10-Contre-torpilleurs (7)

Le Panthère

Le contre-torpilleur Panthère en 1934

Le contre-torpilleur Panthère en 1934

-Le Panthère est mis sur cale à l’Arsenal de Lorient le 23 décembre 1923 lancé le 27 octobre 1924 et armé pour essais le 12 avril 1926. Il est admis au service actif le 4 février 1927.

En janvier 1928, onze mois après son admission au service actif, le contre-torpilleur Panthère forme la 4ème Division Légère de la 2ème Escadre en compagnie de ses sister-ship Tigre et Chacal. A la à la fin de 1938, il est intégré à la 4ème DCT en compagnie de ses sister-ship Lynx et Tigre.

Cette division devait être affectée dans l’Atlantique mais en raison de la guerre d’Espagne, elle reste en Méditerranée où elle intègre le Dispositif Spécial en Méditerranée (DSM) destiné à protéger la navigation commerciale des interférences du conflit.

C’est le déclenchement de la guerre de Pologne en septembre 1939 qui envoie la 4ème DCT dans l’Atlantique pour assurer des missions d’escorte entre Brest et Gibraltar, six convois étant protégés jusqu’en avril 1940.

Le Panthère arrive à Toulon en compagnie de ses deux sister-ship le 12 avril après dix jours de mer depuis Brest. Ils sont en entretien à flot du 13 au 30 avril avant remise en condition du 1er au 14 mai. Ils sont retour à Toulon le 18 mai après une escale à Marseille du 15 au 17 mai.

Le contre-torpilleur Panthère victime d’une avarie mécanique est indisponible du 21 mai au 5 juin, sortant pour essais du 6 au 8 juin avant un stage de remise en condition du 9 au 18 juin 1940.

La 4ème DCT ressort au complet pour une série d’exercices estivaux avant qu’à tour de rôle les trois contre-torpilleurs ne subissent un grand carénage. Appareillant le 20 juin, ils vont enchainer les exercices jusqu’au 18 juillet, rentrant à Toulon le lendemain.

Le Panthère sort avec le Lynx _navire-amiral de la 4ème DCT en l’absence du Tigre immobilisé pour grand carénage_ du 25 juillet au 5 août pour entrainement au combat antisurface, les deux navires faisant escale à Nice du 6 au 9 août avant d’enchainer par une école à feux du 10 au 17 août puis de rentrer dans la foulée à Toulon, plus précisément le 18 août à l’aube.

Après une indisponibilité commune (entretien et permissions d’été de l’équipage) du 19 août au 5 septembre, les deux contre-torpilleurs disponibles de la 4ème DCT sortent pour essais du 6 au 9 septembre puis pour remise en condition du 10 au 22 septembre, faisant escale à Ajaccio du 23 au 27 septembre et à Tunis du 5 au 9 octobre, ces deux escales étant entrecoupée d’un entrainement au combat antisurface. Le Lynx et le Panthère sont de retour à Toulon le 11 octobre 1940.

Le Panthère sort à nouveau pour un entrainement au combat antisurface du 15 au 30 octobre, rentrant à  Toulon le 4 novembre après une escale à Nice du 31 octobre au 3 novembre 1940.

Le Panthère est en grand carénage du 8 novembre 1940 au 12 février 1941, une remise en état complète, le manque de canons modernes de DCA empêchant une modernisation de ses capacités.

Il sort pour essais du 13 au 16 février et pour remise en condition du 18 février au 2 mars, à chaque fois en compagnie du Tigre, le Lynx subissant son grand carénage. Les deux navires rentrent à Toulon le 3 mars 1941.

La 4ème DCT (Tigre et Panthère) sortent à nouveau pour entrainement au combat antisurface de jour du 10 au 21 mars et de nuit du 23 au 30 mars, faisant escale à Nice du 31 mars au 4 avril avant de rentrer à Toulon le 5 avril 1941.

Le Panthère effectue une école à feu du 12 au 22 avril 1941, rentrant à Toulon le 30 avril après une escale à Marseille du 23 au 29 avril 1941.

Du 5 au 8 mai 1941, il participe aux essais puis du 9 au 16 mai 1941 à la remise en condition  du Tigre. Du 24 mai au 7 juin, il participe à la remise en condition du Lynx qui sortait d’un grand carénage. La 4ème DCT rentre à Toulon le 15 juin après une escale à Sète du 8 au 12 juin.

Du 20 juin au 2 juillet 1941,  les  4ème et 7ème DCT s’entrainent avec les croiseurs légers Primauguet et Lamotte-Picquet, les croiseurs servant d’abord de plastron aux contre-torpilleurs avant de pourchasser les lévriers des mers. Le groupe occasionnel (deux croiseurs et six contre-torpilleurs) fait escale à Nice du 3 au 10 juillet avant de rentrer à Toulon le 13 juillet 1941.

La 4ème DCT est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 14 juillet au 7 août 1941. Cette immobilisation est mise à profit pour enfin moderniser une DCA, les trois navires de la 4ème DCT recevant  à la place des huit mitrailleuses de 13.2mm en affûts doubles et des quatre mitrailleuses de 8mm en affûts doubles, six canons de 25mm Hotchkiss et quatre canons de 37mm Schneider, tous en en affûts doubles.

La 4ème DCT reprend la mer pour essais du 8 au 13 août avant un stage de remise en condition dans le Golfe du Lion du 16 août au 2 septembre, rentrant à  leur port d’attache le surlendemain 4 septembre 1941.

Le Tigre, le Panthère et le Lynx quittent Toulon le 9 septembre 1941, font escale à Mers-El-Kébir pour ravitaillement le 10 septembre, fait de même à Casablanca le 13 septembre avant de gagner Dakar le 17 septembre 1941. Ils vont s’entrainer dans les eaux tropicales jusqu’au 23 octobre, quittant Dakar le 31 octobre pour rallier Toulon le 10 novembre après des escales à Casablanca et à Mers-El-Kébir
Après une période commune d’entretien à flot du 11 novembre au 3 décembre 1941, la 4ème DCT sort pour essais du 4 au 7 décembre avant remise en condition au large de la Corse du 8 au 27 décembre, rentrant à Toulon le 28 décembre 1941.

Le 1er janvier 1942, les contre-torpilleurs Tigre Lynx et Panthère forment une nouvelle 3ème DCT intégrée à la 3ème Escadre Légère. Son port d’attache est Brest.

Le 5 janvier 1942, la nouvelle 3ème DCT quitte Toulon, se ravitaille à Mers-El-Kébir le 7 janvier, à Casablanca le 10 janvier avant d’arriver à Brest le 14 janvier 1942.

Après une période d’entretien à flot pour réparer les dégâts de la traversée du 15 au 21 janvier, les trois contre-torpilleurs sortent pour s’habituer à sa nouvelle zone d’opération.

Ils sortent du 25 janvier au 4 février 1942 pour un exercice dans le Golfe du Gascogne, faisant escale à La Pallice du 5 au 8 février avant de rentrer à Brest le 9 février 1942.

La 4ème DCT sort au complet du 16 au 26 février pour un entrainement au combat antisurface et de nuit, rentrant à Brest le lendemain 27 février 1942.

La 3ème DCT appareille le 4 mars 1942 en compagnie des croiseurs légers Gloire et Georges Leygues (4ème DC) pour des manoeuvres communes jusqu’au 17 mars avant une opération de «relations publiques», les cinq navires faisant escale à Cherbourg du 18 au 22 mars, au Havre du 23 au 27 mars, à Dunkerque du 29 mars au 4 avril, sur l’île de Wight du 6 au 11 avril avant de rentrer à Brest le 15 avril après un nouvel exercice du 12 au 14 avril.

Le Panthère sort pour entrainement individuel du 22 avril au 4 mai, faisant escale à Cherbourg du 5 au 8 mai avant de rentrer à Brest le 9 mai. Il est ensuite indisponible suite à une avarie mécanique (problème de gouvernail et d’alternateur) du 11 au 25 mai, ressortant pour essais du 26 au 29 mai.

Le contre-torpilleur Panthère sort ensuite du 6 au 23 juin pour la remise en condition du Tigre en compagnie du Lynx. Les trois contre-torpilleurs rentrent à Brest le 24 juin 1942.

Le Panthère et le Lynx sont à la mer pour entrainement commun du 24 avril au 4 mai, les deux navires faisant escale à Cherbourg du 5 au 8 mai puis à Plymouth du 9 au 13 mai avant de rentrer à Brest le lendemain 14 mai.

Le Panthère est à nouveau à la mer pour entrainement du 21 mai au 3 juin, faisant escale à La Pallice du 4 au 10 juin, rentrant à Brest le 19 juin après un nouvel exercice de combat antisurface du 11 au 18 juin 1942.

Le Panthère et le Lynx sont indisponibles pour entretien et permissions d’été de l’équipage du 25 juin au 17 juillet avant que les deux navires ne sortent du 18 au 22 juillet pour des tests techniques et du 24 juillet au 13 août pour la remise en condition, le tout en compagnie du Tigre, les trois contre-torpilleurs rentrant à Brest le 18 août après une escale à Saint-Nazaire du 14 au 17 août 1942.

Le Panthère sort pour entrainement à la navigation et au combat de nuit du 25 août au 3 septembre, faisant escale à Lorient du 4 au 8 septembre, chargeant du matériel qu’il dépose à Brest lors de son retour le 9 septembre 1942.

Le contre-torpilleur Panthère sort ensuite pour une école à feux du 13 au 20 septembre 1942, tirant 150 obus de 130mm, quatre torpilles d’exercices et un nombre inconnu d’obus de 25 et de 37mm sans parler des cartouches de 7.5 et de 8mm de sa compagnie de débarquement.
La 3ème DCT quitte Brest le 27 septembre, se ravitaille à Casablanca le 1er octobre avant d’arriver à Dakar le 5 octobre 1942 pour six semaines d’exercices jusqu’au 18 novembre 1942.  Après une ultime escale à Dakar du 19 au 23 novembre, les trois contre-torpilleurs quittent le port ouest-africain le 24 novembre, se ravitaillent à Casablanca le 28 novembre avant d’arriver à Brest le 2 décembre 1942.

Après une période d’entretien à flot commune du 3 au 12 décembre,  la 3ème DCT sort pour essais du 13 au 16 décembre avant remise en condition du 17 au 28 décembre, rentrant à Brest le 29 décembre  1942.

L’année 1943  commence pour le Panthère pour un entrainement de division avant un nouveau cycle de grand carénage, le Panthère et ses deux acolytes manœuvrant jusqu’au 30 janvier, rentrant à Brest le lendemain 31 janvier 1943.

Alors que le Tigre est en grand carénage (2 février au 8 mai), Le Panthère et le Lynx sortent pour entrainement de division, s’entrainant du 10 au 25 février, faisant escale à La Pallice du 26 février au 2 mars avant d’enchainer par deux nouvelles phases d’entrainement  du 3 au 10 mars et du 18 au 25 mars, deux phases d’entrainement séparés par une escale à Royan (11 au 17 mars). Ils sont de retour à Brest le 26 mars 1943.

La 3ème DCT sort pour un nouvel entrainement de division du 5 au 27 avril, les deux navires disponibles  rentrant à Brest le 1er mai après une nouvelle escale à Lorient du 28 au 30 avril.

Alors que le Lynx est en grand carénage (9 mai au 12 août), le Tigre et le Panthère sortent pour les essais et la remise en condition du premier nommé et ce du 13 au 17 mai pour les essais et du 19 mai au 9 juin pour la remise en condition.

La 3ème DCT sort pour un entrainement de division avec une Phase I exécutée  du 15 au 30 juin avant une escale à Saint-Nazaire du 1er au 5 juillet. Les deux contre-torpilleurs reprennent ensuite la mer pour un exercice de combat de nuit du 6 au 13 juillet, rentrant à Brest le lendemain 14 juillet 1943.

Indisponibles pour permissions d’été du 15 au 30 juillet, les deux contre-torpilleurs sortent pour essais du 31 juillet au 2 août avant un stage de remise en condition du 3 au 11 août, date à laquelle ils sont de retour à Brest.

Du 13 août au 17 novembre, le Panthère subit un grand carénage à Brest. Il sort pour essais en solitaire du 18 au 21 novembre mais victime d’un problème technique, il doit rentrer à Brest pour deux jours de réparations.

Les essais du 24 au 27 novembre 1943 s’étant montrés satisfaisants, le Panthère peut participer à son stage de remise en condition, stage mené avec ses deux sister-ships de la 3ème DCT du 29 novembre au 12 décembre. Il effectue sa dernière sortie de l’année du 17 au 23 décembre 1943.

Le 4 janvier 1944, les 3ème et 6ème DCT au complet quittent Brest pour une série d’exercices dans le Golfe de Gascogne du 4 au 22 janvier moins une escale de ravitaillement à Saint-Nazaire le 13.

Victime d’une avarie mécanique à son retour à Brest le 22 janvier, le Panthère est indisponible du 22 au 31 janvier, sortant pour essais du 2 au 5 février avant un stage de remise en condition du 7 au 15 février.

Du 22 février au 2 mars 1944, le Panthère participe à un entrainement de division en compagnie de ses deux sister-ships Tigre et Lynx.

La 3ème DCT quitte Brest le 7 mars pour un entrainement anti-sous-marin baptisé «Mandragore» dans le Golfe de Gascogne. Du 7 au 17 mars, les trois contre-torpilleurs cessent d’être des lévriers des mers pour devenir de laborieux chiens de berger, chargés de protéger plusieurs cargos et pétroliers contre les sous-marins Achille Casablanca Argo et Le Centaure de la 5ème Escadre.

Cet exercice voit l’engagement des hydravions de grande patrouille Bréguet Bizerte, des hydravions de surveillance côtière Bréguet Br790 ainsi que des avions de patrouille maritime CAO-700M.

Rentrés à Brest le 18 mars 1944, les trois contre-torpilleurs ressortent du 24 mars au 2 avril pour entrainement au combat antisurface de jour et de nuit avec lancement de torpilles et écoles à feu, les trois navires  rentrant à Brest le 8 avril après une escale à Lorient du 3 au 7 avril 1944.

Le Lynx étant immobilisé pour avarie, le Tigre et le Panthère sortent seuls pour un entrainement au combat antisurface du 17 au 28 avril, faisant escale à Saint-Nazaire du 29 avril au 2 mai. Ressortant le lendemain 3 mai, le Tigre et le Panthère subissent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 3 au 10 mai, faisant escale à Lorient à partir du 11 mai.

Le 14 mai, le Lynx arrivent à Lorient pour retrouver ses deux sister-ships. La division ainsi rassemblée sort pour une succession d’exercices intenses. C’est ainsi que la 3ème DCT enchaine un entrainement à la lutte ASM contre des sous-marins Ouessant et Bévéziers de la 5ème escadre du 15 au 22 mai, un entrainement au combat antisurface diurne du 24 au 31 mai, un entrainement à la défense aérienne à la mer du 2 au 8 juin et un entrainement au combat antisurface nocturne du 10 au 17 juin, la division rentrant à Brest le lendemain 18 juin 1944.

Le Panthère sort pour entrainement au combat de nuit du 24 au 30 juin puis pour une école à feu du 2 au 10 juillet, rentrant à Brest le lendemain 11 juillet 1944.

Alors que le Lynx est indisponible (8 au 27 juillet), le Tigre sort en compagnie du Panthère pour remise en condition et entrainement du 13 au 25 juillet, rentrant à Brest le lendemain 26 juillet. Le Panthère est indisponible du 28 juillet au 16 août pour entretien et permissions de l’équipage. Après des essais en solitaire du 17 au 19 août, il effectue sa remise en condition du 25 août au 10 septembre en compagnie du Tigre.

La 3ème DCT quitte Brest pour un entrainement de division le 17 septembre, effectuant une série d’exercices seule ou en compagnie de la 5ème DT et ce jusqu’au 23 octobre, les sept navires faisant escale à Rouen du 24 au 28 octobre. La 3ème DCT rentre à Brest le 30 octobre 1944.

Victime d’une avarie mécanique, le Panthère est indisponible du 4 au 12 novembre, sortant pour essais du 13 au 16 novembre, étant déclaré à nouveau disponible le 17 novembre.

Le 24 novembre 1944, la 3ème DCT effectue le dernier entrainement de division de l’année, un entrainement intensif qui voit les trois contre-torpilleurs enchainer trois exercices soutenus par le ravitailleur Lot jusqu’au 21 décembre, date de leur retour à Brest.

Après une période d’entretien à flot du 22 décembre au 12 janvier, le Panthère sort pour entrainement du 13 au 20 janvier, rentrant à Brest le 21 janvier 1945.

Le Tigre, le Panthère et le Lynx enchainent ensuite un exercice de lutte ASM contre les sous-marins Ouessant et Sidi-Ferruch (28 janvier au 4 février), un exercice de défense aérienne à la mer (5 au 12 février) et un exercice de combat antisurface de jour et de nuit (13 au 24 février). La 3ème DCT rentre à Brest le 27 février après une escale à Lorient du 24 au 26 février 1945.

Le 2 avril 1945, le Panthère appareille avec ses deux sister-ships de la 3ème DCT pour le dernier entrainement de division à trois navires, entrainement qui s’achève le 7 mai, la division faisant escale à Saint-Nazaire du 8 au 11 mai avant de rentrer le lendemain 12 mai 1945.

Alors que le Lynx est immobilisé pour une avarie mécanique, le Panthère et le Tigre appareillent pour l’ultime sortie du premier nommé. Cette sortie qui à lieu du 15 au 22 mai est suivie par la mise en position de complément du Panthère le 23 mai 1945.

Le 1er juin 1945, le Panthère est échoué au bassin n°6 pour préparer son futur stock au Dépôt Naval de l’Atlantique à Landevennec.

Le contre-torpilleur privé de tout le matériel récupérable (armement, électronique mais également simples pièces détachées pour ses deux sister-ships) est remis à flot le 11 juin puis remorqué à Landevennec où il mouillé à bâbord du trio Jaguar-Chacal-Léopard, sa proue se trouvant à moins de trois mètres de la poupe du Lynx.

Le 13 juin, le contre-torpilleur Panthère est officiellement désarmé et la 3ème DCT réduite à deux unités, le Tigre (navire-amiral) et le Lynx.

Le 5 septembre 1948, le Panthère était toujours à flot même si son mauvais état général avait poussé le commandant du DNA à envisager sérieusement son démantèlement ou son océanisation.

Classe Jaguar

Caractéristiques techniques de la classe Jaguar

Déplacement :  standard 2400 tonnes (2126 tonnes Washington) pleine charge 3050 tonnes (2976 tonnes Washington)

Dimensions :  longueur hors tout : 126.78m largeur : 11.40m Tirant d’eau : 4.10m

Propulsion :  deux groupes de turbines à engrenages Bréguet (Jaguar Panthère) ou Rateau (Léopard Lynx Chacal Tigre) alimentées en vapeur par cinq chaudières à retour de flamme type Du Temple construits par les FCG (18kg/cm² 216°) dévellopant 50000ch et entrainant deux hélices.

Performances :  vitesse maximale 35 noeuds (Le Tigre à attein 36.7 noeuds aux essais) Distance Franchissable : 3000 miles nautiques à 13 noeuds 1000 miles nautiques à 28 noeuds et 600 miles nautiques à 34 noeuds.

Electronique : un Asdic installé lors du grand carénage de 1943, un radar de navigation, un radar de veille combinée, un radar de conduite de tir pour l’artillerie principale

Armement : 5 canons de 130mm modèle 1919 en affûts simples sous masque (deux à l’avant, un au milieu derrière la cheminée n°3 et deux à l’arrière), deux canons de 75mm modèle 1922 (installés sur chaque bord entre l’affût lance-torpilles arrière et l’affût III de 130mm) remplacés par quatre affûts doubles de 13.2mm et deux affûts doubles de 8mm. Les mitrailleuses sont remplacées en 1943 par trois affûts doubles de 25mm et deux affûts doubles de 37mm

-Deux plate-formes triples lance-torpillesSchneider modèle 1920T installés axialement (la n°1 entre les cheminées 2 et 3 et la n°2 entre le rouf supportant la pièce III et le rouf supportant la pièce IV), la refonte de 1943 vit le débarquement de la plate-forme avant pour renforcer l’armement ASM.

-Deux grenadeurs de sillage pour six grenades Guilbaud de 200kg (poids de la charge militaire, le poids le global étant de  253kg) et quatre mortiers Thornycroft modèle 1918 pour grenades Guilbaud de 100kg (poids réel 130.4kg). L’approvisionement global en 1934 est de vingt grenades de 200kg et de douze de 100kg.

La refonte de 1943 débarque les quartiers mortiers Thornycroft et renforce le parc de grenades ASM porté à trente six projectiles de 150kg (130kg d’explosif).

Equipage :  12 officiers, 22 officiers mariniers et 165 quartiers maitres et matelots

Publicités

2 réflexions sur “10-Contre-torpilleurs (7)

  1. egdltp dit :

    En 1939, je croyais que c’était la guerre de Pologgne et non la 2ème GM qui commençait 😉 Un problème de ligne temporelle …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s