10-Contre-torpilleurs (32)

G-Contre-torpilleurs Mogador et Volta

De véritables petits croiseurs

Avec les six contre-torpilleurs de classe Le Fantasque, la marine nationale semblait avoir atteint un point d’équilibre en termes de coût et d’efficacité. Construire des contre-torpilleurs plus gros, plus puissants semblait être impossible au risque que ces contre-torpilleurs ne soient en réalité de véritables croiseurs.

Les Fantasque en dépit de leur efficacité n’étaient pas sans défauts, défauts communs à nombre de navires français de l’époque : «jambes courtes», fragilité mécanique, DCA  insuffisante. De plus, ils avaient été conçus avant le renouvellement du corps de bataille.

Ce renouvellement était devenu  nécessaire au début des années trente quand l’Allemagne mis en service le cuirassé Deutschland, un navire de 10000 tonnes (officiellement mais 14000 tonnes en réalité) armé de six canons de 280mm. Il était surclassé par les cuirassés classiques en terme de puissance de feu mais était bien supérieur aux croiseurs Washington.

Après avoir tâtonné, la marine nationale obtient le financement à la tranche 1931 d’un croiseur de bataille de 26500 tonnes baptisé Dunkerque qui allait déclencher une course au cuirassé, les Littorio 1 et 2 répondant au Dunkerque et à son sister-ship Strasbourg (tranche 1934)  auxquels la France opposa le Richelieu et le Jean Bart (tranche 1935).

Deux autres Littorio étaient la réponse de Rome qui se vit opposer un troisième Richelieu baptisé Clemenceau  et un cuirassé d’un nouveau type le Gascogne (tranche 1938bis)

Enfin cette course se poursuivit avec le duel entre les quatre Alsace et les deux Littorio modifiés avec canons de 406mm.

Un cuirassé ne peut naturellement être engagé seul, il doit être escorté et soutenu par des navires légers de combat capables de les suivre.

Si l’escorte sera le rôle quasi-exclusif des torpilleurs d’escadre de type Le Hardi (1772 tW), le combat sur les flancs sera notamment assuré par deux nouveaux contre-torpilleurs.

Baptisés Mogador et Volta, ils sont financés respectivement aux tranches 1932 et 1934. Ils marquent une nette rupture avec leurs prédécesseurs.

Déplaçant 2884 tW, ces deux navires ressemblent à de véritables petits croiseurs avec leurs quatre tourelles doubles de 138mm et une batterie de torpilles plus que conséquente : 10 tubes répartis en deux plates-formes triples et deux doubles, toutes latérales.

Ils marquent une rupture éphémère en terme de choix de nom : aux félins et aux rapaces, aux noms de personnalités et aux adjectifs flamboyants, on préfère des noms de lieux : une ville marocaine connue aujourd’hui sous le nom de Essaouira (Mogador) et le nom d’un fleuve d’Afrique Noire (Volta).

Ces deux navires après la période des quatre tuyaux et des Fantasque ouvre une nouvelle ère pour les lévriers des mers français, ère qui allait donner naissance à la classe Hoche (Hoche Dessaix Kléber Marceau) puis aux Bayard, aux Bruix et aux Guépratte .

Le Mogador

Le contre-torpilleur Mogador

Le contre-torpilleur Mogador

-Le Mogador est  mis sur cale à l’Arsenal de Lorient en décembre 1934, lancé en juin 1937 et admis au service actif le 6 avril 1939

A son admission au service actif, le Mogador forme la 6ème DCT en compagnie de son sister-ship Volta. Basés à Toulon, ils sont cependant redéployés dans l’Atlantique en septembre 1939, intégrant la Force de Raid. Basés à Brest, ils sortent à plusieurs reprises soit en solitaire ou en compagnie des croiseurs et des cuirassés de ce groupement occasionnel.

Néanmoins, en janvier 1940, la division est prise de redéployer la 6ème DCT à Toulon, pour opposer aux italiens ce que l’on avait de mieux comme contre-torpilleurs.

Le Mogador et le Volta quittent Brest le 6 janvier, font escale à Bordeaux du 7 au 10 janvier, à Casablanca du 13 au 15 avant de rallier Toulon le 18 janvier 1940 au soir.

Les deux puissants contre-torpilleurs subissent une période de travaux à flot du 19 janvier au 3 février, sortant pour essais du 4 au 6 février avant un stage de remise en condition mené du 7 au 20 février.

L’ Amirauté décide d’effectuer une tournée de propagande en Méditerranée avec ses deux plus puissants contre-torpilleurs,

Le Mogador et le Volta quittent Toulon le 21 février pour Marseille où les deux navires font escale du 22 au 27 février. Ils sont ensuite à Sète du 28 février au 1er mars, à Port-Vendres du 2 au 5 mars, à Ajaccio du 6 au 8 mars, à Tanger du 9 au 12, à Oran du 14 au 17 mars, à Alger du 18 au 21 mars, à Bizerte du 22 au 27 mars, à Tunis du 28 au 31 mars, à La Valette du 1er au 3 avril, à Heraklion du 4 au 7 avril, au Pirée du 8 au 10, à Thessalonique du 11 au 14 avril, à Istanbul du 15 au 17, à Izmir du 18 au 20 avril, à Antalya du 21 au 23 avril, à Lattaquié du 24 au 26, à Beyrouth du 27 au 30 avril, à Haïfa du 1er au 4 mai, à Alexandrie du 6 au 8 mai. Ils rentrent ensuite à Toulon le 16 mai après une courte escale de ravitaillement à Bizerte.

La 6ème DCT sort à nouveau le 25 mai pour un entrainement de division dans le Golfe du Lion et au large de la Corse. Après une école à feux du 25 mai au 2 juin, les deux puissants contre-torpilleurs effectuent un entrainement au combat antisurface du 3 au 7 juin puis un entrainement au mouillage de mines du 8 au 11 juin. L’escale à Bastia du 12 au 17 juin est suivie par un exercice de synthèse du 18 au 27 juin, date à laquelle le Mogador et le Volta rentrent à Toulon.

Le Mogador est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 28 juin au 24 juillet, sortant pour essais du 25 au 28 juillet. Victime d’une avarie, son indisponibilité est prolongé et il ne réalise son stage de remise en condition que du 5 au 17 août en compagnie de la 13ème DT avec qui il va mouiller aux salins d’Hyères le lendemain 18 août.

Le Volta les rejoint après sa période d’indisponibilité estivale (25 juillet au 20 août) et de ses essais (21 au 24 août), effectuant ainsi sa remise en condition du 25 août au 13 septembre en compagnie de la 13ème DT et de son sister-ship Mogador.

Les deux divisions décidément inséparables vont manoeuvrer ensemble au cours d’un entrainement de division dans le Golfe du Lion. Après une école à feux chacune de son côté du 23 au 30 septembre, les deux divisions vont mouiller dans la splendide rade naturelle de Villefranche  du 1er au 7 octobre.

Dans la nuit du 7 au 8 octobre, les torpilleurs légers ont appareillé en toute discrétion à l’insu des deux contre-torpilleurs qui quittent à leur tour Villefranche le 8 octobre. Alors qu’ils se rendaient à Nice, les deux contre-torpilleurs sont attaqués par les torpilleurs légers.

Les deux divisions arrivent à Nice en fin d’après midi et le lendemain 9 octobre, ce sont les contre-torpilleurs qui attaquent les torpilleurs légers. La belle du 10 octobre voit la «victoire» des contre-torpilleurs.

Les deux divisions vont mouiller aux salins d’Hyères du 11 au 17 octobre, sont à Marseille du 18 au 21 octobre, à Sète du 22 au 25 octobre et à Port-Vendres du 26 au 30 octobre avant de rentrer le 1er novembre 1940 à Toulon.

La 6ème DCT sort à nouveau pour entrainement du 5 au 10 novembre, faisant escale à Ajaccio du 11 au 15 novembre, la compagnie de débarquement du Mogador et celle du Volta défilant dans les rues de la ville corse en compagnie d’une section de fusiliers marins de la BAN d’Aspretto, d’une section de fusiliers de l’air de la base aérienne de Calvi-Sainte Catherine et d’une section de la 173ème DBIA à l’occasion des célébration de l’armistice de novembre 1918.

Reprenant la mer le lendemain 16 novembre, les deux contre-torpilleurs effectuent au large des îles Sanguinaires une école à feux avec lancement simulés de torpilles et ce jusqu’au 20 novembre quand les deux contre-torpilleurs arrivent à Calvi pour une escale de trois jours. Après un nouvel exercice de combat antisurface du 24 novembre au 2 décembre, les deux contre-torpilleurs rentrent à Toulon soit le lendemain 3 décembre 1940.

Victime d’une avarie mécanique, le Mogador est indisponible du 6 au 27 décembre, sortant pour essais du 28 au 31 décembre avant un stage de remise en condition en compagnie du Volta du 2 au 10 janvier 1941, les deux navires de la 6ème DCT rentrant à Toulon le 16 janvier après une escale à Marseille du 11 au 15.

La 6ème DCT quitte Toulon le 23 janvier, fait escale à Casablanca du 27 au 30 janvier avant de rallier Dakar le 4 février 1941. Après une école à feux du 7 au 12 février, les deux contre-torpilleurs effectuent un entrainement au combat antisurface du 14 au 22 février.

Quittant Dakar le 25 février, les deux contre-torpilleurs vont se rendre dans le Golfe de Guinée, faisant escale à Abidjan du 28 février au 2 mars, à Conakry du 5 au 8 mars, à Douala du 9 au 12 mars et à Pointe Noire du 14 au 17 mars.

Après une nouvelle école à feux du 18 au 22 mars, les deux contre-torpilleurs font escale à Lomé du 23 au 26 mars, à Dakar du 28 mars au 2 avril, à Casablanca du 6 au 9 avril avant de rentrer à Toulon le 15 avril 1941.

La 6ème DCT sort à nouveau pour entrainement, effectuant une école à feux du 22 au 26 avril avant de mouiller aux salins d’Hyères du 27 avril au 2 mai, sortant à nouveau et affrontant la 13ème DT du 3 au 10 mai, les deux contre-torpilleurs et les trois torpilleurs légers effectuant une escale commune à Nice du 11 au 15 mai, rentrant ensemble à Toulon le 16 mai 1941.

Alors que son compère Volta est indisponible, le Mogador sort pour une école à feux du 20 au 27 mai suivit d’une escale à Marseille du 28 mai au 1er juin puis un entrainement au combat antisurface contre le Volta réparé du 2 au 12 juin, les deux contre-torpilleurs faisant escale à Sète du 13 au 17 juin, à Barcelone du 18 au 21 juin, à Marseille du 22 au 25 juin avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Le Mogador est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 27 juin au 21 juillet, sortant pour essais du 22 au 25 juillet puis pour remise en condition du 27 juillet au 17 août, date à laquelle il va mouiller aux salins d’Hyères.

Le 20 août, le Volta achève sa période d’indisponibilité estivale et sort pour essais, retrouvant trois jours plus tard son compère aux salins d’Hyères. Les deux contre-torpilleurs sont à la mer du 23 au 27 août, en escale à Bastia du 28 au 31 août, à la mer du 1er au 5 septembre, rentrant à Toulon le 9 septembre après une escale à Ajaccio du 6 au 8 septembre 1941.

Le 17 septembre 1941, la 6ème DCT quitte Toulon pour un entrainement de division dans le Golfe du Lion. Après une école à feux du 17 au 23 septembre, les Mogador et Volta font escale à Port La Nouvelle du 24 au 27 septembre avant d’effectuer un entrainement au combat antisurface du 28 septembre au 5 octobre.

La 6ème DCT fait escale à Sète du 6 au 10 octobre, à Marseille du 11 au 15 octobre, à Porto-Ota du 16 au 20 octobre avant de rentrer à Toulon le lendemain 21 octobre 1941.

Le Mogador est en entretien à flot du 22 octobre au 10 novembre, période d’indisponibilité durant laquelle il reçoit une nouvelle DCA.

A l’origine, il devait recevoir deux affûts ACAD modèle 1935 de 37mm mais cet affût n’est pas prêt à sa mise en service et est donc remplacé par deux affûts doubles de 37mm modèle 1933 et quatre mitrailleuses de 13.2mm en deux affûts doubles. En somme une DCA très légère, trop faible pour affronter la Luftwafe ou même la Regia Aeronautica……… .

En 1941, l’affût ACAD est prêt mais il est décidé de le réserver aux cuirassés, porte-avions et croiseurs lourds. Les croiseurs légers, les contre-torpilleurs et les torpilleurs d’escadre vont recevoir le canon de 37mm Schneider modèle 1941 et le canon de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40.

Le Mogador reçoit huit canons de 37mm Schneider en quatre affûts doubles et six canons de 25mm Hotchkiss en trois affûts doubles.

Alors que le Volta subit les mêmes travaux (11 novembre au 1er décembre), le Mogador sort pour essais du 12 au 15 novembre puis pour remise en condition du 17 novembre au 1er décembre, date à laquelle il va mouiller aux salins d’Hyères.

Le 4 décembre  1941, le Volta arrive aux salins où il retrouve le Mogador. Les deux contre-torpilleurs sont à la mer du 6 au 13 décembre puis après un mouillage aux salins du 14 au 17 décembre, effectuent une dernière sortie du 18 au 23 décembre, rentrant le lendemain à Toulon.

Le 1er janvier 1942, la 6ème DCT est dissoute. Le Mogador et le Volta sont redéployés à Bizerte, formant une nouvelle 11ème DCT,  le Mogador étant navire-amiral de la nouvelle vision.

La division ne va cependant pas être immédiatement disponible, devant subir un grand carénage à tour de rôle.

Le Mogador et le Volta quittent Toulon le 31 décembre 1941 et rallient Bizerte le 2 janvier 1942, le navire-amiral de la 11ème DCT débarquant ses munitions et vidangeant ses soutes. Il est échoué le 4 janvier 1942 dans le bassin n°4 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour une remise en état complète et une modernisation limitée : installation d’un Asdic, d’un radar de navigation, d’un radar de veille combinée et d’un radar de conduite de tir.

Remis à flot le 12 mars 1942, il est armé pour essais le 18 mars, sortant du 18 au 21 mars avant d’effectuer sa remise en condition du 23 mars au 9 avril en compagnie de la 12ème DT, le Mogador rentrant à Bizerte seul le 16 avril après une escale à La Valette du 10 au 15 avril.

Du 23 avril au 2 mai, le Mogador sort en compagnie de la 12ème DT pour écoles à feux, entrainement au combat antisurface, mouillage de mines _les torpilleurs légers couvrant le Mogador chargé de la pose d’un champ de  mines_ et entrainement à la lutte ASM contre les sous-marins L’Arethuse et La Vestale. Après une escale à Sfax du 3 au 6 mai, le Mogador et les torpilleurs légers rentrent à Bizerte le lendemain 7 mai 1942.

Victime d’une avarie mécanique, le Mogador est indisponible du 10 mai au 1er juin, sortant pour essais du 2 au 4 juin avant remise en condition du 5 au 17 juin, date de son retour à Bizerte. Il participe ensuite aux essais (21 au 24 juin) et à la remise en condition (26 juin au 13 juillet) du Volta après son grand carénage.

Du 22 juillet au 14 août 1942, les deux contre-torpilleurs de la 11ème DCT sortent pour la remise en condition de la 7ème DCT (Vauquelin, Tartu Chevalier Paul), l’autre division de contre-torpilleurs de la 6ème Escadre Légère.

Le Mogador et le Volta sont indisponibles pour entretien courant et surtout permissions d’été de l’équipage du 15 août au 5 septembre 1942. Ils sont à la mer pour essais du 6 au 8 septembre puis pour remise en condition du 10 au 25 septembre, faisant escale à Sfax du 26 au 30 septembre, à La Valette du 1er au 4 octobre, à Tunis du 5 au 8 octobre et à Alger du 9 au 14 octobre, rentrant à Bizerte le 16 octobre.

La 11ème DCT sort pour une école à feux du 26 octobre au 2 novembre, faisant escale à Gabès du 3 au 7 novembre avant de rentrer le lendemain à Bizerte.

Le 14 novembre 1942, la 11ème DCT appareille en compagnie de la 3ème DT ( L’Alsacien Le Breton Le Corse et Le Tunisien) et des croiseurs légers La Galissonnière et La Marseillaise.

Le premier exercice est un affrontement entre deux groupes  occasionnels. Du 15 au 23 novembre, le groupe Marseillaise (croiseur léger La Marseillaise et 11ème DCT) affronte le groupe Galissonnière (croiseur léger La Galissonnière et 3ème DT), chaque groupe étant à tour de rôle une escadre ennemi cherchant à forcer les accès au  golfe de Gabès ou à bombarder Sfax.
Après un ravitaillement à Sfax auprès de deux pétroliers civils réquisitionnés (le Mékong était à l’époque indisponible) du 24 au 27 novembre, les deux groupes s’entrainent avec l’aide de l’aéronavale et de l’armée de l’air à la défense aérienne à la mer et ce du 28 novembre au 8 décembre 1942.
Après un nouveau ravitaillement à Sfax du 9 au 11 décembre, les deux croiseurs légers, les deux contre-torpilleurs et les quatre torpilleurs légers effectuent un exercice de bombardement littoral dans le Golfe de Gabès du 12 au  20 décembre avant de rentrer à Bizerte le 22 décembre et d’y passer le reste de l’année à quai.

La 11ème DCT quitte Bizerte pour une école à feux du 5 au 15 janvier, faisant escale à Sfax du 16 au 19 janvier avant d’enchainer par un entrainement de défense aérienne à la mer du 20 au 27 janvier, les deux contre-torpilleurs s’entrainant au combat antisurface du 28 janvier au 7 février, rentrant à Bizerte le lendemain 8 février 1943.
Le 11 février 1943, le Mogador et le Volta quittent Bizerte pour Sfax où ils arrivent le lendemain 12 février. A quai, ils retrouvent le lendemain 13 février les croiseurs légers de la 2ème DC (La Galissonnière, Jean de Vienne et La Marseillaise) et le contre-torpilleur Hoche.

Ce dernier construit aux ACB à Nantes est le premier de sa classe. C’est le demi-frère du Mogador et du Volta dont il reprend la coque et l’appareillage propulsif mais qui est doté d’un armement différent en l’occurence huit canons de 130mm en quatre tourelles doubles, canons pouvant tirer contre avions. Après un entrainement de la 11ème DCT (15 au 18 février), la 11ème DCT va affronter la 2ème DC du 21 au 27 février avant que les deux divisions ne rentrent ensemble à Bizerte le 1er mars 1943.
La 11ème DCT à donc atteint son format définitif avec trois contre-torpilleurs. Elle sort pour son premier entrainement de division le 10 mars quand les trois lévriers des mers traversent le lac, le canal de Bizerte avant de déboucher en haute mer.

Après une école à feux du 11 au 18 mars, les trois contre-torpilleurs font escale à Alger du 19 au 22 mars. Les trois contre-torpilleurs reprennent la mer pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 23 au 30 mars, faisant escale à Tunis du 31 mars au 2 avril.
Le Mogador et ses deux compères enchainent par un entrainement au combat antisurface du 3 au 12 avril, se ravitaillant le 13 à Bizerte pour terminer ce cycle d’entrainement par un entrainement au mouillage de mines du 14 au 17 avril. La 11ème DCT rentre à Bizerte le lendemain 18 avril 1943.
Le 26 avril, le Mogador accompagné du Hoche et du Volta quittent Bizerte pour une tournée en Méditerranée orientale. Cette tournée est une tournée diplomatique (fortifier les contacts entre les pays de la région), militaire (exercices bilatéraux) et commerciale, la France espérant pourquoi pas exporter quelques navires.
Après une école à feux du 26 au 30 avril, les trois contre-torpilleurs font escale à La Valette sur l’île de Malte du 1er au 4 mai avant un exercice avec des destroyers britanniques basés à Malte du 5 au 12 mai.

Après un ravitaillement à La Valette le 13 mai, les trois contre-torpilleurs traversent la Méditerranée, faisant escale à Patras du 15 au 20 mai puis à Heraklion du 22 au 25 mai. Ils manœuvrent ensuite avec la marine grecque du 26 au 30 mai, la 11ème DCT faisant escale au Pirée du 31 mai au 3 juin, à Thessalonique du 4 au 7 juin, à Istanbul du 8 au 11 juin puis après un exercice avec des destroyers turcs, à Izmir du 15 au 21 juin et à Antalya du 22 au 25 juin 1943.

Le Mogador et ses deux compères font escale à Lattaquié du 26 au 29 juin,  manoeuvrent avec l’aviso colonial La Grandière du 30 juin au 4 juillet avant une escale commune à Beyrouth du 5 au 8 juillet.
Les trois contre-torpilleurs font escale à Haïfa du 9 au 13 juillet, à Alexandrie du 15 au 18 juillet avant de rallier Bizerte le 22 juillet après presque trois mois de mer où le matériel s’est bien comporté sans avaries majeures.

Le Mogador est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 23 juillet au 13 août 1943, sortant pour essais du 14 au 17 août puis pour remise en condition en compagnie du Hoche du 19 août au 3 septembre. Il participe ensuite aux essais (5 au 8 septembre) et à la remise en condition du Volta du 9 au 26 septembre avant de participer en sa compagnie aux essais et à la remise en condition du Hoche du  27 septembre au 20 octobre 1943.
Du 25 octobre au 4 novembre, le Mogador sort pour une école à feux commune avec le Volta et le Hoche, les trois navires de la 11ème DCT faisant escale à Tunis du 5 au 8 novembre, rentrant le lendemain à Bizerte.
Le 11 novembre 1943, la 11ème DCT participe à une revue navale organisé pour le vingt-cinquième anniversaire de l’Armistice mettant fin au premier conflit mondial, le résident général de Tunisie, Hugues de Puylaurent passant en revue à bord du croiseur La Galissonnière, le reste de la 2ème DC, la 3ème DT, les 7ème et 11ème DCT ainsi que plusieurs sous-marins.

Un défilé militaire à lieu également en ville avec des unités de l’armée de terre et des détachements des navires de la 6ème Escadre Légère y compris l’Emile Bertin alors en grand carénage. L’armée de l’air survole la ville avec les avions basés en Tunisie.

Le 20 novembre, la 11ème DCT quitte Bizerte pour un entrainement de division au large de Dakar, soutenus par le pétrolier La Mayenne. Les navires arrivent ainsi à Dakar le 28 novembre sans avoir fait d’escale.

Après une école à feux du 1er au 7 décembre, les trois contre-torpilleurs effectuent un entrainement au combat antisurface du 9 au 15 décembre puis un entrainement à la défense aérienne à la mer du 16 au 23 décembre et un entrainement au mouillage de mines du 26 au 31 décembre. Ils terminent par un entrainement de synthèse du 2 au 10 janvier 1944. Ils quittent Dakar le 13 janvier, relâchent à Casablanca du 17 au 20 janvier avant de rentrer à Bizerte le 25 janvier 1944.

Les trois contre-torpilleurs de la 11ème DCT sont indisponibles pour entretien à flot et permissions de l’équipage du 26 janvier au 17 février 1944, sortant pour essais du 18 au 21 février avant d’effectuer sa remise en condition du 22 février au 8 mars en compagnie de la 3ème DT.
Le 15 mars 1944, le Mogador devait appareiller pour un entrainement de division en compagnie de ses deux compères de la 11ème DCT mais il est victime d’une avarie de chaudière qui le rend indisponible du 14 mars au 2 avril. Il sort pour essais du 3 au 6 avril avant un stage de remise en condition du 7 au 21 avril 1944.
L’entrainement de division commence enfin le 24 avril quand les trois contre-torpilleurs quittent le lac de Bizerte. Après une école à feux du 24 au 30 avril, les trois contre-torpilleurs sont à Gabès du 1er au 4 mai.

La 11ème DCT effectue un entrainement au combat antisurface du 5 au 12 mai, faisant ensuite escale à La Valette du 13 au 16 mai avant un entrainement à la défense aérienne à la mer du 17 au 25 mai.

Après ravitaillement et relâche à Bizerte du 26 au 29 mai, les trois contre-torpilleurs de la division effectuent un entrainement au mouillage de mines du 30 mai au 2 juin avant un exercice de synthèse du 4 au 15 juin. Ils sont de retour à Bizerte le lendemain 16 juin 1944.
Le Mogador et le Hoche sont à la mer pour entrainement généraliste du 23 juin au 2 juillet avec école à feux, lancement simulés et réels de torpilles, combat antisurface, faisant escale à Tunis du 3 au 6 juillet avant de rentrer à Bizerte le lendemain 7 juillet.
Le Mogador sort du 9 au 12 juillet pour les essais du Volta puis du 14 au 30 juillet pour la remise en condition de son sister-ship juste avant sa période d’indisponibilité estivale du 31 juillet au 20 août. Il sort pour essais du 21 au 24 août puis pour remise en condition du 25 août au 8 septembre en compagnie de ses deux compères de la 11ème DCT.

Le 12 septembre, la 11ème DCT sort pour exercices en compagnie de la 7ème DCT  (Vauquelin Tartu Chevalier Paul) et du croiseur léger Emile Bertin.
Du 13 au 18 septembre, le croiseur léger et les six contre-torpilleurs s’entrainent au combat de nuit avant une escale à Sfax du 19 au 22 septembre puis un exercice de combat antisurface du 23 au 30 septembre, les contre-torpilleurs cherchant à intercepter l’Emile Bertin qui joue admirablement bien le raider ou le mouilleur de mines rapide, échappant aux interceptions des contre-torpilleurs sauf à deux reprises.

Après une escale à Tunis du 1er au 6 octobre et à La Valette du 7 au 11 octobre, les six navires s’entrainent à la défense aérienne à la mer du 12 au 17 octobre avant de rentrer à Bizerte le lendemain 18 octobre 1944.

Le 19 octobre, le Mogador transmet son pavillon de navire-amiral à son sister-ship Volta avant d’entrer en grand carénage. Outre une remise en état totale, il va subir une modernisation de ses capacités militaires.

Il est échoué le 20 octobre dans le bassin n°4 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah et va subir un grand nombre de travaux. La coque est grattée, sablée et repeinte; les chaudières sont retubées, les turbines remise en état, les hélices sont changées. Les locaux-vie et les locaux opérationnels sont repeints.

Les pseudo-tourelles doubles de 138mm sont débarquées et remplacées par quatre tourelles doubles de 130mm modèle 1936 capables elles de tirer contre avions. La DCA légère est maintenue en l’état mais l’armement ASM est renforcée avec une augmentation du nombre de grenades ASM qui passent de 16 à 28.

Sur le plan de l’électronique, le Mogador embarque un Asdic et plusieurs radars : un radar de navigation, un radar de veille combinée et deux radars de conduite de tir.

Remis à flot le 3 janvier 1945, le Mogador sort pour essais et remise en condition en compagnie de ses deux compères du 4 au 19 janvier.

Le 21 janvier, la 11ème DCT sort en compagnie de la 7ème DCT et du croiseur léger Emile Bertin pour entrainement.

Cet entrainement qui occupe ces sept navires du 21 janvier au 5 février est consacré aussi bien à la défense aérienne à la mer, au combat antisurface qu’à l’attaque et à l’escorte de convois. Après une escale à La Valette du 6 au 9 février, le croiseur léger et les contre-torpilleurs rentrent à Bizerte le 10 février 1945.

Le 21 février 1945, la 11ème DCT sort pour le premier entrainement de division de l’année. Après une école à feux du 21 au 27 février, les trois contre-torpilleurs sont à Tunis du 28 février au 3 mars avant d’enchainer par un entrainement de défense aérienne à la mer du 4 au 9 mars et par un entrainement au mouillage de mines du 11 au 14 mars. Après une escale à Gabès du 15 au 20 mars, la 11ème DCT termine par un exercice de synthèse du 21 mars au 3 avril avant de rentrer le lendemain 4 avril 1945 à Bizerte.

Victime d’une avarie mécanique, le Mogador est indisponible du 7 au 30 avril, sortant pour essais et remise en condition du 1er au 13 mai. Du 19 au 27 mai, le Mogador et ses deux compères de la 11ème DCT affrontent en combat antisurface le croiseur léger La Galissonnière et les torpilleurs légers de la 3ème DT, tous les navires rentrant à Bizerte le lendemain 28 mai 1945.

Alors que le Volta subit son grand carénage (1er juin au 21 septembre), le Mogador et le Hoche sortent pour entrainement combiné avec l’armée de l’air et de l’aéronavale du 5 au 22 juin, les deux contre-torpilleurs effectuant un entrainement à la surveillance et au combat antisurface avec l’appui des avions et des hydravions basés à terre mais également avec l’opposition de l’aviation pour un entrainement à la défense aérienne à la mer.

Parmi les unités engagées, nous trouvons les Bloch MB-175T de la 10B, les Lioré et Olivier Léo 456 de la 12B, les Grumman G-36A de la 4C mais également les Catalina de la 12R et les Bloch MB-481 de la 12T.

Les deux contre-torpilleurs font escale à Sfax du 23 au 28 juin, ils rentrent à Bizerte le lendemain 29 juin.
Le Mogador est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 30 juin au 21 juillet, sortant pour essais et remise en condition du 22 juillet au 4 août. Du 6 au 24 août 1945, il participe à la remise en condition du croiseur léger La Galissonnière en compagnie du croiseur léger Jean de Vienne.

Le Mogador et Le Hoche participent ensuite aux essais (4 au 7 septembre) et à la remise en condition (8 au 23 septembre) du Volta qui sortait de grand carénage.

Le 1er octobre 1945, la 11ème DCT quitte Bizerte pour un entrainement de division dans le bassin oriental de la Méditerranée. Après une école à feux du 1er au 8 octobre, les trois contre-torpilleurs se ravitaillent au dépôt pétrolier de Gabès le 9 octobre avant de traverser la Méditerranée jusqu’à Beyrouth où ils arrivent le 12 octobre.

Après un entrainement à la défense aérienne à la mer du 13 au 17 octobre, la 11ème DCT effectue un exercice avec l’aviso-colonial La Grandière du 19 au 27 octobre avant une escale à Lattaquié du 28 au 30 octobre. Cet entrainement se termine avec un exercice de synthèse du 2 au 7 novembre, les trois contre-torpilleurs rentrant le 10 novembre à Bizerte.

La 11ème DCT sort à nouveau pour entrainement en compagnie de l’Emile Bertin du 15 au 27 novembre, les quatre navires faisant escale à  Sfax du 28 novembre au 2 décembre 1945 avant de rentrer à Bizerte le 4 décembre 1945.

Alors que le Hoche subit son premier grand carénage (6 décembre 1945 au 12 mars 1946), le Mogador et le Volta terminent l’année par une école à feux doublé d’un exercice de combat antisurface du 8 au 20 décembre, rentrant à Bizerte le lendemain 21 décembre.

Le Mogador est comme le Volta indisponible jusqu’au 3 janvier 1946 pour permettre à l’équipage de prendre ses permissions. Les deux contre-torpilleurs sortent pour essais et remise en condition du 4 au 30 janvier, rentrant à Bizerte le 5 février après une escale à Tunis du 1er au 4 février.

Le 9 février 1946, le contre-amiral Prisset, commandant en chef de la 6ème escadre légère quitte l’Emile Bertin et met sa marque sur le contre-torpilleur Mogador qui reste endivisionné en dépit de sa nouvelle fonction qu’il exercera jusqu’au 22 septembre 1946.

Le 12 février 1946, la 11ème DCT quitte Bizerte pour un entrainement de division en compagnie du pétrolier La Mayenne. Durant le transit jusqu’à Dakar où les trois navires arrivent le 19 février, les deux contre-torpilleurs et leur ravitailleur sont attaqués par les avions de l’armée et de l’aéronavale déployés en Algérie et au Maroc sans oublier des contacts sous-marins réguliers.

Après une relâche de quelques jours, les deux contre-torpilleurs entament leur cycle d’entrainement par une école à feux du 24 février au 1er mars, enchainant ensuite les exercices : défense aérienne à la mer du 3 au 7 mars, mouillage de mines du 9 au 12 mars, entrainement au combat antisurface du 14 au 21 mars, raid amphibie du 23 au 30 mars avant un exercice de synthèse du 2 au 12 avril au cours duquel les deux contre-torpilleurs sont ravitaillés par La Mayenne.

Le Volta et le Mogador enchainent par une mission de présence dans nos colonies. Quittant Dakar le 16 avril, la 11ème DCT est à Abidjan du 19 au 22 avril, à Douala du 24 au 27 avril, à Conakry du 29 avril au 3 mai, à Libreville du 5 au 8 mai, à Pointe Noire du 10 au 15 mai. Les deux contre-torpilleurs quittent l’AEF le 15 mai, font escale à Abidjan du 18 au 21 mai avant de rallier Dakar le 24 mai où ils retrouvent La Mayenne qui avait profité des installations du port pour un passage au bassin.

Quittant la capitale de l’AOF le 27 mai, les deux contre-torpilleurs rallient Bizerte le 6 juin après une traversée sans escale, étant ravitaillés à la mer par La Mayenne.

Le Mogador est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 7 au 28 juin sortant pour essais (29 juin au 1er juillet) puis pour remise en condition du 3 au 20 juillet en compagnie du Hoche.

Le chef de la 11ème DCT et encore pour quelques semaines de la 6ème EL participe aux essais (21 au 23 juillet) et à la remise en condition (25 juillet au 10 août) du Volta, le Mogador et le Volta participant ensuite aux essais (12 au 15 août) et à la remise en condition (17 août au 1er septembre) du Hoche.

La division sort au complet du 8 au 17 septembre pour un entrainement de «routine» avec écoles à feux et lancement de torpilles, rentrant le 19 septembre 1946 à Bizerte après une escale à Tunis les 17 et 18 septembre.

Le 22 septembre, le Mogador cesse d’être navire-amiral de la 6ème EL, titre repris par l’Emile Bertin qui sortait d’un grand carénage.

Le Mogador et ses deux compères de la 11ème DCT quittent Bizerte en compagnie de la 7ème DCT, de la 3ème DT, du croiseur léger Emile Bertin, du transport Golo et du pétrolier Mékong.

Quittant Bizerte le 24 septembre, les navires de combat vont s’entrainer dans un triangle Malte-Tunisie-Libye jusqu’au 2 octobre pour entrainement au combat antisurface de jour comme de nuit, se ravitaillant en mer auprès du pétrolier Mekong.

Ils font escale à La Valette du 3 au 6 octobre pour se ravitailler en munitions et en vivres auprès du Golo qui les soutes vides regagna Bizerte pour un nouveau chargement. Le croiseur léger, les torpilleurs légers et les contre-torpilleurs reprennent la mer le lendemain pour un exercice de défense aérienne à la mer du 7 au 12 octobre au large de la Tunisie.

L’Emile Bertin fait ensuite escale à Patras du 13 au 16 octobre pendant que les torpilleurs légers et les contre-torpilleurs sont à Zanthe. Le 17 octobre, l’escadre française se réunit à la mer pour se ravitailler en carburant auprès du Mékong avant de gagner Le Pirée où ils font escale du 21 au 25 octobre avant un exercice avec la marine grecque jusqu’au 30 octobre quand les navires français sont à Thessalonique jusqu’au 5 novembre.

La compagnie de débarquement de l’Emile Bertin et des détachements des différents navires rendent hommage à l’Armée d’Orient en déposant une gerbe devant le monument aux morts.

Il reprend la mer pour une escale à Istanbul du 6 au 10 novembre puis à Iskenderun du 13 au 17 novembre et à Beyrouth du 20 au 24 novembre. Après un exercice avec la DNL, la petite escadre fait escale à Haïfa en Palestine mandataire du 30 novembre au 3 décembre avant de rentrer à Bizerte le 7 décembre 1946.

Le 8 décembre 1946, le Mogador transmet son pavillon navire-amiral de la 11ème DCT au Hoche avant de subir un grand carénage du 12 décembre 1946 au 15 mars 1947.

Quittant le bassin n°4 le 15 mars 1947, il est armé pour essais le 21 mars, sortant à la mer du 21 au 24 mars avant de rallier Tunis où il rejoint le lendemain par le Hoche qui participe à sa remise en condition du 25 mars au 13 avril, date du retour des deux navires à Bizerte. Le Mogador redevient alors navire-amiral de la 11ème DCT.
Le Mogador et le Hoche sortent pour un entrainement de division. Après une école à feux du 20 au 27 avril, les deux lévriers des mers font escale à Sfax du 28 avril au 2 mai avant d’enchainer par un exercice de défense aérienne à la mer du 3 au 12 mai puis par un exercice de mouillage de mines du 14 au 17 mai.

Après une escale à Tunis du 18 au 21 mai, la 11ème DCT effectue un exercice de lutte ASM avec le sous-marin Phenix du 22 au 30 mai, terminant cet imposant cycle d’entrainement par un exercice de synthèse du 31 mai au 6 juin, date du retour des deux contre-torpilleurs à Bizerte.

Le Mogador participe ensuite aux essais du Volta du 17 au 21 juin puis à sa remise en condition du 22 juin au 7 juillet, les deux navires rentrant le lendemain à Bizerte.

Le Mogador est indisponible pour entretien courant et permissions de l’équipage du 9 au 30 juillet, sortant pour essais du 31 juillet au 3 août puis pour remise en condition du 5 au 21 août à chaque fois en compagnie du Volta.

Le Mogador et le Volta sortent pour entrainement du 28 août au 8 septembre, rentrant le lendemain à Bizerte. Ils participent ensuite aux essais (13 au 17 septembre) et à la remise en condition (19 septembre au 2 octobre) du Hoche qui sortait de son premier grand carénage.

Du 7 au 24 octobre 1947, la 11ème DCT sort pour exercices en compagnie de l’Emile Bertin restant en mer et étant ravitaillé par le Mékong. Le croiseur léger et les contre-torpilleurs rentrent à Bizerte le 2 novembre après une escale à La Valette du 26 au 30 octobre.

La 11ème DCT sort pour entrainement du 10 au 30 novembre, entrainement composé aussi bien d’écoles à feux que de lancements de torpilles ou de mouillage de mines. Les trois contre-torpilleurs font escale à Sfax du 1er au 4 décembre avant de rentrer le lendemain à Bizerte.

Du 8 au 20 décembre, la 11ème DCT participe avec le croiseur léger Emile Bertin et la 7ème DCT à un entrainement combiné avec un entrainement au combat de nuit, un entrainement à l’escorte et à l’attaque de convois, à la défense aérienne à la mer et au bombardement littoral. Ils rentrent à Bizerte le 22 décembre et restent au port jusqu’à la fin de l’année.

Le 8 janvier 1948, la 11ème DCT quitte Bizerte pour un entrainement de division au large de Dakar en compagnie de La Mayenne ce qui permet aux trois contre-torpilleurs de rallier la capitale de l’AOF le 18 janvier sans avoir fait escale.

Après une école à feux du 21 au 25 janvier, les trois contre-torpilleurs effectuent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 27 janvier au 2 février, protégeant le pétrolier La Mayenne des assauts de l’armée de l’air et de l’Aviation Navale.

La 11ème DCT enchaine par un entrainement au combat antisurface du 4 au 11 février, un entrainement au mouillage de mines du 13 au 16 février et un entrainement ASM du 18 au 23 février contre le sous-marin Agosta.

Après un exercice de synthèse du 25 février au 5 mars, les trois contre-torpilleurs quittent Dakar le 7 mars en compagnie de l’Agosta qu’ils escortent jusqu’à Brest où les quatre navires arrivent le 15 mars.

Les trois contre-torpilleurs quittent Brest le 16 mars, relâchent à Casablanca du 20 au 23 mars avant de rentrer à Bizerte le 28 mars 1948.

Le 5 avril 1948, le Mogador et ses compères de la 11ème DCT participent à un exercice à double détente en compagnie de la 7ème DCT et de l’Emile Bertin. Dans un premier temps (6 au 11 avril), le croiseur doit échapper à la meute des contre-torpilleurs lancé à sa poursuite et après un ravitaillement à la mer auprès du Mékong le 12 avril, le croiseur doit intercepter la 7ème DCT en compagnie de la 11ème DCT avant que les rôles ne s’inversent (13 au 24 avril). La petite escadre rentre à Bizerte le 26 avril 1948.

Les trois contre-torpilleurs de la 11ème DCT sont en entretien à flot du 27 avril au 5 mai, sortant pour essais et remise en condition du 6 au 13 mai, rentrant le lendemain à Bizerte.

Du 15 mai au 20 juin 1948, Le Mogador accompagné de ses compères Hoche et Volta participent à un exercice commun avec le porte-avions Commandant Teste, le cuirassé Bretagne, le croiseur de bataille Strasbourg, les torpilleurs d’escadre Lansquenet Fleuret L’Eveillé L’Alerte Hussard et Spahi les sous-marins Minerve Junon Cornélie Amirde et les pétroliers Mékong et Tarn

Le programme était chargé pour ne pas dire copieux avec un exercice de défense aérienne à la mer d’une force navale, la lutte ASM, le raid antisurface au cours duquel le Strasbourg et le Commandant Teste attaquèrent les contre-torpilleurs au canon et avec l’aviation embarqué avant que les contre-torpilleurs et les torpilleurs d’escadre ne tentent d’attaquer les gros.

La force navale occasionnelle exécuta également des tirs contre la terre sur des ilots inhabités du territoire tunisien pour simuler un assaut amphibie. Il termina par un exercice d’escorte de convois composé de deux pétroliers et de deux cargos escortés par les trois contre-torpilleurs et un torpilleur  à l’arrière; le porte-avions, le cuirassé et le croiseur de bataille plus les trois torpilleurs restant formant un groupe de couverture. Le convoi est ainsi attaqué par des sous-marins et des avions basés à terre. La 11ème DCT est de retour à Bizerte le 21 juin 1948.

Le Mogador est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 22 juin au 12 juillet, sortant pour essais et remise en condition en compagnie du Hoche du 13 juillet au 1er août. Il participe ensuite aux essais et à la remise en condition du Volta du 4 au 24 août. Le Mogador et le Volta participent aux essais et à la remise en condition du Hoche du 25 août au 5 septembre, remise en condition accélérée en raison du déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale.

Publicités

2 réflexions sur “10-Contre-torpilleurs (32)

  1. Frédéric@wanadoo.fr dit :

    Je ne connaissait pas l’origine du nom de ses navires. Je pensait que Volta était un hommage à Alessandro Volta 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s