10-Contre-torpilleurs (11)

Le Vauban

Le contre-torpilleur Vauban à la mer en février 1931

Le contre-torpilleur Vauban à la mer en février 1931

-Le Vauban est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de France (ACF) de Dunkerque le 25 mars 1929. Comme pour de nombreux navires construits à Dunkerque, le Vauban est quasiment-achevé avant même le lancement. Il est ainsi armé pour essais le 1er janvier 1930 et lancé  un mois plus tard le 1er février 1930. Le Vauban quitte Dunkerque le 21 avril 1930 direction Lorient son port d’armement.

Il entre en armement définitif le 1er décembre, terminant ses essais que le 18 décembre quand il réalise l’essai de bon fonctionnement. La clôture d’armement est prononcée le 9 janvier 1931 et le Vauban est admis au service actif le 5 février 1931, deux jours avant son arrivée à Toulon qui survient le 7 février 1931.

A son admission au service actif, le Vauban est affecté à la 7ème DL formée également avec ses sister-ships Verdun et Valmy plus le Guépard  mais ce dernier est en disponibilité armée.

Le 15 avril 1931 est créé le groupe des contre-torpilleurs de la 1ère escadre. Il se compose de la 5ème DL (Panthère Chacal Tigre) et de la 7ème DL (Verdun Vauban Valmy Guépard ce dernier étant toujours en disponibilité armée).

Le Vauban quitte Toulon le 1er septembre 1931 pour rallier Brest. Il arrive dans le grand port du Ponant le 5 septembre suivant, intégrant la 4ème DL en remplacement du Lynx.

Le 1er août 1932, la 2ème Escadre est de nouveau réorganisée, devant regrouper les croiseurs légers Lamotte-Picquet et Duguay-Trouin, la 4ème DL (Lion Vauban Lynx), la 6ème DL (Bison et Léopard) et la 1ère DT (L’Adroit, Orage, Ouragan et Bourrasque).

La composition des divisions de contre-torpilleurs est de nouveau modifiée le 15 avril 1933, la 6ème DL se composant du Bison Maillé-Brézé Vauban alors que la 4ème DL était composée des contre-torpilleurs Lion Léopard Lynx.

Le Vauban quitte la 4ème DL le 21 juin 1934, étant en travaux du 24 juin au 10 décembre 1934. Le 1er octobre 1934, les divisions légères de la 2ème escadre sont modifiées, la 4ème DL étant formé des contre-torpilleurs Milan Epervier Valmy, la 6ème DL des Bison Lion et Vauban et la 8ème DL des Chacal Léopard Lynx.

Le 15 août 1936, la 2ème Escadre est rebaptisée Escadre de l’Atlantique et le 15 septembre, le groupe de contre-torpilleurs est rebaptisée 2ème Escadre Légère. Le Vauban quitte Brest le 8 octobre 1936 pour être détaché au Maroc avec le torpilleur d’escadre Simoun pour une mission de surveillance au large du Maroc Espagnol alors que l’Espagne à sombré dans la guerre civile.

Après une période de travaux à Lorient, le Vauban est de nouveau affecté en Méditerranée en février 1937, d’abord non endivisionné à Toulon puis au Levant au sein de la Division Naval du Levant (DNL).

La DNL depuis février 1935 voit ses moyens renforcés par un torpilleur ou un contre-torpilleur, le Vauban ayant été ainsi précédé par le Verdun, le Guépard, le torpilleur Trombe et donc l’Aigle. Les autres navires majeurs de la DNL sont l’aviso colonial D’Iberville et le remorqueur Djebel Sannin.

Relevé par l’Aigle le 30 septembre 1937, il rentre à Toulon le 4 octobre 1937 avant d’entrer en grand carénage du 1er novembre 1937 au 15 janvier 1938. Il est de nouveau affecté au sein de la DNL de mars à août 1938 avant d’intégrer la 3ème escadre légère à Toulon.

Le 15 septembre 1938 est créé une 1ère DCT avec le Vauban et le Lion. Cette division est affectée à l’EALM (Ecole de Lancement à la Mer), un élément de la division d’instruction. Cette 1ère DCT remplace les Tigre, Panthère et Lynx qui forment une 4ème DCT prévue un temps pour l’Atlantique mais qui au final va servir au sein de la 3ème Escadre Légère en Méditerranée.

Le 1er octobre 1938, la division d’instruction devient l’escadre d’instruction commandée par le vice-amiral Devin qui met sa marque sur le vénérable cuirassé Paris.

Dans la nuit du 11 au 12 avril, la 1ère DCT redevient une division opérationnelle, le Lion et le Vauban réintégrant l’Escadre de la Méditerranée le 17 avril 1939.

Le 1er juin 1939, le Vauban devient navire-amiral de la 1ère flottille de sous-marins en remplacement du contre-torpilleur Aigle.

Le 1er juillet est constituée la flotte de la Méditerranée sous le commandement du vice-amiral Ollive. La 1ère FSM est rattachée à la 2ème Escadre avec les cuirassés Provence Lorraine et Bretagne et la 1ère flottille de torpilleurs.

Ce rattachement est de courte durée car le même jour est créée une 4ème escadre basée à Bizerte pour attaquer les lignes de communications italiennes entre la Sicile et l’Afrique. Le 26 août 1939 est officiellement mise sur pied une nouvelle 1ère DCT formée par le Vauban, le Lion et l’Aigle bien que ce dernier soit indisponible jusqu’au 9 octobre et remplacé jusque là par l’Epervier.

La 1ère DCT est ainsi formée du Lion, du Vauban et de l’Epervier en attendant la disponibilité de l’Aigle, le contre-torpilleur désigné pour compléter cette division. La 1ère DCT est cependant privée du Lion de décembre 1939 à mai 1940 pour cause de grand carénage à Bizerte, l’Aigle prévu un temps pour remplacer le Lion est finalement affecté à la 11ème DCT avec le Milan et le Bison.

Le Vauban et l’Epervier sortent pour un entrainement en commun du 4 au 12 décembre 1939, entrainement mêlant écoles à feux et lancement de torpilles, les deux navires rentrant à Bizerte le 21 décembre après une longue escale à Malte du 13 au 19 décembre.

La première sortie de l’année à lieu du 15 au 30 janvier après une période d’entretien à flot du 23 décembre au 12 janvier. La 1ère DCT rentre à  Bizerte le 2 février 1940. Le Vauban et l’Epervier sont à nouveau à la mer pour entrainement du 7 au 17 février, du 22 au 27 février et du 2 au 12 mars avant une nouvelle période d’entretien à flot du 13 mars au 3 avril, période suivie par des essais du 4 au 7 avril et une remise en condition du 8 au 22 avril 1940.

La 1ère DCT toujours limitée au Vauban (Al) et à l’Epervier sort pour un entrainement au combat de nuit du 30 avril au 7 mai, faisant escale à Tunis du 8 au 12 mai avant de rentrer à Bizerte le lendemain 13 mai 1940. La division de contre-torpilleurs est à nouveau à la mer pour entrainement du 20 au 31 mai, rentrant à Bizerte le 6 juin après une escale à Tunis du 1er au 5 juin 1940.

La 1ère DCT sort pour un entrainement de division du 17 juin au 2 juillet, une succession d’exercices de combat antisurface et d’écoles à feux. Ils rentrent à Bizerte le 8 juillet 1940 après une escale à Tunis du 3 au 7 juillet.

Les trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT subissent une période d’entretien à flot du 9 au 21 juillet, sortant ensuite pour essais du 22 au 25 juillet avant remise en condition du 27 juillet au 16 août, les trois navires de la 1ère DCT rentrant à Bizerte le 21 août 1940 après une escale à Tunis du 17 au 20 août.

Le 2 septembre 1940, la 1ère DCT quitte Bizerte pour un entrainement de division jusqu’au 17 septembre quand les trois contre-torpilleurs rentrent à leur port d’attache. La division sort à nouveau pour un entrainement de division du 25 septembre au 8 octobre, les trois navires faisant escale à Sfax du 9 au 13 octobre avant de rentrer à Bizerte le 14 octobre 1940.

Le Vauban transmet alors son pavillon de navire-amiral au Lion pour entrer en grand carénage, étant échoué au bassin n°2 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah du 15 octobre au 7 décembre 1940 pour une remise en état complète. Il sort pour essais du du 8 au 11 décembre puis pour remise en condition du 12 au 30 décembre, remise en condition menée en compagnie du Lion.

Alors que l’Epervier est en grand carénage, le Vauban et le Lion sortent pour un entrainement de division avec école à feux et lancement de torpilles du 7 au 21 janvier, faisant escale à Tunis du 22 au 27 janvier avant de rentrer à Bizerte le 28 janvier 1941. La 1ère DCT sort à nouveau pour entrainement du 30 janvier au 9 février, date de son retour à Bizerte.

Le 13 février 1941, l’Epervier ressort de son grand carénage qui comme le Vauban et comme le Lion s’était limité à une remise en état sans modernisation. Il sort pour essais du 14 au 19 février avant remise en condition en compagnie de ses deux compères du 22 février au 12 mars 1941.

Le croiseur léger Emile Bertin participe à un exercice avec les contre-torpilleurs sous ses ordres du 2 au 12 mai, un exercice de protection et d’attaque de convois. Après une escale dans le port de La Valette du 13 au 20 mai 1941, l’Emile Bertin et deux divisions de contre-torpilleurs ( 1ère DCT et 3ème DCT)  participent à un exercice de défense aérienne à la mer du 21 mai au 2 juin 1941 avant de rentrer le lendemain à Bizerte.

Du 3 au 17 juin,  les trois contre-torpilleurs subissent une période d’entretien à flot (ce qui permet à une partie de l’équipage de prendre ses permissions) au cours de laquelle la DCA des trois navires est modernisée.

Les quatre canons de 37mm modèle 1925 en affûts simples et les quatre mitrailleuses de 13.2mm modèle 1932 en deux affûts doubles sont remplacés par six canons de 37mm Schneider modèle 1941 en affûts doubles et quatre canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en affûts simples.

La division sort pour essais du 18 au 20 juin avant un entrainement de division du 21 juin au 13 juillet, les trois contre-torpilleurs effectuant ensuite une escale à Alger du 15 au 20 juillet, à Ajaccio du 21 au 25 juillet avant de rentrer à Bizerte le 27 juillet à l’aube.

La 1ère DCT effectue un nouvel entrainement divisionnaire du 7 au 21 août, entrainement consacré essentiellement au combat antisurface mais également à la défense aérienne à la mer. Après une escale à Tunis du 22 au 25 août et à La Valette du 27 au 31 août, la 1ère DCT rentre à Bizerte le 2 septembre 1941.

Le 8 septembre, le croiseur léger Emile Bertin quitte Bizerte avec un chargement de mines d’exercices soit 60 mines. Profitant du mauvais temps, il échappe à la 1ère DCT chargés de l’intercepter. Les mines mouillées dans le golfe de Gabès, l’Emile Bertin est finalement intercepté et coulé par les trois contre-torpilleurs, le champ de mines étant dragué du 13 au 17 septembre.

La 6ème Escadre Légère ressort au complet du 15 au 30 octobre pour des manoeuvres combinées avec pour thèmes l’escorte et l’attaque de convois, le bombardement littoral, le combat de nuit et la défense aérienne à la mer. Après une escale à La Valette du 1er au 7 novembre et à Alexandrie du 10 au 15 novembre, la 6ème EL manoeuvre avec la marine britannique jusqu’au 21 novembre.

La 6ème Escadre Légère fait escale à Lattaquié du 23 au 27 novembre puis à Beyrouth du 28 novembre au 2 décembre, les contre-torpilleurs s’entrainant seuls avant que la 6ème Escadre Légère ne rentre à Bizerte le 16 décembre 1941.

Le 1er janvier 1942, le Vauban quitte la 1ère DCT et Bizerte pour former une nouvelle 4ème DCT intégrée à la 4ème Escadre à Mers-El-Kébir.

C’est ainsi que le 5 janvier 1942, le Vauban quitte Bizerte en compagnie de ses deux nouveaux compères de division à savoir le Valmy et le Verdun. Les trois contre-torpilleurs arrivent à Mers-El-Kébir le 9 janvier 1942. Ils subissent une période d’entretien à flot du 10 au 31 janvier, sortant pour essais du 1er au 5 février avant remise en condition du 6 au 24 février 1942.

La 4ème DCT sort pour un premier entrainement de division à partir du 4 mars 1942. Les trois contre-torpilleurs entament leur cycle d’entrainement par un école à feux du 4 au 13 mars, se ravitaillant le lendemain 14 mars au port avant d’enchainer par un entrainement au combat antisurface de jour du 15 au 21 mars.

Après un nouveau ravitaillement le 22 mars, la 4ème DCT effectue un entrainement de défense aérienne à la mer du 23 mars au 2 avril puis après un ravitaillement le 3 avril, les contre-torpilleurs Vauban Valmy et Verdun achève ce cycle d’entrainement par un exercice de combat antisurface de nuit du 5 au 11 avril, rentrant à Mers-El-Kébir le lendemain 12 avril 1942.

Le Vauban est indisponible du 13 avril au 2 mai, sortant pour essais du 3 au 7 mai avant remise en condition du 8 au 23 mai. Ils enchainent par un nouvel entrainement de division avec ses deux sister-ships.

Quittant Mers-El-Kébir le 27 mai, les trois contre-torpilleurs gagnent Casablanca le 1er juin pour ravitaillement avant d’arriver à Dakar le 5 juin 1942. Les contre-torpilleurs enchainent successivement un entrainement de défense aérienne à la mer (7 au 17 juin), une école à feux (18 au 30 juin) et un entrainement au combat antisurface (2 au 22 juillet). Après une nouvelle escale à Dakar du 23 au 27 juillet, les trois contre-torpilleurs reprennent la mer le 28 juillet, se ravitaillent à Casablanca le 2 août avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 7 août 1942.

Les trois contre-torpilleurs sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 8 au 30 août 1942, sortant pour essais du 31 août au 4 septembre avant remise en condition du 6 au 24 septembre, rentrant à Mers-El-Kébir le 2 octobre après une escale à Alger du 25 septembre au 1er octobre.
La 4ème DCT sort pour un nouvel entrainement de division à partir du 10 octobre quand les trois contre-torpilleurs franchissent le passage entre les deux digues artificielles. Après un entrainement à la défense aérienne à la mer, la division fait escale à Oran du 21 au 25 octobre pour ravitaillement.

Reprenant la mer le lendemain 26 octobre, le Vauban, le Valmy et le Verdun effectuent une école à feux qui attire une grande foule de curieux qui admire le savoir faire de nos artilleurs qui tirent au crépuscule après avoir effectué plusieurs lancements simulés et réels de torpilles, les torpilles d’exercices étant récupérée par une gabare de la DP de Mers-El-Kébir.

Après un nouveau ravitaillement à Mers-El-Kébir le 2 novembre, la 4ème DCT effectue un entrainement au combat de nuit du 3 au 13 novembre, rentrant à son port d’attache le 17 novembre après une escale à Alger du 14 au 16 novembre 1942.

Le Vauban est indisponible du 18 novembre au 4 décembre suite à une avarie de turbine. Il sort pour essais du 5 au 8 décembre avant remise en condition en compagnie de ses deux compères du 9 au 22 décembre, ne ressortant plus jusqu’à la fin de l’année.

La 4ème DCT effectue un premier entrainement de division à partir du 5 janvier quand les trois contre-torpilleurs sortent de Mers-El-Kébir pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 5 au 14 janvier, se ravitaillant à Mers-El-Kébir le 15 janvier avant d’enchainer au combat antisurface du 16 au 25 janvier. Après un dernier ravitaillement le 26 janvier, les trois contre-torpilleurs effectuent un exercice de combat de nuit du 27 janvier au 3 février, rentrant à Mers-El-Kébir le 10 février après une escale à Alger du 4 au 9 février 1943.

Alors que le Valmy est indisponible, le Vauban et le Verdun sortent de Mers-El-Kébir le 17 février 1943 et vont au devant d’un remorqueur américain, l’Anglian Monarch qui remorquait depuis Charleston un dock flottant destiné à Mers-El-Kébir.

Le petit convoi arrive le 20 février dans sa nouvelle antre. Il va être inauguré par les contre-torpilleurs de la 4ème DCT qui vont passer à tour de rôle sur le dock pour un grand carénage bien mérité.

Le 27 février 1943, le Vauban transmet son pavillon de navire-amiral de la 4ème DCT au Verdun et est échoué sur le dock-flottant le 1er mars pour remise en état et modernisation.

Il est ainsi au sec jusqu’au 4 juin 1943, recevant un Asdic, un système de ravitaillement à la mer mais la DCA déjà modernisée n’est pas modifiée. Sur le plan technique, la coque est grattée, sablée et repeinte, les hélices sont changées, les chaudières sont retubées.

Il est armé pour essais le 6 juin 1943, sortant du 7 au 10 juin avant remise en condition du 12 au 30 juin en compagnie du Verdun, redevenant à la fin de sa remise en condition navire-amiral de la 4ème DCT.

Alors que le Valmy est en grand carénage, le Vauban et le Verdun sortent pour un entrainement de division consacré au combat antisurface (4 au 16 juillet) puis à la défense aérienne à la mer (18 au 25 juillet), les deux navires rentrant à Mers-El-Kébir le 30 juillet  après escale à Ajaccio du 26 au 29 juillet 1943.

Le Verdun étant indisponible (permissions de l’équipage) du 31 juillet au 17 août, le Vauban sort seul pour entrainement ASM avec le sous-marin Amphitrite au large des côtes de l’Oranie du 2 au 13 août, rentrant à Mers-El-Kébir le lendemain 14 août.

Il sort pour un nouvel entrainement ASM avec le sous-marin Méduse du 16 au 23 août avant de participer à une sortie de remise en condition du Verdun du 24 août au 4 septembre 1943. Du 16 septembre au 3 octobre 1943, le Vauban participe à la remise en condition du Valmy après son grand carénage.

La 4ème DCT réduite au Vauban et au Valmy quitte Mers-El-Kébir le 8 octobre 1943, fait escale à Casablanca le 11 octobre pour ravitaillement avant de gagner Dakar le 15 octobre.

Les deux contre-torpilleurs effectuent une école à feux du 16 au 23 octobre, un exercice de défense aérienne à la mer du 25 octobre au 2 novembre puis un entrainement au combat de nuit du 4 au 12 novembre. Après une ultime escale à Dakar du 13 au 17 novembre, les deux contre-torpilleurs appareillent le 18 novembre, se ravitaillent à Casablanca le 22 novembre et rentrent à Mers-El-Kébir le 26 novembre 1943.

Après une période d’entretien à flot du 27 novembre au 7 décembre,  le Vauban et le Valmy sortent pour essais et remise en condition du 8 au 17 décembre.

Du 26 décembre 1943 au 12 janvier 1944, le Vauban et le Valmy participent à la remise en condition du Verdun après son grand carénage, les trois contre-torpilleurs rentrant à Mers-El-Kébir le 20 janvier après une escale à Tanger du 13 au 18 janvier 1944.

La 4ème DCT ressort pour son premier entrainement de division depuis près d’un an. Le Vauban suivit par le Verdun et le Valmy quittent Mers-El-Kébir à l’aube le 27 janvier 1944 pour six semaines d’exercice intensifs.

Après un entrainement au combat antisurface de jour du 27 janvier au 6 février, les trois navires se ravitaillent à Ajaccio le 7 février pour enchainer par un exercice de défense aérienne à la mer du 8 au 18 février, exercice qui s’achève par une escale à Toulon du 19 au 22 février pour ravitaillement, entretien du navire et repos de l’équipage.

La 4ème DCT reprend la mer pour un exercice de combat de nuit du 23 au 28 février, exercice qui se termine le lendemain 29 février quand les trois navires rentrent à Mers-El-Kébir pour ravitaillement. La série d’exercices se termine par un exercice de lutte ASM du 1er au 8 mars avec les sous-marins  L’Hermione et Clorinde avant un entrainement au lancement de torpilles du 10 au 17 mars, jour où les trois navires rentrent à Mers-El-Kébir.

Après une période d’entretien à flot du 18 au 28 mars, la 4ème DCT sort pour essais du 29 mars au 2 avril avant un stage de remise en condition du 3 au 17 avril 1944.

Les contre-torpilleurs Vauban Valmy et Verdun quittent Mers-El-Kébir le 24 avril 1944 et retrouvent à la mer la 10ème DCT (Le Terrible, Le Triomphant et l’Indomptable). Les deux divisions s’affrontent dans une série de joutes nautiques du 24 avril au 12 mai avec de fréquents ravitaillement au port.

Après une escale commune à Alger du 13 au 18 mai, les deux divisions subissent un entrainement de défense aérienne à la mer du 19 au 31 mai, rentrant à Mers-El-Kébir le 6 juin 1944 après une nouvelle escale à Alger du 1er au 5 juin 1944.

Le Vauban est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 7 au 30 juin, sortant pour essais du 1er au 4 juillet avant remise en condition du 5 au 17 juillet en compagnie du Verdun alors que le Valmy est indisponible (5 au 28 juillet).

Le Vauban et le Valmy sort pour essais du 29 juillet au 2 août et remise en condition du 3 au 17 août alors que le Verdun est indisponible du 29 juillet au 21 août, sortant pour essais du 22 au 27 août avant remise en condition du 29 août au 15 septembre 1944.

La 4ème DCT sort pour un nouvel entrainement de division à partir du 22 septembre 1944. Le Vauban, le Valmy et le Verdun effectuent un entrainement à la défense aérienne du 22 au 30 septembre, se ravitaillant le 1er octobre avant d’enchainer par un entrainement à la lutte ASM du 2 au 12 octobre avec les sous-marins Emeraude et Agate puis un nouveau ravitaillement le 13 octobre 1944.

Après un exercice de combat antisurface de jour du 14 au 25 octobre, la 4ème DCT se ravitaille au port le 26 octobre avant un exercice de combat de nuit du 27 octobre au 8 novembre. Après une escale à Alger du 9 au 13 novembre, la 4ème DCT rentre à Mers-El-Kébir le 14 novembre 1944.

Le Vauban est indisponible du 15 novembre au 3 décembre suite à une avarie de propulsion, le contre-torpilleur sortant du 4 au 7 décembre pour essais avant remise en condition en compagnie de ses deux sister-ships du 8 au 22 décembre, la division restant au port jusqu’à la fin de l’année.

Le 8 janvier 1945, la 4ème DCT devait sortir pour un entrainement de division mais le Valmy est victime d’une avarie ce qui annule l’entrainement de division. Cela n’empêche pas le Vauban et le Verdun de sortir du 8 au 21 janvier pour un entrainement commun en attendant la disponibilité de leur compère. Le Valmy est déclaré disponible le 25 janvier, sortant pour essais du 26 au 30 janvier mais jouant de malchance, il est victime d’une nouvelle avarie qui repousse sa disponibilité au 12 février 1945.

Pour ne pas perdre la main, le Vauban et le Verdun sortent pour un nouvel exercice _une école à feux_ du 27 janvier au 9 février 1945, rentrant à Mers-El-Kébir le lendemain 10 février 1945.

La 4ème DCT sort enfin au complet le 15 février et va enchainer les exercices. Après un entrainement à la défense aérienne à la mer du 15 au 26 février, les trois contre-torpilleurs se ravitaillent le 27 février avant d’enchainer par un entrainement à la lutte ASM avec les sous-marins Clorinde et Andromède du 28 février au 8 mars 1945.

Après un nouveau ravitaillement le 9 mars, la 4ème DCT enchaine par un entrainement au combat antisurface de jour du 10 au 22 mars. Après une escale à Alger du 23 au 27 mars, la 4ème DCT effectue un entrainement au combat de nuit du 28 mars au 5 avril, rentrant à Mers-El-Kébir le lendemain 6 avril 1945.

Victime d’une avarie d’hélice, le Vauban passe sur le dock-flottant du 11 au 17 avril pour changer ses hélices, cette immobilisation étant mise à profit pour réaliser des travaux sur les œuvres vivres de la coque. Il sort pour essais du 18 au 21 avril avant remise en condition du 22 avril au 3 mai 1945.

Le Vauban effectue trois entrainement en solitaire, enchainant un entrainement anti-surface du 10 au 19 mai, un entrainement de défense aérienne du 21 au 28 mai et une école à feux du 30 mai au 8 juin 1945.

La 4ème DCT sort pour un nouvel entrainement de division à partir du 15 juin. Les contre-torpilleurs Vauban, Valmy et Verdun entame un imposant cycle d’entrainement par une école à feux qui censée durer du 15 au 22 juin s’achève dès le 20 pour le Vauban, victime d’une avarie sur les pièces II et III de 138mm. Il regagne Mers-El-Kébir pour réparations, retrouvant ses sister-ships à Oran où le Valmy et le Verdun étaient en escale depuis le 22 juin.

La 4ème DCT ressort pour entrainement au combat antisurface du 23 juin au 2 juillet, se ravitaillant à Mers-El-Kébir le 3 juillet, enchainant alors par un entrainement de défense aérienne à la mer du 4 au 15 juillet avant un nouveau ravitaillement au port le 16 juillet 1945.

Après un entrainement à la lutte ASM avec les sous-marins Agate et L’Escarboucle et en coopération avec l’aviation du 16 au 30 juillet, la 4ème DCT rentre à Mers-El-Kébir le 5 août après une escale à Alger du 31 juillet au 4 août 1945.

Les trois contre-torpilleurs de la 4ème DCT sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 5 au 27 août, sortant pour essais du 28 au 31 août avant remise en condition du 2 au 27 septembre 1945.

La 4ème DCT sort pour un nouvel entrainement de division, le Vauban le Valmy et le Verdun effectuant une école à feux du 1er au 8 octobre, un entrainement de lutte ASM avec les sous-marins L’Hermione et Clorinde du 10 au 18 octobre, un entrainement au combat antisurface du 20 au 30 octobre et un entrainement à la défense aérienne à la mer du 2 au 12 novembre.

La 4ème DCT effectue ensuite des visites de courtoisie et de représentation, faisant escale à Port-Vendres du 15 au 18 novembre, à Marseille du 19 au 22 novembre, à Nice du 24 au 28 novembre, à Ajaccio du 29 novembre au 3 décembre, à Tunis du 5 au 8 décembre, à Alger du 10 au 15 décembre avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 17 décembre 1945. La division reste au port jusqu’à la fin de l’année pour entretien et repos de l’équipage.

Le Vauban entame sa dernière année de service actif par une sortie d’entrainement en solitaire du 4 au 13 janvier, sortie d’essais et d’amarinage notamment pour les nouveaux membres d’équipage.

Les choses sérieuses commencent le 21 janvier quand la 4ème DCT quitte Mers-El-Kébir pour Dakar afin de profiter du climat clément de l’AOF. Après une escale de ravitaillement à Casablanca le 25 janvier, les contre-torpilleurs Vauban Valmy et Verdun arrivent à Dakar le 30 janvier 1946.

La 4ème DCT effectue une école à feu à Rufisque du 2 au 7 février puis après un ravitaillement à Dakar un entrainement au combat antisurface du 9 au 16 février.

Après une relâche à Dakar du 17 au 25 février, les trois contre-torpilleurs effectuent une école à feux avec lancement de torpilles du 26 février au 6 mars. Ils enchainent après ravitaillement avec un exercice de défense aérienne à la mer du 8 au 18 mars.

Après une dernière escale à Dakar du 19 au 22 mars, les trois contre-torpilleurs quittent l’AOF le 23 mars, se ravitaillent à Dakar le 27 mars avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 1er avril 1946.

Le Vauban et le Valmy sortent pour un nouvel entrainement le 12 avril mais le 17 avril 1946, le vénérable contre-torpilleur est victime d’une grave avarie qui compromet sa disponibilité.

Son désarmement étant prévu initialement à l’automne, le contre-torpilleur est mis en position de complément le 18 avril, seules des réparations sommaires sont menées. Le 2 mai, le couperet tombe : le Valmy est désarmé, réduisant la 4ème DCT à deux unités.

Le Vauban et le Verdun sortent pour un exercice de lutte ASM avec le sous-marin Amirde du 21 au 28 avril, faisant escale à Alger du 29 avril au 4 mai avant d’enchainer par un exercice de défense aérienne à la mer du 5 au 12 mai. Les deux contre-torpilleurs font escale à Tunis du 13 au 16 mai avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 18 mai 1946.

Après une période d’entretien à flot du 19 au 30 mai, le Vauban sort pour essais du 1er au 3 juin avant de reprendre l’entrainement, sortant avec son sister-ship Verdun du 5 au 17 juin, faisant escale à Alger du 18 au 21 juin avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 22 juin 1946.

Le 1er juillet 1946, le Vauban sort en compagnie du Verdun pour entrainement et école à feux au large de l’Oranie et ce jusqu’au 13 juillet quand les deux navires arrivent à Alger.  A l’issue de quatre jours d’escale, les deux contre-torpilleurs rentrent à Mers-El-Kébir le 18 juillet 1946.

Le Vauban est placé en position de complément le 23 juillet 1946 ce qui entraina la dissolution de la 4ème DCT le même jour, le Verdun restant hors rang jusqu’à son désarmement prévu à la fin de l’année.

Le Vauban passe sur le dock flottant du 27 juillet au 5 août, le navire étant privé de son armement, de son électronique et de tout le matériel récupérable. Remis à flot, il est mouillé dans un coin de la base en attendant que l’on décide de son sort.

Le contre-torpilleur Vauban est officiellement désarmé le 8 août 1946. Le 6 septembre 1947, le contre-torpilleur est remorqué à Toulon et mouillé au cimetière naval du Brégaillon. Quelques semaines plus tard, le Valmy l’y retrouvera.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s