9-Croiseurs légers (15)

Le Chateaurenault

Chateaurenault

Le marquis de Chateaurenault

-Le Chateaurenault est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) sis à la Seyne sur Mer le 2 juin 1940 (cale n°1) et lancé le 21 juin 1942.

Les travaux d’achèvement sont menés avec célérité ce qui  permet au deuxième croiseur léger de classe De Grasse d’être armé pour essais le 15 juin 1943.

Il effectue une batterie d’essais statiques du 16 au 19 juin avant de sortir en mer pour les essais de validation constructeur du 22 au 25 juin avant d’être officiellement cédé à la marine nationale, traversant le cours bras de mer séparant la Seyne sur Mer de Toulon.

Il effectue une première série d’essais du 27 juin au 9 juillet 1943 avant de passer au bassin (bassin n°3 du Missiessy) du 10 au 17 juillet pour démontages et modifications. Il effectue une nouvelle campagne d’essais du 18 au 31 juillet avant un deuxième et dernier passage au bassin du 1er au 10 août

Il charge munitions et carburant et quitte Toulon le 12 août pour un stage de mise en condition en Méditerranée occidentale du 12 au 23 août, date de son arrivée à Casablanca.

Il quitte le Maroc le 26 août direction Dakar où il arrive le 30 août, entamant aussitôt sa première école à feux soit du 31 août au 12 septembre.

Il quitte Dakar pour effectuer sa traversée de longue durée, une boucle en direction de l’Amérique du Sud. Il fait ainsi escale à Buenos Aires du 16 au 18 septembre, à Montevideo du 18 au 20 septembre et enfin Rio de Janeiro du 23 au 26 septembre. Il traverse l’Atlantique, relâche à Dakar le 2 octobre et rentre à Toulon le 10 octobre 1943.

Le 11 octobre 1943, le croiseur léger Chateaurenault est admis au service actif au sein de la 2ème escadre de la Flotte de la Méditerranée, Toulon étant son port d’attache

Il effectue sa première sortie du 10 au 19 octobre en compagnie du Lamotte-Picquet qu’il va numériquement remplacer au sein de l’escadre, permettant au vétéran d’être redéployé outre-mer en l’occurence l’Océan Indien.

Le 19 octobre, la 6ème DC (croiseurs légers Lamotte-Picquet et Primauguet) est dissoute mais reconstituée dès le lendemain 20 octobre avec les rutilants De Grasse et Chateaurenault.

La 6ème DC sort du 25 octobre au 8 novembre pour un entrainement combiné dans le golfe du Lion avant une escale à Sète du 9 au 13 novembre. Reprenant la mer, la division subit un entrainement de défense aérienne à la mer du 14 au 21 novembre puis après un ravitaillement à Ajaccio le 22 novembre, les deux croiseurs effectuent un entrainement aviation du 23 novembre au 2 décembre avant de rentrer à Toulon le lendemain 3 décembre 1943.

Le Chateaurenault est en entretien à flot du 4 au 16 décembre, sortant pour essais les 17 et 18 décembre avant d’effectuer un entrainement aviation du 19 au 24 décembre. Le lendemain,  il retrouve son sister-ship De Grasse pour des manoeuvres en commun du 25 décembre au 5 janvier, les deux croiseurs légers rentrant à Toulon le lendemain 6 janvier 1944.

Le 12 janvier 1944, le Chateaurenault quitte Toulon pour un entrainement anti-sous-marin, le croiseur léger servant de plastron aux sous-marins L’Astrée et La Favorite, le croiseur se défendant avec ses hydravions Dewoitin HD-731. Il rentre à Toulon le 20 janvier 1944.

Du 25 janvier au 3 février 1944, le Chateaurenault sort pour un entrainement de défense aérienne à la mer, faisant escale à La Ciotat du 4 au 7 février avant de rentrer à Toulon le lendemain 8 février 1944. Il enchaine par la remise en condition du croiseur léger De Grasse menée en compagnie du Guichen et ce du 10 février au 4 mars, avant de rentrer à Toulon le 5 mars 1944.

Les trois croiseurs légers quittent Toulon le 12 mars 1944, font escale à Casablanca du 17 au 20 mars avant d’arriver à Dakar le 24 mars 1944. Ils effectuent une école à feux du 27 mars au 16 avril avant une escale de ravitaillement à Dakar le 17 avril 1944.

Le 18 avril 1944, les trois croiseurs quittent le Sénégal pour une longue croisière d’endurance et de présence. Ils effectuent une première escale à Lisbonne du 23 au 28 avril avant de remonter le Golfe de Gascogne, relâchant à Saint-Nazaire du 1er au 3 mai, à Brest du 4 au 7 mai, manoeuvre au large de Brest avant de cingler en direction de Cherbourg où les trois croiseurs font escale du 11 au 16 mai 1944.

Reprenant la mer, la 6ème DC est au Havre du 17 au 20 mai, à Dunkerque du 21 au 23 mai, à Anvers du 25 au 28 mai, à Newcastle du 30 mai au 2 juin, à Portsmouth du 4 au 7 juin avant d’arriver à Brest le 8 juin 1944. Lors de l’escale dans le grand port du Ponnant du 8 au 13 juin, est signée la charte de parrainage du Chateaurenault avec la ville de Château-Renault.

Reprenant la mer, la 6ème DC est au Havre du 17 au 20 mai, à Dunkerque du 21 au 23 mai, à Anvers du 25 au 28 mai, à Newcastle du 30 mai au 2 juin, à Portsmouth du 4 au 7 juin avant d’arriver à Brest le 8 juin 1944.

Reprenant la mer le 14 juin, la 6ème DC fait escale au Verdon du 14 au 17 juin, à  Gibraltar du 20 au 23 juin avant de rentrer à Toulon le 27 juin 1944.

Le Chateaurenault sort pour un entrainement de base du 28 juin au 4 juillet, mouillant à Cannes du 5 au 8 juillet avant d’enchainer par un entrainement aviation du 9 au 16 juillet 1944. Il est ensuite indisponible du  17 juillet au 12 août pour entretien et permissions de l’équipage. Il sort pour essais du 13 au 18 août avant de sortir pour remise en condition en compagnie du De Grasse du 19 au 30 août 1944.

Après une sortie d’entrainement du 4 au 9 septembre, le Chateaurenault participe à la remise en condition du Guichen en compagnie du De Grasse et ce du 10 au 27 septembre 1944.

Après une indisponibilité accidentelle du 30 septembre au 7 octobre (problème de chaudière), le Chateaurenault sort pour essais du 8 au 10 octobre avant de sortir au large de Toulon pour un entrainement de base du 12 au 20 octobre. Il rentre à Toulon le 25 octobre après une escale à La Ciotat du 21 au 24 octobre.

Le 28 octobre, il quitte Toulon et retrouve au large de Cannes son sister-ship De Grasse qui venait de faire escale dans cette ville du 23 au 27 octobre 1944.  Les deux croiseurs vont réaliser un exercice à double détente du 28 octobre au 12 novembre, se poursuivant mutuellement soutenus par l’aviation.

Les deux croiseurs font escale à Nice du 13 au 17 novembre 1944 où le De Grasse et le Chateaurenault retrouvent le Guichen. La division ainsi reconstituée manoeuvre entre Nice et Bastia du 18 au 30 novembre. Après une escale à Bastia du 1er au 5 décembre, les trois croiseurs rentrent à Toulon le 7 décembre 1944.

Le Chateaurenault est en entretien à flot du 8 au 20 décembre, entretien qui concerne principalement son armement, sa catapulte et son électronique embarquée. Il sort pour essais du 22 au 27 décembre mais attends la nouvelle année pour reprendre l’entrainement.

Il sort pour un entrainement de base du 2 au 9 janvier, un entrainement aviation du 11 au 15 janvier et un entrainement de défense aérienne à la mer du 17 au 24 janvier avant de rentrer à Toulon le lendemain 25 janvier. Il retrouve ensuite ses deux sister-ship pour une importante séquence d’entrainement.

Après un exercice de division du 26 janvier au 5 février, les trois croiseurs légers effectuent un entrainement de défense aérienne à la mer du 7 au 22 février avant une escale à Alger du 23 au 27 février avant un entrainement au combat de nuit du 28 février au 10 mars 1945.

La 6ème DC  sort à nouveau du 24 mars au 8 avril en compagnie du Richelieu pour un entrainement combiné dans le Golfe du Lion avec entrainement au combat de nuit et exercice de défense aérienne à la mer avant une escale à Marseille du 9 au 12 avril. Reprennant la mer, elles s’entrainent au combat antisurface du 13 au 22 avril avant de rentrer à Toulon le 27 avril après une escale à Bastia du 23 au 26 avril 1945.

Les trois croiseurs légers de la 6ème DC quittent Toulon le 30 avril, se ravitaillent à Casablanca le 4 mai et arrivent à Dakar le 8 mai 1945 à l’aube. Le De Grasse, le Chateaurenault et le Guichen effectuent une école à feux au polygone de Rufisque du 10 au 27 mai avant une nouvelle escale à Dakar du 28 au 31 mai.

Les trois croiseurs effectuent un deuxième entrainement au large de Dakar, un exercice de raid amphibie. Le De Grasse quitte Dakar le 1er juin avec à bord une compagnie de fusiliers marins et une compagnie d’infanterie coloniale et disparaît aux yeux de ses deux sister-ships chargés de protéger le port.

Le 2 juin 1945, le De Grasse réussit à mettre à terre ses troupes après avoir simulé des tirs contre les défenses côtières du secteur de Dakar. Les 350 hommes embarqués réussissent à s’emparer de la base navale de Dakar même si le De Grasse est coulé par le Guichen et le Chateaurenault au cours d’un duel en haute mer.

Le 3 juin 1945,  un exercice semblable à lieu avec dans le rôle de l’assaillant le Chateaurenault qui débarque ses troupes pour s’emparer de l’aérodrome de Dakar-Bel Air après avoir pilonné les défenses côtières. Pendant ce temps, le De Grasse va étendre un écran de fumée en attaquant le polygone de Rufisque ce qui empêche le Chateaurenault d’intervenir efficacement.

Le 4 juin 1945, les trois croiseurs débarquent près de 900 hommes qui s’emparent du port de Dakar après également des tirs contre les positions adverses.

Après une ultime escale à Dakar du 5 au 8 juin, les trois croiseurs quittent l’Afrique noire, font escale à Casablanca du 11 au 14 juin avant de rentrer à Toulon le 19 juin 1945.

Le Chateaurenault sort à nouveau pour un entrainement au combat de nuit du 25 au 30 juin, faisant escale à Sète du 1er au 4 juillet, rentrant à Toulon  le lendemain 5 juillet. Il est ensuite indisponible (entretien et permissions de l’équipage) jusqu’au 21 juillet.

Il sort pour essais du 22 au 27 juillet puis après une escale à Ajaccio du 28 au 31 juillet, subit un stage de remise en condition du 1er au 7 août, ne rentrant à Toulon que le 11 août après une escale à Calvi du 8 au 10 août.

Le 15 août 1945, les trois croiseurs légers de la 6ème DC _qui avaient été indisponibles à tour de rôle pour entretien et permissions de l’équipage_ sortent pour entrainement de division jusqu’au 30 août quand les trois croiseurs mouillent en baie des Anges au large de Nice du 1er au 7 septembre avant de rentrer à Toulon le 9 septembre 1945.

Le Chateaurenault sort à nouveau pour un entrainement aviation du 12 au 20 septembre, faisant escale à Marseille du 21 au 24 septembre avant de rentrer à Toulon le lendemain 25 septembre 1945.

Du 30 septembre au 15 octobre 1945, le croiseur de bataille Strasbourg s’entraine avec son sister-ship Dunkerque, la 6ème DC (De Grasse Chateaurenault et Guichen) et de la 2ème DCT composé des modernes et puissants Bayard Du Guesclin Turenne.

Les deux croiseurs de bataille, leurs deux torpilleurs d’escadre d’escorte, les trois croiseurs légers et les trois contre-torpilleurs enchainent les exercices de combat antisurface de jour comme de nuit, les exercices de défense aérienne à la mer et de bombardement littoral.

Alors que ces autres compagnons d’exercices gagnent Mers-El-Kébir, le Chateaurenault rentre à Toulon pour se ravitailler en quelques heures avant d’enchainer par un nouvel exercice en compagnie du cuirassé Richelieu, de ses deux torpilleurs d’escadre et des contre-torpilleurs de la 5ème DCT (Aigle Albatros Gerfaut).

Tout commence par un entrainement DAM (Défense Aérienne à la Mer) jusqu’au 21 octobre, le cuirassé, le croiseur léger et les contre-torpilleurs étant assaillis par l’aviation basée à terre. Après un ravitaillement à Ajaccio-Aspretto les 22 et 23 octobre, les cinq navires effectuent un entrainement au combat de nuit du 24 au 30 octobre avant une escale à Marseille du 31 octobre au 2 novembre.

Reprenant la mer, ils s’entrainent à la lutte ASM, les contre-torpilleurs assurant un ratissage au large du cap Corse contre  les  sous-marins Venus Iris et Pallas qui tentaient du 3 au 10 novembre une embuscade contre le cuirassé et le croiseur léger qui participent à la traque en utilisant leurs hydravions. Après une escale à Nice du 11 au 15 novembre, le Richelieu, le Chateaurenault et la 5ème DCT rentrent à Toulon le 17 novembre 1945.

Le Chateaurenault subit ensuite un petit carénage, étant échoué au bassin n°3 du Missiessy du 20 novembre au 15 décembre pour des travaux de remise en état et de peinture. Remis à l’eau, il subit une période de travaux complémentaires à flot du 16 au 27 décembre suivis d’essais à la mer du 28 décembre 1945 au 2 janvier 1946.

Le De Grasse sort pour entrainement avec ses deux sister-ship de la 6ème DC au large de Toulon et de Nice du 5 au 21 janvier avant de faire escale à Nice du 22 au 25 janvier, rentrant à Toulon le 26 janvier 1946.

Après une indisponibilité accidentelle du 28 janvier au 15 février 1946, le Chateaurenault sort pour essais du 16 au 20 février avant un stage de remise en condition du 21 février au 2 mars.

Le lendemain 3 mars 1946, le Chateaurenault et le Guichen quittent Toulon, font escale à Casablanca du 7 au 10 mars avant d’arriver à Dakar le 14 mars 1946. Les deux croiseurs légers effectuent une école à feux au polygone de Rufisque du 15 mars au 3 avril.

Les deux seuls navires disponibles de la 6ème DC _le De Grasse étant en grand carénage_ quittent Dakar le 6 avril, font escale à Casablanca du 10 au 12 avril avant de rentrer à Toulon le 16 avril 1946.

Le Chateaurenault sort pour entrainement aviation du 23 au 30 avril avant de faire escale à Monaco du 1er au 5 mai, le prince Louis II visitant le navire qui quitte la principauté le 6 mai pour un exercice de défense aérienne à la mer jusqu’au 14 mai, rentrant à Toulon le lendemain 15 mai 1946.

Il ressort ensuite du 18 au 25 mai pour un entrainement au combat de nuit, faisant escale à Nice du 26 au 29 mai. Il rentre à Toulon le 31 mai 1946.

Le 4 juin 1946, le Chateaurenault et le Guichen quittent Toulon, se ravitaillent à Casablanca du 8 au 10 juin avant de gagner Dakar le 14 juin. Ils effectuent une école à feux doublé dans un entrainement au bombardement littoral et au combat antisurface du 16 au 30 juin avant de rentrer à Toulon le 10 juillet 1946.Le Chateaurenault est indisponible pour permissions de l’équipage du 11 au 23 juillet

Après des travaux destinés à préparer une mission de représentation du 23 au 30 juillet, le Chateaurenault effectue une sortie pour essais du 1er au 5 août. Il quitte Toulon le 17 août 1946 au matin en compagnie du croiseur lourd Suffren pour retrouver le Strasbourg, ses deux torpilleurs d’escadre et le pétrolier-ravitailleur La Baïse pour une mission de représentation dans les Caraïbes.

La jonction se fait le 19 août au large de l’Espagne, la petite escadre manœuvrant ensemble avant de faire une première escale à Casablanca le 24 août avant de traverser d’une traite l’Atlantique, arrivant à Fort de France le 2 septembre 1946.

Ils font escale à Pointe à Pitre du 7 au 12 septembre, Kingston (Jamaïque) du 14 au 17 septembre, Veracruz (Mexique) du 19 au 22 septembre, La Nouvelle Orléans du 25 au 28 septembre, Miami du 30 septembre au 3 octobre 1946 avant de traverser l’Atlantique faisant escale à Dakar le 7 octobre 1946 où ils se séparent, le croiseur de bataille et ses torpilleurs d’escadre rentrant directement à Mers-El-Kebir.

Le Suffren et le Chateaurenault appuyés par la Baïse vont prolonger cette croisière par un déploiement dans le Golfe de Guinée. Il quitte Dakar le 11 octobre, fait escale à Abidjan du 13 au 17 octobre, à Bioko (île de la Guinée Equatoriale alors colonie espagnole) du 19 au 21 octobre, à Libreville du 22 au 25 octobre, Abidjan à nouveau du 28 octobre au 2 novembre, Dakar du 4 au 8 novembre, à Casablanca du 11 au 14 novembre avant de rentrer à Toulon le 18 novembre après plus de trois mois loin de son port d’attache, Le PRE La Baïse rentrant lui à Mers-El-Kébir.

Après une période d’indisponibilité pour entretien à flot du 19 novembre au 2 décembre, le Chateaurenault sort pour essais du 3 au 11 décembre avant d’effectuer un stage de remise en condition entre Nice et Toulon du 13 au 30 décembre, rentrant à Toulon le lendemain 31 décembre 1946.

La première sortie de l’année 1947 commence le 3 janvier mais le Chateaurenault doit rentrer précipitamment au port pour une avarie le 4 janvier. Il subit des réparations du 5 au 9 janvier, sortant pour essais du 10 au 13 janvier avant d’effectuer un entrainement de base du 14 au 18 janvier et de retrouver Toulon le lendemain 19 janvier.

La 6ème DC quitte Toulon le 21 janvier 1947 pour un entrainement aviation du 21 janvier au 3 février avant une escale commune à Marseille du 4 au 7 février. Les trois croiseurs légers reprennent la mer et retrouvent en mer les 1ère (Bruix D’Assas La Tour d’Auvergne) et 2ème DCT (Bayard Du Guesclin Turenne) pour un exercice en commun du 8 au 27 février 1947. Ils rentrent tous à Toulon le 28 février 1947.

Le 2 mars 1947, le Chateaurenault et le Guichen quittent Toulon pour Mers-El-Kébir, arrivant à destination le lendemain 3 mars. Du 5 au 17 mars, les deux croiseurs de la 6ème DC vont manoeuvrer avec leurs sister-ships de la 8ème DC en l’occurence le Latouche-Tréville et le Gambetta. Après une escale commune à Oran du 18 au 22 mars et à Tunis du 23 au 27 mars, les deux divisons se séparent, la 6ème DC (amputée comme vous l’avez constaté du De Grasse) rentrant à Toulon le 29 mars.

Après une sortie pour entrainement à la défense aérienne à la mer du 2 au 9 avril, le Chateaurenault participe du 12 au 30 avril à la remise en condition du cuirassé Richelieu. Si  le cuirassé ne rentre qu’à Toulon que le 6 mai après une escale à Nice, le croiseur léger rentre à Toulon dès le 1er mai pour subir son premier grand carénage.

Débarquant ses munitions et vidangeant ses soutes, le Chateaurenault est échoué dans le bassin n°2 du Missiessy le 2 mai 1947 pour quatre mois travaux. Étant un navire récent, ces travaux concernent surtout une remise en état complète et assez peu de modifications techniques.

Remis à l’eau le 4 septembre 1947, il subit une semaine de travaux à flot jusqu’au 11 septembre avant des essais à la mer rondement menés du 12 au 18 septembre avant une sortie pour remise en condition au large des îles du Levant du 19 au 30 septembre 1947.

Le 7 octobre dans la nuit, la 6ème DC au grand complet (De Grasse Chateaurenault Guichen) quitte Toulon et retrouve le lendemain 8 octobre au large d’Ajaccio la 1ère DL (croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg), leurs torpilleurs d’escadre et la 8ème DC (croiseurs légers Latouche-Tréville, Gambetta et Condé).

Le Strasbourg prend la tête de la 6ème DC (parti Rouge) alors que le Dunkerque devient le chef de la 8ème DC (parti Bleu) pour un exercice à double détente jusqu’au 18 octobre avant une escale commune à Tunis du 19 au 25 octobre 1947. La 6ème DC rentre ensuite à Toulon  alors que la 1ère DL et le 8ème DC rentrent à Mers-El-Kebir le 27 octobre 1947.

Rentrée à Toulon le 28 octobre 1947, la 6ème DC sort à nouveau pour un entrainement de division dans le golfe du Lion du 1er au 10 novembre, faisant escale à Sète du 11 au 15 novembre avant d’enchainer par un entrainement au combat antisurface du 16 au 30 novembre, les trois croiseurs rentrant à Toulon le 2 décembre 1947.

Le Chateaurenault sort encore du 7 au 12 décembre et du 15 au 23 décembre avant de passer la fin de l’année à quai à Toulon.

Alors que leur sister-ship De Grasse est en entretien à flot, le Chateaurenault et le Guichen quittent Toulon le 8 janvier, font escale à Casablanca du 13 au 17 janvier avant de gagner Dakar le 21 janvier 1948.

Les deux croiseurs légers effectuent une intense école à feu à Rufisque du 23 janvier au 12 février, faisant ensuite à nouveau escale à Dakar du 13 au 17 février. Ils reprennent la mer le lendemain 18 février 1948, se ravitaillent à Mers-El-Kébir le 24 février avant de retrouver à Toulon le 26 février 1948 à l’aube.

Le 2 mars 1948, un impressionnant groupe de combat quitte Toulon. Le Richelieu ouvre la marche suivit par ses deux torpilleurs d’escadre Corsaire et Flibustier, le pétrolier Elorn, les contre-torpilleurs de la 9ème DCT (Le Fantasque L’Audacieux et Le Malin) et les trois croiseurs légers de la 6ème DC.

Le Richelieu sort à nouveau le 2 mars 1948 en compagnie de la 6ème DC (croiseurs légers De Grasse Chateaurenault Guichen), de la 9ème DCT composé des contre-torpilleurs Le Fantasque L’Audacieux et Le Malin et du pétrolier Elorn.

La petite mais puissante escadre commence par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 2 au 12 mars avant une escale à Nice du 13 au 17 mars. Le Richelieu appareille le premier dans la nuit du 17 au 18 mars avec pour mission de rallier Alger en échappant aux croiseurs légers et aux contre-torpilleurs (L’Elorn lui gagne Mers-El-Kébir pour recompléter ses soutes et servir de base mobile de ravitaillement).

Au cours de six joutes successives (18-21 mars, 23-26 mars, 28-30 mars, 1er au 4 avril, 6 au 9 avril et 11 au 15 avril), le Richelieu est intercepté à trois reprises mais coulé une fois sous les coups des torpilles et des obus des croiseurs et contre-torpilleurs.

Après une escale de ravitaillement auprès de l’Elorn à Mers-El-Kébir du 17 au 22 avril, le cuirassé accompagné des contre-torpilleurs appareille pour un exercice à double détente contre les croiseurs légers qui devaient rallier Bizerte.

L’exercice qui à lieu du 24 avril au 4 mai et se termine par une escale à Bizerte du 5 au 12 mai 1948. Tous les navires rentrent à Toulon le 15 mai 1948.

Du 20 mai au 5 juin 1948, les croiseurs De Grasse et Chateaurenault sortent pour un entrainement de division avant une escale à Tunis du 6 au 10 juin 1948. Ils reprennent la mer pour un exercice de défense aérienne à la mer du 11 au 21 juin avant une escale à Ajaccio du 22 au 25 juin. Ils rentrent tous les deux à Toulon le 26 juin 1948.

Après une période d’indisponibilité du 27 juin au 15 juillet 1948 pour entretien et permissions de l’équipage, le Chateaurenault sort pour essais du 16 au 20 juillet avant un stage de remise en condition au large de la Corse du 22 juillet au 6 août 1948.

La guerre semblant chaque jour plus proche, le Chateaurenault passe à l’effectif de guerre dès le 12 août, effectuant deux transports de troupes entre le continent et la Corse, la première rotation ayant lieu du 15 au 18 août entre Toulon et Bastia (250 soldats) et la seconde du 21 au 24 août entre Toulon et Ajaccio (200 hommes ).

Il sort ensuite pour entrainement du 27 août au 3 septembre, rentrant à Toulon le 4 septembre dans la soirée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s