6-Cuirassés et croiseurs de bataille (4)

La Lorraine

Le cuirassé Lorraine en 1939

Le Lorraine est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire à St Nazaire le 1er août 1912, lancé le 30 septembre 1913 et admis au service actif le 27 juillet 1916.Affecté à la Méditerranée, il participe au blocus de la flotte austro-hongroise depuis Corfou et aux démonstrations de force qui poussent la Grèce à entrer en guerre aux côtés des alliés en dépit de sympathies évidentes pour les Empires Centraux.

Comme ses sister-ship, le Lorraine est refondu à plusieurs reprises : 1921/1922, 1926 et 1927 et surtout de 1934 à 1936.

Comme ses sister-ship, les superstructures sont modifiées, la conduite de tir modernisée, la protection du casemate et du réduit central est grandement renforcé, les canons de 340mm d’origine sont remplacés par des pièces neuves et l’armement antiaérien considérablement renforcé.

En effet, 8 canons de 100 mm modèle 1930 en quatre affûts doubles modèle 1931 sont embarqués (ils seront débarqués en 1939 pour équiper le Richelieu qui connait de nombreuses difficultés avec ses canons polyvalents de 152mm) remplaçant une partie des canons de 138mm en casemate, étant accompagnés par 12 mitrailleuses de 13.2mm.

Les tubes lance-torpilles submersibles sont supprimés et le cuirassé Lorraine perd également sa tourelle centrale de 340mm au profit d’un hangar pour quatre hydravions ainsi que d’une grue et d’une catapulte.

Le 15 avril 1940, Le Lorraine quitte Toulon pour un entrainement commun avec les torpilleurs d’escadre de la 1ère DT, entrainement qui l’occupe du 15 avril au 8 mai, les quatre navires faisant ensuite escale à Nice du 9 au 14 mai avant de rentrer à Toulon le lendemain 15 mai 1940.

Comme son sister-ship Provence, le cuirassé Lorraine effectuant d’incessantes patrouilles en Méditerranée et des entrainement au profit des nouveaux marins et des réservistes.

Du 23 juin au 14 juillet 1940, le cuirassé est indisponible pour permettre à l’équipage de prendre ses perms. Il sort ensuite pour essais du 15 au 17 juillet puis pour remise en condition du 19  au 30 juillet 1940.

Du 22 février au 8 mars 1941, les cuirassés Lorraine et Provence (5ème DL) participent à un exercice commun avec les torpilleurs de la 1ère Flottille de Torpilleurs (1ère DT _La Tempête et Le Mars_; les 3ème et 7ème DT au complet) et du 21 avril au 24 mai, le Lorraine seul s’entraine avec les torpilleurs d’escadre Simoun et Le Fortuné (3ème DTE) avant de rentrer le lendemain 25 mai 1941.

Du 10 juin au 1er juillet 1941, il est indisponible (permissions d’été de l’équipage et travaux d’entretien), sortant pour essais du 2 au 5 juillet puis pour remise en condition du 7 au 21 juillet 1941, mouillant aux salins d’Hyères du 22 au 30 juillet, rentrant le lendemain à Toulon.

Il enchaine par un entrainement avec la 3ème DTE et le Provencece du 3 au 25 septembre, les deux cuirassés et les deux torpilleurs faisant escale à Nice du 26 au 30 septembre avant de rentrer à Toulon le 1er octobre 1941.

Après une école à feux du 8 au 12 octobre, le cuirassé Lorraine sort du 15 au 23 octobre en compagnie de ses nouveaux torpilleurs d’escorte, les Intrépide et Téméraire de classe Intrepide et c’est ainsi que paradoxalement, les deux torpilleurs d’escadre les plus modernes de la marine nationale escortaient le cuirassé le plus ancien.

Le cuirassé Lorraine subit une période d’entretien à flot du 24 octobre au 2 novembre, sortant ensuite pour essais du 3 au 5 novembre, rentrant le lendemain 6 novembre 1941 à Toulon.

Le 8 novembre 1941, la 5ème DL appareille pour un entrainement avec la 1ère FT, entrainement composé d’écoles à feux, de lancements de torpilles, d’entrainement à la défense aérienne à la mer, de combat antisurface. Les huit torpilleurs, les deux cuirassés et les quatre torpilleurs d’escorte _protégeant les cuirassés_ rentrant à Toulon le 24 novembre.

Le cuirassé Lorraine sort à nouveau pour école à feux du 1er au 10 décembre, faisant escale avec ses torpilleurs d’escorte à Menton du 11 au 15 décembre et à Villefranche du 16 au 20 décembre, rentrant à Toulon le lendemain 21 décembre 1941.

Le 7 janvier 1942, le Lorraine quitte Toulon en compagnie du Provence, les deux cuirassés de la 5ème DL étant accompagnés de leurs quatre torpilleurs d’escorte, les Mameluk Casque Intrepide et Téméraire pour une série d’exercices du 7 au 26 janvier, une escale à Nice du 27 au 31 janvier, de nouveaux exercices du 1er au 8 février, une escale à Bastia du 9 au 15 février avant un retour le lendemain à Toulon.

Le cuirassé Lorraine subit un pétit carénage du 17 février au 4 avril, étant échoué au bassin Vauban (n°7) cohabitant avec le Strasbourg jusqu’au 25 mars quand il est remis à flot pour des travaux complémentaires à quai. Il sort pour essais du 5 au 8 avril et pour remise en condition du 10 au 17 avril à chaque fois en compagnie de l’Intrépide et du Téméraire.

Du 22 avril au 27 mai 1942, le cuirassé Lorraine et ses deux torpilleurs d’escorte manoeuvrent en compagnie des torpilleurs La Palme et Le Mars, le cuirassé et les quatre torpilleurs d’escadre mouillant aux salins d’Hyères du 28 mai au 5 juin, rentrant dans la journée à Toulon.

Le cuirassé Lorraine est indisponible pour entretien et surtout permissions de l’équipage du 6 au 27 juin en compagnie de l’Intrépide, les deux navires sortant pour essais du 28 juin au 1er juillet puis pour remise en condition du 3 au 17 juillet, le Lorraine et l’Intrépide particant ensuite aux essais (19 au 22 juillet) et à la remise en condition (24 juillet au 8 août) du Téméraire.

Le cuirassé Lorraine sort à nouveau avec ses torpilleurs d’escorte du 15 au 23 août pour une école à feux puis du 27 août au 4 septembre pour un entrainement au combat antisurface et enfin du 12 au 20 septembre pour un entrainement à la défense aérienne à la mer.

Le 12 septembre 1942, la 5ème DL à été dissoute, le Provence partant à Brest pour être reconstruit et le Lorraine est désormais hors rang au sein du groupement de ligne de la 2ème escadre composé à l’époque des croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg (1ère DL) et du cuirassé Richelieu (hors rang).

Le 1er octobre 1942, le cuirassé Lorraine quitte Toulon en compagnie de ses torpilleurs d’escadre pour un nouveau cycle d’entrainement qui l’occupe du 1er octobre au 23 novembre, ce cycle étant entrecoupé d’escales à Marseille (12 au 15 octobre), à Alger (25 au 30 octobre) et à Bastia du 10 au 15 novembre, les compagnies de débarquement des trois navires défilant pour le 11 novembre 1942.

Après une période d’entretien à flot du 25 novembre au 8 décembre 1942, le cuirassé sort pour essais du 9 au 12 décembre puis pour remise en condition en compagnie de ses deux torpilleurs d’escadre du 14 au 23 décembre, rentrant à Toulon le 24 décembre 1942.

Le Lorraine sort à nouveau pour entrainement du 7 janvier au 18 février, faisant escale avec ses torpilleurs d’escorte à Port-Vendres (16 au 21 janvier) et à Marseille (2 au 7 février), les trois navires rentrant à Toulon le 18 février 1943.

Le 25 février 1943, le cuirassé Lorraine quitte Toulon en compagnie du seul Téméraire, l’Intrépide victime d’une avarie étant indisponible. Le cuirassé et le torpilleur d’escadre effectuent une école à feux du 25 février au 3 mars, font escale à Ajaccio du 4 au 7 mars avant un entrainement au combat antisurface du 8 au 15 mars, date à laquelle les deux navires rentrent à Toulon.

Le cuirassé Lorraine participe ensuite avec le Téméraire aux essais (18 au 21 mars) et à la remise en condition (23 mars au 6 avril) de l’Intrépide, les trois navires mouillant aux salins d’Hyères du 7 au 15 avril avant de rentrer dans la journée à Toulon.

Le cuirassé Lorraine sort à nouveau pour une école à feux du 20 au 27 avril, faisant escale à Marseille du 28 avril au 1er mai avant de rentrer à Toulon le lendemain 2 mai 1943

Le 7 mai 1943, le cuirassé Lorraine appareille en compagnie de ses torpilleurs d’escorte et des trois navires de la 7ème DTE (torpilleurs Typhon et Tornade) pour un cycle d’entrainement du 7 mai au 2 juin, date à laquelle ils rentrent à Toulon.

Il enchaine pas un entrainement avec ses torpilleurs d’escorte (école à feux, combat antisurface, défense aérienne à la mer) du 10 juin au 10 juillet, les trois navires qui avaient déjà fait escale à Nice du 28 juin au 1er juillet font escale à Marseille du 11 au 15 juillet avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Le Lorraine est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 17 juillet au 31 août 1943, sortant pour essais du 1er au 4 septembre et pour remise en condition du 6 au 20 septembre 1943, à chaque fois en compagnie de ses torpilleurs d’escorte.

Le 27 septembre 1943, le cuirassé Lorraine quitte Toulon en compagnie de ses deux torpilleurs d’escorte L’Intrépide et Le Téméraire pour un entrainement au large de Dakar. Les trois navires font escale à Casablanca du 1er au 4 octobre avant de rallier Dakar le 8 octobre. L’entrainement à lieu du 10 octobre au 15 novembre dont un entrainement au raid amphibie du 6 au 15 novembre, la compagnie de débarquement du cuirassé s’entrainant à la prise de batteries côtières sous la protection des deux torpilleurs d’escadre.

Le Lorraine et ses deux torpilleurs d’escadre quittent Dakar le 18 novembre, font escale à Casablanca du 22 au 25 novembre, à Gibraltar du 26 au 30 novembre avant de rallier Toulon le 3 décembre 1943.

Les trois navires terminent l’année par une période d’entretien à flot du 4 au 15 décembre, sortant pour essais du 16 au 19 décembre, rentrant à Toulon le lendemain 20 décembre et de rester au port jusqu’à la fin de l’année.

Le Lorraine commence l’année 1944 par une nouvelle sortie d’entrainement du 7 janvier au 7 février, le cuirassé et ses torpilleurs d’escorte après avoir fait escale à Bastia du 16 au 19 janvier font relâche à Bonifaccio du 8 au 12 février, à Port Vendres du 14 au 17 février avant de rallier Toulon le 18 février 1944. Le trio Lorraine-L’Intrépide-Le Téméraire sort à nouveau pour entrainement du 23 février au 11 mars (moins une escale à La Ciotat du 2 au 5 mars), rentrant à Toulon le 1endemain.

Le 15 mars 1944, l’Intrépide abandonne le cuirassé Lorraine pour prendre en charge la protection du porte-avions Painlevé, le cuirassé Lorraine ne conserve donc comme torpilleur d’escorte que le Téméraire.

Le cuirassé Lorraine et le Téméraire sortent pour entrainement du 20 mars au 25 avril 1944 moins une escale à Bastia du 12 au 17 avril. Ils sont ensuite à Tunis du 26 au 30 avril, à Alger du 2 au 7 mai, à Tanger du 9 au 12 mai, à Ajaccio du 14 au 17 mai avant de rentrer à Toulon le 18 mai 1944.

Le Lorraine et le Téméraire sortent à nouveau pour entrainement à partir du 25 mai et jusqu’au 1er juillet, le cuirassé et le torpilleur d’escadre faisant escale à Marseille du 10 au 14 juin.

Le cuirassé Lorraine et le torpilleur Téméraire sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 2 au 23 juillet, sortant pour essais du 24 au 27 juillet puis pour remise en condition du 29 juillet au 11 août, les deux navires faisant escale à Ajaccio du 12 au 16 août, à Alger du 17 au 21 août, à Tunis du 23 au 27 août, à La Valette du 28 août au 1er septembre, à Porto-Vecchio du 3 au 7 septembre, à Nice du 9 au 13 septembre avant de rentrer à Toulon le lendemain 14 septembre 1944.

Le Lorraine et son torpilleur d’escorte effectuent une école à feux du 20 au 27 septembre puis après un ravitaillement à Toulon le 28 septembre exécutent un entrainement au combat antisurface du 29 septembre au 3 octobre, rentrant le lendemain 4 octobre à Toulon.

Le 10 octobre 1944, le cuirassé Lorraine quitte Toulon en compagnie du Téméraire direction Brest pour y être reconstruit en escorteur de porte-avions. Les deux navires font escale à Casablanca pour se ravitailler le 14 octobre avant de rallier Brest le 17 octobre 1944.

Débarquant ses munitions et vidangeant ses soutes, le Lorraine perd son artillerie principale à l’aide du ponton-grue de 370 tonnes (payé par les réparations allemandes) avant d’être échoué au bassin n°2 de l’Arsenal de Brest du 21 octobre 1944 au 15 septembre 1946.

Il est armé pour essais le 20 septembre 1946, effectue ses essais et sa remise en condition du 21 septembre au 5 novembre 1946 avant de rentrer à Brest le 6 novembre 1946. Il repart dès le 8 novembre 1946 pour Dakar où il arrive le 10 novembre. Il effectue une école à feu du 12 au 27 novembre avant de rentrer à Brest le 3 décembre 1946.

Le 5 décembre 1946, le cuirassé Lorraine est remis en service au sein de la Flotte de l’Atlantique avec Brest pour port d’attache.

Le cuirassé sort pour entrainement en mer d’Iroise du 10 au 17 décembre avant une escale à Cherbourg du 18 au 21 décembre. Il passe les fêtes de fin d’année en Angleterre en faisant escale à Plymouth du 22 au 25 décembre et sur l’île de Wight du 26 décembre 1946 au 2 janvier 1947, rentrant à Brest le lendemain 3 janvier 1947.

Le cuirassé Lorraine sort pour la première fois de l’année 1947 du 7 au 15 janvier pour un entrainement de son détachement aviation suivit d’une escale à Lorient du 16 au 19 janvier.

Reprennant la mer, il se ravitaille au ravitailleur Lot le 20 janvier avant d’enchainer par un entrainement DAM du 21 janvier au 2 février avant de rentrer à Brest le lendemain 3 février 1947.

Alors que le Painlevé est en travaux à quai, le cuirassé Lorraine sort pour entrainement au combat de nuit du 7 au 15 février puis un entrainement au combat antisurface du 18 au 27 février, rentrant à Brest le 28 février 1947. Le cuirassé Lorraine sort pour entrainement dans le Golfe de Gascogne du 2 au 7 mars et du 9 au 12 mars, rentrant à Brest le 13 mars 1947.

Le porte-avions Painlevé est armé pour essais le 14 mars et sort en compagnie du cuirassé Lorraine du 15 au 22 mars, les deux navires et leurs quatre torpilleurs d’escadre faisant escale à Saint Nazaire du 23 au 27 mars avant de reprendre la mer pour entamer la remise en condition.

Le 28 mars 1947, le porte-avions Painlevé récupère son groupe aérien venu de Lanvéoc-Poulmic pour une remise en condition initialement prévue dans le Golfe de Gascogne mais le temps se dégradant, elle est relocalisée au large de Dakar. Le PRE La Seine rejoint la petite escadre pour la ravitailler et lui permettre de rejoindre Dakar le 5 avril 1947.

Après quelques jours de relache, l’escadre reprend la mer le 11 avril pour un premier exercice jusqu’au 30 avril, les avions embarqués s’entrainant au vol de base, au vol en formation avant de bombarder des cibles au polygone de Rufisque, des cibles préparées mais également d’anciens véhicules réformés qui étaient détruits pour la bonne cause.

Après une escale à Dakar du 1er au 5 mai, le porte-avions Painlevé sort seul pour un exercice de surveillance du 6 au 12 mai, utilisant ses CAO-600 pour retrouver le cuirassé Lorraine et déclencher contre lui le feu de Wotan sous la forme d’un raid de bombardiers en piqué et de bombardiers-torpilleurs.

La campagne d’entrainement s’achève par un exercice de défense aérienne à la mer du 14 au 27 mai, les chasseurs du porte-avions et la DCA devant repousser l’attaque d’avions de l’armée de l’air contre l’escadre qui fait une dernière fois escale à Dakar du 28 mai au 2 juin.

Reprennant la mer le lendemain 3 juin, le porte-avions, le cuirassé, le PRE et les quatre torpilleurs d’escadre rentrent à Brest le 9 juin 1947.

Après une période d’indisponibilité du 10 juin au 2 juillet, le cuirassé Lorraine sort pour essais du 4 au 7 juillet puis pour remise en condition du 9 au 24 juillet, faisant escale avec ses torpilleurs d’escorte à Cherbourg du 25 au 30 juillet et au Havre du 31 juillet au 5 août, rentrant le lendemain 6 août 1947 à Brest.

Du 11 au 22 août, le cuirassé Lorraine sort en compagnie du porte-avions Painlevé pour un entrainement dans le Golfe de Gascogne au profit d’élèves-officiers et d’officiers de réserve. Les deux navires font escale à Lorient du 23 au 27 août avant de rentrer à Brest le 28 août 1947.

Le cuirassé Lorraine sort pour entrainement de son détachement aviation du 2 au 12 septembre au profit de ses deux Dewoitine HD-731 embarqués avant de rentrer à Brest le 13 septembre. Il ressort du 14 au 30 septembre pour un entrainement de défense aérienne à la mer. Il rentre à Brest le lendemain 1er octobre.

Le 5 octobre 1947, le commandant du cuirassé Lorraine signe avec le maire de Nancy François Schmitt, la charte de parrainage du cuirassé par la capitale historique de la Lorraine.

Le cuirassé Lorraine sort en compagnie du porte-avions Painlevé du 7 au 17 octobre pour un exercice au combat antisurface avant une escale à Cherbourg du 18 au 21 octobre. Reprennant la mer, le cuirassé le porte-avions et les quatre torpilleurs d’escadre manoeuvrent en Manche du 22 au 29 octobre, rentrant à Brest le lendemain 30 octobre 1947.

Du 2 au 21 novembre 1947, il participe à un exercice avec le cuirassé Normandie, le porte-avions Painlevé, le porte-avions léger Alienor d’Aquitaine accompagnés par huit torpilleurs d’escadre (Sabre Claymore Arquebuse Cimeterre Intrepide Temeraire Goumier et Berthier) et le PRE La Seine.

L’exercice terminé, la petite escadre fait escale au Verdon du 22 au 25 novembre avant de gagner Rufisque pour un exercice à tir réel. Les navires arrivent à Dakar le 30 novembre et les exercices de tir ont lieu du 2 au 15 décembre avant une nouvelle escale à Dakar du 16 au 21 décembre.

Les cuirassés Lorraine et Normandie, les porte-avions Painlevé et Alienor d’Aquitaine, le PRE La Seine et les huit torpilleurs d’escadre quittent la capitale de l’AOF le 22 décembre, font escale à Casablanca du 25 au 27 décembre avant de rentrer à Brest le 1er janvier 1948.

Le cuirassé Lorraine et le porte-avions Painlevé sortent pour la première fois en 1948 du 7 au 20 janvier pour d’importantes manoeuvres dans le Golfe de Gascogne avec exercice de défense aérienne à la mer, lutte ASM, assaut maritime et terrestre. Comme à chaque exercice, le Lorraine sert alternativement de plastron ou d’escorteur. Après une escale à Saint Nazaire du 21 au 27 janvier, le cuirassé et le porte-avions rentrent à Brest le 28 janvier 1948.

Après une période d’entretien à flot commune du 1er au 21 février, le cuirassé Lorraine et le porte-avions Painlevé sortent pour essais du 24 au 28 février avant de sortir pour entrainement et remise en condition du 2 au 15 mars, faisant escale à Cherbourg du 16 au 19 mars avant un nouvel exercice de défense aérienne à la mer en Manche du 20 au 27 mars et une ultime escale au Havre du 28 mars au 3 avril. Ils rentrent à Brest le 5 avril 1948 à l’aube.

Le cuirassé Lorraine sort pour entrainement en mer d’Iroise en compagnie du Painlevé pour entrainer les jeunes pilotes et préparer la cinquième édition de l’exercice «Entente Cordiale» du 6 au 17 avril, les deux navires escortés par trois torpilleurs d’escadre rentrant à Brest le lendemain 18 avril 1948.

Le cuirassé Lorraine appareille de Brest le 25 avril 1948 en compagnie du Gascogne
et du
porte-avions Painlevé, de six torpilleurs d’escadre (Intrepide Temeraire Durandal Dague Arquebuse Cimeterre), les sous-marins Ile de Ré et Ile d’Yeux ainsi que le ravitailleur Lot , fait escale à Dunkerque le 28 avril où le rejoint le croiseur léger antiaérien Waldeck Rousseau, navire-amiral de l’Escadre Légère du Nord.

La force P ainsi assemblée rejoint Rosyth le 3 mai où elle retrouve le cuirassé Howe, le porte-avions Victorious, six destroyers, quatre sous-marins et deux pétroliers.

«Entente Cordiale 48 » commence le 5 mai avec un exercice de défense aérienne à la mer et se poursuit le lendemain par un exercice anti-sous-marin au cours duquel les deux sous-marins français entrent en collision, devant rentrer en urgence à Rosyth pour réparations, laissant les seuls sous-marins britanniques attaquer les navires des deux marines.

Le 7 mai, les navires français et anglais simulent des raids amphibies contre la base de Rosyth, le porte-avions Victorious lançant ses bombardiers en piqué Dauntless contre la base pendant que les deux cuirassés simulent des bombardements contre la terre avant de mettre à l’eau leurs compagnies de débarquement.

Le porte-avions Painlevé lui essaye de perturber les raids en protégeant la base britannique, utilisant ses chasseurs mais également ses bombardiers et ses éclaireurs comme chasseurs improvisés. Le lendemain, les rôles changent entre les deux porte-avions.

Le 9 mai, le Coastal et le Bomber Command mettent à rude épreuve les canonniers antiaériens français et anglais lors d’un nouvel exercice de défense aérienne à la mer où le Waldeck Rousseau montre l’utilité d’un croiseur léger dédié à la défense antiaérienne, confirmant les observations faites par les britanniques avec les Dido/Bellona.

Le 10 mai, l’exercice se termine par un affrontement entre l’escadre britannique défendant les côtes et l’escadre française tentant de forcer le passage en direction du sud.

Le 11 mai 1948, la princesse Elisabeth âgée de 22 ans visite le cuirassé Gascogne et le porte-avions Painlevé au nom de son père George VI retenu à Londres pour d’autres impératifs. L’héritière du trone d’Angleterre effectue son discours en français, langue qu’elle maitrise parfaitement. Elle est accompagnée de son mari, le Prince Philippe, Duc d’Edimburg.

L’escadre française reprend la mer pour rentrer à Brest moins le Waldeck Rousseau qui s’arrête à Dunkerque le 14 mai. Les autres navires rentrent à Brest le 16 mai 1948.

Le cuirassé Lorraine et le porte-avions Painlevé sont indisponibles pour entretien à flot du 17 mai au 2 juin, sortant pour essais du 3 au 7 juin avant de reprendre l’entrainement, sortant dans le golfe de Gascogne du 10 au 17 juin, du 20 au 27 juin, du 1er au 8 juillet et du 15 au 27 juillet 1948. Ils rentrent à Brest le 28 juillet 1948.

Le 3 août 1948, le cuirassé Lorraine, le porte-avions Painlevé, quatre torpilleurs d’escadre et le PRE La Seine quittent Brest pour l’Afrique avant d’effectuer une importante phase d’entrainement. Ils arrivent à Dakar le 7 août et s’entrainent au polygone de Rufisque du 9 au 23 août 1948. Après une escale à Dakar du 24 au 26 août, la petite escadre appareille de Dakar pour rentrer à Brest le 30 août 1948.

Le 31 août 1948, le cuirassé Lorraine est placé en régime de guerre avec le rappel des réservistes, sortant à nouveau pour entrainement du 1er au 4 septembre au large de Brest.

La Lorraine ressort en compagnie du Painlevé et de La Seine du 1er au 5 septembre pour entrainement, rentrant à Brest au moment de l’attaque de Norvège, se ravitaillant à quai pour reprendre la mer le plus rapidement possible. Ce groupe de combat doit rejoindre le Normandie à Rosyth.

La classe Bretagne avant sa reconstruction

Caracteristiques Techniques de la classe Bretagne

Déplacement :

(A la construction) : standard 23230 tonnes pleine charge : 25000 tonnes

(Après refonte) : 26500 tonnes pleine charge : 28250 tonnes

Dimensions :

(A la construction) : Longueur 166m largeur : 26.90m Tirant d’Eau : 9.8m

(Après refonte) : Longueur : 176.80m largeur : 28m Tirant d’Eau : 10.50m

Propulsion :

(A la construction) : 4 groupes de turbines à vapeur Parson alimentées par 24 chaudières dévellopant une puissance totale de 43000 ch et entrainant 4 hélices

(Après refonte) : 4 groupes de turbines Rateau-Bretagne alimentées par 16 chaudières à surchauffe dévellopant une puissance totale de 75000 ch et entrainant 4 hélices

Performances

(A la construction) : Vitesse maximale : 20 noeuds Distance Franchissable : 4700 miles nautiques à 20 noeuds

(Après refonte) : Vitesse maximale : 27 noeuds Distance Franchissable : 6000 miles nautiques à 18 noeuds

Protection :

(A la construction) : Ceinture 270mm Ponts : 40mm Casemates : 170mm Tourelles : 400mm Tour d’observation : 314mm

(Après refonte) : ceinture 320mm Ponts : 60mm Casemates : 170mm Tourelles : 400mm Tour d’observation : 325mm

Armement :

(A la construction) : 10 canons de 340mm de 45 calibres modèle 1912 en cinq tourelles doubles, (deux en chasse, deux en retraite et une centrale), 22 canons de 138mm modèle 1910 en casemates lateraux, 4 canons de 47mm et 4 tubes lance-torpilles de 450mm

(Après refonte) : 8 canons de 340mm de 45 calibres modèle 1912 en quatre tourelles doubles, 12 canons de 130mm modèle 1932 en six tourelles doubles double-usage modèle 1936, 12 canons de 37mm Schneider modèle 1941 en six affûts doubles et 16 canons de 25mm Hotchkiss en six affûts doubles.

Equipage : A la construction 1133 hommes Après reconstruction 1230 hommes

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s