11-Torpilleurs d’escadre (31)

Le  Mameluk

Le torpilleur d'escadre Mameluk

Le torpilleur d’escadre Mameluk

-Le Mameluk est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) sis à Nantes le 1er mars 1937 et lancé le 18 février 1939 avant de subir une période d’achèvement à flot jusqu’au 24 mai 1940 quand il quitte Nantes pour Lorient, son port d’armement où il retrouve son compère Casque.

Le torpilleur d’escadre Mameluk est officiellement admis au service actif le 7 décembre 1940.

Le 9 décembre 1940, le Mameluk et le Casque quitte Lorient pour rallier leur port d’affectation en l’occurence Toulon. Ils font escale à Casablanca du 13 au 16 décembre avant de rallier Toulon le 19 décembre 1940.
Intégré au groupement de ligne de la 2ème Escadre, ils vont assurer la protection antisurface, antiaérienne et anti-sous-marine du cuirassé Provence, l’un des deux navires formant la 5ème DL avec son sister-ship Lorraine.

Les torpilleurs Mameluk et Casque sortent pour la première fois avec leur protégé du 26 décembre 1940 au 2 janvier 1941, une sortie d’entrainement de base qui est suivie d’une escale à La Ciotat du 3 au 7 janvier, les trois navires rentrant le lendemain 8 janvier 1941 à Toulon.

Les deux torpilleurs d’escadre vont donc suivre comme leur ombre le cuirassé, étant par exemple indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 2 au 23 juin 1941, sortant avec le Provence pour remise en condition mais également pour la revue navale du 14 juillet 1941 en rade des Vignettes.

Le Provence étant indisponible suite à une avarie du 21 mars au 12 avril 1942, les torpilleurs d’escadre Mameluk et Casque sortent seuls pour entrainement, effectuant une école à feux du 22 au 30 mars puis après une escale à Sète du  31 mars au 3 avril un entrainement à la défense aérienne du 4 au 10 avril, rentrant en fin de journée à Toulon.

Réparé, le vénérable cuirassé sort pour essais du 13 au 16 avril puis pour remise en condition du 18 avril au 4 mai, à chaque fois en compagnie de ses garde du corps, le cuirassé et les deux torpilleurs faisant escale à Menton du 5 au 8 mai et à Calvi du 9 au 14 mai, rentrant le lendemain  à Toulon.

Le Mameluk, le Casque et le cuirassé Provence sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 13 juin au 4 juillet, sortant pour essais du 5 au 8 juillet puis pour remise en condition du 9 au 25 juillet, les trois navires faisant escale à Marseille du 26 au 30 juillet avant de rentrer le lendemain 31 juillet 1942 à Toulon.

A noter que durant cette indisponibilité estivale, les deux torpilleurs voient leur DCA modernisée avec six canons de 37mm Schneider modèle 1941 en trois affûts doubles et deux canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en affûts simples.

Le 12 septembre 1942, la 5ème DL est dissoute, le cuirassé Provence devant rallier Brest pour être reconstruit et transformé en escorteur de porte-avions. Le vénérable cuirassé quitte Toulon le 13 septembre en compagnie de ses deux torpilleurs d’escorte, les trois navires faisant escale à Casablanca du 17 au 20 septembre avant de rallier Brest le 24 septembre 1942.

Alors que Le Provence est en plein travaux, le Mameluk et le Casque sortent pour entrainement le 1er octobre, effectuant une école à feux du 1er au 8 octobre, faisant escale à Cherbourg du 9 au 12 octobre, au Havre du 13 au 17 octobre avant d’effectuer un entrainement à la défense aérienne à la mer du 18 au 27 octobre, les deux torpilleurs rentrant à Brest le lendemain.

Le Mameluk et le Casque sortent à nouveau pour entrainement à partir du 5 novembre, date de leur départ de Brest. Ils effectuent une école à feu en mer d’Iroise du 5 au 10 novembre, avant de faire escale à Lorient du 11 au 15 novembre puis d’enchainer par un entrainement au combat antisurface du 16 au 23 novembre, une escale à Saint-Nazaire du 24 au 27 novembre et un entrainement à la défense aérienne à la mer du 28 novembre au 7 décembre, les deux torpilleurs faisant escale à Quimper du 8 au 12 décembre avant de rallier Brest le lendemain  et de rester au port jusqu’à la fin de l’année civile.

Le 2 janvier 1943, le Mameluk quitte Brest pour Cherbourg où il va subir son premier grand carénage dans cet Arsenal plus habitué à caréner des sous-marins que des navires de surface. Il est mis au sec le 4 janvier et va y rester jusqu’au 8 février 1943.
Remplacé au bassin par son sister-ship Le Casque, Le Mameluk subit des travaux complémentaires à quai du 9 au 24 février, étant armé pour essais le 25 février, sortant en mer du 26 février au 1er mars puis pour remise en condition du 3 au 18 mars, date à laquelle il rallie Brest.

Après une école à feux du 23 au 30 mars, le Mameluk se ravitaille à Brest puis rallie Cherbourg le 2 avril pour participer aux essais et à la remise en condition du Casque.

Le Mameluk sort pour les essais du Casque du 3 au 7 avril puis pour sa remise en condition du 9 au 24 avril, les deux torpilleurs d’escadre font escale au Havre du 25 au 28 avril, à Rouen du 29 avril au 2 mai, à Dunkerque du 4 au 8 mai, à Cherbourg du 9 au 12 mai avant de rallier à Brest le 13 mai 1943.

Le 21 mai 1943, les torpilleurs d’escadre Mameluk et Casque quittent Brest pour entrainement, effectuant une école à feux du 21 au 27 mai, une escale à Lorient du 28 mai au 2 juin avant un entrainement au combat antisurface du 3 au 10 juin, une escale à La Pallice du 11 au 15 juin avant un entrainement à la défense aérienne à la mer du 16 au 23 juin, rentrant le lendemain à Brest.

Le Mameluk est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 25 juin au 15 juillet, sortant pour essais du 16 au 18 juillet puis pour remise en condition du 20 juillet au 4 août. Il participe ensuite aux essais (7 au 10 août) et à la remise en condition (12 au 27 août) du Casque, les deux torpilleurs faisant escale à Nantes du 28 au 30 août avant de rentrer à Brest le lendemain 31 août 1943.

Le 8 septembre 1943, les torpilleurs d’escadre Mameluk et Casque quittent Brest pour rallier dans la journée le port de Saint-Nazaire.

Ils vont prendre en charge la protection du cuirassé Gascogne alors en achèvement. A terme, la protection de cet unique cuirassé doit être assuré par les Durandal et Dague mais la mise en service de ces derniers n’est pas prévu avant au moins un an………. .

Le Mameluk et le Casque sortent pour les essais constructeurs du cuirassé du 16 septembre au 4 octobre, le cuirassé et ses torpilleurs d’escadre ralliant Brest le 8 octobre dans la matinée, le cuirassé devant subir une longue phase de travaux jusqu’au 20 janvier 1944.

En attendant la disponibilité du cuirassé, les deux torpilleurs sortent pour entrainement à partir du 15 octobre 1943.

Après une école à feux du 15 au 22 octobre, les deux torpilleurs font escale à Lorient du 23 au 27 octobre puis enchainent par un entrainement au combat antisurface du 28 octobre au 5 novembre, une escale à Bordeaux du 6 au 12 novembre, un entrainement à la défense aérienne à la mer du 13 au 20 novembre, une escale à Lorient du 21 au 25 novembre avant un entrainement ASM du 26 novembre au 3 décembre 1943 contre les sous-marins Argo et Henri Poincaré, les deux torpilleurs rentrant à Brest le lendemain.

Le Mameluk et le Casque sortent à nouveau en mer pour une école à feu du 11 au 17 décembre, faisant escale à Saint-Malo du 18 au 21 décembre avant de rentrer à Brest le lendemain 22 décembre 1943.

Du 4 au 15 janvier 1944, le Mameluk et le Casque sortent pour entrainement, faisant ensuite escale à Lorient du 16 au 20 janvier avant de rallier Brest le 21 janvier 1944.

Le Mameluk et le Casque participent ensuite aux essais officiels du Gascogne (25 janvier au 15 mars 1944), effectuant ensuite une école à feux du 22 au 30 mars, une escale à Lorient du 31 mars au 3 avril avant de rentrer le lendemain à Brest.

Les deux torpilleurs d’escadre participent ensuite à une école à feux à Rufisque en compagnie du cuirassé, quittant Brest le 11 avril pour arriver à Dakar le 17 avril 1944, les trois navires profitant des installations ouest-africaines du 18 avril au 14 mai, les trois navires ralliant à Brest le 19 mai 1944.

Le Mameluk et le Casque sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 20 mai au 5 juin, participant aux essais du Gascogne du 7 au 13 juin avant de participer à la traversée de longue durée du 15 au 28 juin, rentrant à Brest le 1er juillet 1944.

Le 12 septembre 1944, les torpilleurs d’escadre Dague et Durandal (classe Intrepide) sont admis au service actif et prennent le relais du Mameluk et du Casque qui doivent encore attendre la disponibilité du Provence.

Le Mameluk et le Casque sortent pour entrainement à partir du 16 septembre, effectuant une école à feux du 16 au 23 septembre, faisant escale à Royan du 24 au 27 septembre avant un entrainement à la défense aérienne à la mer du 28 septembre au 4 octobre, une escale à Lorient du 5 au 10 octobre avant un entrainement au combat antisurface du 11 au 18 octobre, rentrant à Brest le lendemain.

Le 20 octobre 1944, le cuirassé Provence métamorphosé est remise à flot. Le Mameluk et le Casque participent aux essais et à la mise en condition du cuirassé du 27 octobre au 15 décembre 1944, les trois navires quittant Brest pour Rufisque le 17 décembre, le cuirassé et les deux torpilleurs effectuant une école à feux du 22 décembre 1944 au 12 janvier 1945, rentrant à Brest le 17 janvier 1945.

Le cuirassé Provence est officiellement remis en service le 20 janvier 1945, le cuirassé appareillant de Brest le lendemain en compagnie du Mameluk et du Casque pour rallier Toulon le 28 janvier 1945.

Le Mameluk et le Casque sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 15 juillet au 10 août 1945 (en même temps que le Provence et le Joffre), sortant également pour essais du 11 au 15 août, reprenant ensuite l’entrainement avec le cuirassé et le porte-avions.

A sa mise en service le 7 avril 1945, le cuirassé Alsace était protégé par les torpilleurs Basque et Forbin de classe L’Adroit, des torpilleurs anciens qui doivent être remplacés par les modernes Mousquet et Bombardier dont la mise en service doit avoir lieu respectivement en mars et en juin 1946.

Du 4 au 15 février 1946, une escadre soviétique est déployé à Toulon comme une réminiscence de la visite de l’escadre tsariste en 1893. La France décide de rendre la pareille à l’URSS et pour offrir à l’Union Soviétique les plus beaux atours de la marine nationale, on se résout à un petit tour de passe-passe.

C’est ainsi que les torpilleurs d’escadre Mameluk et Casque qui escortent habituellement le Provence vont un temps protéger le cuirassé Alsace.

Du 5 au 15 mars, les deux torpilleurs d’escadre sortent avec le cuirassé pour entrainement à la défense aérienne à la mer, rentrant à Toulon le 16 mars.

Ils participent ensuite à la croisière en URSS, la petite escadre (cuirassé Alsace, croiseur lourd Saint Louis, deux sous marins et pétrolier-ravitailleur Liamone) quittant Toulon le 20 mars, étant présent en URSS du 4 au 25 avril avant de rentrer à Toulon le 21 mai 1946 après des escales en Méditerranée orientale.

A peine le temps de souffler et les torpilleurs Mameluk et Casque accompagnent le cuirassé Provence et le porte-avions Joffre pour un cycle d’entrainement au large de Dakar et de Rufisque du 13 juin au 26 juillet 1946, rentrant à Toulon le 19 août 1946.

Les deux torpilleurs d’escadre vont alors subir à tour de rôle un grand carénage à Toulon. Le Mameluk est ainsi échoué dans le bassin Vauban n°9 du 20 août au 25 septembre 1946 pour une remise en état complète, une modernisation de l’électronique et une amélioration de la DCA avec la modification des tourelles de 130mm pour tirer contre avion et l’augmentation de la DCA composée désormais de dix canons de 37mm Schneider modèle 1941 en cinq affûts doubles modèle 1943.

Armé pour essais le 1er octobre 1946, il sort pour essais du 2 au 5 octobre et pour remise en condition du 7 au 21 octobre 1946.

Rentré à Toulon le 22 octobre 1946, le Mameluk reprend la mer pour une école à feux du 26 octobre au 2 novembre, faisant escale à Marseille du 3 au 7 novembre, rentrant à Toulon le lendemain.

Il participe ensuite aux essais (12 au 15 novembre) et à la remise en condition (17 novembre au 1er décembre) du Casque, les deux torpilleurs d’escadre faisant escale à l’Ile-Rousse du 2 au 6 décembre avant de rentrer le lendemain 7 décembre à Toulon.

Du 10 mars 1947 au 2 février 1948, le cuirassé Provence subit un grand carénage, laissant «orphelins» les deux torpilleurs d’escadre Mameluk et Casque vont néanmoins continuer l’entrainement, un entrainement intensif.

Le 21 mars 1947, les deux torpilleurs d’escadre quittent Toulon pour ce qu’on pourrait appeler un «entrainement de division». Après une école à feux du 21 au 29 mars, les deux torpilleurs font escale à Tanger du 30 mars au 2 avril, enchainant ensuite par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 3 au 12 avril.

Après un ravitaillement à Mers-El-Kébir le 13 avril, les deux torpilleurs effectuent un entrainement au combat antisurface du 14 au 21 avril avant une escale à Tunis du 22 au 25 avril et un entrainement ASM contre le sous-marin Frimaire  du 26 avril au 5 mai.

Les deux torpilleurs effectuent dans la foulée une tournée en Méditerranée orientale. Quittant Bizerte le 6 mai, les deux torpilleurs font escale à Héraklion du 8 au 11 mai, au Pirée du 12 au 15 mai, à Thessalonique du 16 au 19 mai, à Istanbul du 20 au 23 mai, à Izmir du 24 au 27 mai, à Antalya du 28 mai au 1er juin, à Lattaquié du 3 au 7 juin, à Beyrouth du 8 au 12 juin, à Haïfa du 14 au 17 juin, à Alexandrie du 19 au 22 juin, à Tunis du 26 au 29 juin avant de rallier Toulon le 4 juillet 1947.

Le Mameluk est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 5 au 26 juillet 1947, sortant pour essais du 27 au 30 juillet puis pour remise en condition du 1er au 15 août. Il participe ensuite aux essais (18 au 21 août) et à la remise en condition (23 août au 6 septembre) du Casque.

Le Mameluk et le Casque sortent pour un nouvel entrainement à partir du 15 septembre 1947 quand ils commencent une école à feux qui s’étend du 15 au 22 septembre avant une escale à Nice du 23 au 27 septembre, escale suivie par un entrainement au combat antisurface du 28 septembre au 3 octobre et d’une escale à Bastia du 4 au 10 octobre.

Reprenant la mer, les deux torpilleurs d’escadre effectuent un entrainement de défense aérienne à la mer du 11 au 18 octobre avant une escale à Sète du 19 au 24 octobre,  un entrainement anti-sous-marin contre le sous-marin Le Tonnant du 25 octobre au 2 novembre, un ravitaillement à Toulon le 3 novembre avant un exercice de synthèse du 4 au 14 novembre, les deux torpilleurs rentrant à Toulon le 21 novembre après une escale à Marseille du 15 au 20 novembre.

Le Mameluk et le Casque sont indisponibles pour entretien à flot du 22 novembre au 7 décembre 1947, sortant pour essais du 8 au 11 décembre puis pour remise en condition du 13 au 27 décembre, date à laquelle les deux torpilleurs rentrent à Toulon.

Le Mameluk et le Casque sortent pour les essais du Provence du 10 au 15 janvier 1948 puis pour sa remise en condition du 18 au 24 janvier et du 26 janvier au 2 février. Ils participent ensuite à une école à feux à Rufisque du 18 au 28 février 1948, rentrant à Toulon le 8 mars 1948.

Comme le Provence, les torpilleurs d’escadre Mameluk et Casque sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 20 mai au 12 juin, sortant pour essais et entrainement du 23 au 28 mai et du 2 au 8 juin 1948.

Quand la seconde guerre mondiale éclate le 5 septembre 1948, les torpilleurs Mameluk et Casque sont à Toulon en compagnie du cuirassé Provence.

6 réflexions sur “11-Torpilleurs d’escadre (31)

  1. Frédéric dit :

    Vous travaillerez même le 14 juillet ! Chapeau 🙂

    • clausmaster dit :

      En fait j’ai terminé les torpilleurs d’escadre il y à très longtemps donc ce n’est que du postage. Je suis d’ailleurs sur le point de terminer la partie consacrée à la France

      • Frédéric dit :

        Entendu. En nombre d’heures de travail, cela doit commencer à faire un chiffre à 2 zéros ?

      • clausmaster dit :

        J’ai commencé en juin 2011 cela fait plus de deux ans avec naturellement des périodes intenses de travail et d’autre plus creuses (manque de temps et de motivation). J’espère terminer la France d’ici la fin de la semaine et ensuite d’enchainer sur l’Allemagne.

  2. Christiane dit :

    Bonjour. J’étais à la recherche de l’activité du torpilleur « Mameluk », entre le 01/04/1942 et son sabordage 27/11/1942, et je suis surprise de découvrir que nulle part vous parlez de son sabordage de 1942. Pour vous, ce navire se trouve à Saint-Nazaire à la date du 27/11/1942. Pourriez-vous vous expliquer sur cette étrangeté ? Merci pour votre réponse. Christiane

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s