11-Torpilleurs d’escadre (9)

La Tempête

Le torpilleur d'escadre La Tempête à la mer

Le torpilleur d’escadre La Tempête à la mer

-La Tempête est mise sur cale aux Anciens Chantiers Dubigeon sis à Nantes quartier Chantenay le 3 décembre 1923 lancé le 21 février 1925 et armé pour essais à Lorient le 20 septembre 1925.

L’entrée en armement définitif à lieu le 20 juillet 1926, la clôture d’armement est prononcée le 28 septembre 1926 et l’admission au service actif prononcée fin 1926, probablement le 24 décembre lors de l’arrivée du torpilleur à Toulon.

A son arrivée à Toulon, le torpilleur d’escadre Tempête est affecté à la 1ère escadrille (future division) de la 1ère flottille (future escadrille) en compagnie du Simoun, de l’Orage, du Bourrasque et de l’Ouragan.

Le 15 mai 1930 suite à la réorganisation de la 1ère flottille de torpilleurs, le Tempête est placé hors rang, prenant la tête de la 3ème escadrille composée des 7ème  (Le Mars La Railleuse La Palme Le Fortuné) et 11ème DT (L’Alcyon Bordelais Fougueux Frondeur). Il tiendra ce statut jusqu’au 27 septembre 1933 quand il remplace le Simoun au sein de la 5ème division.

Presque un an plus tard le 15 septembre 1934, les escadrilles sont dissoutes ne laissant comme échelons organiques que la flottille et la division. La 1ère flottille en Méditerranée est réduite à trois divisions, les 1ère, 3ème et 5ème DT. La Tempête est affectée au groupe de complément (car en grandes réparations à Bizerte) en compagnie des Tramontane, Trombe, Tornade Typhon La Railleuse et L’Alcyon.

Le 14 février 1936, la Tempête quitte le groupe de complément et relève le Simoun comme stationnaire à Tanger (Maroc espagnol), tenant ce poste jusqu’au mois de septembre quand le Simoun reprend sa place.

Le Tempête va rester jusqu’au déclenchement de la seconde guerre mondiale en Méditerranée, participant au contrôle naval et aux patrouilles menées par la Royale dans la région pour maintenir la liberté de navigation menacée aussi bien par les républicains que par les nationalistes.

Quand la seconde guerre mondiale éclate le 3 septembre 1939, la Tempête à été intégré à la 1ère DT de la 2ème escadre de la Flotte de la Méditerranée en compagnie des torpilleurs La Palme et Le Mars.

Comme ses deux sister-ships, le torpilleur La Tempête va participer durant la guerre de Pologne à des missions d’escorte de convois notamment entre la métropole et l’Afrique du Nord ou le Levant.

La Tempête quitte Toulon le 8 janvier en compagnie de ses deux compères de la 1ère DT, les torpilleurs La Palme et Le Mars pour un entrainement de division, les trois torpilleurs effectuant une école à feux du 8 au 18 janvier, faisant escale à Port La Nouvelle du 19 au 25 janvier, faisant ensuite un entrainement au combat antisurface du 26 janvier au 7 février  1940, date du retour de la division à Toulon.

Le 15 février 1940, la Tempête, la Palme et le Mars soit la 1ère DT au complet quittent Toulon pour un entrainement en compagnie du cuirassé Provence. Après une école à feux commune du 15 au 24 février, les torpilleurs se ravitaillent à Toulon le 25 février alors que le cuirassé reste en mer pour simuler un raider en maraude. Reprenant la mer le 26 février, les trois torpilleurs effectuent un combat antisurface en se servant du cuirassé comme plastron de luxe et ce du 26 février au 6 mars, les quatre navires rentrant à Toulon le lendemain.

Le 16 mars 1940, la 1ère DT sort pour un entrainement de division, effectuant un entrainement au combat antisurface du 16 au 24 mars, faisant escale à Sète du 25 au 30 mars avant une école à feux du 31 mars au 5 avril, rentrant à Toulon le lendemain.

Le 15 avril, la 1ère DT décidément fort active quitte Toulon pour un entrainement en compagnie du cuirassé Lorraine, sister-ship du Provence. Après une école à feux commune  du 15 au 25 avril, les quatre navires font escale à Villefranche sur Mer du 26 au 30 avril avant d’effectuer un entrainement au combat antisurface du 1er au 8 mai, le cuirassé Lorraine lançant à plusieurs reprises son hydravion Loire 130 pour entrainer les canonniers antiaériens des torpilleurs et du cuirassé. Les quatre navires font ensuite escale à Nice du 9 au 14 mai avant de rentrer à Toulon le lendemain 15 mai 1940.

La Tempête sort à nouveau pour entrainement du 20 au 27 mai, accompagné de La Palme et du Mars, cet entrainement combinant école à feux, lancements de torpilles et tirs sur cible remorquée est suivie d’une escale à Port-Vendre du 28 mai au 2 juin, les trois torpilleurs rentrant à Toulon le lendemain 3 juin 1940.

La Tempête est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 4 au 25 juin, sortant pour essais du 26 au 29 juin et pour remise en condition du 1er au 16 juillet, à chaque fois en compagnie du Mars.

Il participe ensuite aux essais (18 au 20 juillet) et à la remise en condition (22 juillet au 7 août) du torpilleur d’escadre La Palme, les deux torpilleurs d’escadre participant ensuite aux essais (9 au 11 août) et à la remise en condition (13 août au 3 septembre) du Mars, les trois torpilleurs mouillant aux salins d’Hyères du 4 au 8 septembre avant de rentrer à Toulon le 9 septembre 1940.

La grande réorganisation de septembre 1940 affecte la 1ère DT (comme les autres divisions de la 1ère FT) au groupement de ligne de la 2ème Escadre avec toujours Toulon comme port-base.

La Tempête, navire-amiral de la division sort en compagnie de La Palme et du Mars pour un entrainement de division du 12 septembre au 4 octobre avec écoles à feux, lancements simulés, entrainement au combat antisurface…….. .

Ils vont ensuite mouiller aux salins d’Hyères du 5 au 12 octobre, se ravitaillent à Toulon le 13 octobre avant une nouvelle phase d’entrainement du 14 au 22 octobre, date du retour de la division à Toulon.

Le 1er novembre 1940, les torpilleurs de la 1ère DT sortent pour entrainement en compagnie du cuirassé Provence. Après une école à feux commune du 1er au 7 novembre, les torpilleurs vont se ravitailler à Toulon le 8 novembre avant un entrainement au combat antisurface contre le cuirassé qui sert de plastron de luxe et ce du 9 au 17 novembre. Le cuirassé et les trois torpilleurs font escale à Nice du 18 au  21 novembre, à Bastia du 22 au 26 novembre avant de rentrer à Toulon le 28 novembre 1940.

Après une ultime école à feux du 5 au 12 décembre, le torpilleur d’escadre Tempête transmet le 13 décembre, son pavillon de navire-amiral de la 1ère DT au Mars puis débarque ses munitions et vidange ses soutes. Il est ainsi échoué au bassin Vauban n°6 du 15 décembre 1940 au 2 février 1941 pour une remise en état complète. Il reçoit également un Asdic, un radar de navigation et d’un radar de veille combinée

Armé pour essais le 7 février 1941, il sort pour essais du 7 au 9 février puis pour remise en condition du 11 au 18 février en compagnie du Mars. A l’issue de cette remise en condition, la Tempête redevient navire-amiral de la 1ère DT.

Le 22 février 1941, les torpilleurs de la 1ère FT quittent Toulon sauf La Palme en grand carénage soit un total de sept torpilleurs en l’occurence ceux de la 3ème DT, ceux de la 7ème Division de Torpilleurs (Tramontane Typhon Tornade) et de la 1ère DT (La Tempête Le Mars) pour un exercice commun avec les cuirassés de la 5ème DL, les vénérables Provence et Lorraine. Cet exercice se déroule jusqu’au 8 mars avec des écoles à feux, des lancements de torpilles, des manoeuvres anti-surfaces.

Après une école à feux du 12 au 19 mars 1941, le torpilleur d’escadre Tempête va participer aux essais (21 au 24 mars) et à la remise en condition (26 mars au 12 avril) du torpilleur La Palme qui sortait de son grand carénage, les deux torpilleurs rentrant à Toulon le 13 avril 1941.

Les deux torpilleurs disponibles de la 1ère DT sortent pour entrainement du 18 au 24 avril, se ravitaillant à Toulon le 25 avril 1941 avant de rallier les salins d’Hyères. Le 30 avril, le torpilleur d’escadre Le Mars les rejoint pour ses essais à la mer et sa remise en condition, les trois torpilleurs étant ainsi à la mer pour essais (1er au 4 mai) et pour remise en condition (6 au 25 mai), les trois torpilleurs d’escadre rentrant à Toulon le 26 mai 1941.

La Tempête est indisponible pour entretien, modernisation (DCA avec l’embarquement de 4 canons de 37mm Schneider modèle 1941 en remplacement des pièces plus anciennes de 37mm et de 13.2mm) et permissions de l’équipage du 27 mai au 17 juin 1941, sortant pour essais du 18 au 20 juin et pour remise en condition du 22 juin au 8 juillet, à chaque fois en compagnie de son compère Le Mars.

La Tempête participe ensuite aux essais (10 au 13 juillet) et à la remise en condition (15 au 30 juillet) de La Palme, les deux torpilleurs d’escadre se ravitaillant le 31 juillet à Toulon avant de mouiller aux Salins d’Hyères.

Le 4 août, le torpilleur d’escadre Le Mars les y retrouve après ses essais à la mer, les trois torpilleurs de la 1ère DTE sortant pour la remise en condition du Mars du 5 au 22 août, les trois torpilleurs d’escadre faisant escale à Sète du 23 au 27 août avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Le 7 septembre 1941, la 1ère DTE quitte Toulon pour entrainement de division au large de la Corse plus précisément entre Calvi et Propriano. Après une escale à Calvi du 8 au 11 septembre, les trois torpilleurs effectuent une école à feux du 12 au 17 septembre, date à laquelle ils rallient Ajaccio pour se ravitailler.
La Tempête et ses deux compères de la division effectuent ensuite du 21 au 28 septembre un entrainement au combat antisurface suivit du 30 septembre au 7 octobre par un entrainement à la défense aérienne à la mer où la DCA installée l’été précédent montre son efficacité aussi bien contre les hydravions Laté 298 basés à Aspretto que les bombardiers Léo 451 de l’armée de l’air basés à Calvi-Sainte Catherine.

Après une escale à Propriano du 8 au 12 octobre, les trois torpilleurs effectuent un exercice de synthèse du 13 au 21 octobre, rentrant à Toulon le lendemain 22 octobre 1941. Victime d’une avarie mécanique, le torpilleur d’escadre Tempête est indisponible du 23 au 30 octobre, sortant pour essais les 31 octobre et 1er novembre.

Le 8 novembre 1941, la 1ère flottille de torpilleurs appareille pour un entrainement commun dans le Golfe du Lion en compagnie de la 5ème DL (cuirassés Provence et Lorraine), entrainement composé d’écoles à feux, de lancements de torpilles, d’entrainement à la défense aérienne à la mer, de combat antisurface. Les huit torpilleurs et les deux cuirassés rentrent à Toulon le 24 novembre.

La Tempête effectue une ultime sortie du 30 novembre au 5 décembre en compagnie de ses deux compères de la 1ère DTE.

Le 6 décembre 1941, il transmet son pavillon de navire amiral au torpilleur La Palme puis est mis en position de complément le lendemain 7 décembre 1941. Il passe au bassin Vauban n°6 du 17 au 27 décembre pour préparer son désarmement.

Le torpilleur d’escadre La Tempête est officiellement désarmé le 28 décembre 1941 et condamné le 5 janvier 1942 sous le numéro Q-02.

Remorqué au cimetière naval du Bregaillon le 10 janvier 1942, il finit par couler par petits fonds au cours de la tempête du 7-8 janvier 1943 qui eut raison de l’Océan (ex-cuirassé Jean Bart classe Courbet) mais si l’ancien cuirassé fût démantelé, l’ex-torpilleur fût renfloué, sommairement réparé et remorqué au large de la presqu’ile de Gien pour servir de cible aux avions des escadrilles 8T (Lioré et Olivier Léo 456) et 6B (Bloch MB-175T), la coque de l’ancien torpilleur finissant par sombrer après une journée d’assaut le 8 mars 1943.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s