 7 juin 1946.

Le Painlevé subissant son premier grand carénage du 22 juillet 1946 au 14 mars 1947, les torpilleurs Cimeterre et Arquebuse vont se retrouver à sortir seuls pour entrainement.

L’Arquebuse sort pour une école feux du 25 juillet au 2 août, faisant escale à saint Malo du 3 au 7 août avant de rallier Brest le 8 août 1945.

Il est indisponible du 14 août au 4 septembre, sortant pour essais du 5 au 8 septembre puis pour remise en condition du 10 au 25 septembre, à chaque fois en compagnie de son compère Cimeterre, les deux navires rentrant à Brest le lendemain.

Le Cimeterre et l’Arquebuse sont à nouveau à la mer pour entrainement du 5 octobre au 24 novembre puis du 1er au 20 décembre, rentrant à Brest le lendemain et restant à quai jusqu’à la fin de l’année civile.

L’Arquebuse et le Cimeterre sortent à nouveau pour entrainement du 5 janvier au 23 fevrier, les deux torpilleurs d’escadre faisant escale à Saint Malo du 24 février au 2 mars, rentrant à Brest le lendemain.

Ils participent ensuite aux essais du Painlevé du 15 au 22 mars puis à sa remise en condition du 28 mars au 28 mai 1947 au large de Dakar, le porte-avions, le cuirassé Lorraine et les quatre torpilleurs d’escadre rentrant à Brest le 9 juin 1947.

Le Cimeterre et l’Arquebuse sont comme le porte-avions indisponibles du 10 juin au 2 juillet, sortant pour essais en compagnie du porte-avions et du cuirassé Lorraine du 7 au 10 juillet puis pour remise en condition du 13 au 20 juillet et du 25 juillet au 2 août 1947.

L’Arquebuse sort seul pour entrainement du 7 au 17 février pour une école à feux puis du 19 au 26 février pour un entrainement à la défense aérienne à la mer et enfin du 28 février au 4 mars pour un entrainement au combat antisurface.

L’Arquebuse subit ensuite son premier grand carénage, étant échoué au bassin Tourville du 6 mars au 15 avril 1948. Il sort pour essais en compagnie du Cimeterre du 20 au 23 avril, l’Arquebuse réalisant sa remise en condition au cours de l’exercice franco-britannique du 5 au 10 mai, les navires français rentrant à Brest le 16 mai 1948 sauf le croiseur léger Waldeck-Rousseau qui s’arrête à Dunkerque son port d’attache le 14 mai.

L’Arquebuse et le Cimeterre sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 17 mai au 2 juin en compagnie du Painlevé, les deux torpilleurs d’escadre et leur protégé sortant pour essais du 3 au 7 juin avant une série de sorties d’entrainement du 10 au 17 juin, du 20 au 27 juin, du 1er au 8 juillet et du 15 au 27 juillet 1948. Ils rentrent à Brest le 28 juillet 1948.

Ils accompagnent ensuite le Painlevé, le Lorraine et le PRE La Seine à Rufisque du 9 au 23 août 1948, quittant Brest le 3 août et rentrant en Bretagne le 30 août, se préparant aussitôt pour des opérations de guerre avec notamment une sortie d’entrainement du 1er au 5 septembre 1948.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s