10-Contre-torpilleurs (49)

Le La Hire

Armoiries d'Étienne de Vignolles dit La Hire

Armoiries d’Étienne de Vignolles dit La Hire

-Le La Hire est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de France (ACF) sis à Dunkerque le 12 janvier 1944 et lancé le 4 décembre 1945, très largement achevé comme de coutume pour tous les navires militaires construits par les chantiers dunkerquois.

Cela explique pourquoi la période d’achèvement à flot est somme tout assez courte, le La Hire quittant son chantier constructeur après seulement deux mois de travaux soit le 17 février alors même que ses deux sister-ships sont encore en achèvement à flot à Nantes.

Il effectue ses essais constructeurs du 18 au 23 février, ralliant Cherbourg dans la foulée. Il fait escale dans le port haut-normand du 24 février au 1er mars, escale mise à profit pour que soit transférée la responsabilité juridique du navire du chantier constructeur à la marine nationale.

Le La Hire aurait du quitter Cherbourg pour Lorient le 2 mars mais une avarie l’immobilise jusqu’au 8 mars quand il peut enfin rallier son port d’armement, le La Hire arrivant à Lorient le 10 mars.

Bien que les trois contre-torpilleurs de la future 4ème DCT soient rassemblés dans le même port, le La Hire et ses trois sister-ships ne vont se croiser que fortuitement, la marine estimant peu opportun des essais communs.

Le La Hire est échoué dans la forme de Lanester du 10 au 20 mars pour des travaux complémentaires.

Armé pour essais le 21 mars, le La Hire subit sa première campagne d’essais officiels du 21 mars au 5 avril avant un nouveau passage au bassin _toujours dans la forme de Lanester_ du 6 au 17 avril.

La deuxième campagne d’essais officiels commence le 18 avril mais est interrompue dès le 23 par une avarie et une météo fort capricieuse. Les réparations achevées, les essais reprennent le 30 avril pour s’achever le 12 mai 1946.

Après un nouveau passage au bassin du 13 au 30 mai, le La Hire effectue ses essais artillerie du 3 au 24 juin, tirant en moyenne une vingtaine d’obus de 130mm par pièce sans compter les nombreux projectiles de 25 et de 37mm.

Le La Hire quitte Lorient le 25 juin pour Brest où il arrive seulement le 27, une tempête l’ayant obligé à s’abriter en baie de Douarnenez. Les paquets de mer ayant causé quelques dégâts au bloc-passerelle et au bordé, le La Hire subit quelques menues réparations du 28 juin au 3 juillet 1946.

Il effectue alors ses essais de recette concernant les tubes lance-torpilles, les grenadeurs de sillage et les rails de mouillage de mines et ce du 5 au 15 juillet. Il quitte Brest le 16 juillet et rentre à Lorient le 17 juillet.

Il entame sa traversée de longue durée le 21 juillet, faisant escale à Saint Nazaire du 22 au 25 juillet, à Vigo du 27 au 31 juillet, à Porto du 2 au 6 août, à Lisbonne du 7 au 12 août, à Cadix du 14 au 17 août puis arrive à Casablanca le 19 août.

Il aurait du en repartir dès le 23 août mais une avarie l’immobilise jusqu’au 31 août. Réparé, il sort pour essais le 1er septembre 1946 puis met cap sur Mers-El-Kébir le 2 septembre.

Le 4 septembre 1946, le La Hire retrouve au large de Mers-El-Kébir ses sister-ship Dugon et Magon avec lequel il rallie son port d’attache.

Le contre-torpilleur La Hire est admis au service actif le 4 septembre 1946, formant la 4ème DCT avec ses sister-ship Magon (Al) et Dunois, cette division appartenant au groupement de contre-torpilleurs de la 4ème Escadre stationné à Mers-El-Kébir.

Les trois navires rentrent aussitôt à leur port d’attache pour se ravitailler et préparer un exercice majeur en l’occurence un entrainement avec les croiseurs légers Latouche-Tréville et Gambetta de la 8ème DC du 7 au 17 septembre suivit d’une escale à Tunis du 18 au 22 avant un entrainement avec la 7ème DCT venue de Bizerte du 23 septembre au 27 octobre, la petite escadre relâchant à Bizerte jusqu’au 3 novembre quand la 4ème DCT et la 8ème DC mettent cap sur Mers-El-Kébir où ils arrivent le 6 novembre.

Après une période d’entretien à flot commune du 7 au 21 novembre, les trois contre-torpilleurs de la 4ème DCT dont le Dunois sortent pour essais du 22 au 25 novembre avant un exercice de remise en condition opérationnelle et ce du 27 novembre au 12 décembre 1946, restant au port jusqu’à la fin de l’année civile.

Après une période d’entretien à flot commune du 7 au 21 novembre, les trois contre-torpilleurs de la 4ème DCT sortent pour essais du 22 au 25 novembre avant un exercice de remise en condition opérationnelle et ce du 27 novembre au 12 décembre 1946, restant au port jusqu’à la fin de l’année civile.

Le 5 janvier 1947,  le La Hire, le Magon et le Dunois quittent Mers-El-Kébir pour leur premier entrainement de division au large des côtes nord-africaines, entrainement qui occupe la division du 5 janvier au 2 mars, date à laquelle la 4ème DCT rentre à Mers-El-Kébir.

Le 10 mars 1947, le La Hire et ses deux compères de la 4ème DCT quittent Mers-El-Kébir pour un entrainement au large de la Tunisie. Après un entrainement de division du 10 au 17 mars, la 4ème DCT effectue des manoeuvres communes avec les torpilleurs légers de la 3ème DT du 19 mars au 10 avril, la 4ème DCT rentrant à son port d’attache le 12 avril 1947.

Alors que le Magon est indisponible et que le Dunois effectue une école à feux, le La Hire s’entraine lui à la défense aérienne à la mer du 19 au 28 avril.

Au cours de cet entrainement, des avions du CSMAN basés à Alger et à Arzew simulent des passes de mitraillage, des lancement de bombes et de torpilles, le contre-torpilleur devant s’entrainer à l’esquive autant qu’au tir proprement dit sans parler de l’entrainement à la lutte anti-avaries dont l’importance cruciale ne tardera pas à se faire sentir. Après une escale à Tanger du 29 avril au 3 mai, le La Hire rentre à Mers-El-Kébir le surlendemain 5 mai 1947.
Le La Hire et le Dunois participent ensuite aux essais (6 au 9 mai) et à la remise en condition (11 au 30 mai) du Magon,  les trois contre-torpilleurs de la 4ème DCT faisant escale à Alger du 1er au 5 juin 1947 avant de rentrer le lendemain à Mers-El-Kébir.

Le La Hire est indisponible pour entretien et permissions d’été de l’équipage du 6 au 27 juin, sortant pour essais du 28 juin au 1er juillet et pour remise en condition du 3 au 18 juillet à chaque fois en compagnie de son sister-ship Magon.

Le La Hire participe ensuite aux essais (20 au 23 juillet) et à la remise en condition (24 juillet au 9 août) du Dunois, les deux contre-torpilleurs ralliant ensuite Alger le 10 août. Cinq jours plus tard, le Magon les rallie pour effectuer sa remise en condition.

Les trois contre-torpilleurs sont à la mer du 16 au 23 août, se ravitaillent au port le 24 août  avant une deuxième phase d’entrainement du 25 août au 3 septembre, date à laquelle ils rentrent tous à Mers-El-Kébir.

Avant d’effectuer leur entrainement de division automnal, les trois contre-torpilleurs vont passer sur le dock-flottant pour inspection et quelques réparations, une sorte de petit carénage (très allégé).

Le La Hire après une sortie en solitaire du 10 au 19 septembre, passe sur le dock-flottant du 26 septembre au 5 octobre, sortant ensuite  pour un entrainement de base du 6 au 17 octobre, prélude à l’entrainement de division automnal mené toujours au large des côtes nord-africaines.

Le La Hire et ses deux compères de la 4ème DCT quittent Mers-El-Kébir le 24 octobre pour un entrainement de division automnal, entrainement qui occupe la division du 24 octobre au 17 décembre, date du retour de la division à son port d’attache.

Le La Hire, Le Magon et Le Dunois commence l’année 1948 comme ils ont terminé l’année 1947 à savoir par un entrainement de division au large des côtes nord-africaines, entrainement qui occupe la division du 5 janvier au 23 février quand les trois puissants contre-torpilleurs rentre à Mers-El-Kébir.

Du 2 mars au 4 avril 1948, la 4ème DCT s’entraine avec les croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg ainsi que les torpilleurs d’escadre Le Hardi L’Epée Le Fleuret et Le Lansquenet.

Le 12 avril 1948, la 4ème DCT aurait du appareillé pour un entrainement de division mais le La Hire est immobilisé suite à une avarie de chaudière, avarie heureusement sans gravité, le contre-torpilleur réparé le 18, effectuant le 19 avril des essais suffisamment satisfaisants pour qu’il puisse rallier Alger le 20 avril où il retrouve ses deux compères de la 4ème DCT pour un entrainement de division commencé le 21 avril et achevé le 14 juin quand les trois contre-torpilleurs rentrent à Mers-El-Kébir après une escale à Alger du 9 au 13 juin 1948.

Le La Hire et le Dunois sortent pour une école à feux du 17 au 26 juin, les deux navires rentrant dans la foulée à Mers-El-Kébir. Le La Hire participe ensuite aux essais (30 juin au 2 juillet) et à la remise en condition (4 au 15 juillet) du Magon qui sortait de sa période d’indisponibilité estivale.

Indisponible du 16 au 31 juillet 1948, le La Hire sort pour essais du (1er au 4 août) et pour remise en condition (5 au 16 août) à chaque fois en compagnie du Magon et du Dunois.

Le 20 août, le Magon et les deux autres contre-torpilleurs de la 4ème DCT passent aux effectifs de guerre, surchargeant le navire de carburant et de munitions et se tenait prêt à appareiller en quelques heures.
Le 27 août 1948, suite à l’appareillage d’un croiseur et de deux contre-torpilleurs italiens du port sicilien de Syracuse, le commandant de la 4ème Escadre, l’amiral Orioli ordonne à la 4ème DCT d’appareiller pour pister les trois navires italiens dont l’attitude à l’appareillage paraissait suspecte aux agents français du deuxième bureau.

Les trois navires français gagnent la haute-mer mais peu après la mission de poursuite est annulée, les trois navires ralliant directement Tarente en longeant scrupuleusement les côtes italiennes. Les trois contre-torpilleurs restent en mer jusqu’au 1er septembre quand ils rallient Mers-El-Kébir.

Les trois contre-torpilleurs restent au port jusqu’au 5 septembre quand à l’annonce des bombardements allemands sur le Danemark et la Norvège, la 4ème DCT reçoit l’ordre d’appareiller pour une mission de chasse dans le détroit de Sicile.

Caractéristiques Techniques de la classe Bruix

Déplacement : standard 3000 tW pleine charge 4134 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 139.20m largeur maximale de la coque 12.92m tirant d’eau moyen 4.85m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages Rateau alimentées en vapeur par six chaudières verticales Indret dévellopant 92000ch entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale en service courant 36 noeuds distance franchissable 4200 miles nautiques à 18 noeuds

Electronique : un radar de navigation, un radar de veille combinée, deux radars de conduite de tir et un Asdic

Armement :

-Huit canons de 130mm modèle 1932 en quatre tourelles doubles modèle 1936 _deux avant et deux arrière_

-Douze canons de 37mm Schneider modèle 1941 en six affûts doubles et Quatre canons de 25mm en deux affûts doubles

-Dix tubes lance-torpilles de 550mm en deux plate-formes triples et deux plate-formes doubles, toutes latérales

-Deux grenadeurs de sillage avec une trentaine de projectiles.

Equipage : 238 officiers et marins

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s