6-Cuirassés et croiseurs de bataille (14)

Le Bourgogne

Blason historique de la Bourgogne

La construction du quatrième et dernier cuirassé de classe Alsace est attribuée à l’Arsenal de Brest qui avait déjà construit le Normandie.

Les travaux préparatoires commencent à l’automne 1944 et la mise sur cale à lieu le 16 mars 1945 dans la forme n°10 au Laninon.

Les travaux sont menés rapidement, la guerre étant jugée chaque jour plus proche. Le Bourgogne est ainsi mis à flot le 9 mars 1947 et amarré au quai d’armement pour recevoir son artillerie, ses systèmes radars, son appareil propulsif.

Il est armé pour essais le 10 octobre 1947 et après des essais au point fixe en rade-abri du 12 au 15 octobre 1947 avant des essais à la mer raccourcis du 20 octobre au 5 décembre 1947.

Le 7 décembre 1947, il appareille pour Dakar afin d’entrainer ses canonniers. La traversée jusqu’à la capitale de l’AOF étant considérée comme sa traversée de longue durée, le cuirassé faisant escale au mouillage à Quiberon le 8 décembre, au Verdon le 11 décembre, à Casablanca du 12 au 14 décembre avant d’arriver à Dakar le 16 décembre 1947.

L’Ecole à feu commence le lendemain et dure plus de quinze jours jusqu’au 5 janvier 1948. Il passe ensuite au bassin à Dakar pour de menus travaux (7-20 janvier 1948). Après des essais à la mer du 21 au 24 janvier, le cuirassé quitte Dakar le 27 janvier direction Mers-El-Kebir où il arrive le 3 février 1948. La commission supérieure d’armement qui avait embarqué à Dakar prononce un avis favorable à son admission au service actif le 12 février 1948.

Le 15 février 1948, le cuirassé Bourgogne est admis au service actif, affecté à la 4ème escadre, étant placé hors-rang.

Le Bourgogne sort en mer pour entrainement du 10 au 17 février pour une école à feux en compagnie du Lannes, le cuirassé et le torpilleur d’escadre étant rallié le dernier jour par l’Augereau qui est admis au service actif au retour des trois navires à Mers-El-Kébir le 18 février 1948.

Le Bourgogne et ses deux torpilleurs d’escadre sortent pour un entrainement défense aérienne à la mer du 25 février au 5 mars puis pour un entrainement au combat antisurface du 10 au 22 mars, le cuirassé ralliant dès le 23 mars Bizerte pour un passage au bassin du 24 mars au 12 avril. Il sort ensuite pour essais du 13 au 16 avril puis pour remise en condition du 18 au 28 avril 1948.

Le 1er mai 1948, le cuirassé Bourgogne quitte Bizerte pour un déploiement dans l’Océan Indien, franchissant le canal de Suez les 3 et 4 mai avant de rallier Djibouti le 8 mai 1948 puis d’effectuer une première sortie d’entrainement du 10 au 15 mai. Il manoeuvre ensuite avec le croiseur léger Primauguet et l’aviso colonial Savorgnan de Brazza avant une escale commune à Mascate du 17 au 21 mai.

Le Bourgogne et ses deux torpilleurs Lannes et Augereau repartent alors en Méditerranée, faisant escale à Port Saïd le 28 mai, franchissant le canal de Suez le 30 mai et rentrant à Mers-El-Kébir le 5 juin. Lors d’une sortie en mer du 12 au 16 juin, une délégation de la ville de Dijon menée par son maire Paul Bur est à bord du cuirassé pour célébrer le parrainage du cuirassé par l’ancienne capitale de la province de Bourgogne.

Le cuirassé est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 17 au 30 juin avant un exercice ASM avec le sous-marin La Favorite du 1er au 9 juillet, une escale à Alger du 10 au 15, un entrainement à la défense aérienne à la mer du 16 au 24 juillet et une autre escale à Alger du 25 au 30 juillet, le cuirassé rentrant avec ses deux torpilleurs à Mers-El-Kébir le 1er août 1948.

Le Bourgogne est à nouveau à la mer pour une école à feux du 8 au 18 août, faisant escale à Alger du 19 au 22 août avant de rallier Mers-El-Kébir le 23 août.

Le 24 août, il passe au régime de guerre tout comme ses deux escorteurs, les trois navires sortant pour entrainement du 25 août au 2 septembre, rentrant à Mers-El-Kébir le 3 septembre mais se tenant près à appareiller dans les plus brefs délais ce qu’il fera dès le 5 septembre 1948 dans la soirée à l’annonce des bombardements allemands sur le Danemark et la Norvège pour couvrir les approches d’Oran vers l’ouest.

Schéma définitif de la classe Alsace. En rouge les tourelles doubles de 130mm et en violet, les affûts ACAD et ACAQ de 37mm

Caractéristiques techniques de la classe Alsace

Déplacement : standard ou officiel 40000 tonnes en charge normale 42100 tonnes à pleine charge 47000 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 252m longueur entre perpendiculaire 246.75m largeur hors tout 35m tirant d’eau en charge normale 9.75m (11.20m en tirant d’eau à charge maximale)

Propulsion : 4 turbines à engrenages Parson réparties en une salle des machines avant et une salle des machines arrières, alimentées par six chaudières Sural dévellopant 170000ch et entrainant quatre hélices

Performances :  vitesse maximale : 32 noeuds distance franchissable : 9500 miles nautiques à 15 noeuds 3450 miles nautiques à 30 noeuds.

Protection : ceinture principale 375mm bulkhead avant 355mm bulkhead au dessus du pont blindé intermédiaire 233mm

pont blindé supérieur au dessus des soutes à munitions 180mm pont blindé supérieur au dessus des machines 170mm pont blindé intermédiaire 50/70mm (100mm au dessus des hélices et 150mm au dessus des lignes d’arbre)

Bloc passerelle : face avant et latérales 360mm arrière 280mm toit 170mm tube de communication 160mm

Tourelles triples de 380mm : face avant 430mm faces latérales 300mm toit 170 à 195mm face arrière 270mm (T.I) et 260mm (T.II) barbettes au dessus du PBS 405mm barbettes en dessous du PBS 80mm

Tourelles de l’artillerie secondaire : face avant 130mm côtés et toit 70mm face arrière 60mm barbette 100mm

Electronique : un radar de veille aérienne, un radar de veille surface, deux radars de conduite de tir pour l’artillerie principale, deux radars pour la conduite de l’artillerie secondaire

Aviation : une catapulte et un hangar à la poupe

Armement : 9 canons de 380mm en trois tourelles triples (deux avant et une arrière), 24 canons de 130mm en douze tourelles doubles installées latéralement, 28 canons de 37mm groupés en quatre affûts quadruples ACAQ modèle 1941  et six  affûts doubles ACAD modèle 1935   et 12 canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en six affûts doubles

Pour l’anecdote, les tourelles de 380mm ont été baptisés du nom de villes :

Alsace : tourelle I Colmar tourelle II Mulhouse tourelle III Haguenau

Normandie : tourelle I Le Havre tourelle II Caen tourelle III Cherbourg

Flandre : tourelle I Cassel tourelle II Douai tourelle III Hazebrouck

Bourgogne : tourelle I Beaune tourelle II Besançon Tourelle III Maçon

Equipage : 1750 officiers et marins

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s