4-Le programme naval de 1941 et ses suites : un effort sans nul précédent (4)

D-Ordre de bataille de la marine nationale : évolution

Ordre de bataille septembre 1939

Quand la France entre en guerre dans ce qui est aujourd’hui connu sous le nom de Guerre de Pologne, la marine nationale est organisée de la façon suivante.

-A Paris, l’état-major de l’amiral de la flotte, l’amiral Darlan

-Les Forces de Haute Mer (FHM) sous l’autorité de l’amiral Ollive (QG à Mers-El-Kebir) regroupe les 2ème et 3ème escadre plus la 4ème escadre légère de Bizerte, les FHM étant également connu sous le nom de Flotte de la Méditerranée.

-La 2ème escadre basée à Mers-El-Kebir est placée sous l’autorité directe de l’amiral Ollive (qui à posé sa marque sur le cuirassé Provence) et dispose de la 2ème division de Ligne (2ème DL) avec les cuirassés Lorraine et Bretagne et la 1ère flottille de torpilleurs dont le navire-amiral est le torpilleur d’escadre La Palme.

Cette première flottille dispose de trois divisions de torpilleurs : la 1ère DT (La Palme Le Mars Tempête), la 3ème DT (Le Fortuné La Railleuse Simoun) et la 7ème DT (Tramontane Typhon Tornade)

-La 3ème escadre basée à Toulon est commandée par le vice-amiral Duplat qui à posé sa marque sur la croiseur lourd Algérie. Elle dispose des 1ère et 2ème DC équipées de croiseurs lourds et d’une 3ème escadre légère composée des 5ème, 7ème et 9ème DCT.

La 1ère DC est composée des croiseurs lourds Foch et Dupleix (plus l’Algérie quand celui-ci n’est pas navire-amiral), la 2ème DC est composée des croiseurs lourds Duquesne Colbert et Tourville.

-La 3ème escadre légère est donc composée de la 5ème DCT (Tartu Chevalier-Paul Vauquelin), la 7ème DCT (Vautour Gerfaut Albatros) et la 9ème DCT (Maillé-Brézé _navire amiral de la 3ème escadre légère_ Cassard Kersaint)

-4ème escadre légère : 3ème DC croiseurs légers La Marseillaise Jean de Vienne et La Galissonnière

1ère DCT : contre-torpilleurs Vauban Lion Epervier 3ème DCT contre-torpilleurs Guépard Valmy Verdun 11ème DCT : contre-torpilleurs Milan et Bison Hors rang : croiseur léger Emile Bertin

-La Force de Raid créée au sein de l’Escadre de l’Atlantique se compose des unités les plus modernes et les plus rapides de la flotte. Placée sous les ordres du vice-amiral Gensoul qui à posé sa marque sur le croiseur de bataille Dunkerque, elle dispose des unités suivantes :

-La 1ère division de ligne : croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg

-La 4ème division de croiseurs : croiseurs légers Georges Leygues Gloire Montcalm

-2ème escadre légère avec les 6ème DCT (Mogador Volta), 8ème DCT (L’Indomptable Le Malin et Le Triomphant) et la 10ème DCT (Le Fantasque L’Audacieux et Le Terrible)

Aux côtés de ces forces opérationnelles, il existe des forces de région.

-La 1ère région (QG à Cherbourg) dispose pour couvrir la Manche et la mer du Nord des forces suivantes :

-16ème DSM : sous-marins Orphée Amazone La Sibylle Antiope

-11ème division de torpilleurs : torpilleurs légers La Cordelière L’Incomprise et Branlebas

-1ère division d’avisos : avisos Arras Quentin Roosevelt Amiral Mouchez Gaston Rivier  et Amiens

-Navires auxiliaires Belfort Diligente Pollux

-La 2ème région (QG à Brest) dispose pour couvrir l’Atlantique des moyens suivants :

-4ème escadrille de sous-marins

-2ème flottille de torpilleurs

-3ème division de Ligne : cuirassés Courbet et Paris

-2ème DCT : Chacal Jaguar Léopard et Panthère (ce dernier jusqu’au 15 octobre 1939)

-2ème division d’avisos : Elan Commandant Rivière Commandant Duboc Epinal Coucy Vauquois Somme Suippe

-La 5ème région (QG à Lorient) dispose des moyens suivants :

-14ème DT : torpilleurs légers Bouclier La Melpomène et La Pomone

-5ème division d’avisos : Ailette Commandant Bory Chamois Le Chevreuil Dubourdieu et Luronne

-La 3ème région maritime (QG à Toulon) dispose des moyens suivants :

-1ère flottille de sous-marins avec les 3ème et 5ème escadrilles de sous-marins

-La base sous-marine de Toulon : 7ème DSM sous-marins Redoutable et Vengeur 19ème DSM sous-marins Galatée Naïade Sirène et Argonaute 21ème DSM : sous-marins Diamant et Perle

-4ème division de contre-torpilleurs (4ème DCT) : contre-torpilleurs Lynx Tigre et Panthère (à la 2ème DCT jusqu’au 15 octobre)

-13ème division de torpilleurs (13ème DT) : torpilleurs Baliste La Bayonnaise La Poursuivante

-3ème division d’avisos : avisos  Lassigny Les Eparges et Dedaigneuse

-La 4ème région maritime (QG à Bizerte) dispose alors des moyens suivants :

-6ème escadre légère  (détachée à Oran navire-amiral : ravitailleur de sous-marins Jules Verne ) :

-2ème escadre de sous-marins : 12ème DSM (Minerve Junon Orion Ondine) 14ème DSM (Diane Ariane Eurydice Danae) et 18ème DSM (Psyché Oreade Meduse Amphitrite)

-8ème Division de Torpilleurs (3ème DT) : torpilleurs d’escadre Bordelais L’Alcyon et Trombe

-Transport d’hydravions Commandant Teste

-Base sous-marine de Bizerte : navire-amiral : contre-torpilleur Aigle (jusqu’au 1er octobre) assisté du ravitailleur Castor

-3ème DSM : sous-marins Caïman Morse et Souffleur

-10ème DSM : Phoque Espadon Dauphin

-11ème DSM : détachée au Levant

-17ème DSM :  La Vestale La Sultane Atalante et Aréthuse

-20ème DSM : sous-marins mouilleurs de mines Turquoise Saphir Nautilus Rubis

-Forces navales du Maroc : 4ème DSM (sous-marins Le Centaure Argo Pascal et Henri Poincaré) 9ème DT (torpilleurs d’escadre Basque et Forbin) hors rang : aviso colonial D’Entrecasteaux

-12ème division de torpilleurs (12ème DT) : torpilleurs légers La Pomone La Bombarde et L’Iphigénie

-4ème division d’avisos : avisos Ypres Tapageuse et Engageante

-Forces Navales Françaises aux Antilles (FNFA) : croiseur-école Jeanne d’Arc déployé de septembre 1939 à juin 1940 quand le retour (temporaire ?) de la paix voit le croiseur-école reprendre sa mission d’écolage. Il est cependant décidé à terme d’y affecter un aviso colonial.

-Forces Navales Françaises en Afrique (commandement temporaire)

-Croiseurs légers Duguay-Trouin et Primauguet basés à Dakar

-Forces Navales  en Extrême Orient (FNEO) :

-Croiseur léger Lamotte-Picquet

-Croiseur lourd Suffren

-Canonnières Francis Garnier Doudart de Lagrée Balny (sur le Yangtsé en Chine)

-Canonnières Vigilante Commandant Bourdais Avalanche Mytho Tourane

-Sous-marin L’Espoir

-Avisos coloniaux Amiral Charner et Rigault de Genouilly

-Avisos Tahure et Marne

-Forces Navales en Afrique Equatoriale Française (FNAEF) :

-Aviso colonial Bougainville basé à Djibouti

-Forces Navales Françaises du Pacifique (FNFP)

-Aviso colonial Dumont d’Urville

-Division Navale du Levant (DNL)

-11ème division de sous-marins : sous-marins Marsouin Requin Narval

-Aviso colonial D’Iberville

La grande réorganisation de septembre 1940

Cette organisation assez complexe s’explique par les besoins du temps de guerre mais une fois la paix revenue (au moins provisoirement), la marine ressent le besoin de réorganiser ses forces de manière plus cohérente et plus efficace.

La montée en puissance prévisible de la Royale pousse l’amiral Darlan et ses subordonnés à chercher une organisation simple et efficace pour ainsi effectuer de véritables économies d’échelle.

Une commission présidée par le vice-amiral Platon se réunit au printemps 1940 pour décider de la meilleure organisation possible à la fois simple, cohérente et efficace. Cette commission arrête ses décisions en juin 1940, décisions approuvées par l’amiral de la flotte, l’amiral Darlan et le ministre de la marine, Jules Belley.

-Un état-major est installé à Paris avec à sa tête, le Grand Amiral de la Flotte Commandant en chef de la marine nationale

-Deux flottes principales : la Flotte de l’Atlantique et la Flotte de la Méditerranée subdivisées en escadres et/ou groupements, divisions ou flottilles. Elles sont toutes les deux commandées par un amiral de la flotte ce qui explique la création du titre de Grand Amiral de la Flotte.

-Des forces dites régionales ayant le statut d’escadres et dirigées par un contre-amiral voir parfois un vice-amiral en fonction de son importance numérique.

-L’Aviation Navale est dirigée par un amiral et dépend directement du Grand Amiral de la Flotte même si les unités sont mises à la disposition des différentes entités.

-Les régions maritimes (Premar I : Cherbourg Premar II : Brest Premar III : Toulon Premar IV : Bizerte Premar V : Oran) cessent de commander des navires ou des groupements opérationnels. Ils sont chargés de l’entrainement, du soutien. Les seuls navires sous leur autorité sont les navires en travaux, en essais, en réserve ou désarmés.

Cette réorganisation entraine donc par exemple la dissolution de la Force de Raid alors qu’un temps il avait été envisagé de la transformer en Escadre d’Afrique du Nord avec Mers-El-Kebir et Bizerte comme bases.

Voici donc l’ordre de bataille de la marine nationale en septembre 1941, un an après les premières décisions officielles de réorganisation :

-Etat-major général de la marine nationale : Grand Amiral de la Flotte François Darlan

-Flotte de l’Atlantique : amiral de la flotte Gensoul (quartier général à Brest)

-1ère Escadre : porte-avions Béarn cuirassés Courbet et Paris (3ème DL) cuirassé Bretagne (en travaux dépend de Premar I) + 2ème flottille de torpilleurs

-3ème Escadre légère : croiseurs lourds Colbert et Foch (3ème DC) croiseurs légers Gloire Montcalm et Georges Leygues (4ème DC) 2ème DCT (Jaguar Chacal Léopard) 8ème DCT (Le Triomphant L’Indomptable Le Malin) et 10ème DCT (Le Fantasque Le Terrible L’Audacieux).

A cela s’ajoute les vedettes lance-torpilleurs des 1ère ELA (VTB-11 et 12) et 2ème ELA (VTB-16 18 20 et 22) basées à Lorient.

-Croiseur-école Jeanne d’Arc hors rang

Les torpilleurs d’escadre sont encore regroupés en une flottille  mais il est prévu à terme qu’ils soient rattachés à un navire de ligne ou à un porte-avions, leur mission primordiale étant désormais l’escorte et non l’attaque à la torpille. Cela ne concerne cependant plus les Le Hardi que leurs prédécesseurs.

En attendant cette réorganisation la première flottille est intégrée à la 1ère escadre :  2ème DT Fougueux Frondeur L’Adroit 4ème DT Bourrasque Ouragan Orage 5ème DT Brestois Foudroyant Boulonnais 6ème DT Cyclone Siroco Mistral.

-1ère flottille de surveillance et d’escorte de l’Atlantique (1ère FSEA)

-14ème Division de Torpilleurs : torpilleurs légers Bouclier La Melpomène La Flore basée à Lorient

-3ème Division d’Escorte Légère (3ème DEL) : aviso-dragueurs L’Impétueuse, La Capricieuse, La Batailleuse et La Boudeuse basée à Brest

-Chalutier ASM L’Havraise et La Nantaise à Lorient, L’Algéroise L’Oranaise à Cherbourg

-Aviso colonial Dumont d’Urville détaché à Dakar

-Corvettes anti-sous-marines La Malouine La Dieppoise La Remoise La Versaillaise (1ère DEO) à Brest; La Bastiaise La Paimpolaise La Dunkerquoise (2ème DEO) à Casablanca

-Chasseurs de sous-marins : CH-41 et 42 CH-5 et 6 à Cherbourg, CH-7 et 8 CH-53 et 54 à Brest, CH-11 et 12 à Lorient, CH-17 18 et 19 à Casablanca.

-2ème flottille légère : 1ère Escadrille Légère de l’Atlantique (Lorient): vedettes VTB-11 et 12 2ème Escadrille Légère de l’Atlantique (Lorient) : vedettes VTB-16 18 20 et 22 et 3ème Escadrille Légère de l’Atlantique (Cherbourg) : vedettes VTB-35 36 37 38 39 et 40

*5ème escadre de sous-marins :

-croiseur sous-marin Surcouf (hors rang)

-2ème DSM (Casabianca Achille Sfax  Pasteur),

-4ème DSM (Le Centaure Pascal Argo  Henri Poincaré)

-6ème DSM (Persée Ajax Poncelet Archimède)

-8ème DSM (Agosta Bévéziers Ouessant Sidi Ferruch).

Le ravitailleur de sous-marins Jules Verne sert de navire amiral

*Groupement de soutien : pétrolier-ravitailleur Var; ravitailleur d’escadre Lot; pétrolier côtier Nièvre et Rance (ce dernier est détaché à Dakar); aviso colonial (gréé en temps de paix en navire hydrographique) Beautemps Beaupré;  avisos Amiens et Arras (essais armes et électronique), aviso Calais (ravitailleur d’hydravions)

-Flotte de la Méditerranée : amiral de la flotte Ollive (quartier général à Toulon)

-2ème escadre (quartier général à Toulon)

*Groupement de ligne : cuirassés Provence et Lorraine (2ème DL puis 5ème DL) cuirassé Richelieu (hors rang) croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg (1ère DL) + la 1ère flotille de torpilleurs (1ère DT La Palme Le Mars La Tempête et 3ème DT Le Fortuné Simoun 7ème DT Tramontane Typhon Tornade)

*Groupement de croiseurs : croiseur lourd Algérie croiseurs lourds Tourville et Duquesne (5ème DC) Suffren et Dupleix (1ère DC) croiseurs légers Duguay-Trouin, Lamotte-Picquet et Primauguet (6ème DC).

*Groupement des contre-torpilleurs : contre-torpilleurs Tigre Lynx Panthère (4ème DCT)  Vautour Albatros Gerfaut (7ème DCT) Kersaint et Cassard (9ème DCT)

*1ère flottille légère avec la 1ère ELM (Toulon) : vedettes porte-torpilles VTB 41 43 45 47 et 48, la3ème ELM (Ajaccio) vedettes porte-torpilles VTB-15 17 19 21 et la 4ème ELM (Toulon) avec les vedettes porte-torpilles VTB-23 à 28.

*1ère flottille de sous-marin :

La 3ème escadrille dispose ainsi de la 1ère DSM (Le Héros Le Glorieux Le Conquérant Le Tonnant),  de la 3ème DSM (Protée Actéon Achéron Fresnel) et de la 5ème DSM (Espoir Pégase Monge) et 7ème DSM (Redoutable et Vengeur)

La 5ème escadrille dispose de la 13ème DSM (Thetis Doris Circé et Calypso), de la 15ème DSM (Venus Iris Pallas et Cerès), de la 19ème DSM (Sirène Naïade Galatée et Argonaute) et de la 21ème DSM (sous-marins mouilleurs de mines Diamant et Perle)

*Groupement de surveillance : 13ème division de torpilleurs (13ème DT) : torpilleurs légers la Baliste La Bayonnaise et La Poursuivante (classe La Melpomène). Chalutiers ASM La Cancalaise et La Lorientaise La Servannaise  et La Cherbourgeoise 1ère DEL se compose de l’Elan, du Commandant Dominé et de La Capricieuse et basée à Toulon (classe Elan); La 4ème DEL composée des aviso-dragueurs La Gracieuse et La Moqueuse est théoriquement basée à Toulon mais le plus souvent détachée à Ajaccio.

*Groupement de soutien : aviso (devenu auxiliaire) Somme, pétroliers Elorn et Sèvre (ex-Nivose), ravitailleur d’escadre L’Adour; mouilleur de mines Castor, mouilleur de filets Gladiateur et bâtiment-cible télécommandé L’Impassible

-4ème escadre (quartier général à Oran)

-3ème flottille de torpilleurs avec les 8ème DT (Bordelais Trombe L’Alcyon) et 9ème DT (Forbin Basque).

-2ème flottille de sous-marins : la 14ème DSM qui dispose du Diane accompagné par trois sous marine de type Sirène (Danaé Ariane Eurydice), la 18ème DSM est composé de quatre classe Argonaute (Psyché Méduse Oréade Amphitrite ) et la 12ème DSM dispose du dernier Argonaute, les Orion et Ondine complétés par deux sous marins de type Amirauté (Minerve et Junon)

-Transport-caboteur Coucy (ex-aviso)

-Aviso-mouilleur de mines Les Eparges

-2ème Division d’Escorte Légère (2ème DEL) : la 2ème DEL basée à Mers el Kebir se compose du Commandant Bory, du Commandant Delage, du Commandant Duboc et du Commandant Rivière (classe Elan)

-Chalutiers ASM La Sétoise et La Toulonnaise

-Ravitailleur d’escadre Tarn

-Pétrolier-caboteurs Aube et Durance

-6ème escadre légère (quartier général à Bizerte)

-Croiseur-mouilleur de mines Emile Bertin (navire-amiral de l’escadre)

-2ème DC : croiseurs légers La Marseillaise Jean de Vienne et La Galissonnière

-1ère DCT : contre-torpilleurs Vauban Lion Epervier

-3ème DCT contre-torpilleurs Guépard Valmy Verdun

-11ème DCT : contre-torpilleurs Milan Aigle et Bison

-12ème DT formée par les torpilleurs La Pomone la Bombarde et L’Iphigénie .

3ème flottille de sous-marins : 17ème DSM : (Aréthuse, de l’Atalante, de la Vestale et de la Sultane), 20ème DSM : sous-marins mouilleurs de mines Turquoise, Rubis, Saphir et Nautilus; 9ème Division de Sous Marins (Caïman Morse Souffleur) et 10ème DSM (Phoque Dauphin Espadon) et la 11ème DSM (Marsouin Narval Requin).

*3ème flottile légère avec la 2ème ELM (vedettes porte-torpilles VTB- 40 42 44 46 et 48) et la 5ème ELM (vedettes porte-torpilles VTB-29 à 40).

-Chalutiers ASM  La Bônoise et L’Ajacienne

-Pétrolier Mékong

-Mouilleur de mines Pollux

-Ravitailleur d’hydravions (ex-cannonière) L’Engageante

-(future) Escadre Légère du Nord (ELN) (QG Cherbourg en attendant Dunkerque)

-11ème DT formée par les torpilleurs légers La Cordelière L’Incomprise et le Branlebas

-Chalutiers armés La Sablaise La Quimperoise à Brest

-16ème DSM : sous-marins  Antiope, Amazone, Orphée et Sibylle (basés en temps de paix à Cherbourg mais ils doivent être déployés en temps de guerre depuis Dunkerque)

-Transport-caboteur (ex-aviso) L’Yser et Pétrolier Suroit

-Forces Navales Françaises aux Antilles (FNFA) (QG à Fort de France)

-Aviso colonial Bougainville et aviso Colonial Lapérouse détaché à Cayenne

-Pétrolier Le Loing

 -Forces Navales en Afrique Equatoriale Française (FNAEF) (QG à Diego Suarez)

-Aviso colonial Savorgnan de Brazza stationné à Djibouti

-Aviso colonial D’Entrecasteaux stationné à Diego Suarez

-Division Navale du Levant (DNL) (Beyrouth)

-Aviso colonial La Grandière (navire-amiral sauf quand un croiseur léger est présent)

-Pétrolier Odet

-Forces Navales en Extrême Orient (FNEO)

-Aviso colonial Amiral Charner

-Pétrolier Niger

-Forces Navales Françaises du Pacifique (FNFP)

-Aviso colonial Rigaut de Genouilly à Nouméa

-Aviso colonial D’Iberville à Papeete

Publicités

8 réflexions sur “4-Le programme naval de 1941 et ses suites : un effort sans nul précédent (4)

  1. Frédéric dit :

    J’ai sans doute raté une ligne – le format du blog n’est pas apprécier par mon PC ou le texte ne parait que dans le tiers de l’écran – mais j’ai n’ai pas vu le porte-avions Béarn dans l’OdB de 39 ou il affecté à la Force de Raid.

    PS : Savez vous à quand remontre la création de la dite force ?

    • clausmaster dit :

      Je vais vérifier si le Béarn est présent. Il cesse d’être un porte-avions opérationnel car trop lent et cela ne change pas dans mon uchronie où je l’utilise comme porte-avions d’entrainement au profit des futurs équipages des Joffre et des Painlevé.

      La Force de Raid est créée OTL le 3 septembre 1939 pour traquer les raiders allemands. Cela ne change pas OTL. Elle se compose des navires suivants :

      -1ère escadre avec la 1ère division de ligne composée des croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg et de la 4ème division de croiseurs composée des croiseurs légers Georges Leygues, Montcalm et Gloire.

      -2ème Escadre légère avec la 6ème DCT (Mogador et Volta), la 8ème DCT (L’Indomptable, Le Malin, le Triomphant) et la 10ème DCT (Le Fantasque, L’Audacieux et Le Terrible)

      La zone de responsabilité de cette force était une zone à l’est d’une ligne Ouessant-Açores et Cap Vert.

  2. Frédéric dit :

    Au fait, on écrit bien  »Forces navales en Extrême-Orient » (FNEO) comme des articles sur le web ou  »Forces Navales Françaises en Extrême Orient  » (FNFEO) comme votre OdB ?

  3. LE BRETON dit :

    Claus, je comprends pas pourquois tu mélange des navires anciens 2ème DCT avec les plus rapides 8ème DCT (septembre 1940)

    Tu ferais mieux de rassembler les plus anciens navires dans une escadre d’instruction comme cela a été fait dans la réalité

    • clausmaster dit :

      Des contre-torpilleurs dans une escadre d’instruction ? J’ai pas souvenir

      De toute façon les Jaguar et les Guépard doivent être désarmés en 1944/45 donc c’est un mélange temporaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s