6-Cuirassés et croiseurs de bataille (13)

Le Flandre

Blason de la Flandre

C’est à la tranche 1943 du programme naval voté en 1941 qu’est financée la construction des deux derniers cuirassés de classe Alsace, cuirassés qui reprennent pour le premier l’un des noms de cuirassés morts-nés de la classe Normandie à savoir le Flandre alors que son sister-ship est baptisé Bourgogne

Si le Flandre resté inachevé à été construit à l’Arsenal de Brest, son descendant des années 1940 est commandé aux Ateliers et Chantiers de Saint Nazaire-Penhoët qui ont déjà construit le Jean Bart, le Gascogne et surtout l’Alsace.

Les travaux préparatoires commencent peu après le lancement du cuirassé Alsace en novembre 1943.

La mise sur cale à lieu le 7 janvier 1944 sur la cale n°1 qui à vu passer notamment le paquebot Normandie, le croiseur de bataille Strasbourg et le porte-avions Joffre. Occupés avec l’armement de l’Alsace, les chantiers de Penhoët construisent assez lentement le cuirassé jusqu’au mois d’août 1944 où tout s’accélère.

Le cuirassé est lancé le 2 janvier 1946, un lancement délicat puisque la coque connait une gite aussi anormale qu’inexpliquée qui oblige les ouvriers du chantier à avancer le lancement d’une vingtaine de minutes et de voir la coque s’élancée alors que le préfet maritime entame son discours…….. . Le navire glisse lentement sur la cale mais se rétablit parfaitement en entrant dans l’eau.

Le navire est remorqué au quai d’armement pour entamer l’aménagement des superstructures et l’installation de l’armement qu’il s’agisse des imposants canons de 380mm ou ceux plus légers de 130mm. Il passe ensuite dans la forme Joubert pour recevoir gouvernails et hélices et subir quelques travaux de peintures sous la flottaison.

Le Flandre est armé pour essais le 25 mars 1947, toujours sous la responsabilité du chantier constructeur qui effectue une première campagne d’essais au point fixe (27-31 mars) puis en mer du 2 au 8 avril qui confirme le bon respect des termes contractuels.

Le 10 avril 1947, le cuirassé est remis solenellement à la marine nationale et appareille le même jour pour Brest où il arrive le surlendemain, une violente tempête l’ayant obligé à mouiller par précautions en baie de Douarnenez.

Les essais officiels ont lieu du 20 avril au 25 mai avant un passage au bassin n°11 du Laninon (inauguré en 1946 juste à côté du bassin n°8) du 26 mai au 18 juin pour démontages et modifications avant une nouvelle phase d’essais à la mer du 19 juin au 4 juillet 1947.

Il appareille de Brest le 22 juillet 1947 pour sa traversée longue durée. Il fait escale à Jacksonville en Floride du 28 juillet au 1er août, à Nassau aux Bermudes du 3 au 7 août, Pointe à Pitre du 9 au 12 août,Fort de France de 13 au 17 août, Port of Spain du 20 au 25 août,  Caracas du 27 au 31 août.

Le 1er septembre 1947, le cuirassé Flandre appareille pour Dakar où il arrive le 6 septembre. Il est échoué dans le bassin de radoub pour quelques menues réparations, étant remis à flot le 21 septembre 1947.

Il effectue un entrainement à Rufisque du 25 septembre au 9 novembre 1947 avant une escale à Dakar du 10 au 17 novembre avant de reprendre la mer le 21 novembre après un exercice de combat de nuit. Il fait escale à Casablanca le 24 novembre où il embarque la commission supérieure d’armement qui va évaluer le navire durant son transit jusqu’à Toulon, le cuirassé arrivant à destination le 29 novembre 1947. La Commission supérieure d’armement donne un avis favorable à l’admission au service actif le 1er décembre 1947.

Le 7 décembre 1947, le cuirassé Flandre est admis au service actif au sein de la Flotte de la Méditerranée, au sein du Groupement de Ligne de la 2ème escadre formant la 5ème DL avec son sister-ship l’Alsace.

Le Flandre sort pour une école à feux du 5 au 12 décembre, faisant escale à Nice du 13 au 17 décembre avant un entrainement à la défense aérienne à la mer du 18 au 24 décembre, rentrant à temps à Toulon pour les fêtes de fin d’année.

Le dernier né des cuirassés français sort pour entrainement aviation du 4 au 10 janvier avant un mouillage en baie d’Ajaccio du 11 au 15 janvier suivit d’un entrainement au combat antisurface du 16 au 24 janvier, le cuirassé et ses deux torpilleurs d’escadre faisant escale à Marseille du 25 au 30 janvier et rentrant à Toulon le 5 février après une école  feux du 1er au 4.

Il appareille le 12 février 1948 pour Tunis où il arrive le 16 février afin de participer à une opération de relation publique mais le surlendemain 18 février, de violentes émeutes éclatent à Beyrouth pour réclamer l’indépendance promise lors de la mise en place du mandat SDN.

Le cuirassé Flandre appareille en urgence le 19 février avec à bord 600 soldats, essentiellement des zouaves et des tirailleurs sénégalais pour la capitale du Liban mandataire, arrivant sur place le 22 février.

Il met ses troupes à terre le jour même pour sécuriser la ville pendant que les troupes déployées sur zone mènent des opérations de police. Le cuirassé patrouille au large des côtes et le 24 février doit tirer avec son artillerie secondaire pour dégager une patrouille motorisée tombée dans une embuscade (25 obus de 130mm tirés).

La révolte s’apaise à partir de la mi-mars 1948, le Liban et la Syrie obtenant l’indépendance promise pour 1943 mais les troupes françaises restent sur place en vertu d’un accord de défense signé le lendemain de la proclamation de l’indépendance le 17 mars 1948 et qui prévoit une rénégociation de la présence des troupes françaises sur place d’ici quinze ans, troupes qui occupent une station navale à Beyrouth, plusieurs garnisons terrestres et trois bases aériennes : Rayak, Damas-Mezzé, et Beyrouth.

Le cuirassé reste sur zone jusqu’au 24 mars 1948 avant de rentrer directement sur Toulon où il arrive le 29 mars. Il sort à nouveau pour entrainement du 5 au 12 avril pour une école à feux puis du 17 au 27 avril pour un entrainement au combat antisurface, le cuirassé mouillant ensuite aux salins d’Hyères du 28 avril au 3 mai, rentrant le lendemain 4 mai à Toulon.

Le cuirassé sort pour entrainement à la défense aérienne à la mer du 10 au 24 mai avant une escale à Bastia du 25 au 30 mai, rentrant à Toulon le 1er juin 1948.

Le cuirassé Flandre sort pour entrainement aviation du 2 au 10 juin puis pour un entrainement au combat antisurface du 12 au 24 juin après un ravitaillement à la mer auprès du ravitailleur Adour le 11 juin. Il rentre à Toulon le 28 juin après une escale à Nice du 25 au 27 juin.

Le 4 juillet 1948, il appareille pour Calais afin de célébrer son parrainage par la ville de Lille _sa ville marraine depuis septembre 1947_, faisant escale à Gibraltar le 8 juillet, à Brest le 12 juillet (où il doit débarquer deux marins victime d’une crise d’appendicite), au Havre le 13 juillet avant d’arriver à Calais le 14 juillet pour une semaine de festivités jusqu’au 21 juillet quand il appareille pour Toulon, faisant escale à Brest le 23 juillet, à Gibraltar le 27 juillet, à Ajaccio le 30 avant de rentrer à Toulon le lendemain 31 juillet 1948.

Il est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 1er au 15 août, sortant pour essais du 16 au 18 août puis pour remise en condition à l’effectif de guerre du 20 au 30 août, mouillant aux salins d’hyères du 31 août au 3 septembre et rentrant à Toulon le lendemain 4 septembre.

Publicités

4 réflexions sur “6-Cuirassés et croiseurs de bataille (13)

  1. Frédéric dit :

    Avec les porte-avions japonais qui sont opérations dans années 1940 du coté de la Chine, l’amirauté est toujours obnubilé par les  »big guns’ ?

  2. Frédéric dit :

    Je disait que les officiers de marine français ne semble pas avoir tenu compte du groupe aéronaval japonais qui à du continuer ses opérations de soutien à la guerre de Chine et privilégient encore les cuirassés.

    • clausmaster dit :

      Ah d’accord

      En même temps, je suis pas certain que les amiraux français soient obnubilés par le conflit sino-japonais au point de faire basculer totalement leur conception sur le bord opposé. D’ailleurs même les japonais voyaient la bataille décisive comme un duel au canon entre « gros »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s