Stratégie, ennemis potentiels et potentiel militaire (3)

D-Armée de terre : une profonde métamorphose : l’armée Villeneuvienne

D’importantes réformes structurelles

En mars 1942, le général Villeneuve réorganise totalement la chaine de commandement. Son QG installé au château de Vincennes est un véritable état-major combiné ayant pleine autorité sur l’armée de terre (dirigée par un partisan de ses thèses, le général de Ganelon) et uniquement en temps de guerre sur la marine et l’armée de l’air.

Le général Gaston Billote commandant du CAC de 1942 à 1945

Il divise l’armée de terre en quatre groupements. Outre le Corps d’Armée Cuirassé commandé par le général Billote puis par le général Delestraint placé sous l’autorité du chef d’état major de l’armée de terre, il conserve trois groupes d’armées dont la zone de responsabilité est modifiée par rapport à 1939. Ces GA n’existent pas en temps de paix et ne sont mis en action qu’au moment de la mobilisation ou pour des exercices réguliers.

le général Delestraint commandant du CAC de 1945 à 1948, date à laquelle il prend la tête du GA1

Le GA1 va de la mer du Nord aux Ardennes, le GA2 chargé de la défense de la zone arrière de la ligne Maginot mais également du Jura, la limite entre le GA2 et le GA3 étant fixé au lac Léman. Le GA3 lui couvre les Alpes face à la menace italienne.

En août 1939, l’armée de terre disposait de vingt divisions d’infanterie sur le territoire métropolitain répartis entre 10 divisions de type Nord-Est, 7 divisions de type Nord-Est motorisé et 3 divisions d’infanterie de montagne. Ces divisions sont destinées principalement à la défense du territoire.

-Divisions d’Infanterie : 10ème DI (Paris) 11ème DI (Nancy) 13ème DI (Besançon), 14ème DI (Colmar), 19ème DI (Rennes), 21ème DI (Nantes), 23ème DI (Tours), 36ème DI (Bayonne), 42ème DI (Metz) et 43ème DI (Strasbourg)

-Divisions d’Infanterie Motorisée : 1ère DIM (Lille), 3ème DIM (Amiens), 5ème DIM (Caen), 9ème DIM (Bourges), 12ème DIM (Châlons sur Marne), 15ème DIM (Dijon), 25ème DIM (Clermont-Ferrand)

-Division d’Infanterie Alpine : 27ème DIA (Grenoble), 29ème DIA (Nice) et 31ème DIA (Montpelier)

A ces vingt-divisions s’ajoutent huit divisions dites mobiles stationnées en métropole mais capables de défendre l’Empire.

On trouve quatre divisions d’infanterie coloniale (1ère DIC à Bordeaux, 2ème DIC à Toulon, 3ème DIC à Paris et 4ème DIC à Toulon) et quatre divisions d’infanterie nord-africaine (1ère DINA à Lyon 2ème DINA à Toulon, 3ème DINA à Poitiers et 4ème DINA à Épinal).

A cela s’ajoute trois divisions de cavalerie avec la 1ère DC d’Orléans, la 2ème DC de Lunéville et la 3ème DC de Paris plus la 1ère brigade de spahis (Compiègne) et la 2ème brigade de spahis (Orange).

En 1935, deux divisions de cavalerie sont transformées en divisions légères mécaniques : la 4ème DC de Reims devenant la 1ère DLM et la 5ème DC de Melun devenant la 2ème DLM. Il est prévu à terme que les trois DC deviennent des DLM, les 3ème, 4ème et 5ème DLM.

Les sept régiments indépendants de cavalerie forment en temps de paix (soit jusqu’en août 1939) trois groupements de cavalerie :

-1ère groupement de cavalerie Metz : 3ème régiment de hussards, 9ème régiment de dragons et 11ème régiment des chasseurs

-2ème groupement de cavalerie Marseille : 2ème régiment de hussards 9ème régiment de cuirassiers et 10ème régiment de dragons

-3ème groupement de cavalerie Amiens : 7ème régiment de chasseurs 6ème et 7ème groupement d’automitrailleuses). Ces régiments forment des GRDI et GRCA à la mobilisation de septembre 1939, regroupement qui sont pour une partie pérennisés, devenant en 1948 de véritables groupements interarmes dont la mission principale est le combat retardateur.

L’évolution majeure c’est le dévellopement d’une véritable force blindée comparable à la Panzerwafe avec des bataillons de chars de combats et des divisions cuirassés de réserve :

-Les douze régiments de chars de combats numérotés 501 à 512 donnent naissance à vingt-trois bataillons de chars de combat (BCC), les 1er, 2ème, 3ème, 4ème, 5ème, 7ème, 8ème, 9ème, 10ème, 12ème, 14ème, 15ème, 16ème, 17ème , 19ème, 20ème, 22ème, 24ème, 25ème, 26ème, 27ème, 28ème et 37ème BCC.

A ces bataillons directement issus des personnels d’active sont mis sur pieds seize bataillons de réserve (6ème, 11ème, 13ème, 18ème, 21ème, 23ème, 29ème à 36ème, 38ème et 39ème bataillons de chars de combat) auxquels il faut ajouter le 51ème BCC de Bourges et le bataillon de chars des troupes coloniales soit un total de 41 BCC.

Si une partie des BCC sont placés aux ordres des armées, d’autres vont être intégrées aux DCR dont la mise sur pied décidée à l’automne 1939 ne sera réellement effective qu’au printemps 1940.

Au printemps 1940, une partie des BCC composés de réservistes sont dissous mais les BCC d’active sont maintenus, rattachés mais non intégrés aux Divisions d’Infanterie. A l’issue de la démobilisation, on trouve dix-sept BCC stationnés en métropole et un en Corse, quatorze étant équipés de Renault R35, deux étant équipés de FCM 36, un équipé de H-35 et un équipé de R-40.

Le général Villeneuve va ensuite mener une véritable refonte des «unités de chars» et dès sa nomination en juin 1940. Il peaufine l’organisation des trois premières DCR puis met sur pied une 4ème DCR confiée en septembre 1941 à un officier prometteur, le général De Gaulle.

Ces quatre divisions forment un Corps d’Armée Cuirassé (CAC) stationné au nord de Paris mais la création ultérieure des 5ème et 6ème DC entraine la création d’un deuxième CAC, chaque CAC disposant donc de trois divisions.

La cavalerie elle arme un total de huit divisions légères mécaniques répartis entre les trois groupes d’armées. Si la 6ème DLM dépend directement du GA3, les DLM des GA1 et GA2 forment trois Corps de Cavalerie, le 1er CC (1ère et 5ème DLM), le 2ème CC (3ème et 7ème DLM) _tous deux dépendant du GA1_ et le 3ème CC (2ème, 4ème et 8ème DLM) qui dépend lui du GA2.

En septembre 1948, la force de manoeuvre de l’armée de terre (avant mobilisation) est plus que respectable avec dix divisions d’infanterie type nord-est, sept divisions d’infanterie motorisée, trois divisions d’infanterie alpine, quatre divisions d’infanterie coloniale, quatre divisions d’infanterie nord-africaine, six divisions cuirassés et huit divisions légères mécaniques soit un total de quarante-deux grandes unités.

Les cinq groupements (GA1 GA2 GA3 et les deux CAC) forment la «force de manoeuvre» de l’armée de terre mais le général Villeneuve pense aussi à une guerre longue. Il obtient du ministre de la Défense une réorganisation des régions militaires dont le tracé est désormais calqué sur les provinces, leur nombre passant donc de 20 en 1929 à 17 en 1945.

A la tête de chaque Région Militaire se trouve un gouverneur militaire, chargé de préparer la mobilisation pour renforcer la force de manoeuvre mais également pour mettre sur pied les régiments territoriaux formés de réservistes âgés pour tenir le terrain.

Leur rôle dès la mobilisation est de mettre le territoire en mesure de se défendre en préparant par exemple des postes de contrôle au niveau des ponts notamment dans les régions frontalières.

Il allège les structures des divisions pour les rendre plus mobiles et purge les stocks de matériel obsolète conservé «au cas où», préférant en liaison avec Raoul Dautry accélérer la constitution de stocks modernes et préparer déjà la déconcentration industrielle.

Il favorise également les carrières d’officiers prometteurs comme le général De Lattre de Tassigny, le général Juin et promeut au grade de général de brigade, le colonel De Gaulle qui reçoit en même temps que son grade de général de brigade en septembre 1941, le commandement de la 4ème DCR qui sous son autorité sera bientôt considérée comme la meilleure division de l’armée française, la Division de Fer.

Comme le dira le colonel Philippe de Hautecloque futur commandant de la 2ème DC «Affronter la Division de Fer en manoeuvre était une épreuve redoutable et redoutée. Si vous étiez étrillé, vous vous demandiez si vous étiez à votre place dans un char et si vous l’emportiez même de justesse et votre moral et votre confiance en vous grimpait en flèche. C’était une véritable épreuve de vérité»

Il encourage la motorisation, motorisant totalement les DIM qui deviennent totalement autonomes des groupements de transport du train.

Au niveau de l’artillerie, la modernisation continue. Si l’artillerie lourde sur voie ferrée est peu touchée par les modifications, l’artillerie de campagne subit de sérieux bouleversement au niveau du matériel comme des tactiques.

Le génie reste l’arme savante par excellence et le choix d’une armée motorisée oblige le génie à développer de nouvelles techniques de combat pour faciliter la progression des unités cuirassées.

Même situation pour la logistique qui fait des progrès spectaculaires entre 1940 et 1948 avec de nouveaux matériels et une nouvelle organisation copiée sur le système tayloriste en vigueur dans l’industrie.

Sur le plan industriel, le ministre de l’Armement et de la Production de Guerre Raoul Dautry donne une impulsion salvatrice. La production de guerre qui ne cessait d’augmenter depuis 1936 avait connu durant la guerre de Pologne une brusque décrue liée à l’action subversive de certains communistes mais plus encore à la mobilisation des ouvriers qualifiés en dépit de généreuses exemptions accordées notamment aux pères de familles nombreuses.

La fin du conflit le 15 décembre 1939 permet à l’armée de libérer une grande partie de ses effectifs ce qui permet de relancer l’industrie qui fait également appel à l’Empire et aux réfugiés républicains espagnols, ces derniers fournissant de nombreux ouvriers mais également de nombreux soldats au sein de la Légion Etrangère.

Cette dernière a de plus digéré les nationalisations du Front Populaire et entame un formidable processus de modernisation qui va lui permettre de produire plus vite et plus rapidement.

Des études ultérieures montreront qu’entre 1942 et 1945, la France produira deux fois plus que l’Allemagne, une Allemagne il est vrai victime d’une guerre civile peu propice à la production de masse même si les historiens allemands ont récemment révisé à la baisse son impact, mettant l’accent sur une forme d’ «anarchie organisationnelle» de l’appareil d’état nazi, un état semi-féodal où les rivalités de personne provoquait la multiplication des projets et un manque de rationnalité dans le choix des matériels à produire.

 

Publicités

6 réflexions sur “Stratégie, ennemis potentiels et potentiel militaire (3)

  1. Frederic dit :

    En 1935, deux divisions de « cavalérie » et un probleme a avec le 6e regiment de cavalerie. J ecris ce soir d un hotel de Budapest, il y a la queue devant l unique ordi en libre service…

  2. gerard dit :

    Châlons sur Marne ou Chalon sur Saone ? Châlons sur Saone n’existant pas, merci d’apporter la précision

  3. gerard dit :

    En fait un positionnement Champagne doit permettre une action vers pratiquement tous points du nord-est, y compris en Belgique, c’est un excellent point de rassemblement pour des formations de contre attaque, tant vers le nord (Ardennes) que l’est Verdun puis Metz que Nord Ouest (Aisne).
    Le positionnement Bourgogne permet un renforcement vers l’Alsace (via la trouée de Belford), les Voesges, la couverture à distance de la fontriére Suisse et les Alpes du Nord.
    J’attent avec impatience la suite de vos travaux

    • clausmaster dit :

      En fait je n’ai pas encore décidé exactement le positionement des forces alliées en septembre 1948. Il est probable qu’il sera semblable à celui OTL de mai 1940 avec néanmoins de meilleures défenses dans le Nord et les Ardennes, des unités mieux équipées et entrainées et surtout la présence des deux CAC qui forment un poing blindé apte à dissuader les allemands d’une option militaire aventureuse.

  4. Amedar dit :

    Iˇ¦ve recently started a site, the info you offer on this web site has helped me greatly. Thanks for all of your time & work.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s