10-Contre-torpilleurs (41)

Le Bugeaud

Le général Bugeaud

Le général Bugeaud

-Le Bugeaud est mis sur cale à l’Arsenal de Lorient (cale n°2) le 24 février 1943 et lancé le 12 septembre 1944.

Remorqué au quai d’armement, le quatrième Bayard connait un armement à flot compliqué, la prise d’armement pour les essais préliminaires étant retardé par un incendie dont l’origine accidentelle à été sérieusement mise en doute. Encore aujourd’hui, le mystère plane sur l’incendie du 4 mai 1945.

Armé pour essais le 4 juin 1945, le Bugeaud effectue ses essais préliminaires du 4 au 12 juin, passant au bassin du 13 juin au 3 juillet avant d’effectuer sa première campagne d’essais officiels du 4 au 31 juillet.

Après un deuxième passage au bassin du 1er au 14 août, le Bugeaud effectue sa deuxième campagne d’essais officiels du 17 août au 8 septembre, enchainant par les essais d’artillerie du 10 au 25 septembre.

Le contre-torpilleur quitte Lorient le 27 septembre pour Brest où il arrive le 28 septembre, effectuant ses essais de recette de ses tubes lance-torpilles et de ses grenadeurs du 30 septembre au 7 octobre. Il quitte Brest le 8 octobre, ralliant le lendemain Lorient pour préparer sa traversée de longue durée.

Il passe ainsi au bassin du 9 au 16 octobre puis après des essais de pure forme les 17 et 18 octobre, quitte Lorient le 21 octobre 1945 pour sa traversée de longue durée. Il fait escale à Cadix du 24 au 27 octobre, à Lisbonne du 30 octobre au 2 novembre, à Casablanca du 4 au 7 novembre, à Alger du 10 au 14 novembre, à Gibraltar du 16 au 18 novembre avant de rentrer à Brest le 21 novembre 1945.

Le contre-torpilleur Bugeaud est admis au service actif le 21 novembre 1945, étant placé hors rang au sein de la 3ème Escadre Légère.

Le nouveau contre-torpilleur brestois remplace le contre-torpilleur Panthère (classe Jaguar) désarmé en juin 1945. En attendant la mise en service de ses sister-ship Dupetit-Thouars et Du Chayla, le Bugeaud est placé hors rang au sein du groupement des contre-torpilleurs de la 3ème Escadre Légère.

Il sort pour la première fois du 22 au 29 novembre, effectuant une école à feux en mer d’Iroise avant de gagner la haute mer pour retrouver le Dupetit-Thouars qui achevait sa traversée de longue durée.

Les deux navires rentrent à Brest dans la journée du 30 novembre, jour de l’admission au service actif du Dupetit-Thouars ce qui permet la réactivation de la 3ème DCT dissoute le 15 août 1945.

La nouvelle 3ème DCT sort pour entrainement du 7 au 14 décembre, effectuant une escale à Saint-Malo du 15 au 18 décembre, enchainant par un entrainement de défense aérienne à la mer du 19 au 28 décembre, faisant une escale de ravitaillement à Brest le 29 décembre et Reprenant aussitôt la mer.

Le 30 décembre 1945, la 3ème DCT prend contact en milieu d’après midi à 75 miles au N-E de Brest avec le Du Chayla (qui est admis au service actif le 31 décembre) ce qui  permet à la  3ème DCT d’attendre son format définitif à trois navires.

Les trois contre-torpilleurs manœuvrent ensemble du 30 décembre 1945 au 12 janvier 1946 avant de rentrer à Brest le lendemain 13 janvier 1946.

Les trois contre-torpilleurs subissent une période d’entretien à flot du 14 au 31 janvier, sortant pour essais/remise en condition du 1er au 15 février, faisant escale à Saint-Nazaire du 16 au 19 février avant de rentrer à Brest le lendemain 20 février 1946.

Le 27 février, le Bugeaud et ses deux compagnons de la 3ème Division de Contre-Torpilleurs quittent Brest pour un nouvel entrainement de division. Cet entrainement outre l’entrainement courant doit préparer l’exercice franco-britannique «Entente Cordiale 1946».
Après une école à feux du 27 février au 6 mars, les trois contre-torpilleurs se ravitaillent à Lorient le 7 mars, enchainant par un entrainement au combat antisurface du 8 au 18 mars, un entrainement de défense aérienne à la mer du 20 au 27 mars, faisant escale à La Pallice du 28 mars au 2 avril, rentrant le lendemain 3 avril 1946 à Brest.

Le 8 avril 1946 arrive à Brest une escadre britannique destinée à l’exercice «Entente Cordiale 1946», escadre composée du cuirassé Howe, du croiseur lourd Kent, des croiseurs légers antiaériens  Dido et Bellona, de six destroyers et de trois sous-marins.

La Flotte de l’Atlantique engage elle le porte-avions Painlevé, le cuirassé Gascogne, le croiseur lourd Foch, la 6ème DCT (Vautour Milan Epervier), la 3ème DCT (Bugeaud Du Chayla Dupetit-Thouars) six torpilleurs (Intrépide Téméraire Durandal Dague Arquebuse et Cimeterre) d’escadre et quatre sous-marins (Rolland Morillot  Ile de France  Kerguelen  et La Guadeloupe).

L’exercice à lieu d’abord au large de Brest du 10 au 16 avril avant que les deux escadres appareillent pour Rufisque (moins les sous-marins qui restent à Brest) pour poursuivre l’entrainement

Le cuirassé Gascogne ouvre la marche suivit par le croiseur lourd Foch et son homologue britannique le Kent, le porte-avions Painlevé, le cuirassé Howe suivis par les six contre-torpilleurs, les six torpilleurs d’escadre, les croiseurs légers antiaériens et les six destroyers britanniques.

En mer, les deux forces se séparent pour former deux groupes occasionnels bi-nationaux. Le premier sous commandement français regroupe le cuirassé Gascogne, le porte-avions Painlevé, le croiseur lourd Kent, les trois contre-torpilleurs de la 3ème DCT quatre torpilleurs d’escadre et deux destroyers alors que le second sous commandement anglais regroupe le cuirassé Howe, le croiseur lourd Foch, les croiseurs légers antiaériens Dido et Bellona, les trois contre-torpilleurs de la 6ème DCT, quatre destroyers et deux torpilleurs d’escadre.

Ces deux forces vont manoeuvrer ensemble durant le transit jusqu’à Dakar où elles arrivent le 22 avril. Le groupe Gascogne est le premier à utiliser les installations du polygone de Rufisque du 23 avril au 14 mai avant de laisser la place au groupe Howe du 15 au 31 mai, le groupe Gascogne durant ce laps de temps manœuvrant entre Dakar et Port Etienne.

Les deux forces navales appareillent le 2 juin, font route ensemble jusqu’aux atterrages immédiats de Brest où les navires anglais quittent leurs homologues français et rentrent dans leurs ports respectifs, les navires français retrouvant la Rade-Abri le 7 juin 1946.

Le Bugeaud est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 8 au 29 juin, sortant pour essais du 30 juin au 3 juillet et pour remise en condition du 5 au 20 juillet à chaque fois en compagnie du Du Chayla.

Il participe aux essais (21 au 24 juillet) et remise en condition (26 juillet au 10 août) du Dupetit-Thouars. Les deux contre-torpilleurs vont mouiller en baie de Douarnenez où ils sont rejoint le 16 août par le Du Chayla qui venait de réaliser ses essais à la mer.

Les trois contre-torpilleurs sortent du 17 août au 3 septembre pour sa remise en condition. Les trois navires rentrent à Brest le  9 septembre 1946 après une escale à Saint-Nazaire du 4 au 8 septembre.

Le 15 septembre 1946, les 3ème et 6ème DCT appareillent en compagnie de la 4ème DC pour une importante phase d’exercice dans le Golfe de Gascogne.

Du 16 au 24 septembre, la 4ème DC affrontent les deux divisions de contre-torpilleurs dans une série de joutes nautiques avant que les trois divisions ne fassent escale à Lorient du 25 au 30 septembre.

La 4ème DC reprend la mer le 1er octobre pour un exercice d’attaque de convois contre les contre-torpilleurs simulant un convoi rapide entre Lorient et Biaritz où les navires font escale (au mouillage faute de place) du 9 au 15 octobre avant que les croiseurs les contre-torpilleurs reprennent la mer en trinômes.

La Gloire forme ainsi un groupe avec le Bugeaud et le Vautour, le Georges Leygues est avec le Du Chayla et l’Epervier alors que le Dupetit-Thouars et le Milan sont accompagnés du Montcalm.

Les trois groupes vont s’affronter dans des combats antisurface du 16 au 27 octobre, étant ravitaillé par le pétrolier Var venu de Brest recomplétant ses soutes au nouveau port pétrolier du Verdon à l’entrée de l’estuaire de la Garonne.

Après une escale à Royan du 28 octobre au 3 novembre, les croiseurs et les contre-torpilleurs subissent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 4 au 10 novembre avant une escale à Lorient du 11 au 15 novembre suivit d’un entrainement au combat de nuit du 16 au 21 novembre avant un retour à Brest le 22 novembre 1946.

Le Bugeaud accompagné du Du Chayla et du Dupetit-Thouars sortent pour un entrainement de division dans le Golfe de Gascogne. Quittant Brest le 30 novembre, la 3ème DCT sort pour une école à feux du 30 novembre au 9 décembre, se ravitaillant à Lorient le 10 décembre avant d’enchainer par un entrainement au combat antisurface du 11 au 16 décembre.

Après une escale à La Pallice du 17 au 21 décembre, les trois contre-torpilleurs effectuent un entrainement de défense aérienne à la mer du 22 au 27 décembre puis après un nouveau ravitaillement à Lorient le 28 décembre, un exercice de synthèse du 29 décembre 1946 au 8 janvier 1947, rentrant à Brest le lendemain 9 janvier.

Après une période d’entretien à flot commune du 10 au 31 janvier, le Bugeaud et ses deux compagnons de la 3ème DCT sortent pour essais et remise en condition du 1er au 14 février, rentrant à Brest le lendemain 15 février 1947.

La 3ème DCT va sortir pour entrainement de division, entrainement destiné à préparer notamment une nouvelle édition de l’exercice Entente Cordiale qui contrairement à l’édition 1946 devait avoir lieu dans les eaux britanniques.

Après une école à feux du 22 au 28 février 1947 en mer d’Iroise, les trois contre-torpilleurs de la 3ème DCT se ravitaillent auprès du Var avant d’enchainer par un entrainement au combat antisurface du 1er au 10 mars puis après un nouveau ravitaillement auprès du Var le 11 mars à un entrainement à la défense aérienne à la mer du 12 au 21 mars.

Après une escale à Royan du 22 au 26 mars, les trois contre-torpilleurs effectuent un exercice de synthèse du 27 mars au 4 avril, date à laquelle ils rentrent à Brest.

Victime d’une avarie mécanique, le Bugeaud est indisponible du 7 au 27 avril, sortant pour essais du 28 au 30 avril puis pour remise en condition en compagnie de ses condisciples de la 3ème DCT du 2 au 12 mai, date de leur retour à Brest.

Le 15 mai 1947, la rade de Brest se dépeuple brusquement. La 3ème DCT ouvre la voie au cuirassé Jean Bart, au croiseur lourd Foch, au cuirassé Normandie, le croiseur léger Gloire, aux torpilleurs d’escadre Opiniâtre Aventurier Sabre Claymore, les sous-marins Casabianca Rolland Morillot Guadeloupe et le PRE La Seine.

Cette escadre baptisée Force G met cap sur Greenock dans l’estuaire de la Clyde où elle arrive le 21 mai pour une escale qui s’achève le 24 mai quand elle reprend la mer, direction Scapa Flow où arrivée le 28 mai elle retrouve les navires anglais impliqués dans l’exercice à savoir les cuirassés King George V et Vanguard (classe Hood, des Lion améliorés), le porte-avions lourd Malta, les croiseurs légers Southampton et Gloucester et six destroyers.

Les deux escadres s’entrainent du 1er au 21 juin avec des attaques escadres contre escadres, des exercices de lutte ASM, de défense aérienne à la mer, de raids amphibies, de tir contre la terre…………. .

Les deux groupes font escale ensemble à Aberdeen du 23 au 27 juin puis à Newcastle du 29 juin au 1er juillet, Douvres du 4 au 7 juillet, Cherbourg du 10 au 13 juillet et Brest du 17 au 22 juillet 1947, date à laquelle les navires anglais rentrent au pays.

Alors que le Du Chayla et le Dupetit-Thouars sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage, le Bugeaud qui doit prochainement subir un grand carénage sort seul du 30 juillet au 5 août pour une école à feux, allant ensuite mouiller en baie de Douarnenez.

Le 10 août 1947, le Bugeaud y est rejoint par le Du Chayla et le Dupetit-Thouars qui venaient de réaliser leurs essais à la mer, les trois contre-torpilleurs de la 3ème DCT sortent pour remise en condition du 11 au 31 août, date de leur retour à Brest au quai des flottilles.

Le 4 septembre 1947, le Bugeaud transmet le pavillon de navire-amiral de la 3ème DCT au Dupetit-Thouars avant de vidanger ses soutes et de débarquer ses munitions puis d’être échoué dans le bassin n°2 de l’Arsenal de Brest le 5 septembre 1947. Il y subit une remise en état complète et une modernisation de son électronique.

Remis à flot le 9 décembre 1947, il cède alors la place au Du Chayla avant de subir une période de travaux complémentaires jusqu’au 17 décembre quand il est armé pour essais, sortant du 18 au 21 décembre avant de retrouver le lendemain 22 décembre le Dupetit-Thouars mouillé en baie de Douarnenez, les deux contre-torpilleurs sortant pour remise en condition du Bugeaud du 23 décembre au 8 janvier, date à laquelle les deux navires rentrent à Brest et que le Bugeaud redevient navire-amiral de la 3ème DCT.

Le Bugeaud et le Dupetit-Thouars sortent pour un entrainement courant du 15 au 23 janvier, faisant escale à La Rochelle du 24 au 27 janvier avant d’effectuer un entrainement de défense aérienne à la mer du 28 janvier au 5 février, les deux contre-torpilleurs faisant escale à Nantes du 6 au 11 février 1948, Reprenant ensuite la mer pour une école à feux contre la coque de l’ancien cuirassé Voltaire du 12 au 22 février, se ravitaillant à Lorient le 23 février avant un entrainement au combat antisurface du 24 février au 3 mars, date à laquelle ils rentrent à Brest.

Du 10 au 15 mars, le Bugeaud effectue un entrainement au profit d’officiers de marine de réserve avant de mouiller en baie de Douarnenez. Le 21 mars, il y rejoint par le Du Chayla qui venait de réaliser ses essais post-carénage, les deux contre-torpilleurs étant à la mer du 21 mars au 5 avril 1948, faisant escale à Cherbourg du 6 au 11 avril, au Havre du 12 au 16 avril, à Boulogne du 17 au 21 avril, à Dunkerque du 22 au 27 avril, à Plymouth du 28 avril au 2 mai avant de rentrer à Brest le lendemain 3 mai 1948.
Le Bugeaud et le Du Chayla sortent pour un entrainement de division allégé du 10 mai au 9 juin, alternant dans un ensemble dynamique écoles à feux, entrainement au lancement de torpilles et au grenadage, entrainement à la défense aérienne à la mer et le dernier jour, entrainement au raid amphibie contre les défenses côtières protégeant l’accès au goulet.  Les deux contre-torpilleurs font escale à Saint-Nazaire du 10 au 15 juin avant de rentrer à Brest le lendemain 16 juin 1948.

Le 21 juin 1948, le Dupetit-Thouars quitte le bassin n°2 de l’Arsenal de Brest à l’issue de son premier grand carénage. Il sort pour essais du 22 au 25 juin, retrouvant ensuite au large d’Ouessant ses deux compères pour un stage de remise en condition réalisé du 26 juin au 12 juillet, date à laquelle les trois contre-torpilleurs rentrent à Brest.

Le Bugeaud est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 13 au 28 juillet, sortant pour essais du 29 au 31 juillet puis pour remise en condition du 2 au 12 août en compagnie du Dupetit-Thouars.

Le Bugeaud participe ensuite avec le Dupetit-Thouars aux essais (13 au 16 août) et à la remise en condition (18 au 30 août) du Du Chayla, les trois navires rentrant à Brest le lendemain 31 août 1948.

La 3ème DCT passe alors aux effectifs de guerre et se tient prête à mener les opérations de guerre ordonnée par l’amiral commandement la Flotte de l’Atlantique.

C’est ainsi que le 3 septembre 1948, les trois contre-torpilleurs reçoivent l’ordre de rallier Casablanca pour prendre en charge un convoi transportant en Bretagne une division d’infanterie stationnée au Maroc.

Arrivés sur place le 4 septembre, les trois contre-torpilleurs apprennent alors que l’envoi de cette unité en métropole est annulée et qu’ils doivent rentrer en métropole, le Bugeaud et ses deux compères de la 3ème DCT rentrant à Brest le lendemain 5 septembre 1948.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s