10-Contre-torpilleurs(5)

Le Tigre

Le contre-torpilleur Tigre à la mer le 29 mai 1935

Le contre-torpilleur Tigre à la mer le 29 mai 1935

-Le Tigre est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Bretagne (ACB) à Nantes le 18 septembre 1923 lancé le 2 août 1924 et armé pour essais le 10 juin 1925. Il est admis au service actif le 7 février 1926.

Du 30 mai au 4 juin 1927, le Tigre fait escale à Portsmouth lors de la visite en Angleterre du président Doumergue et ce en compagnie de ses sister-ship Chacal et Jaguar, du torpilleur d’escadre Bourrasque et des croiseurs légers Duguay Trouin et Lamotte-Picquet.

Le 25 avril 1927, le président de la République, Gaston Doumergue passe en revue la première escadre en rade de l’Estaque à Marseille. Accompagnés par l’Ouragan, les torpilleurs Bourrasque  et Orage escortent le président Doumergue lors de sa visite en Angleterre du 30 mai au 4 juin, faisant escale à Portsmouth en compagnie des croiseurs Lamotte-Picquet et Duguay Trouin et des contre-torpilleurs Jaguar Tigre et Chacal avant de rentrer en Méditerranée.

En janvier 1928, il forme au sein de la 1ère Escadre en Méditerranée,  la 5ème Division Légère (5ème D.L) avec ses sister-ship Panthère et Chacal.

A partir du 1er mai 1932, il est en partie chargé de l’EALM (Ecole d’Application du Lancement à la Mer), étant successivement intégré à la 9ème DL en 1932/33 puis à la 11ème DL de 1934 à 1936 avant d’être rattaché à la fin de 1938 à la 4ème DCT en compagnie de ses sister-ship Lynx et Panthère.

Cette division devait être affectée dans l’Atlantique mais en raison de la guerre d’Espagne, elle reste en Méditerranée où elle intègre le Dispositif Spécial en Méditerranée (DSM) destiné à protéger la navigation commerciale des interférences du conflit.

Il passe dans l’Atlantique le temps de la guerre de Pologne pour escorter en dépit de ses insuffisances (rayon d’action trop faible, pas d’électronique ni d’armement réellement adapté) six convois entre Brest et Gibraltar et jusqu’en avril 1940 quand la 4ème DCT au grand complet, repasse en Méditerranée avec Toulon pour port d’attache, la division Reprenant alors un rôle plus conforme à ses capacités à savoir l’attaque antisurface à grande vitesse contre les lignes de communication italiennes.

Le Tigre, navire-amiral de la 4ème DCT arrive à Toulon en compagnie de ses deux sister-ship le 12 avril après dix jours de mer depuis Brest. Ils sont en entretien à flot du 13 au 30 avril avant remise en condition du 1er au 14 mai. Ils sont retour à Toulon le 18 mai après une escale à Marseille du 15 au 17 mai où ouverts au public ils rencontrent un grand succès.

Le Tigre sort à nouveau pour entrainement au combat antisurface (avec plusieurs lancement simulés ou réels de torpilles de guerre) du 25 mai au 2 juin, enchainant après un ravitaillement à Ajaccio le 3 juin par un entrainement au combat de nuit du 4 au 12 juin. Le contre-torpilleur rentre à Toulon le lendemain 13 juin 1940.

La 4ème DCT (Tigre Lynx Panthère) ressort au complet pour une série d’exercices estivaux avant qu’à tour de rôle les trois contre-torpilleurs ne subissent un grand carénage.

Ils appareillent le 20 juin 1940 à l’aube, entamant leur cycle d’entrainement par un entrainement au combat antisurface jusqu’au 30 juin quand ils se ravitaillent à Toulon pour reprendre la mer en vue d’un entrainement au combat de nuit du 1er au 9 juillet qui est suivi d’un ravitaillement et d’une école à feux du 11 au 18 juillet. La 4ème DCT rentre à Toulon le 19 juillet 1940.
Le Tigre transmet son pavillon de navire-amiral de la 4ème DCT au Lynx avant de débarquer ses munitions et de vidanger ses soutes. Il est échoué au bassin du Castigneau (n°5) du 25 juillet au 7 novembre 1940 pour une remise en état complète. La modernisation de sa DCA prévue durant ce grand carénage est repoussée à plus tard en l’absence de pièces modernes (Hotchkiss modèle 1939-40 de 25mm et Schneider modèle 1941 de 37mm) disponibles.

Il sort pour essais du 8 au 12 novembre en compagnie du Lynx et en l’absence de Panthère qui l’à remplacé dans le bassin de radoub. La remise en condition à lieu en compagnie du Lynx et ce du 15 novembre au 2 décembre 1940, les deux contre-torpilleurs rentrant à Toulon le 6 décembre après une courte escale du 3 au 5 décembre à La Ciotat. A l’issue de cette remise en condition, le Tigre redevient navire-amiral de la 4ème DCT.

La 4ème DCT réduite à deux unités sort encore pour entrainement au combat antisurface de jour comme de nuit du 10 au 18 décembre et du 21 au 29 décembre, rentrant à Toulon le 30 décembre 1940 à l’aube.

Le Tigre et le Lynx sortent pour entrainement au combat antisurface du 7 au 18 janvier, faisant escale à Calvi du 19 au 22 janvier avant d’effectuer une école à feux au large du Cap Corse du 23 au 30 janvier, les deux navires rentrant à Toulon le 7 février après une escale à Bastia du 31 janvier au 5 février 1941.

Le 12 février 1941, le contre-torpilleur Panthère achève son grand carénage qui à consisté comme ses sister-ships à une simple remise en état sans modernisation de ses capacités militaires. Il sort pour essais du 13 au 16 février et pour remise en condition du 18 février au 2 mars, à chaque fois en compagnie du Tigre, le Lynx subissant son grand carénage (12 février au 17 mai). Les deux navires rentrent à Toulon le 3 mars 1941.

La 4ème DCT (Tigre et Panthère) sortent à nouveau pour entrainement au combat antisurface de jour du 10 au 21 mars et de nuit du 23 au 30 mars, faisant escale à Nice du 31 mars au 4 avril avant de rentrer à Toulon le 5 avril 1941.

Victime d’une avarie de chaudière, le Tigre est indisponible du 8 avril au 4 mai, sortant pour essais du 5 au 8 mai. Les essais s’étant révélés satisfaisants, le contre-torpilleur sort pour remise en condition du 9 au 16 mai, date du retour au port du Tigre et du Panthère qui l’avait accompagné depuis le 5 mai.

Le 17 mai, le Lynx sort de son grand carénage. Il effectue ses essais en solitaire du 18 au 22 mai puis se ravitaillant à Toulon le 23 mai, voit ses deux sister-ships le rejoindre pour remise en condition du 24 mai au 7 juin, la 4ème DCT rentrant à Toulon le 15 juin après une escale à Sète du 8 au 12 juin

Du 20 juin au 2 juillet 1941,  les  4ème  et 7ème DCT (contre-torpilleurs Vautour Albatros Gerfaut) s’entrainent avec les croiseurs légers Primauguet et Lamotte-Picquet, les croiseurs servant d’abord de plastron aux contre-torpilleurs avant de pourchasser les lévriers des mers. Le groupe occasionnel (deux croiseurs et six contre-torpilleurs) fait escale à Nice du 3 au 10 juillet avant de rentrer à Toulon le 13 juillet 1941.

La 4ème DCT est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 14 juillet au 7 août 1941. Cette immobilisation est mise à profit pour enfin moderniser une DCA dont l’obsolescence n’était plus à prouver.

Comme leurs sister-ships brestois Jaguar Chacal et Léopard, ils reçoivent à la place des huit mitrailleuses de 13.2mm en affûts doubles et des quatre mitrailleuses de 8mm en affûts doubles, six canons de 25mm Hotchkiss et quatre canons de 37mm Schneider en affûts doubles.

La 4ème DCT reprend la mer pour essais du 8 au 13 août avant un stage de remise en condition dans le Golfe du Lion du 16 août au 2 septembre, rentrant à  leur port d’attache le surlendemain 4 septembre 1941.

Le Tigre, le Panthère et le Lynx quittent Toulon le 9 septembre 1941, font escale à Mers-El-Kébir pour ravitaillement le 10 septembre, sont à Casablanca le 13 septembre avant de gagner Dakar le 17 septembre 1941.

La 4ème DCT effectue un entrainement de défense aérienne à la mer du 18 au 27 septembre, se ravitaillant à Dakar le 28 septembre avant d’effectuer une école à feux au polygone de Rufisque du 29 septembre au 10 octobre, notamment une spectaculaire école à feux de nuit le 8 octobre quand 15 canons de 130mm effectuent un tir de barrage de dix minutes soit un total de 600 obus !

Après un ravitaillement le 11 octobre, la 4ème DCT effectue un entrainement au combat antisurface avec la participation de l’aviation et des défenses côtières du secteur de Dakar du 12 au 23 octobre.

Après une escale d’entretien et de ravitaillement du 24 au 30 octobre, les trois contre-torpilleurs quittent Dakar le 31 octobre, se ravitaillent à Casablanca le 4 novembre, à Mers-El-Kébir le 7 novembre avant de rentrer à Toulon le 10 novembre 1941.

Après une période commune d’entretien à flot du 11 novembre au 3 décembre 1941, la 4ème DCT sort pour essais du 4 au 7 décembre avant remise en condition au large de la Corse du 8 au 27 décembre, rentrant à Toulon le 28 décembre 1941.

Le 1er janvier 1942, les contre-torpilleurs Tigre Panthère et Lynx forment la 3ème DCT qui doit intégrer la 3ème Escadre Légère à Brest.

Le 5 janvier 1942, la nouvelle 3ème DCT quitte Toulon, se ravitaille à Mers-El-Kébir le 7 janvier, à Casablanca le 10 janvier avant d’arriver à Brest le 14 janvier 1942.

Après une période d’entretien à flot pour réparer les dégâts de la traversée du 15 au 21 janvier, les trois contre-torpilleurs sortent pour s’habituer à sa nouvelle zone d’opération. Exit le Golfe de Gênes, le Golfe du Lion ou le Cap Corse et place au Golfe de Gascogne, à la mer d’Iroise et à Ouessant………… .

Ils sortent du 25 janvier au 4 février 1942 pour un exercice dans le Golfe du Gascogne, faisant escale à La Pallice du 5 au 8 février avant de rentrer à Brest le 9 février 1942.

La 3ème DCT sort au complet du 16 au 26 février pour un entrainement au combat antisurface et de nuit, rentrant à Brest le lendemain 27 février 1942.

La Gloire et le Georges Leygues appareillent le 4 mars 1942 pour un exercice en compagnie de la 3ème DCT (Panthère Lynx Tigre) en Manche, la 4ème DC et la 3ème DCT cherchant à s’intercepter mutuellement (5 au 17 mars).

Les deux croiseurs et les trois contre-torpilleurs font escale à Cherbourg du 18 au 22 mars, au Havre du 23 au 27 mars, à Dunkerque du 29 mars au 4 avril, sur l’île de Wight du 6 au 11 avril avant de rentrer à Brest le 15 avril 1942 après un nouvel exercice du 12 au 14 avril.

Le Tigre est indisponible suite à une avarie de chaudière du 21 avril au 27 mai, sortant pour essais du 28 mai au 3 juin avant un stage de remise en condition du 6 au 23 juin en compagnie de ses deux sister-ships. Les trois contre-torpilleurs rentrent à Brest le 24 juin 1942.

Alors que ses deux sister-ships sont indisponibles pour entretien et permissions d’été (25 juin au 17 juillet), le Tigre sort pour entrainement au combat de nuit du 28 juin au 4 juillet puis après une escale à Lorient du 5 au 8 juillet enchaine par un entrainement au combat antisurface du 9 au 16 juillet, rentrant à Brest le 17 juillet 1942.

Le Tigre participe aux essais et à la remise en condition de ses deux sister-ships du 18 au 22 juillet pour des tests techniques et du 24 juillet au 13 août pour la remise en condition, les trois contre-torpilleurs rentrant à Brest le 18 août après une escale à Saint-Nazaire du 14 au 17 août 1942.

Le Tigre est indisponible pour permissions de l’équipage jusqu’au 2 septembre, sortant pour essais du 3 au 7 septembre avant un stage de remise en condition du 8 au 21 septembre avant de rentrer à Brest le 22 septembre 1942.

La 3ème DCT quitte Brest le 27 septembre, se ravitaille à Casablanca le 1er octobre avant d’arriver à Dakar le 5 octobre 1942. Les trois contre-torpilleurs enchainent successivement par une école à feux du 6 au 13 octobre, un exercice de défense aérienne à la mer du 15 au 25 octobre, un exercice de combat antisurface du 27 octobre au 6 novembre et une ultime école à feux du 8 au 18 novembre 1942.

Après une ultime escale à Dakar du 19 au 23 novembre, les trois contre-torpilleurs quittent Dakar le 24 novembre, se ravitaillent à Casablanca le 28 novembre avant d’arriver à Brest le 2 décembre 1942.

Après une période d’entretien à flot commune du 3 au 12 décembre,  la 3ème DCT sort pour essais du 13 au 16 décembre avant remise en condition du 17 au 28 décembre, rentrant à Brest le 29 décembre  1942.

La 3ème DCT sort pour un entrainement de division avant un nouveau cycle de grand carénage. Les trois contre-torpilleurs franchissent le goulet de Brest le 3 janvier, effectuent un exercice de combat antisurface du 3 au 12 janvier, se ravitaillant auprès du pétrolier Rance au mouillage en baie de Douarnenez le 13 janvier avant d’enchainer par un exercice de combat de nuit du 14 au 20 janvier.

Après un ravitaillement en baie de Douarnenez le 21 janvier, la 3ème DCT subit un entrainement de défense aérienne à la mer du 22 au 30 janvier, rentrant à Brest le lendemain 31 janvier 1943.

Le 1er février 1943, le Tigre transmet son pavillon de navire-amiral à son sister-ship Lynx avant d’être échoué au bassin n°6 pour un grand carénage et ce du 2 février au 8 mai 1943.

Outre une remise en état complète, le Tigre va connaître une modernisation de ses capacités militaires notamment dans le domaine de lutte anti-sous-marine où les faiblesse du Tigre et de ses cinq sister-ships étaient criantes mais explicables car ce n’était pas leur mission première.

Il perd sa plate-forme triple lance-torpilles avant mais reçoit de nouvelles grenades ASM plus légères (et donc plus nombreuses). Le parc passe ainsi de vingt grenades de 200kg et de dix grenades de 100kg à soixante grenades de 150kg, ses nouvelles grenades bénéficiant d’un Asdic installé dans un puits à l’avant.

Sur le plan logistique, le Tigre reçoit (enfin diront certains) une installation moderne de ravitaillement à la mer pour augmenter son rayon d’action.  Alors que le Lynx est en grand carénage, le Tigre et le Panthère sortent pour les essais et la remise en condition du premier nommé et ce du 13 au 17 mai pour les essais et du 19 mai au 9 juin pour la remise en condition.

La 3ème DCT sort pour un entrainement de division du 15 au 30 juin avant une escale à Saint-Nazaire du 1er au 5 juillet. Les deux contre-torpilleurs reprennent ensuite la mer pour un exercice de combat de nuit du 6 au 13 juillet, rentrant à Brest le lendemain 14 juillet 1943.

Indisponibles pour permissions d’été du 15 au 30 juillet, les deux contre-torpilleurs sortent pour essais du 31 juillet au 2 août avant un stage de remise en condition du 3 au 11 août, date à laquelle ils rentrent à Brest.

Le 13 août 1943, le Panthère entre en grand carénage (jusqu’au 17 novembre) et le Lynx entame ses essais à la mer, ses vérifications étant menées du 13 au 17 août en compagnie du Tigre qui accompagne également son sister-ship dans sa remise en condition du 18 août au 3 septembre 1943.

La 3ème DCT (Tigre et Lynx) quitte Brest le 7 septembre 1943 en compagnie de la 6ème DCT (Vautour Milan Epervier) pour un exercice en Manche en compagnie de la 8ème DCT (Kersaint et Cassard), la division de contre-torpilleurs de l’ELN.

Les contre-torpilleurs brestois font escale de ravitaillement à Cherbourg le 9 septembre avant de gagner Dunkerque le 10 septembre.

Les sept contre-torpilleurs présents vont enchainer quatre exercices : entrainement au combat de surface diurne du 11 au 19 septembre, entrainement à la défense aérienne à la mer du 21 au 28 septembre, entrainement au combat de surface nocturne du 30 septembre au 7 octobre avant un entrainement à la lutte ASM du 9 au 15 octobre 1943. Les 3ème et 6ème DCT quitte Dunkerque le 16 octobre et rentrent à Brest le 18 octobre 1943.

Le Tigre est indisponible suite à une avarie de turbine du 22 au 30 octobre, sortant pour essais du 31 octobre au 2 novembre avant un stage de remise en condition intensif mené en compagnie du Lynx et ce du 4 au 12 novembre 1943.

Le 17 novembre 1943, le Panthère achève son  grand carénage après plus de trois mois passés au bassin n°6. Il sort pour essais en solitaire du 18 au 21 novembre mais victime d’un problème technique, il doit rentrer à Brest pour deux jours de réparations.

Les essais du 24 au 27 novembre 1943 s’étant montrés satisfaisants, le Panthère peut participer à son stage de remise en condition, stage mené avec ses deux sister-ships de la 3ème DCT et ce du 29 novembre au 12 décembre. La 3ème DCT termine l’année par un entrainement de division dans le Golfe de Gascogne du 14 au 21 décembre, rentrant à Brest le 25 décembre après une escale à Lorient du 22 au 24.

Le 4 janvier 1944, les 3ème et 6ème DCT au complet quittent Brest pour une série d’exercices dans le Golfe de Gascogne. Les six contre-torpilleurs commencent par un exercice de défense aérienne à la mer entre Lorient et Saint-Nazaire et ce du 4 au 12 janvier.
Après une escale de ravitaillement à Saint-Nazaire le 13 janvier, les deux divisions se livrent à une série de joutes navales avec écoles à feux et lancement de torpilles et ce du 14 au 22 janvier quand les six contre-torpilleurs rentrent à Brest.

Après une période d’entretien à flot du 23 janvier au 12 février 1944, le Tigre sort pour essais du 13 au 16 février avant un stage de remise en condition en solitaire du 17 au 21 février. Il enchaine alors par un entrainement de division avec ses deux sister-ship et ce du 22 février au 2 mars 1944.

La 3ème DCT quitte Brest le 7 mars pour un entrainement anti-sous-marin baptisé «Mandragore» dans le Golfe de Gascogne. Du 7 au 17 mars, les trois contre-torpilleurs cessent d’être des lévriers des mers pour devenir de laborieux chiens de berger, chargés de protéger plusieurs cargos et pétroliers contre les sous-marins L’Achille et le Casablanca de la 2ème DSM ainsi que L’Argo et Le Centaure de la 4ème DSM.

Cet exercice voit l’engagement des hydravions de grande patrouille Bréguet Bizerte, de surveillance côtière Bréguet Br790 sans oublier des avions de patrouille maritime CAO-700M  basés à Lann-Bihoué à la différence des hydravions stationnés à Lanvéoc-Poulmic.

Rentrés à Brest le 18 mars 1944, les trois contre-torpilleurs ressortent du 24 mars au 2 avril pour entrainement au combat antisurface de jour et de nuit avec lancement de torpilles et écoles à feu, le Tigre, le Lynx et le Panthère rentrant à Brest le 8 avril après une escale à Lorient du 3 au 7 avril 1944.

Le Lynx étant immobilisé pour avarie, le Tigre et le Panthère sortent seuls pour un entrainement au combat antisurface du 17 au 28 avril, faisant escale à Saint-Nazaire du 29 avril au 2 mai. Ressortant le lendemain 3 mai, le Tigre et le Panthère subissent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 3 au 10 mai, faisant escale à Lorient à partir du 11 mai.

Le 14 mai, le Lynx arrivent à Lorient pour retrouver ses deux sister-ships. La division ainsi rassemblée sort pour une succession d’exercices intenses.

C’est ainsi que la 3ème DCT enchaine un entrainement à la lutte ASM contre des sous-marins Ouessant et Bévéziers de la 5ème escadre du 15 au 22 mai, un entrainement au combat antisurface diurne du 24 au 31 mai, un entrainement à la défense aérienne à la mer du 2 au 8 juin et un entrainement au combat antisurface nocturne du 10 au 17 juin, la division rentrant à Brest le lendemain 18 juin 1944.

Le Tigre est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 18 juin au 7 juillet, sortant pour essais du 8 au 11 juillet, essais satisfaisants, les Jaguar connus pour être mécaniquement capricieux étant (enfin) rodés.

Alors que le Lynx est indisponible (8 au 27 juillet), le Tigre sort en compagnie du Panthère pour remise en condition et entrainement du 13 au 25 juillet, rentrant à Brest le lendemain 26 juillet.

Le Panthère est alors indisponible du 28 juillet au 16 août pour entretien et permissions alors que le Tigre ressort en compagnie du Lynx pour essais du 28 au 31 juillet avant remise en condition du second nommé du 5 au 21 août, rentrant à Brest le 22 août. Le Tigre participe ensuite à la remise en condition du Panthère du 25 août au 10 septembre 1944.

La 3ème DCT quitte Brest pour un entrainement de division le 17 septembre, effectuant un entrainement au combat nocturne jusqu’au 25 septembre, entrainement au cours duquel le Tigre et le Lynx faillirent entrer en collision et ce dans la nuit du 22 au 23 septembre.
Après une escale à Cherbourg du 25 au 29 septembre, les trois contre-torpilleurs manœuvrent avec la 5ème DT (qui à atteint son format définitif à quatre navires), la 3ème DCT et la 5ème DT cherchant à s’intercepter mutuellement, la première nommée simulant trois navires rapides cherchant à forcer le détroit du pas de Calais et la seconde quatre navires voulant gagner l’Atlantique.

Après une escale commune au Havre du 8 au 10 octobre, les trois contre-torpilleurs et les quatre torpilleurs légers subissent un entrainement de défense aérienne à la mer du 11 au 23 octobre, les deux divisions se séparant après une escale à Rouen du 24 au 28 octobre. La 3ème DCT rentre à Brest le 30 octobre 1944.

Après une période d’entretien à flot du 1er au 9 novembre, le Tigre sort pour évaluation de ses capacités anti-sous-marine du 10 au 17 novembre, le navire rentrant à Brest le 18 novembre 1944.

Le 24 novembre 1944, la 3ème DCT effectue le dernier entrainement de division de l’année, un entrainement intensif qui voit les trois contre-torpilleurs enchainer trois exercices soutenus par le ravitailleur Lot.

Après un exercice de défense aérienne à la mer du 24 novembre au 2 décembre, les trois contre-torpilleurs se ravitaillent en mer et en route auprès du Lot avant d’enchainer par un exercice de combat antisurface avec école à feux et lancement de torpilles du 3 au 12 décembre. La 3ème DCT rentre à Brest après un ravitaillement auprès du Lot et un entrainement au combat antisurface nocturne du 13 au 21 décembre. Le Tigre ne ressort pas du reste de l’année 1944.

Le Tigre entame sa dernière année de service opérationnel par une sortie d’essais le 7 janvier mais cette sortie censée durer trois jours est interrompue dès le 8 janvier en raison d’un problème mécanique qui nécessite des réparations à Brest. Les essais menés du 12 au 14 janvier se révèlent concluants.

Après un stage de remise en condition du 16 au 25 janvier, le Tigre sort avec ses deux compères de la 3ème DCT pour un entrainement de division dans le Golfe de Gascogne. Le Tigre, le Panthère et le Lynx enchainent ainsi un exercice de lutte ASM en compagnie des sous-marins Ouessant et Sidi-Ferruch (28 janvier au 4 février), un exercice de défense aérienne à la mer (5 au 12 février) et un exercice de combat antisurface de jour et de nuit (13 au 24 février). La 3ème DCT rentre à Brest le 27 février après une escale à Lorient du 24 au 26 février 1945.

Après une nouvelle période d’entretien à flot du 28 février au 12 mars, le Tigre sort pour essais du 13 au 16 mars avant d’enchainer par un entrainement de base en mer d’Iroise du 17 au 30 mars.

Rentré à Brest le 1er avril 1945, il appareille le lendemain avec ses deux sister-ships de la 3ème DCT pour le dernier entrainement de division à trois navires.

Le Tigre, le Panthère et le Lynx vont ainsi enchainer successivement un entrainement de défense aérienne à la mer (2 au 10 avril), un entrainement au combat antisurface nocturne (12 au 19 avril), un entrainement à la lutte ASM avec les sous-marins Ile de Ré et Kerguelen de la 26ème DSM (20 au 27 avril) et un entrainement au combat antisurface diurne avec écoles à feux et lancement de torpilles dont certaines menées au radar (29 avril au 7 mai). La division rentre à Brest le 12 mai après escale à Saint-Nazaire du 8 au 11 mai 1945.

Alors que le Lynx est immobilisé pour une avarie mécanique, le Tigre sort avec le Panthère pour l’ultime sortie du dernier nommé. Cette sortie qui à lieu du 15 au 22 mai est suivie par la mise en position de complément du Panthère le 23 mai 1945.
Le Lynx est de nouveau disponible après réparations le 24 mai 1945. Il sort pour essais du 25 au 28 mai avant d’effectuer sa remise en condition opérationnelle en compagnie du Tigre du 31 mai au 12 juin.

Le 13 juin, le contre-torpilleur Panthère est officiellement désarmé et la 3ème DCT réduite à deux unités, le Tigre (navire-amiral) et le Lynx.

Après une période d’entretien à flot du 14 au 25 juin, le Tigre sort en compagnie du Lynx pour un entrainement en mer d’Iroise du 28 juin au 5 juillet, les deux contre-torpilleurs faisant escale à Lorient du 6 au 9 juillet puis après un exercice de défense aérienne à la mer du 10 au 19 juillet, à Saint-Nazaire du 20 au 25 juillet, les deux navires rentrant à Brest le 27 juillet 1945.

La 3ème DCT effectue une ultime sortie à la mer en mer d’Iroise et dans le Golfe de Gascogne du 30 juillet au 10 août, rentrant à Brest le 15 août après une escale à Lorient du 11 au 14 août.

Le 15 août 1945, le contre-torpilleur Lynx est placé en position de complément. Cette opération prévue originellement fin septembre est accélérée par le mauvais état de certaines parties mécaniques du navire notamment des turbines.

Cette mise en position de complément entraine le même jour la dissolution de la 3ème DCT qui doit être ultérieurement reconstituée avec trois contre-torpilleurs de classe Bayard. Le Tigre reste donc navire hors rang au sein de la 3ème escadre légère. Le Tigre sort donc seul pour entrainement du 18 au 26 août, rentrant à Brest le lendemain 27 août, jour où le Lynx est officiellement désarmé.

Scène poignante ou touchante c’est selon, le Tigre en remontant la rade de Brest jusqu’à la rade-abri croise le Lynx remorqué en direction de Landevennec où il va retrouver le Panthère mais aussi le Jaguar, le Chacal et le Léopard.

Bien que son désarmement soit proche, le Tigre reste actif  à la fois pour être prêt en cas de guerre mais aussi pour permettre à ses officiers, officiers mariniers, quartiers maitres et matelots de rester affutés alors que la plupart de ces hommes connaissent déjà leur future affectation, généralement l’armement d’un nouveau contre-torpilleur en construction comme les Bruix.

Il sort ainsi pour entrainement à la lutte ASM du 1er au 7 septembre en compagnie du sous-marin Ajax, entrainement à la défense aérienne à la mer du 8 au 14 septembre (au cours duquel il est légèrement endommagé par les éclats d’une bombe d’entrainement) et école à feux du 16 au 21 septembre 1944.

Rentré à Brest le 22 septembre, le Tigre est placé en position de complément le lendemain 23 septembre 1945. Il est échoué au bassin n°6 le 27 septembre pour les préparatifs de stockage à Landevennec. Ses préparatifs sont achevés le 4 octobre 1945 et le navire est remis à flot puis amarré en Penfeld en attendant son transfert au Dépôt Naval de l’Atlantique.

Le 4 octobre 1945, le contre-torpilleur Tigre, dernier contre-torpilleur de classe Jaguar est désarmé après dix-neuf années de service actif.

Transféré à Landevennec, il est mouillé à l’arrière du Béarn derrière le Lynx et devant Panthère et comme quatre de ses sister-ships, le Tigre était toujours présent le 5 septembre 1948 quoiqu’un peu plus rouillé et un plus usé que d’habitude.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s