Arrière plan politique et culturel

A-Du Bleu Horizon au Rose pâle 1919-1936

 Depuis le 4 septembre 1870, la France est une république, la Troisième du nom. Elle était pourtant à l’origine provisoire, le temps que les monarchistes se mettent d’accord sur le nom du futur roi puisque deux branches des Bourbon se disputaient la couronne : les Orléans et les Bourbons.

Le comte de Paris, prétendant orléaniste au trône de France

Les premiers représentés par le Comte de Paris s’effacent en 1872 devant le comte de Chambord, Henri, petit fils de Charles X. Ce dernier légitimiste refuse d’accepter le drapeau tricolore ne reconnaissant que le drapeau blanc de ses ancêtres. Le rêve d’une restauration monarchique va s’évanouir et la République va s’imposer avec le vote en 1875 des Lois Constitutionnelles.

Henri, duc de Bordeaux et comte de Chambord.

Les 16 et 30 novembre 1919 ont lieu en France les premières élections après la première guerre mondiale dans un contexte d’une France saignée à blanc par la «der des ders» gagnée par un profond courant pacifiste.

A l’issue des élections, une nette majorité de droite domine le Palais Bourbon. Sur les 613 députés élus, une nette majorité penche vers la droite et le centre droit (Alliance Démocratique 93 députés Action Républicaine et Sociale 46 députés Parti Républicain Démocratique et Social 61 députés Union Républicaine Démocratique 183 députés et Indépendants 29 députés) avec 412 députés, la gauche n’ayant que 180 députés (SFIO 68 députés Républicains socialistes 26 députés Parti Radical 86 députés), le solde étant représenté par 21 non-inscrits.

 Cette Chambre «Bleue Horizon» (44% des députés sont anciens combattants) se montre particulièrement hostile à l’Allemagne, réclamant une application stricte des traités. On remarque que c’est sous cette majorité jusqu’en 1924 que la France se montre la plus intransigeante vis à vis de la République de Weimar.

 Les 11 et 25 mai 1924 à lieu le deuxième scrutin législatif de l’après guerre. Le Cartel des Gauches l’emporte sur le Bloc National majoritaire au scrutin précédent. Sur les 581 députés (soit une majorité absolue de 291), le Cartel des Gauches dispose de 353 députés (PCF 26 députés, SFIO 104 députés, Républicains socialistes 44 députés, Parti Radical 139 députés Gauche Radicale 40 députés) contre 199 députés pour la droite (Alliance Démocratique 81 députés Démocrates 14 députés Union Républicaine Démocratique 104 députés) et 29 non-inscrits.

 La même année, le président Alexandre Millerand voulant un renforcement du pouvoir exécutif est poussée à la démission par le Cartel des Gauches mais son candidat Paul Painlevé est battu par le candidat de la «droite», Gaston Doumergue, élu donc pour sept ans (1924-1931).

 La 13ème législature (1924-1928) est marquée par la politique pacifiste d’Aristide Briand qui cherche à se rapprocher de l’Allemagne de Weimar représentée par Gustav Streseman. Cette politique est assez mal vécue par l’opinion et les députés qui n’ont pas digéré la première guerre mondiale et surtout les difficultés de Berlin à payer les réparations du traité de Versailles.

 Les 22 et 29 avril 1928 ont lieu de nouvelles élections législatives. Le Cartel des Gauches est battu et le Palais Bourbon penche de nouveau à droite avec 305 députés de droite et non-inscrits contre 299 députés à gauche. Ce sont les dernières élections de la prospérité puisque le monde est secoué par une nouvelle crise économique à partir d’octobre 1929 et le Krach de Wall Street. La France n’est touché qu’en 1931 mais les effets sont plus diffus et la reprise plus longue à émerger.

« Le beau Sacha » fit trembler la république sur ses bases

Le tout dans un contexte d’instabilité et de crise politique, la multiplicité des scandales politico-financiers (symbolisés par l’affaire Stavisky) dévellope l’antiparlementarisme symbolisé par les Ligue qui aspirent à un régime fort plus ou moins fascisant selon leurs chefs.

 Au président Doumergue succède le président Paul Doumer élu le 13 mai 1931. Il symbolise plus que tous les sacrifices de la France durant le premier conflit mondial puisqu’il à perdu quatre fils durant la guerre, cette perte joua un rôle non négligeable dans son élévation à la présidence de la République.

Son mandat sera bref puisqu’il est assassiné le 7 mai 1932 par un exalté russe, Paul Gorgulov dont les motivations restent incertaines et confuses. Il est remplacé le 10 mai 1932 par le président du Sénat, Albert Lebrun.

C’est dans ce contexte qu’ont lieu les élections législatives de 1932 (1er et 8 mai) qui voit l’arrivée au pouvoir d’un deuxième «Cartel des Gauches» encore plus instable que le premier alors qu’il aurait fallut une majorité solide avec 354 députés de «gauche» et 253 députés du «centre» et de la «droite» sur un total de 607 députés.

6 février 1934. Les ligues affrontent les forces de l’ordre place de la Concorde à deux pas du Palais Bourbon

C’est sous cette XVème législature qu’à lieu la plus sérieuse crise de la IIIème République à savoir les émeutes du 6 février 1934 causées par les Ligues qui manifestent contre la République et semblent prêtes au coup de force contre le Palais Bourbon. Après la dispersion, de violents affrontements ont lieu entre manifestants et gendarmes mobiles provoquant la mort selon les sources de 15 à 50 personnes.

La une du Populaire _journal de la SFIO_ du 7 février 1934

 La gauche y voit une tentative de coup d’état fasciste dans un contexte propice (les nazis ont prit le pouvoir en début d’année, les fascistes italiens imposent leur idéologie au délà des Alpes…..) et se rassemble avec la création du Front Populaire (SFIO, PCF et Radicaux) en vue des élections législatives d’avril-mai1936.

Publicités

4 réflexions sur “Arrière plan politique et culturel

  1. Collectionneur dit :

    Pour l’heure, c’est de  »l’OTL » mais beaucoup de gens ignorent ce qui s’est passé en 34, à l’école, on parle un peu de 1936 et du Front populaire pour l’entre deux guerre au niveau politique en France et c’est tout.

    Une autre gaffe, oubli d’un espace à :  »A l’issue des élections,une »

  2. clausmaster dit :

    Merci pour ce commentaire et ces corrections. Décidement la relecture et moi cela fait deux

  3. Frédéric dit :

    De rien, je fait bien pire sur le wiki 🙂

  4. I am ipressed by the quality of writing on this website. There are a lots of good resources here. If you are possibly into shark-ad » green smoke reviews, than by all means come in and check our stuff. I am sure I will visit this place again soon. Brilliant, it’s a great article. All the best.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s