11-Torpilleurs d’escadre (41)

L’Alerte

-L’Alerte est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers du Havre (ACH) sis au Havre le 4 octobre 1940 et lancé le 8 mars 1942 avant de connaître une période d’achèvement à flot qui se termine le 14 septembre 1942 quand il quitte son chantier constructeur direction son port d’armement, Lorient.

C’est donc depuis le Morbihan qu’il va achever sa construction et va réaliser essais et mise en condition jusqu’au 1er mars 1943 quand il quitte Lorient pour rallier Brest, y retrouvant le cuirassé Bretagne et son sister-ship L’Eveillé. Il est admis au service actif à son arrivée à Brest.

L’Alerte et l’Eveillé quittent Brest en compagnie du cuirassé le 3 mars 1943 pour rallier Mers-El-Kébir le 9 mars 1943.

Le 4 mai, les deux torpilleurs d’escadre protégeant le cuirassé Bretagne  quittent Mers-el-Kébir en compagnie de leur protégé pour une croisière impériale en AOF. Ils font escale à Casablanca du 8 au 12 mai, à Port-Etienne du 14 au 18 mai, à Dakar du 20 au 27 mai, à Conakry du 31 mai au 6 juin, Abidjan du 9 au 15 juin, Lomé du 17 au 20 juin, Libreville du 22 au 25 juin, Port-Gentil du 27 au 30 juin, Pointe Noire du 1er au 4 juillet 1943 et Douala du 7 au 12 juillet 1943.

Le cuirassé Bretagne étant victime d’un bris d’hélice, il reste immobilisé à Dakar du 14 au 27 juillet, laissant les deux torpilleurs d’escadre sortirent pour entrainement du 17 au 23 juillet, rentrant à Dakar le lendemain 24 juillet 1943. Les deux torpilleurs d’escadre rentrent avec le cuirassé à Mers-El-Kébir le 4 août 1943.

Les torpilleurs l’Alerte et l’Eveillé sont indisponibles en compagnie du cuirassé Bretagne pour entretien et permissions de l’équipage du 5 au 26 août, sortant pour essais du 27 au 30 août et pour remise en condition du 1er au 16 septembre 1943.

Durant cette immobilisation estivale, les deux torpilleurs d’escadre subissent des travaux sur leur DCA qui est désormais composée de six canons Schneider de 37mm modèle 1941 en trois affûts doubles modèle 1943 et deux canons Hotchkiss de 25mm modèle 1939-40 en affûts simples.

Du 27 mars au 17 juillet 1944, le Bretagne subit un petit carénage à l’Arsenal de Sidi-Abdallah, les torpilleurs d’escadre l’Eveillé et l’Alerte accompagnent le cuirassé jusqu’en Tunisie avant de reprendre aussitôt la mer pour entrainement.

Les deux torpilleurs sortent ainsi pour entrainement du 2 avril au 18 mai avant de connaître successivement leurs périodes d’indisponibilité estivale pour entretien courant et permissions de l’équipage.

L’Alerte exécute une école à feux du 23 mai au 1er juin puis après ravitaillement à Mers-El-Kébir s’entraine au combat antisurface du 3 au 7 juin, rentrant le lendemain au port. Il est ensuite indisponible du 10 au 30 juin, sortant pour essais du 1er au 3 juillet et pour remise en condition du 5 au 16 juillet, à chaque fois en compagnie de l’Eveillé.

L’Alerte et l’Eveillé participent ensuite aux essais du cuirassé Bretagne du 20 au 23 juillet puis pour remise en condition du 25 juillet au 12 août, les trois navires faisant escale à Alger du 13 au 17 août puis à Tunis du 19 au 23 août avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 26 août 1944.

Du 20 janvier au 9 novembre 1945, le cuirassé Bretagne subit un grand carénage à l’Arsenal de Sidi-Abdallah, laissant les deux torpilleurs sans navires à protéger ce qui ne les empêchent pas de sortir pour entrainement du 25 janvier au 9 avril puis du 16 avril au 16 juin 1945.

L’Alerte sort pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 17 au 24 juin puis exécute une école à feux du 29 juin au 5 juillet après une escale à Tunis du 25 au 28 juin. Il rentre à Mers-El-Kébir le 29 juin.

Indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 8 au 28 juillet, il sort pour essais du 29 juillet au 1er août et pour remise en condition du 3 au 15 août, à chaque fois en compagnie de l’Eveillé, les deux navires rentrant à Mers-El-Kébir le lendemain 16 août 1945.

L’Alerte et l’Eveillé sortent pour une école à feux du 23 août au 2 septembre avant de rallier dans la foulée Toulon pour subir à tour de rôle leur premier grand carénage.

Alors que l’Eveillé est en grand carénage, l’Alerte sort pour entrainement à partir du 10 septembre, effectuant une école du 10 au 17 septembre, faisant escale à La Ciotat du 18 au 21 septembre avant un entrainement à la défense aérienne à la mer du 22 au 30 septembre, une escale à Marseille du 1er au 5 octobre avant un entrainement au combat antisurface du 6 au 13 octobre, date à laquelle il rentre à Toulon.

Débarquant ses munitions et vidangeant ses soutes, l’Alerte est échoué au bassin Vauban n°6 du 16 octobre au 20 novembre pour une remise en état complète et une modernisation (électronique et DCA). Armé pour essais le 22 novembre, il sort pour essais et remise en condition du 23 novembre au 1er décembre 1945 en compagnie de l’Eveillé.

L’Alerte et l’Eveillé subissent une période d’entretien à flot du 22 avril au 7 mai 1946, les deux torpilleurs plus le cuirassé sortant pour essais du 8 au 10 mai et pour remise en condition du 12 au 27 mai, rentrant le lendemain 28 mai à Mers-El-Kébir.

Les torpilleurs l’Alerte et l’Eveillé plus leur protégé sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 26 juin au 11 juillet, sortant pour essais du 12 au 15 juillet et pour remise en condition du 17 juillet au 2 août, le cuirassé et les deux torpilleurs font escale à Casablanca du 5 au 10 août, à Alger du 13 au 17 août avant de rentrer à Mers-El-Kébir le lendemain 18 août 1946.

Le 2 février 1947, les torpilleurs l’Alerte et l’Eveillé quittent Mers-El-Kébir en compagnie du cuirassé Bretagne pour rallier Saint Nazaire où les trois navires vont participer à la mise en condition du porte-avions Commandant Teste.

L’Alerte et l’Eveillé sont indisponibles du 9 au 30 juin 1947, en compagnie du cuirassé Bretagne et du  porte-avions Commandant Teste, les quatre navires sortant pour essais du 1er au 4 juillet et pour entrainement du 6 au 21 juillet 1947.

Le 27 août 1947, les torpilleurs l’Alerte et l’Eveillé quittent Cherbourg en compagnie du Bretagne et du porte-avions Commandant Teste pour la traversée de longue durée du porte-avions, faisant escale au Havre du 29 août au 2 septembre, à Dunkerque du 3 au 8 septembre, à Anvers du 9 au 12 septembre, à Oslo du 15 au 18 septembre, à Aberdeen du 20 au 25 septembre, à Douvres du 27 au 30 septembre avant de rallier Brest le 2 octobre pour charger carburant et munitions.

Le cuirassé Bretagne et le porte-avions Commandant Teste quittent Brest le 5 octobre 1947 en compagnie de quatre torpilleurs L’Eveillé L’Alerte ainsi que des Spahi et Hussard qui étaient chargés de la protection du porte-avions.

Après une escale au Verdon du 6 au 10 octobre, le porte-avions, le cuirassé Bretagne et les quatre  torpilleurs relâchent à Casablanca du 13 au 16 octobre, franchissent le détroit de Gibraltar le 18 octobre et gagnent Mers-El-Kebir où ils arrivent le 22 octobre dans la matinée,  le porte-avions étant admis au service actif le lendemain.

Jusqu’au déclenchement du second conflit mondial le 5 septembre 1948, l’Eveillé comme l’Alerte vont accompagner le cuirassé Bretagne, passant comme lui le 22 août 1948 au régime de guerre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s